AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyDim 2 Oct 2016 - 21:30



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre souffle dernier

Lou & Altaïr


Toute la nuit, le fouet avait claqué dans ses songes. Altaïr avait revécu ces scènes atroces où il entendait le sifflement avant de sentir sa chair se faire mordre à pleines dents et son sang couler, laissant de longues traces chaudes sur sa peau. Tout, jusqu'aux odeurs insupportables de merde et de mort. Tout lui était remonté en mémoire. Altaïr s'était réveillé, blême, tremblant, maugréant. Ses jambes l'avaient à peine soutenu lorsqu'il s'était hissé sur ses pieds. Le bandit s'était éloigné du campement pour rendre son repas de la veille. L'homme s'était ensuite traîné jusqu'au ruisseau dans lequel ils allaient se laver. Il s'était lentement immergé complètement nu dans l'eau fraîche. La rosée du matin était venue lui rendre visite, crachotant des gouttelettes sur son visage. Celles-ci furent faites prisonnières dans les poils drus de sa barbe. Altaïr n'avait pas encore pris la peine de se débarrasser de ces poils qui avaient envahis son visage lorsqu'il était encore un galérien.

Son corps avait changé. Ses bras s'étaient largement développés à force de ramer de jour comme de nuit. Sa musculature s'était endurcie mais son ventre s'était creusé. Altaïr baissa les yeux pour observer son torse. Quelques cicatrices le parsemaient mais elles restaient rares. En effet, le garde-chiourme s'acharnait plutôt sur leur dos. Il ne lui arrivait que bien rarement de venir les frapper de face. Sans doute était-ce plus compliqué de martyriser quelqu'un en le fixant droit dans les yeux. Altaïr se recourba et s'aspergea allègrement le visage d'eau puis glissa lentement une main vers son dos.

Ses doigts effleurèrent toutes ces marques qui recouvraient son épiderme. Altaïr frissonna à leur contact comme s'ils touchaient des plaies encore ouvertes. Or ces blessures étaient refermées depuis bien longtemps. Tout cela ne se déroulait que dans sa tête. Le bandit en avait discuté avec ses compagnons, ceux-ci ne pouvaient comprendre, ils n'avaient pas vécu cette expérience. Tous s'accordaient cependant sur un point : Altaïr était un homme fort, physiquement et mentalement. Il trouverait la ressource de surpasser ce traumatisme. Ils ignoraient cependant à quel point leur ami était déchiqueté jusque dans ses racines les plus profondes.

Altaïr quitta le cours d'eau et s'allongea durant quelques instants pour observer le ciel et laisser son corps sécher. Dès que ce fut fait, il se glissa dans ses vêtements et ne reprit pas le chemin du campement. Les autres dormaient encore à cette heure matinale et le voleur avait besoin de changement, de s'éloigner des siens. Cette famille qui l'avait recueilli, qu'il avait trahie et qui l'avait récupéré par la suite. Altaïr les aimait autant qu'il leur en voulait. Avait-il eu le choix, à l'époque ? Tuer Glenn avait été l'acte le plus atroce qu'il ait eu à commettre de son existence. Ce souvenir resterait gravé dans sa mémoire à vie. Il lui arrivait même, au plus profond de son désespoir, de regretter. Cette gamine, ingrate et irrespectueuse, méritait-elle finalement plus de vivre que Glenn ? Sa jeunesse lui donnait-elle la permission de passer au-dessus de la mort ? Altaïr avait ressassé ces interrogations bien trop souvent pour avoir une simple réponse à y fournir.

Ses pas le menèrent jusqu'à la forêt des quatre saisons. Un endroit où la nature semblait clémente, où les visiteurs en prenaient plein les yeux. Altaïr s'enfonça dans la partie automnale de la forêt. Les feuilles dansaient dans les airs en chutant, dessinant des arabesques sur leur passage sur les bourrasques. Du jaune, du rouge, du orange. Des odeurs de sève et de feuillages. Le bandit se sentait bien en cet endroit, à l'opposé total des endroits confinés qu'il fuyait comme la peste. Il se baissa pour ramasser une pierre à la forme particulière quand il entendit une voix enfantine. Altaïr se redressa aussitôt. Ces fluctuations, il les aurait reconnues entre toutes. C'était elle. La petite. Cette petite.

Tel un fauve, Altaïr se précipita parmi les feuillages. Il écartait les branches à toute vitesse et se ruait à la manière d'un rhinocéros entre les arbres. Enfin, sa course s'acheva. Elle était là. Juste sous ses yeux, debout avec une femme adulte à ses côtés. Altaïr les fixa longuement toutes les deux, son regard exprimant tout un tas d'émotions contradictoires. La haine, la rancune, le soulagement, la confusion, la joie. Au moins, il ne s'était pas sacrifié et n'avait pas tué l'un de ses meilleurs amis pour rien. Elle était toujours en vie, cette ingrate.

- Toi ...

Son regard se posa sur elle. La cause de tous ses problèmes. Celle qui l'avait envoyé à la galère et en même temps, celle qui n'avait rien demandé. C'était peut-être bien ça son erreur, avoir voulu être bon, avoir cédé à la gentillesse. Sans doute aurait-il du passer son chemin ...

Revenir en haut Aller en bas
Lou Loupiote
Beware, I'm starving
Lou Loupiote
ζ Inscris le : 08/09/2016
ζ Messages : 239
ζ Avatar : Sarah Gadon
ζ Localisation : Arbre du pendu, principalement ; mais aussi quelques séjours à Pixie Hollow.
ζ Occupations : Fée gardienne.
ζ Âge : Bientôt neuf siècles.
ζ Statut : Innocente de l'amour.
ζ Signes distinctifs : Lueur faible qui clignote.
Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper RJw6N90b



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyMer 12 Oct 2016 - 21:56

Vous vous souviendrez de moi...

Mes mains se posent sur la joue de Chipie qui dort, ses paupières papillonnent puis elle m’observe, les sourcils froncés : « Qu’est-ce que tu veux Loupiote ? » Je souris, mes ailes battant rapidement dans mon dos : « Je veux te montrer quelque chose ! Viens avec moi ! » Elle soupire, mais se lève, trop curieuse de savoir ce que c’est. J’ai envie de lui montrer comment je suis lorsque je suis grande. J’ai déjà fait l’expérience par deux fois, avec un homme inconnu et… avec Ginger. Elle dévale les petits ponts pour sauter sur un tas de feuilles sèches, puis direction la forêt des quatre saisons. « Tu préfères quelle saison ? » Chipie réfléchit un moment puis elle souhaite aller en Automne, car elle aime l’odeur des feuilles humides et les couleurs flamboyantes. Je vole devant elle, ouvrant la marche pour la conduire dans un endroit tranquille. Certes, je vais rester sous ma forme humaine pendant de nombreuses heures, mais qu’importe, ce n’est pas désagréable. Encore assez étrange, mais plutôt plaisant. Enfin, je n’ai pas eu de mauvaises expériences. Chipie s’esclaffe devant un écureuil qui lui file entre les jambes pour aller d’un tronc à un autre. « On va jusqu’où comme ça Loupiote ? Il est trop tôt pour me faire marcher longtemps ! » Je souris. Je me retourne vers elle, attrapant sa main pour la soulever devant elle, la tirant pour qu’elle continue, ce qui la fait rire. « Tu veux que je te soulève ? » Je vais dans son dos, attrapant sa robe pour la soulever. Ses pieds quittent le sol, elle éclate de rire encore plus fort et je l’entraîne ainsi jusqu’à un endroit calme au cœur de la forêt d’Automne. « J’ai adoré ! » Je souris avant de sortir la fameuse fiole de ma petite besace. « C’est quoi ? », me demande Chipie. « Ça, c’est une poudre spéciale qui va me permettre de faire quelque chose d’exceptionnel. » « Tu vas enfin arrêter de râler ? » Je ferme les yeux en claquant ma langue et elle se met à rire. « Tu vas voir par toi-même ! » J’ouvre le bouchon, mais Chipie fait un mouvement : « C’est pas dangereux pour toi hein ? » Je souris. « Non, je l’ai déjà fait. Tu es prête ? » Elle hoche de la tête, mais je remarque bien dans ses yeux sa crainte. Je me saupoudre avec un sourire avant de fermer les yeux, la sensation lorsque je grandis est toujours étrange et me font des chatouilles dans le ventre.

Tout de go, je prends plusieurs centimètres devant les yeux de ma petite protégée qui s’esclaffe, les mains sur ses joues. « Mais… » Je baisse les yeux vers elle, étant plus grande que Chipie à présent. « Ouah, ça fait bizarre de te regarder d’en bas ! Enfin de te voir plus grande… » J’étire un sourire, prête à lui répondre seulement une voix masculine nous interrompt et je tourne les yeux vers un homme : « - Toi ... » Chipie ouvre de grands yeux avant de les froncer. « Hey, je te connais toi ! » dit-elle en pointant l’homme. Je le mire attentivement, essayant de le reconnaître puis son visage me parvient, moins dur, moins marqué… C’est l’homme qui nous a sauvés avec Chipie avant que la situation ne dégénère. Je me place devant ma petite protégée, ressentant dans ces retrouvailles une tension assez déplaisante. « T’es l’adulte qui nous a enfermés ! » « Non Chipie, lui il nous a sortis de là ! » Ma petite friponne vient devant moi, tournant le dos à l’homme en fronçant des sourcils : « C’est un adulte Loupiote ! Il était dans le groupe du couillon qui voulait te vendre ! Alors, il est responsable aussi ! » Je lève les yeux vers l’homme qui ne doit pas bien comprendre qui je suis. « Qu’est-ce que tu veux l'adulte ?! » dit Chipie en se retournant vers lui, les bras croisés. « Voir que nous allons bien, peut-être ? »


mad world
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptySam 22 Oct 2016 - 14:29



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre souffle dernier

Lou & Altaïr
Après tout ce temps perdu, tout ce temps passé à se demander si elles s'en étaient tirées sans séquelles. Altaïr les avait désormais devant lui. Un mélange de colère, de tristesse et de soulagement s'opérait en lui. Elles étaient en vie, de ça, il était heureux. Mais elles ne lui témoignaient aucun respect, aucune once de sympathie après tous les sacrifices qu'il avait fait. A quoi s'attendait-il exactement ? A ce qu'elles se prosternent devant lui tel un dieu descendu sur terre ? Non, évidemment. Un simple merci, sans doute. Altaïr les observa longuement, incapable de mettre des mots sur ce qu'il ressentait à leur égard. Et puis qui était cette femme qui accompagnait la gamine ? Les enfants perdus ne passaient pas beaucoup de temps avec les grands. C'était étrange.

Altaïr écarquilla les yeux en voyant le doigt de la gamine pointé sur lui et en l'entendant l'accuser de l'avoir capturée. Le bandit sentit son estomac se retourner. Après tout ce qu'il avait enduré par sa faute, elle avait l'audace de l'accuser ... sale petite irrespectueuse. Son poing se ferma machinalement. Altaïr baissa la tête, tentant de faire le tri dans son esprit. Elle n'était qu'une enfant incapable de faire le tri dans ses souvenirs. Elle ne faisait pas exprès d'être grossière et irrespectueuse, elle l'était par spontanéité.

Elles discutèrent rapidement entre elles, Altaïr n'entendit pas tout. Malheureusement, il entendit la fin de la phrase de la gamine. Non seulement elle manquait de respect à la mémoire de son leader mais elle osait le blâmer pour ce qui était arrivé. Le bandit haussa les épaules, s'approcher avait été une mauvaise idée. Elles n'étaient rien, rien que des problèmes. Des souvenirs nocifs d'un passé qu'il se devait d'oublier. Mais au moment où Altaïr s'apprêtait à se retourner, partir exorciser sa rage sur quelque chose, la petite l'interpella. Que voulait-il ? Rien. Rien venant d'elle.

- Rien. Je ne voudrais rien venant de toi, pas même un merci.

Il tourna ensuite les yeux vers la jeune femme qui accompagnait la gamine. Elle paraissait beaucoup trop jeune pour être sa mère. Peut-être une grande soeur ? Ou une protectrice ayant eu pitié de l'enfant sauvage qu'elle était ? Altaïr secoua négativement la tête et ajouta simplement, amer comme jamais.

- Si je peux vous donner un conseil mademoiselle, ne perdez pas votre temps avec cette ingrate. Elle est incapable de concevoir le respect ou la reconnaissance.

Altaïr esquissa un sourire. La situation était tellement ironique, le comble était qu'à présent qu'il l'avait retrouvée ... il regrettait. L'homme se sentait coupable de regretter mais c'était bel et bien le cas. Se chamailler avec cette petite ne servirait à rien et pourtant, sa culpabilité l'empêchait de reculer et de s'en aller. Il avait besoin de cracher sa haine à l'égard de cette sournoise. C'était plus fort que lui. Altaïr posa alors les yeux sur la gamine, la foudroyant du regard.

- J'ai tué un de mes amis pour toi et ta fée, sache que si j'avais su ... si j'avais l'opportunité de retourner dans le temps. Je vous laisserai dans votre merdier. Je ne m'approcherai même pas d'un centimètre de vous ! Toi et ta fée, vous êtes une malédiction. Vous avez gâché ma vie.

L'ancien galérien haussa les épaules. Déverser sa colère comme on lance un javelot, ce n'était sans doute pas la bonne chose à faire. Sa rage n'était que du vent envers cette enfant incapable de concevoir tout ce qu'il avait enduré par sa faute. Altaïr finit par secouer à nouveau la tête. Mieux valait qu'il se taise. Rien de bon à l'égard de la chipie ne pourrait lui venir à l'esprit alors c'était mieux comme cela. Décidément, à Neverland, il n'y avait aucune justice. Pas même pour les hors-la-loi.

Revenir en haut Aller en bas
Lou Loupiote
Beware, I'm starving
Lou Loupiote
ζ Inscris le : 08/09/2016
ζ Messages : 239
ζ Avatar : Sarah Gadon
ζ Localisation : Arbre du pendu, principalement ; mais aussi quelques séjours à Pixie Hollow.
ζ Occupations : Fée gardienne.
ζ Âge : Bientôt neuf siècles.
ζ Statut : Innocente de l'amour.
ζ Signes distinctifs : Lueur faible qui clignote.
Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper RJw6N90b



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyMer 2 Nov 2016 - 19:24

Vous vous souviendrez de moi...

« Rien. Je ne voudrais rien venant de toi, pas même un merci. » Je vois Chipie faire une grimace et je roule des yeux avant de croiser le regard de cet homme, celui qui nous a sauvé la vie ce soir-là. Sans lui, je serai peut-être morte, revendu à je ne sais qui pour servir à je ne sais quoi. « Si je peux vous donner un conseil mademoiselle, ne perdez pas votre temps avec cette ingrate. Elle est incapable de concevoir le respect ou la reconnaissance. » « T’es trop stupide toi, c’est » « Chipie, ça suffit ! » Elle me regarde tandis que je fronce des sourcils. Cet homme semble déjà suffisamment énervé pour ne pas accentuer ses sentiments. Mieux vaut ne pas le chatouiller pour éviter qu’on devienne des victimes de sa colère. Chipie tourne un regard sombre vers l’homme, je connais sa rancœur envers les Adultes et plus particulièrement les hommes, mais même s’il est maladroit dans ces propos aujourd’hui – et un brin agressif aussi – il n’en reste pas moins un héros, il nous a sortis de cette galère avec Chipie. On lui doit un minimum de reconnaissance, ce qui semble impossible pour Chipie. Mais je sais qu’au fond, même si elle ne le dira jamais, elle est redevable et je crois que c’est ça qui l’embête le plus. Redevable d’un Adulte, d’un homme qui plus est. « J'ai tué un de mes amis pour toi et ta fée, sache que si j'avais su ... si j'avais l'opportunité de retourner dans le temps. Je vous laisserai dans votre merdier. Je ne m'approcherai même pas d'un centimètre de vous ! Toi et ta fée, vous êtes une malédiction. Vous avez gâché ma vie. » Je fronce des sourcils tout en me plaçant devant Chipie, l’empêchant ainsi de répondre quoi que ce soit. Elle risque d’aggraver la situation et je n’y tiens pas, mais plus que tout, je suis légèrement blessée par ses propos. Je le mire, les sourcils froncés, tout en étant à la fois surprise de ne pas ressentir une vague de colère aussi forte que lorsque je suis en taille de fée. « Je n’apprécie pas qu’on m’accuse d’être une malédiction. Notre faute a été d’être au mauvais endroit, au mauvais moment, et on s’est retrouvé prisonnière d’un voyou. Un homme qui a souhaité me vendre contre de l’argent. Je suis navrée que vous soyez l’auteur de sa mort, mais nous n’avons rien demandé, si ce n’est d’être libre et loin des tourments que nous aurions subis certainement. » Je pointe un doigt dans sa direction, tout en gardant un bras devant Chipie pour la contraindre à faire tout mouvement. Cet homme semble ignorer que je suis cette fameuse fée, il faut dire que de ma petite taille, il n’y a que ma longue crinière de reconnaissable ou encore mes yeux bleus, mais il n’a pas été suffisamment proche pour devenir mes traits ou les mémoriser.  

« Je suis navrée pour votre vie, mais nous ne sommes pas responsables de vos maux. C’est votre ami qu’il faut accuser, c’est lui qui nous a enlevés, lui qui a voulu nous vendre. Vous avez eu de la pitié, vous avez voulu nous sauver et pour cela, on vous sera toujours redevable. Moi la première, vous m’avez arraché à un destin funeste. Quant à chipie, elle ne le dira jamais, elle ne le montrera jamais, mais elle vous remercie dans son plus profond intérieur, croyez moi… » Je sens que mes propos ont un effet sur cet homme. Peut-être la surprise d’apprendre que je suis cette fameuse fée sous la forme d’une femme, ou peut-être que même si Chipie n’en paraît rien, elle le remercie. J’ignore ce qu’il a vécu après et d’un certain côté, cela ne nous regarde pas, ne nous concerne pas, mais… s’il a souffert par notre faute, alors la moindre des choses serait de nous excuser et de nous montrer… reconnaissante. « Je suis pas reconnaissante moi… » dit-elle d’un ton boudeur et je soupire avant de me retourner vers elle, lui faisant de gros yeux avant de revenir sur l’homme imposant : « Il faut simplement pardonner son jeune âge, la bêtise d’une adolescente et la souffrance d’une enfant traumatisée par les Adultes et les hommes. » Je soupire. « Maintenant, si vous avez encore des accusations à faire, je pense qu’elles seront caduques avec nos excuses. » Des excuses ne réparent rien, mais elles ont au moins le mérite d’apaiser, parfois. Est-ce que cela fonctionnera chez cet homme ? Peut-être, j’ai envie d’y croire. Il est mon sauveur après tout, l’homme qui m’a permis de continuer à vivre des aventures avec cette jeune adolescente boudeuse, caractérielle, mais épatante.


mad world
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyDim 27 Nov 2016 - 17:08



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre souffle dernier

Lou & Altaïr
Les retrouver était sans doute la pire chose qui aurait pu lui arriver à cet instant. Les évènements étaient encore trop frais, Altaïr reprenait seulement sa vie en mains. Pourtant, le destin avait voulu que l'enfant perdue se retrouve sur sa route, une fois de plus. La colère du bandit ne fit qu'accroître en entendant que cette petite impolie l'insultait par-dessus le marché. La jeune femme à ses côtés sembla tenter de la calmer mais autant vouloir dompter un crodoudou enragé ! En un instant, Altaïr perdit pied et se mit à cracher au visage de la gamine et de sa fée tous les torts de son existence. Comme si cette enfant, ingrate et mal élevée certes mais loin d'être l'unique raison de son malêtre, portait le poids de ses échecs sur ses épaules.

L'inconnue s'avança alors, s'interposant de toute sa hauteur entre la fillette et l'homme. Elle le prit de court car à en croire ses paroles, elle était la fée en question. Altaïr la dévisagea comme on observe une bête curieuse. Il ressentait subitement un mélange de haine et d'effroi. Il était tellement plus facile de haïr et d'en vouloir à un adulte plutôt qu'à un enfant ! La fée lui sortit alors l'argument de la faute à pas de chance. Le visage d'Altaïr vira au rouge à nouveau, ses phalanges se serrèrent et ses immenses paumes formèrent deux poings. Heureusement, la jeune femme parvint à enfin trouver des mots qui portaient un certain sens. Altaïr détendit légèrement les mâchoires, juste assez pour pouvoir articuler quelques mots.

- J'en ai rien à foutre que tu me sois redevable ou pas ...

Altaïr avait trop de haine pour réfléchir à tête reposée à ce qu'il se passait. Il avait vécu la misère par la faute de ces deux personnes pendant qu'elles continuaient à s'amuser dans la forêt et à exhiber leur ingratitude. Le bandit faillit tout de même exploser de rire en entendant le mot "pardonner". S'attendait-elle sérieusement à ce qu'il pardonne quoi que ce soit ? Tout dans leur attitude était exécrable et s'il devait pardonner à quelqu'un, ça serait à lui-même.

- Vous êtes une belle paire d'ingrates toutes les deux. Tes belles paroles, je m'en tape. Je le vois bien que non seulement vous n'avez pas appris la leçon mais en plus, vous ne regrettez rien.

L'homme secoua la tête de gauche à droite. Tant pis pour elles, elles avaient eu l'opportunité de se montrer reconnaissantes ou au moins agréables mais elles n'avaient fait qu'aggraver la situation.

- A cause de vous, je suis devenu mauvais. Aujourd'hui, vous allez en payer les frais. Vous me filez tout ce que vous avez de valeur ... tout de suite.

Il pointa un doigt accusateur vers la gamine.

- Et pas d'entourloupes, je te préviens !

Altaïr sortit une larme de sa botte et la pointa en direction du duo. Il perdait tous sens commun, tout son passé lui remontait à l'esprit d'un coup, d'un seul. Ce qu'il désirait aujourd'hui, c'était tirer un minimum profit de toutes ces horreurs qu'il avait vécu de par leur faute.
Revenir en haut Aller en bas
Lou Loupiote
Beware, I'm starving
Lou Loupiote
ζ Inscris le : 08/09/2016
ζ Messages : 239
ζ Avatar : Sarah Gadon
ζ Localisation : Arbre du pendu, principalement ; mais aussi quelques séjours à Pixie Hollow.
ζ Occupations : Fée gardienne.
ζ Âge : Bientôt neuf siècles.
ζ Statut : Innocente de l'amour.
ζ Signes distinctifs : Lueur faible qui clignote.
Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper RJw6N90b



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyLun 12 Déc 2016 - 14:22

Vous vous souviendrez de moi...

« J'en ai rien à foutre que tu me sois redevable ou pas ... » Donc, mes excuses ne fonctionnent pas. Si seulement Chipie était un peu moins têtue et qu’elle avouait tout de go des excuses plutôt que de continuer à ronchonner dans son coin, sa colère serait peut-être moindre. Ou pas. À vrai dire, je ne connais pas cet inconnu, je sais simplement qu’il est venu nous délivrer et qu’à cause de ça, il a dû tuer l’homme qui nous avait emprisonnés. Est-ce qu’on lui a demandé ? Non ! Il a peut-être honte d’avoir eu un cœur cette nuit-là, de s’être montrer bon et il regrette. « Vous êtes une belle paire d'ingrates toutes les deux. Tes belles paroles, je m'en tape. Je le vois bien que non seulement vous n'avez pas appris la leçon, mais en plus, vous ne regrettez rien. » Ma bouche s’ouvre sous la surprise de ses propos. Il ne nous connait pas, comment peut-il savoir si on regrette ou pas, si on a appris la leçon. Et qu’est-ce qu’on a à regretter de toute manière ? Il oublie certainement que dans l’histoire, les victimes, ce sont nous et pas lui ! Il commence à m’agacer et la colère menace de venir s’imposer dans mon esprit. Je croise le regard de Chipie qui pour une fois, garde sa bouche fermée et heureusement pour nous, je ne tiens pas à ce qu’il finisse par faire ce que son collègue voulait, au départ. « À cause de vous, je suis devenu mauvais. Aujourd'hui, vous allez en payer les frais. Vous me filez tout ce que vous avez de valeur ... tout de suite. » Ce n’est certainement pas le moment, mais, je ne retiens pas mon rire moqueur quand il pointe Chipie en la menaçant de ne pas essayer de l’entourlouper. Mais ce qui m’a fait rire, ce sont ses paroles. « À cause de nous ? À cause de nous, laissez-moi rire. Vous êtes mauvais de nature, vous avez honte simplement d’avoir laissé votre bonté sortir au grand jour cette fameuse nuit ! Si vous croyez qu’on va vous laisser nous dépouiller sans rébellion, alors vous êtes encore plus idiot que ne le prétend Chipie ! » Je croise mes bras, pour une fois, c’est moi qui manque de respect. Qu’est-ce qu’il croit, qu’il va réussir à voler une fée et une gamine rebelle ?

« Loupiote, t’es sûre de toi ? » me murmure Chipie d’une petite voix. Elle ne semble pas rassurée, surtout à cause de cette lame qu’il tient entre ses paumes épaisses. S’il avait vraiment voulu nous tuer ou nous faire du mal, il n’aurait pas perdu son temps à vouloir parler dès le départ. Il serait tombé sur Chipie et l’aurait tué sur le coup, où l’aurait emporté. Si seulement j’étais sous ma taille de fée, je pourrais le soulever dans les airs et l’emmener loin d’ici. Sa pointe qui nous menace ne m’inquiète pas du tout et je me permets de lever un sourcil moqueur : « De toute manière, nous n’avons rien sur nous. À moins que vous vouliez des noisettes et des fruits ? » C’est la vérité en plus, nous n’avons rien. Peut-être qu’il va passer son chemin, ou alors, il va encore devenir tout rouge et finir par exploser à force qu’on se permet de lui répondre. Protégeant Chipie en rempart devant elle, je mire l’homme en le défiant de faire quoi que ce soit, mais nous tuer, non, j’ai un doute. Ce n’est pas un meurtrier, sinon il ne nous reprocherait pas la mort de son compagnon. « Vient Chipie, on s’en va… » Je pousse ma petite protégée, l’incitant à reculer pour fausser compagnie à ce voleur. Chipie court vite, elle lui échappera.


mad world
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyLun 19 Déc 2016 - 17:48



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre souffle dernier

Lou & Altaïr
La colère qu'il ressentait envers elle était brûlante, elle irradiait ses entrailles et se répandait dans tout son corps comme un venin. Altaïr parvenait à peine à se contrôler assez pour ne pas les attaquer sur le champ. Elles ignoraient tout. Elles avaient vécu des jours paisibles, heureux. A se balader librement dans les forêts de Neverland en récoltant des fruits, à jouer avec les autres enfants perdus et les autres fées. Elles n'avaient connu ni l'odeur de sueur et de sang incrustée dans leurs narines ni la sensation brûlante du fouet léchant leur chair. Elles étaient libres, intactes, saines et sauves. Altaïr les détestait pour ça. Pour la chance qu'elles avaient eu de s'en tirer.

Sur le moment, le bandit jugea utile, vital de leur infliger un peu de malheur à son tour. N'était-ce pas un juste retour des choses ? Elles qui incarnaient toutes ces années de misère et de souffrance. Malheureusement, la fée ne l'entendait pas de cette oreille. Elle protesta, se rebella contre lui comme jamais elle n'aurait osé le faire contre l'ennemi qui les avait menacée de mort à l'époque. Et cela prouva bien à Altaïr qu'il n'était pas semblable à cet homme ... Certes, elle cherchait à le heurter mais ses mots ne parvenaient qu'à le laisser plus dubitatif qu'autre chose. La gamine, son visage a changé. Son caractère imbuvable a laissé place à une sorte de candeur enfantine. Parce que oui, au-delà de la teigne qu'elle peut être ... ça n'est qu'une gosse. Une gosse sans mère ni père pour veiller sur elle. Une gosse qui aurait fini dans les ruelles crasseuses de One-Eyed-Willy à mendier ou pire si Altaïr avait laissé faire son ex-leader.

Son arme se baissa lentement. La fée déclara qu'elles n'avaient rien et insinua qu'il devrait faire avec. Altaïr poussa le plus lourd soupire qu'il avait en réserve. Elles l'épuisaient. Dans un mouvement protecteur, la gardienne poussa protégée en déclarant qu'elles s'en allaient. Cela fit rire Altaïr qui ne chercha même pas à dissimuler son amusement teinté de jalousie.

- Comme d'habitude ... vous êtes passées expertes dans l'art de prendre la fuite et de laisser le chaos derrière vous.

Altaïr haussa les épaules et rangea son arme. Il avait probablement perdu son humanité au cours de ces années d'esclavagisme. Mais il n'était pas devenu un monstre pour autant, la coquille vide aurait probablement été une métaphore plus parlante à son égard. S'en prendre à ce duo avait été stupide ... elles n'étaient que les tristes égéries de son malheur. Le véritable coupable, ce n'était autre que lui-même.

- Tu te trompes, la fée. Si j'étais mauvais de nature, je vous aurai abandonnées ce soir-là et aujourd'hui, je vous aurais fait payer ces crimes que, comme tu le dis, vous n'avez pas commis.

Que pouvait-elle comprendre aux problèmes des humains ? Elle qui vivait dans son petit univers parfait où les gens sont assez puissants pour déraciner un arbre et où votre village est la chose la plus secrète de l'île. A l'abri dans son cocon, la fée, elle ignorait combien les humains pouvaient être profondément mauvais entre eux. Altaïr se leurrait quand il croyait que l'une ou l'autre pouvait comprendre. Elles n'étaient que des âmes bien trop différentes du commun des mortels. Elles jouaient à la marelle tandis que lui pataugeait dans le sang. Chacun sa bulle.

- Une fois de plus, t'as rempli ton rôle. T'as protégé ta gamine. Bravo, je te félicite. Oublie pas de bien écraser tout ce qui reste sur ton passage ... parce qu'après tout, tant qu'elle, elle va bien. Le reste, t'en as rien à carrer, n'est-ce pas ?

Altaïr pouffa d'un rire nerveux.

- Bref, cassez-vous ... c'est mieux comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Lou Loupiote
Beware, I'm starving
Lou Loupiote
ζ Inscris le : 08/09/2016
ζ Messages : 239
ζ Avatar : Sarah Gadon
ζ Localisation : Arbre du pendu, principalement ; mais aussi quelques séjours à Pixie Hollow.
ζ Occupations : Fée gardienne.
ζ Âge : Bientôt neuf siècles.
ζ Statut : Innocente de l'amour.
ζ Signes distinctifs : Lueur faible qui clignote.
Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper RJw6N90b



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyLun 26 Déc 2016 - 16:37

Vous vous souviendrez de moi...

« Comme d'habitude ... vous êtes passées expertes dans l'art de prendre la fuite et de laisser le chaos derrière vous. » Mes sourcils se froncent alors que je pousse Chipie afin que nous puissions partir. C’est étrange, cet homme m’avait pourtant laissé un souvenir agréable, mais voilà qu’il vient tout gâcher avec sa colère et ses accusations. Son arme se baisse, il abandonne son désir de nous voler, de toute manière, nous n’aurions rien eu pour le contenter à l’exception d’une fiole de poudre d’humanité pour moi. « Tu te trompes, la fée. Si j'étais mauvais de nature, je vous aurai abandonnées ce soir-là et aujourd'hui, je vous aurais fait payer ces crimes que, comme tu le dis, vous n'avez pas commis. … Une fois de plus, t'as rempli ton rôle. T'as protégé ta gamine. Bravo, je te félicite. Oublie pas de bien écraser tout ce qui reste sur ton passage ... parce qu'après tout, tant qu'elle, elle va bien. Le reste, t'en as rien à carrer, n'est-ce pas ? » Ma bouche s’ouvre, sous le choc de ses paroles. Quoi, qu’espère-t-il, que je devienne sa protectrice ? Mais c’est un Adulte et un homme, qui plus est, il est capable de se protéger seul et d’affronter les dangers de la vie. Chipie n’est qu’une enfant, une chose encore fragile et instable qui se fera manger à la première occasion. Je laisse Chipie disparaître derrière moi tandis que je reste devant lui, à une distance raisonnable qui me permettra de courir si jamais, il vient à faire quoi que ce soit. « Pourriez-vous me rappeler votre âge ? Non parce qu’à vous entendre, vous êtes jaloux de Chipie et du fait que je la protège. Vous êtes un homme, un Adulte ! Vous êtes capable de vous protéger tout seul, elle non ! Je n’écrase rien sur mon passage, contrairement à vous les adultes ! Vous marchez sur les fleurs, sur la végétation sans y porter un seul regard, un seul intérêt. » Au fur et à mesure que je parle, je me rapproche de lui, le regard sombre et un pli entre les sourcils, démontrant mon mécontentement et ma colère. « Vous pensez que cette île vous appartient, parce que vous êtes plus grand que certains de ses occupants, parce que vous avez des armes à feux et autres matériaux ! Mais vous êtes ici en hôte, pas en conquérant et un jour, Neverland se vengera de tous les ravages qui lui sont faits. Elle l’a déjà fait récemment et elle le refera encore, s’il le faut ! » Je viens poser mon index sur son torse, sans aucune crainte, le poussant ainsi par ce geste. « Si vous nous en voulez pour cette nuit-là, alors mieux aurait fallu ne pas venir nous sauver ! Mais on n’a rien demandé et c’est vous et votre conscience, qui avez agi seuls. Je tiens à le rappeler ! »

Mes joues sont rouges sous la colère, pourtant, elle est moins forte que lorsque je suis en taille de fée. Je regrette d’ailleurs de ne pas être petite, afin d’avoir ma force pour lui en coller une bonne, histoire qu’il s’en rappelle. « Vos reproches, vous les gardez pour vous-même et vous vous noyez avec s’il le faut, mais je ne tiens pas encore une fois à recevoir vos sales paroles ! » Je me redresse devant lui, même si je suis plus petite que lui, je me sens aussi grande si ce n’est plus que lui à cet instant. « Maintenant, si vous avez encore du venin à cracher, alors allez voir ailleurs, là où quelqu’un portera un quelconque intérêt à votre personne. Moi, j’en ai assez ! » Je croise ses yeux avant de lui tourner le dos.


mad world
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyLun 2 Jan 2017 - 15:41



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre souffle dernier

Lou & Altaïr
Le visage de la fée exprime une profonde indignation. Elle semblait outrée par les propos d'Altaïr, comme si ce qu'il disait relevait de l'absurdité. A ses yeux pourtant, ses paroles étaient pleines de sens. Dans son courroux, la demoiselle n'hésita pas à l'accuser de dénigrer la nature et de ne pas prendre soin de l'île. De n'être au final qu'un adulte parmi tant d'autres. Cela fit presque sourire Altaïr, elle ignorait décidément tout de lui. Peut-être que si elle avait su qu'il vivait au sein même de la forêt, qu'il ne la détruisait pas mais vivait en harmonie avec celle-ci, elle réagirait différemment. De toute façon, le bandit n'attendait pas son approbation ou son respect. Il n'attendait plus rien d'elle. Pourquoi la retenait--il dans ce cas ?

La blonde s'avançait, ayant visiblement perdu la crainte qui l'animait encore quelques minutes plus tôt. Altaïr secoua la tête face à ses dires. Neverland ne leur appartenait pas mais il doutait que l'île appartienne à qui que ce soit. Cette entité magique avait une volonté propre et bien qu'elle ait une affection toute particulière pour les enfants perdus, ils n'en étaient pas les propriétaires non plus. La fée se trompait, selon lui. Mais le voyou refusait de repartir dans un énième débat stérile avec la jeune femme. Elle était trop en colère pour entendre quoi que ce soit, drapée dans sa vanité. Altaïr avait souffert l'enfer et avait cru pouvoir en blâmer ces deux individus mais il s'était trompé. Elles n'y étaient pas pour beaucoup plus que lui-même et la compassion, les remords, il ne les trouverait définitivement pas auprès d'elles. Quant la fée reprit le sujet de la fameuse nuit, le visage d'Altaïr se ferma à nouveau. Oui, il avait fait preuve d'humanité. Et c'était presque une erreur à l'entendre parler.

- Je n'aurais peut-être pas dû être aussi humain puisque tu sembles me le reprocher. C'est pas comme si tu pouvais savoir de toute façon ...

Qu'importe qu'elle en ait l'apparence, elle n'était pas humaine. Ses sentiments fonctionnaient peut-être de la même façon, ou peut-être pas, mais elle n'avait pas le même raisonnement que lui. Ils étaient différents et ne se comprendraient probablement pas. Sans crainte aucune, elle le poussa du doigt et lui ordonna presque de cesser de lui jeter son venin au visage. Altaïr secoua à nouveau la tête. Il avait tellement accumulé la rage intérieurement que désormais, il se sentait vidé. Comme après le plus féroce des combats, il ne ressentait plus rien. Juste l'envie de rentrer chez lui et d'oublier tout ça. De reprendre sa vie et d'oublier qu'il avait un jour croisé la route de la fillette et de sa fée.

- Ne t'en fais pas, je ne vous retiens plus. J'ai déjà perdu assez de temps comme ça.

Tout ce temps passé en tant qu'esclave, il l'avait perdu. Désormais, Altaïr se devait de vivre doublement plus fort sa vie. Récupérer un semblant d'existence avant de s'éteindre était indispensable, l'homme refusait de finir esclave, de pouvoir n'être résumé qu'à son asservissement. La fée et sa protégée appartenaient au passé désormais. Altaïr partit dans la direction opposée puis se retourna une ultime fois et hurla pour qu'elles puissent l'entendre malgré les feuillages qui les séparaient désormais.

- J'espère ne jamais vous revoir toutes les deux !

Altaïr haussa furieusement les épaules et repartit en courant, impatient de continuer à vivre une vie dont aucune fée et aucune gamine perdue ne faisait partie.
Revenir en haut Aller en bas
Lou Loupiote
Beware, I'm starving
Lou Loupiote
ζ Inscris le : 08/09/2016
ζ Messages : 239
ζ Avatar : Sarah Gadon
ζ Localisation : Arbre du pendu, principalement ; mais aussi quelques séjours à Pixie Hollow.
ζ Occupations : Fée gardienne.
ζ Âge : Bientôt neuf siècles.
ζ Statut : Innocente de l'amour.
ζ Signes distinctifs : Lueur faible qui clignote.
Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper RJw6N90b



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper EmptyMar 3 Jan 2017 - 12:42

Vous vous souviendrez de moi...

Cet échange ne mène à rien. Cet homme reste sur ses positions et moi également, donc nous n’irons pas loin. Il a de la chance que je sois sous ma forme d’humaine, sinon il aurait reçu une leçon par une fée. « Ne t'en fais pas, je ne vous retiens plus. J'ai déjà perdu assez de temps comme ça. » Je me détourne de lui, ne souhaitant plus en entendre davantage. J’espère ne plus recroiser la route de ce voleur qui a fait preuve de bonté une nuit. « J'espère ne jamais vous revoir toutes les deux ! » Je tape du pied en me retournant, prête à lui hurler que c’était réciproque, mais je ne le vois déjà plus. Quel sale humain ! Je peste entre mes lèvres, rejoignant Chipie qui m’attend non loin de là, la tête entre les épaules comme si elle se sentait fautive et finalement, cette dispute débouche de son manque de politesse et son besoin de toujours tout reprocher aux adultes, de ne jamais faire preuve de reconnaissance. Elle pose sa main sur mon bras et je lui lance un regard sombre, contrariée par cette rencontre avec le voleur. « Franchement Chipie, la prochaine fois qu’on croise quelqu’un… soit tu la fermes, soit tu te comportes mieux sinon, je ne viendrais plus jamais en promenade avec toi ! » Elle remue de la tête et pour une fois, ne cherche pas à me contredire ni même à s’emporter. Mieux vaut pour elle qu’elle ne le fasse pas. Je l’entraîne plus loin, afin de continuer notre promenade même si je n’ai plus du tout l’envie ni le même entrain que tout à l’heure. Là, j’ai juste envie d’aller le retrouver pour lui faire regretter ses paroles. « Loupiote ? » Je tourne les yeux vers ma protégée, elle montre un point au loin et je finis par étirer un sourire. « D’accord, allons-y… » Je me laisse entraîner par Chipie jusqu’à cette petite rivière pour tremper nos pieds et tenter d’attraper des grenouilles, comme elle aime souvent le faire.


mad world
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty
Message Sujet: Re: Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Vous vous souviendrez de moi au moment de votre de souffle dernier, vous vous souviendrez du jour où vous avez mis ma tête à couper

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UploadHero] Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine [DVDRiP]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]
» [UPTOBOX] 48 heures par jour [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-