AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Daeron Dol'Béoran
Beware, I'm starving
Daeron Dol'Béoran
ζ Inscris le : 22/02/2016
ζ Messages : 290
ζ Avatar : Levi Miller
ζ Localisation : Là où mon père va
ζ Occupations : Petit voleur
ζ Âge : 12 ans
ζ Statut : C'est quoi un statut ?
Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro 709692LeviM67



Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Empty
Message Sujet: Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro EmptyMer 24 Fév 2016 - 16:46

LES CATINS, LE VOLEUR ET LE GAMIN

  Miro & Daeron
 
Les voix des pirates résonnent dans ce grenier qui me sert de toit depuis plusieurs jours. Je m’amuse parfois à imaginer leurs histoires rien qu’en entendant trois ou quatre paroles sortir de leur bouche. Il y a bien des mots que je ne comprends pas et sur lesquels je serais bien incapable de définir une signification, mais c’est ma manière de trouver le sommeil. Je pourrais me contenter de clore mes paupières et de penser au jour suivant, seulement, mes oreilles se laisseraient distraire par les drôles de bruits qui s’échappent parfois des chambres de la maison de passe. Je suis d’ailleurs bien curieux de savoir ce qu’il s’y passe, est-ce qu’ils jouent à mimer des animaux ? Ils doivent sauter sur les lits, cela est certain, la literie grince tout le temps. J’entends aussi les filles crier et les hommes pousser des cris d’ours, nul doute qu’ils s’amusent bien les adultes, seulement, ils ne veulent pas le dire aux enfants pour être encore respectés. C’est ma théorie du moment, depuis que je suis avec les filles dans cette grande maison aux abords du port de One Eye Willy. Certes, je ne suis pas allé creuser la question sur les activités, je sais seulement, qu’elles sont peu habillées, qu’elles aiment montrer les épaules et leurs cuisses et aussi…qu’elles rigolent beaucoup, vraiment beaucoup. Parfois, des hommes viennent s’amusent et leur laisse de l’argent pour les remercier d’avoir jouer avec eux. J’aimerai dormir, mais cette nuit là, malgré que la nuit soit toujours là même lorsque je me réveille, je n’y arrive pas. Je me tourne encore et encore, le lit grince, je frappe ma paume contre le sol espérant qu’ils arrêtent de sauter sur le matelas. Mais rien n’y fait. Les bras croisés sur mon poitrail, j’observe ce plafond décrépit. Il faut rapidement que je fasse le tour de cette ville, que je trouve une piste sur mon papa et que je parte rapidement de cette cité. Faute d’arriver à dormir, je me lève, soupirant et laissant choir la vieille couverture sur le sol. Grincement de mes pas sur les planchers, j’arrive à la porte qui mène dans les couloirs des étages inférieurs. Je sais qu’elles ne veulent pas trop que je descende, ce soir pourtant, je désobéis. Les marches grincent sous mon poids, les couloirs sont éclairés par des bougies, une fille court presque nue poursuivit par un pirate en sous-vêtement. Je grimace, bougeant ma tête de droite à gauche rapidement. Les adultes ont de drôles de jeux. Je poursuis mon avancée, je sais qu’en cuisine, je serais bien et la réserve me sera ouverte. La dernière porte sur la droite avant le grand escalier est entrouverte. Trop curieux, oui, je le suis, Maman me le faisait souvent remarquer. Une main sur le chambranle, j’avance ma tête vers l’ouverture. Vision de vêtements sur le sol, je décale doucement ma tête, c’est le bas du lit qui remue que j’aperçois à présent. Je vais être certain maintenant... « Bah alors Gamin ! T’viens pour mater où t’faire une donzelle » Surpris, je sursaute et je bouscule l’homme pour descendre les grands escaliers. Pourquoi, est-ce que je me sens tellement en faute, voire honteux. Dans le grand salon, j’aperçois Perséphone qui…Beurk !!! Je grimace, tirant la langue et sortant en trébuchant sur les trois marches du perron. Je ne veux pas songer à ce que je viens de voir. Ce sont des choses qui viennent m’hérisser les poils des bras. Pieds nus et en pleine rue, je finis par me pousser du passage. Des hommes entrent, d’autres ressortent dont l’homme que je viens de surprendre remontant son pantalon. Cette ville n’est pas faite pour un enfant, je n’aurais pas dû désobéir. Il est maintenant hors de question que je remonte là-haut. Je frissonne, je n’ai pas pris de manteau, mon but premier n’étant pas de me retrouver sur la chaussée.

Je remonte le perron de la maison de passe très animée, longeant les abords des fenêtres toutes fermées par d’épais rideaux de velours d’un bordeaux douteux. Ça sent l’urine, le rhum et…rahhh ce n’est pas vrai ?! Je me détourne avant de vomir à mon tour et je longe plus le côté droit de la maison jusqu’à trouver un homme assis près d’un tonneau qui sert à récupérer l’eau de la pluie. Il n’a pas l’air d’avoir bu, son regard est perdu sur la rue et je me demande à quoi il peut bien songer. « Bonsoir ! » Je m’approche voyant qu’il ne semble pas être une menace et je me place devant lui. « Je suis Daeron ! Et toi ? » Ma question et le fait que je lui donne mon prénom semblent le surprendre, à moins que ce ne soit autre chose. Mais sa manière de me mirer ressemble plus à de l’étonnement, j'en mettrais ma main à couper. Je tourne ma tête pour observer les choses autour avant de prendre place dans la même posture que lui, soit le dos appuyer contre le mur de la maison abritant les demoiselles. Il me pose une question et je souris.  «Non, pas du tout ! Je dors seulement dans le grenier… Et toi ? Tu voulais entrer ? Les filles sont chouettes, elles m’adorent ! Si tu veux, je peux te les présenter…enfin…lorsqu’elles…enfin tu vois…la journée, c’est plus calme…il n’y a pas tous ces pirates dans les chambres à sauter sur les lits et faire…des bruits d’animaux… »
acidbrain



J'ai grandi avec la certitude que mon père était un homme bien, maintenant que je le connais, je crois que je l'ai sous-estimé.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Empty
Message Sujet: Re: Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro EmptyMar 5 Avr 2016 - 20:01

Les catins, le voleur & le gamin
J'ai toujours pris un plaisir extrême à penser, sans trop me soucier du tracé de la frontière entre l'imagination et la certitude. L'intérieur de ma tête comme un bordel dont je serai l'unique client d'un soir, l'habitué occasionnel. Pas si seul, car les pensées pensionnaires viennent au-devant de mes désirs : les nobles, cendrées et hautaines, les belles, toutes nues mais poudrées, les ingénues, les petites, les perverses, les noires, les folles, les honteuses. Et les vulgaires, et les très vulgaires, champagne, échancrure et langues qui s'agitent. Mes pensées ce sont mes catins, comme c'est exact. Luxure mentale. Dehors, le froid. Et les autres, tous les autres, se tiennent dans ce froid. Proches et lointains. Et je les regarde, jumelles, fenêtres sur cou.



Mais qu’est-ce que je fiche ici ? Non, enfin, je SAIS pourquoi je suis là. Juste que je me demande bien qu’elle mouche m’a piqué pour me faire RENTRER là. Les couleurs. Les odeurs. Les gens. Tout ici me met mal-à-l’aise. Je ne cesse de changer d’endroit, essayant tant bien que mal de me fondre dans la masse. Peine perdue. Quelques regards me suivent. Je ne pourrais dire s’ils sont curieux, étonnés ou … lubriques. Un frisson me parcourt l’échine quand l’une d’Elle passe à côté de moi dans un couloir étroit en me frôlant la main et m’adressant un sourire sans équivoque. Cette foutue mouche, je lui ferais passer le pire quart d’heure de sa courte vie si je la trouve un jour ! Allons, allons. Un peu de courage et de bonne volonté. J’ai fait bien pire. En ce forçant un petit peu, je devrais y arriver. Ce ne doit pas durer des heures…Non ?

_________DEUX HEURES PLUS TARD_________

On dit qu’on apprend plus vite en faisant des erreurs qu’en reussissant à chaque fois. Et bien celle-là, je m’en souviendrais. Une fois. On ne m’y reprendre point deux fois. Obstination à la noie. Bordel de cleptomanie compulsive. Ce sont les seules fautives dans l’histoire. J’aurais mieux fais de résister à cette douce tentation…Mais j’en avais tellement envie. Depuis le premier jour où je l’ai aperçu sur un des pontons du port, je me suis dit qu’un jour, je m’en emparerais. Quoiqu’il en coute. Je l’aurais. Oui et bien la prochaine fois j’y réfléchirais à deux fois. Ce qui m’arrive en ce moment pourrait être le début d’une farce d’un gout douteux : Qu’est-ce qu’un Miro dans un Bordel ? Et bien comment vous dire …

« Quelque chose ne va pas mon mignon ? » Une voix édulcoré me tire de mes pensées. Elle humecte ses lèvres à chaque syllabe, donnant une sonorité absolument déroutant à ses mots. Nul doute que mon étonnement doit se lire sur mon visage puisqu’un sourire vient s’étirer sur ses lèvres. Je pourrais en parler longuement de celles-ci. Je n’arriverais pas à dire si c’est la lèvre supérieure qui est étrangement charnue ou celle inferieur qui est bizarrement inexistante…Ou bien ce baume à la couleur criarde qui ne lui rend pas hommage. Pourquoi se maquiller ainsi si c’est pour gâcher un visage qui, avec un peu d’imagination – et heureusement je n’en manque pas – pourrait être si joli. J’ouvre puis referme ma bouche tel un poisson hors de l’eau. Qu’est ce qui ne va pas ? Oh demoiselle je pourrais t’écrire un roman sur ce qui ne va pas ACTUELLEMENT. Mais rien ne parvient à franchir mes lèvres et je me mure dans un silence qui se fait de plus en plus gênant. « Ne fais pas cette tête-là, on dirait un lapin apeuré… » Voilà donc quelle image je renvois : celle d’un lapin faisant les yeux ronds. Ce ne doit pas être si loin de la vérité après tout. « Toi, t’es certainement nouveau ici… » me susure-t’elle en se posant à mes côtés…Enfin, en débordant un peu sur ma jambe étant donné que les siennes viennent se caller dessus. Si jusqu’à lors je n’avais point virer au rouge pivoine, la chaleur dans mes joues m’indiquent que c’est chose faite. « Tu n’as pas à voir peur voyons…Je ne vais pas te manger » Sa tête se pose sur mon épaule et ses doigts pianote le long de mon bras. Quelques-uns de ses cheveux roux me chatouille le nez et je dois faire appel à toute ma volonté pour ne pas lui éternuer dessus. Ce ne ferait qu’accroitre un peu plus l’énorme embarra que je ressens, si t’en est qu’il puisse augmenter. Si j’arrive à réprimer mon éternuement, un frisson brusque échappe à mon contrôle, faisait cesser les mouvements de doigts de mon hôtesse. Je n’ose la regarder et je ‘m’obstine à fixer les pieds de la table basse non loin devant moi. Peut-être que si je l’ignore assez longtemps, elle se lassera de moi. Oh que je l’espère !

« Je m’appelle Kaylane, dis-moi ce que tu veux et je ferais tout pour te satisfaire … » A ce moment, j’aurais donné n’importe quoi pour pouvoir disparaitre, devenir invisible ou même me liquéfier sur place. N’importe quoi qui me permettrait de m’échapper d’ici. Ou alors, pouvoir me saouler en un clin d’œil, pour me désinhiber un peu – beaucoup-. Non en fait, non. Je ne préfère pas. Cet endroit ne m’inspire guère et je suis plutôt pour le fait de garder toutes mes facultés au cas où. Je balbutie quelques mots que la dénommée Kaylane n’a surement pas déchiffré car moi-même je serais bien incapable de me répéter. Heureusement qu’un semblant de voix à traverser mes lèvres sinon j’aurais eu l’air d’un poisson qui cherche à respirer hors de l’eau. Un poisson avec les yeux d’un lapin apeuré. J’imagine bien l’image que je dois renvoyer. Elle se met à rire, a gorge déployer en de laissant presque tomber en arrière. Reflexe stupide de ma part, je la retiens en passant son bras derrière son dos. La maligne, petite garce rousse. Sans doute avait-elle calculer tout cela à l’avance, répéter maintes et maintes fois ce petit tour. Son rire cesse et elle vient se blottir contre moi, m’offrant une vue imprenable sur ses attribues … Comment dire … Opulents ? Saucissonné dans un corset trop serre, sa poitrine à l’air prête à jaillit par surprise. Impossible pour moi de lorgner autre chose que ça, puisque mon nez se retrouve presque plongé dedans. A peu de chose, elle pourrait sans doute étouffer du monde entre ses seins. Mon seul recourt est de lever la tête en m’étirant le cou comme pour regarder l’escalier qui mène à l’espèce de balcon qui court tout le long de la pièce. Sans doute mêne-t’il au chambre puisque je l’ai vu y monter quelques heures plutôt. J’avais craint que cela ne dure trop longtemps, me voilà fixé. « Que regardes-tu mon Lapin ? » Elle suit mon regard et ses lèvres forment un o silencieux « Attendrais tu quelqu’un ? » J’hoche la tête avec vigueur, si cela peut me sauver de l’asphyxie, je veux bien attendre n’importe qui ou n’importe quoi ! « Viens donc avec moi en attendant… Cette personne n’aura qu’à se joindre à nous… » La chaleur dans mes joues fait soudainement place à un froid glacial alors que le sang s’en s’échappe. Mon cœur aussi semble descendre d’un coup dans mes talons. J’ai dû devenir blanc comme un linge en un temps record vu la mine inquiète de mon hôtesse. « Ça n’a pas l’air d’aller …Est-ce … » Mes jambes acceptent enfin de me répondre et je ne lui laisse nullement le temps de finir sa phrase que déjà je détale – comme le lapin que je suis – vers la porte d’entrée qui vient de s’ouvrir. J’ai besoin d’air. Vite. Maintenant. Bordel de bordel. L’image de ces seins prêt à bondir risque de me poursuivre…

Je respire l’air a grande inspiration comme si c’était la première fois de ma vie que je le faisais. L’odeur de la ruelle chasse petit à petit l’odeur de l’encens et mon cerveau reprend le contrôle. Moi dans un Bordel pareil, plus jamais. Si d’avenir ma cible s’en rentre dans ce genre d’endroit, je ferais le pied de grue devant. Point dedans. Je m’étire un instant en regardant autour de moi à la recherche d’un endroit où me poser et réfléchir à la manière dont j’obtiendrais ce que je convoite. Moi, obstiné ? Que nenni ! J’ai vu cette objet, si je ne parviens pas à mettre la main dessus ce soir, je le ferais demain, ou le surlendemain… J’ai encore quelques jours devant moi avant de retrouver Dream et Bree. Autant en profiter pour récolter quelques petits trucs.

Neuf personnes sont rentrées et seulement deux en sont sorti. La bâtisse n’est pas bien grande et j’en viens à me demander comment autant de monde peut tenir là-dedans. * en s’emboitant les uns dans les autres voyons * Je soupire entre mes dents. Cela doit faire encore une bonne heure que je poirote un peu plus loin que l’entrée, prenant mon mal en patience. Je profite pour regarder le ciel, magnifique dans cette nuit sans fin. Beaucoup s’en plaignent. Moi j’en suis ravis. J’entends la clochette de la porte tinter une nouvelle fois. Aussitôt mes yeux quittes les étoiles pour observer la personne qui en sort : serait ma cible ? Et bien non. Ce n’est qu’un gamin. Mon regard ballait la ruelle et un nouveau soupire m’échappe. Une seconde… Mais qu’est-ce qu’un gamin pouvait bien foutre dans un bordel ? « Bonsoir ! » Sa voix m’interpelle alors qu’il s’approche de moi. En voilà un peu farouche. Ils ne sont pas nombreux les mioches qui abordent des adultes avec autant de naïveté. Il faut dire aussi que je ne dois pas non plus être le gars le plus impressionnant qu’il ait surement rencontré. Surtout s’il vit dans un endroit comme celui-ci. « Je suis Daeron ! Et toi ? » Si j’avais été ivre, j’aurais juré qu’il n’était qu’une illusion, un vilain tour de mon esprit. Pourtant, étant bel et bien sobre, un tel mirage était fort peu probable. Ce petit gars, sans doute âgé d’une dizaine d’année car il ne fait pas très vieux- pourrait très bien être un fantôme du passé, un souvenir incarné en chair et en os. Mais les fantômes n’existent pas et je ne suis pas certain qu’une quelconque magie puisse donner vie à des souvenirs…Hum…Quoique. Nos pires cauchemars furent bien réels pendant un temps. Alors pourquoi pas…Non, c’est impossible, une autre explication doit exister. Je me refuse à croire que le gosse qui se tient devant moi n’est qu’un être magique ou quelque chose du genre. Pourtant cela me tracasse. Fortement. Mais sans mauvais pressentiment. Plus je le regarde et plus j’ai l’impression de revenir des années en arrières… « ‘Soir… » Il s’installe de la même manière que moi, juste à côté. Ciel que la ressemblant est troublante. « Dis-moi, tu vis là-dedans ? Sinon je pense que tu es un peu trop jeune pour ce genre…d’activité » Il sourit à ma question. Tiens, voilà une première différence. Mais ses yeux ne peuvent me tromper, ils sont identités aux Siens. Je crois qu’en fait, je commence à accepter l’idée d’avoir, posé à côté de moi, une réplique de mon meilleur ami dans sa jeune. Un Dream Miniature. Un Boule moins Boule que l’original.  « Non, pas du tout ! Je dors seulement dans le grenier… Et toi ? Tu voulais entrer ? Les filles sont chouettes, elles m’adorent ! Si tu veux, je peux te les présenter…enfin…lorsqu’elles…enfin tu vois…la journée, c’est plus calme…il n’y a pas tous ces pirates dans les chambres à sauter sur les lits et faire…des bruits d’animaux… » Je ris légèrement, mi amusé mi- gêné par ses mots. Cela fait si longtemps que je n’ai pas côtoyé d’enfants. Leur naïveté et leur innocence est inimitable. Que ce temps révolu me manque… « Je te remercie pour la proposition mais je n’aime guère sauter sur les lits et je suis un piètre imitateur d’animaux. Je pense aussi avoir vexé une certaine Kaylane alors je ne m’y risquerais pas ce soir… »

Je l’observe attentivement, remarquant des similitudes flagrantes et d’autres qui divergent. J’en viens à me demander pourquoi Dream ne m’a jamais parlé de ce petit…Petit quoi ? Frère ? Cela serait étonnant…Probable peut être mais très étonnant. D’où peut-il bien sortir, ce reflet de Dream jeune ? « Qu’est-ce que tu fais à traîner dehors à cette heure ? Ils font autant de bruit que ça à l’intérieur où tu cherches une bêtise à faire ? »





made by pandora.
Revenir en haut Aller en bas
Daeron Dol'Béoran
Beware, I'm starving
Daeron Dol'Béoran
ζ Inscris le : 22/02/2016
ζ Messages : 290
ζ Avatar : Levi Miller
ζ Localisation : Là où mon père va
ζ Occupations : Petit voleur
ζ Âge : 12 ans
ζ Statut : C'est quoi un statut ?
Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro 709692LeviM67



Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Empty
Message Sujet: Re: Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro EmptyMer 27 Avr 2016 - 19:50

LES CATINS, LE VOLEUR ET LE GAMIN

  Miro & Daeron
 
Je ne pense pas qu’il soit de nature cruelle, cet homme avec qui j’ai décidé de taper le bout de gras. Appelez cela de la naïveté, moi, je préfère dire que j’ai de l’instinct pour choisir les personnes de confiance. Oh ! Je ne dis pas que l’erreur n’est jamais survenue, mais un homme qui sourit comme il vient de le faire à ma phrase ne pas peut être mauvais. Maman, me disait toujours qu’une personne qui sourit à un enfant sans retrousser son nez comme s’il sentait une mauvaise odeur est une personne bienveillante.

Miro : Je te remercie pour la proposition, mais je n’aime guère sauter sur les lits et je suis un piètre imitateur d’animaux. Je pense aussi avoir vexé une certaine Kaylane alors je ne m’y risquerais pas ce soir…

Ainsi, tous les adultes n’appréciaient pas de jouer avec les filles…d’un côté, je préfère…je pense que lorsque je serai plus grand, j’éviterai moi aussi de venir dans de tels endroits. Les filles, je les adore, ne vous méprenez pas, c’est juste que j’imagine devenir un homme un vrai et pas retourner en enfance pour le plaisir. Si je voulais rester un enfant, alors je saurais où me rendre, mais ce n’est pas le cas à présent. Mon front se plisse, Kaylane, oui, elle est assez…jolie dans son style et elle possède des atouts comme disent certains hommes. Il suffit de mirer les yeux brillants des pirates qui la toisent sans détour ! ça oui ! C’est impressionnant !

Miro : Qu’est-ce que tu fais à traîner dehors à cette heure ? Ils font autant de bruit que ça à l’intérieur où tu cherches une bêtise à faire ?

Je me sens un peu honteux de l’avouer, donner les raisons de ma présence, ce serait comme avouer qu’on a volé dans la bourse d’une victime. Mais, puisque je suis maintenant dans cette situation, il faut que j’assume. Je pense à ce qu’aurait pu faire mon père et je dois me montrer digne de lui, parce que lorsque je l’aurai en face, il n’y aura pas homme plus fier de son fils. « Je devrais dormir, mais…je n’arrivais pas à trouver le sommeil. Ce soir, c’est la folie ici…J’voulais descendre à la réserve pour manger un morceau, seulement… » J’hésite, je marque une pause, mordillant l’intérieur de ma joue nerveusement. Comment avouer ce que j’ai vu et ma peur de retourner maintenant à l’intérieur. Si mes yeux rencontrent à nouveau ce genre d’images, je doute que mon innocence y survive. « Je n’ai pas le droit normalement de descendre du grenier le soir, les filles me l’interdisent…seulement, je ne me sens pas d’y retourner…j’ai…enfin, il y a… » Je vois déjà son sourire à cet adulte, je ne fais que l’imaginer, car j’évite avec soin de le mirer directement, je me sens si coupable d’une chose que j’ignore. Je n’ai pourtant pas la sensation d’avoir fait de mal, mais la pression dans mon estomac semble me dire le contraire. Je me tourne finalement vers lui, murmurant vers son profil. « J’ai vu des choses pas normales dans le grand salon, je crois…que…les enfants ne sont pas censés voir ces choses-là… » Mes joues prennent une teinte rosée à l’évocation des deux corps nus collés l’un à l’autre que j’ai surpris sans connaître la véritable raison de cette action que je trouve pour ma part plus que répugnante. Je secoue d’ailleurs la tête de droit à gauche, manière nerveuse d’éviter que les images viennent me hanter dans mes songes. « Tu dois te demander ce qu’un gamin fait ici, hein ? » J’attends un signe avant d’enchérir. « Je suis à la recherche de mon père, Maman est morte, il y a plusieurs semaines et…j’espère que je pourrais le retrouver, s’il faut je fouillerai toute l’île et si je ne trouve pas, je m’embarquais sur un navire et je parcourais les mers et les autres îles pour le retrouver » Je soupire, sortant de ma poche le morceau de papier vieillit, fripé et tellement usé par mon regard, que le dessin semble en être affecté. Le tenant fermement dans mes paumes, j’en caresse la surface. « Lorsque je trouverais mon père…je lui dirais que je l’aime, même si je ne l’ai jamais connu…il sera fier de moi, j’en suis certain…et puis…il me parlera des mines, lorsqu’il a connu Maman…de ses aventures lorsqu’il était jeune ! Mon père, c’est un héros ! il est courageux et brave, il a vaincu des pirates pour s’enfuir avec Maman des mines de Barbe Noire, cet horrible pirate sanguinaire ! » Je me redresse, faisant semblant de dégainer un sabre ou une épée et de donner une bonne correction aux pirates. Je sais que nous sommes entourés par eux, l’homme avec qui je parle en est probablement un, qui peut le savoir.  « En garde ! Marin d’eau douce ! Et…il part à gauche ! Feinte à droite et attaque avec une botte secrète. La lame entre les yeux du vil forban ! » Je m’amuse seul, redresser sur mes pieds nus qui foulent le sol humide du bordel. La tête haute, je mine chaque geste, comme je les imagine. Petit acteur de pacotille qui se prend subitement pour un adulte, mais qui reste dans une candeur touchante, ce jeune garçon à la recherche d’une utopie. Dans ma fougue, j’en laisse tomber le morceau de papier froissé portant l’image de mon père. Aux pieds de l’homme toujours assis trône maintenant le plus précieux de mes trésors.
acidbrain



J'ai grandi avec la certitude que mon père était un homme bien, maintenant que je le connais, je crois que je l'ai sous-estimé.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Empty
Message Sujet: Re: Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Les catins, le voleur & le gamin • Feat Miro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-