AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Méprise sur la marchandise - Gabriel S.
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Méprise sur la marchandise - Gabriel S. Empty
Message Sujet: Méprise sur la marchandise - Gabriel S. Méprise sur la marchandise - Gabriel S. EmptyJeu 3 Nov 2016 - 0:33

Une chamade régulière pulsait à ses oreilles, faisant écho aux battements de son coeur. Peut-être était-ce la mer qui caressait le rivage, non loin. Mais il était plus probable que ce soit le sang qui frappait contre les parois internes de son crâne, restes de la monstrueuse gueule de bois qu’elle traînait depuis le matin même. Si les nausées caractéristiques s’étaient bien vite dissipées, la céphalée persistante lui donnait, elle, du fil à retordre. Pourtant, depuis le temps, son organisme aurait dû être habitué à ses frasques nocturnes, et bien que son foie devait être présentement en train de la renier pour tout ce qu’elle lui faisait subir, elle se pensait à l’abris des désagréments du lendemain matin. Mais il faut croire qu’elle avait un peu trop forcé sur la bouteille la veille au soir et que son corps lui faisait allègrement sentir son mécontentement, une sorte de “ Oh, maintenant ça suffit les conneries “ qu’elle se faisait un plaisir de ne jamais écouter.
     Elle s’était légèrement éloignée de l’agitation crépusculaire de One-Eyed Willy pour profiter des derniers rayons du soleil sans prendre le risque de voir sa tête exploser sous la migraine, après s’être promis pour la forme qu’elle ne toucherai plus une seule pinte de rhum de toute sa vie. Bien sûr qu’elle ne tiendrait pas son serment, l’alcool était la seule chose qui adoucissait un peu les angoisses qui la taraudait constamment. L’ivresse affadissait le moindre de ses maux, la laissant dans un cocon flou qui rendait tout de suite le monde meilleur, plus beau. Plus supportable, en quelque sorte. Quoi qu’elle n’avait pas trop à se plaindre, ces temps-ci. Sa vie roulait plutôt bien, et les seuls réels ennuis qu’elle rencontrait prenaient forme lorsqu’elle fermait les yeux. Dans un sens, elle était plutôt chanceuse.
    Une brise froide et salée s’engouffra dans les boucles rousses, les soulevant en une torsade enflammée pour finalement les déposer sur son visage, d’où elles furent chassées d’un revers de la main agacé. Depuis combien de temps est-ce qu’elle errait en bordure de l’océan ? Difficile à dire, elle n’avait jamais vraiment eut la notion du temps, et la douleur qui pulsait en elle semblait créer sa propre perception temporelle. Mais à vue de nez, une, peut-être deux heures. Elle perdait son temps, et pourtant l’envie de rentrer ne se faisait pas sentir. Elle était bien, ici, et puisque de toute façon son état ne lui permettait pas de se replonger tout de suite dans les vapeurs alcoolisées du bar du coin, elle n’avait malheureusement rien de mieux à faire. Sans rire, c’était pathétique, mais le silence l’appaisait.
   Le silence, oui. En revanche, les bruits de pas qui se faisaient entendre derrière elle depuis quelques minutes, absolument pas. Au contraire, cela contribuait à la tendre peu à peu, tant et si bien qu’elle fut bientôt sur le point de mordre. Si au départ, elle n’en avait prit cas, maintenant c’était flagrant. Il y avait quelqu’un derrière elle. Et, comme tout être normalement constitué, l’idée d’être ainsi suivie ne la mettait pas dans d’excellentes dispositions. La main blafarde de la jeune femme se resserra prudemment sur la grade de l’épée qui battait son flanc. Lorsqu’elle se retourna, la lumière fit jouer des ombres sur sa peau diaphane.


Vous cherchez quelque chose, peut-être ? Votre chemin ? Un coup de pied aux miches ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Méprise sur la marchandise - Gabriel S. Empty
Message Sujet: Re: Méprise sur la marchandise - Gabriel S. Méprise sur la marchandise - Gabriel S. EmptyMar 8 Nov 2016 - 3:38


Méprise sur la marchandise
Kalypso & Gabriel

J’avais quitté la Forêt des Larcins assez tôt ce matin-là. Malgré l’heure très matinale, One-Eyed Willy était déjà bien agitée. Les gens allaient et venaient dans les rues de la ville. La plupart semblaient de bonne humeur. J’avais même réussi à chaparder un fruit sur l’étalage d’un marchand sans qu’il ne se rende compte de rien. Je dégustais la pêche en allant dans les rues, songeant à ce que je pourrais bien faire de ma journée quand j’aperçus la lueur familière d’une chevelure rougeâtre au loin. Une vague de souvenirs déferlèrent en moi… Grace, la chevelure volant au vent alors que nous étions pourchassés dans les rues de One-Eyed Willy, son rire résonnant entre les bâtiments serrés de la ville, le bruit de ses pas sur les rues alors que nous nous éloignions vers la plage. Mon feu follet dans toute sa splendeur. Belle, sauvage et indomptable avec sa volonté de fer et sa tête de mule.

Il y avait bien 10 ans que je ne l’avais plus revue. Notre dernière rencontre m’avait laissé un souvenir amer et une cicatrice bien vilaine sur une de mes jolies fesses. Bien sûr, ce n’était pas elle qui me l’avait infligée, mais alors que la courtisane me tailladait dans l’espoir de me voler mon argent pendant que mon feu follet se sauvait entre les arbres de la forêt des Larcins, mon cœur m’avait fait plus mal que la blessure elle-même. Parfois, quand le temps était humide sur l’île, ma jambe me faisait souffrir depuis que cette cinglée d’Annabel m’avait blessé. Il y avait bien longtemps que je ne l’avais plus vue, celle-là…

Intrigué par la lueur de cette chevelure enflammée au loin, je ne pus me retenir de suivre ses pas. Et si c’était elle? Et si c’était Gràinne, là-bas? Il était hors de question que je manque ma chance de l’observer de plus près. Allais-je lui parler? Que pourrais-je bien lui dire? Je l’ignorais, mais une impulsion soudaine et spontanée s’empara de moi; il fallait que je la suive.

L’océan soufflait une brise froide et une odeur de sel bien à elle ce matin-là. À mesure que je m’approchais d’elle, le doûte s’insinuait en moi. Elle me tournait le dos. Il me semblait que la chevelure enflammée de Gràinne O’Malley était… plus fournie… plus orangée encore que ça. Je fronçai les sourcils. Moi qui était habituellement si silencieux et discret, je devais faire beaucoup et bruit parce qu’elle se retourna et j’eus envie de disparaître dans mes botte tant la honte était immeuble. Elle me lança un regard courroucé de ses iris de menthe. Comme mon feu follet, ses joues étaient constellées de taches de rousseau sur une peau blanche comme les nuages. Ses cheveux, plus rouges qu’orangés, étaient bouclés et magnifiques, mais mon cœur sombra de déception.

« Vous cherchez quelque chose, peut-être? me demanda-t-elle, sur la défensive. Votre chemin? Un coup de pied aux miches? »

Je ricanai en reculant de quelques pas, lui adressant mon sourire le plus charmeur en espérant ne pas me faire asséner un coup en pleine figure. « Je suis désolé, je ne voulais pas vous déranger, je vous ai prise pour quelqu’un d’autre. Vous avez la chevelure et le caractère, mais c’est mon erreur. » Je me dandinai d’en pied à l’autre, partagé entre l’envie de revenir sur mes pas pour aller voler quelques piécettes avant de retourner dans ma maison au creux de la forêt et celle d’en apprendre plus sur cette farouche créature. « Je ne crois pas qu’on se soit déjà rencontrés. Je suis Gabriel… »




Revenir en haut Aller en bas
 

Méprise sur la marchandise - Gabriel S.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-