AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Voir le deal
349 €

Partagez
 

 For the dancing and the dreaming - ERIM (hot)
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Apolline Moorehead
Beware, I'm starving
Apolline Moorehead
ζ Inscris le : 19/10/2015
ζ Messages : 945
ζ Avatar : Adelaide Kane
ζ Localisation : Blindman's Bluff, dans une immense maison avec un magasin annexe.
ζ Occupations : Fabricante & marchande de Rhum
ζ Âge : Vingt-et-un ans
ζ Statut : Éperdument amoureuse et mariée à Erim, son âme soeur
ζ Signes distinctifs : Quelques cicatrices dans son dos
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) 378709AdelaideXAlexander03



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptyMar 30 Aoû 2016 - 12:40

for the dancing and the dreaming

Vivre dans cette maison avec Erim, c’est un nouveau départ. Ça n’a pas été facile de laisser derrière moi mon ancienne demeure, même si nous la gardons pour des moments d’évasions ou pour des hôtes, il n’empêche que je ne dormirais plus chaque nuit là-bas. Certes, il y a les points positifs, plus d’Ours devant ma porte le matin, plus de loups et autres créatures dangereuses… mais j’ai abandonné Billiot et sa famille, ma forêt, mon petit coin. J’ai pleuré, forcément. Ceci dit, cette maison est absolument magnifique. Plus d’espace pour fabriquer le rhum, plus de coins pour mon vieux Pil qui sautillait partout les premiers jours. Je suis heureuse comme je ne l’ai jamais été. Je suis allée voir mes parents hier, ils ignoraient tout et quand ils ont su que je vivais ici maintenant, ils étaient si contents. Un peu moins quand j’ai dit que j’allais me marier, surtout mon père qui aimerait rencontrer Erim. Je sais qu’ils vont craquer pour lui, mais dans le principe, je pense qu’il aurait aimé qu’il vienne demander ma main. Sauf que, Erim est un ancien Enfant Perdu que je leur ai dit, du coup, les parents pour lui, ce n’est pas instantané. J’attends que mon fiancé rentre de sa journée de travail pour lui annoncer la nouvelle. Je suis assise avec Pil sur mes jambes – il est lourd d’ailleurs – quand la porte d’entrée claque. Il vient directement vers moi pour un tendre baiser avant de me demander pour ma journée. « Très bien, j’ai continué d’installer la boutique, il reste encore quelques travaux d’aménagement, mais je vais bientôt ouvrir. » Il sourit et je pousse Pil pour me lever, me collant contre mon amoureux : « Je suis allée voir mes parents hier, tu sais. Et mon père aimerait beaucoup te rencontrer, du coup, je les ai invités à manger ce soir. Ça ne te gêne pas ? » Il vient frotter son nez au mien, me répondant quelques mots puis je souris, volant ses lèvres. Je file pour continuer à cuisiner, j’avais déjà commencé la cuisson d’une volaille. Pil est assis à côté de moi, espérant à tout moment que quelque chose tombe. Seulement, lorsque c’est un oignon, il le délaisse royalement et sort de la cuisine.

Erim vient me retrouver à un moment, il s’est changé et je soupire lorsque ses bras m’encerclent. Ma tête repose contre son épaule. « Tu verras, mes parents sont adorables ! » Il m’embrasse la nuque et une cloche résonne à l’extérieur. Il va ouvrir et je m’empresse de le suivre. La porte s’ouvre sur une petite femme ronde aux cheveux roux, des yeux clairs et un sourire doux sur les lèvres. Elle me prend dans ses bras puis elle fait de même avec Erim. Mon père lui est grand, les cheveux roux également et les yeux sombres. Il a un visage plus froid, plus strict, mais c’est un homme avec le cœur sur la main. Il sert la main d’Erim, sa lèvre tressaute comme lorsqu’il n’est pas à l’aise. Il me fait une étreinte et je les entraîne dans le salon. Pil est heureux de les retrouver. Je les installe dans le salon : « La maison est vraiment magnifique Apolline ! » « C’est Erim qui a tout fait. » Je tourne un regard amoureux vers lui avec un sourire. « C’est bien, j’aime les garçons manuels. » Bon point pour mon père. Il fait genre qu’il a besoin de voir des qualités chez Erim, mais je suis sûre que me voir heureuse lui suffit. « Diane, veux-tu aller en cuisine avec Apolline, je vais discuter avec Erim. » Je tourne mes yeux vers Erim, déposant un baiser sur sa joue en murmurant « bonne chance » tandis que je vais dans la cuisine avec ma mère pour continuer les préparatifs, même si tout est presque prêt. Je n’ai cessé de dire que j’étais heureuse la veille, alors j’espère que mon père ne va pas décourager mon amoureux. Je lui en voudrais. Ma mère me sourit, parlant de mon futur mariage et qu’elle a hâte de pouvoir m’aider dans les préparatifs.


all of me loves all of you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Erim Moorehead
Beware, I'm starving
Erim Moorehead
ζ Inscris le : 18/08/2015
ζ Messages : 2801
ζ Avatar : Alexander Ludwig
ζ Localisation : A Blindman's Bluff dans une belle maison près de celle du Gouverneur
ζ Occupations : Ancien enfant perdu, ancien mineur...Bras droit du gouverneur
ζ Âge : Vingt-trois ans
ζ Statut : Marié à la plus délicieuse des vendeuses de Rhum de Blindman
ζ Signes distinctifs : cicatrice en dessous de l'épaule gauche causée par une balle
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Sq0UIrHR



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptyMer 21 Sep 2016 - 15:15

for the dancing and the dreaming

 
« Erim ! » m’interpelle le gouverneur alors que je suis sur le point de passer la porte de la grande salle. Il me parle de ce que j’ai fait pour cet homme qui avait un souci avec la délimitation de son terrain, j’apprends vite, il est fier de moi. Pourtant, cela fait seulement quelques jours que je suis à son service, mais j’aime le travail bien fait et j’apprécie de me sentir utile. Pourtant, ce travail me fait me souvenir que plus les jours passent et plus je m’éloigne de ma vie d’avant, celle où je refusais de grandir de trop pour devenir un véritable adulte, dans le raisonnement et dans le cœur. Étrangement, depuis que je suis amoureux d’Apolline et que j’envisage ma vie avec la belle brune au regard sombre, cela n’a plus le même impacte. Certes, je repense à mes amis restés là-bas, Feisty, Peter, Jarod, Fleur…et bien d’autres…il est maintenant clair que je ne pourrais plus les retrouver comme avant. Je ne pourrais plus jouer dans les arbres, me battre avec des pirates, jouer les sauveteurs sur le pont d’un navire de forbans. Non, toutes ces aventures me seront à jamais retirées…Je ne saurais plus faire sourire Stuart qui me trouvait toujours pareil lors d’une bonne bataille dans une taverne…Je grandis et ce boulot représente maintenant cette maturité. J’en serais nostalgique, cela est même certain. Mais mis bout à bout, je préfère devenir adulte que de passer ma vie entière sans cette femme qui a accepté de devenir ma femme, celle qui a ouvert mon cœur au véritable amour, mieux encore celle qui me donne envie de devenir un jour, un père. Une figure importante aux yeux d’un enfant. Le gouverneur me congratule une nouvelle fois et me laisse prendre congé de lui pour retourner dans mon foyer. J’éprouve une grande hâte à retrouver Apolline, savoir ce qu’elle a fait dans la maison, si elle a encore avancé avec sa boutique, bref, si elle est heureuse.

Mon bonheur dépend du sien, si elle est morose, alors je ne serais aussi, si elle est joyeuse, alors je ne deviendrais, si je n’éprouvais jusque-là pas de joie. Tout ce qu’elle veut, je le veux aussi…tout ou presque. Je passe la porte de notre belle demeure pour trouver mon petit bout de femme assise avec son gros chien sur elle. Une étreinte visuelle précède l’étreinte charnelle qui réchauffe mon cœur resté trop longtemps loin d’elle pour cette journée. « Comment s’est passée ta journée ? Qu’as-tu fait ? » Je me contente d’un rictus de satisfaction, elle est comblée, alors je ne peux être que bien. Elle se colle enfin à moi, mes bras l’accueillent comme il se doit. L’entourant avec aisance, elle fait toujours si petite contre mon torse. « Non, bien entendu que non ! » Gestes tendres entre nous, effleurement simples et pourtant qui en disent tellement long sur les sentiments que nous partageons elle et moi. Elle s’extrait de mon étreinte avec l’aisance d’un chat et pour une fois, je ne la retiens pas. Nous avons des invités, les premiers que nous recevons ici, sous notre nouveau toit. Ces parents…je ne suis absolument pas présentable. Ainsi, je monte dans notre chambre, attrapant un linge pour faire un brin de toilette, me raser plus nettement et mettre des vêtements plus…enfin moins…bref, des vêtements qui sentent plus la lessive que la poussière de la journée. Pil monte avec difficultés jusqu’à notre chambre et je le mire avant de m’abaisser pour lui faire une caresse sur la tête. « Alors vieux compagnon…suis-je présentable ? » Il jappe et je prends sa réponse pour un oui. J’ignore tout des parents, j’ai déjà vu des enfants et leurs parents dans la rue, mais je ne sais pas ce que c’est d’être aimé par une personne qui m’a vu grandir, qui me connait autant que moi je me connais…enfin, il y a les frères, mais…les parents, cela doit être différent.

Lorsque j’arrive en bas, je ne peux m’empêcher d’aller étreindre ma belle encore une fois, posant mon nez dans sa chevelure pour respirer son doux parfum de fleur. J’embrasse sa nuque pour toute réponse, je n’en doute pas, c’est juste que je ne sais pas comment on se tient en face de parents. Je vais être normal, cela devrait suffire. La cloche vient tinter et…bien que la nervosité ne m’avait pas envahi jusque-là, je ressens une pointe dans le ventre, comme si j’avais avalé un morceau de glace qui refusait de fondre. Je vais ouvrir, Apolline sur mes talons. Deux personnes se trouvent là, une femme replète au regard doux et enjoué et un homme, un brin sec, grand et plus…sévère ? Je ne saurais le décrire. Il me tend la main et je fais de même, les saluant et les laissant entrer l’un comme l’autre. Je me sens…juger, c’est un fait…mais pas du tout impressionné, je sais ce que je vaux et s’ils sont présents pour savoir si je suis capable d’aimer Apolline, ils seront ravis. Ma bienaimée parle de la maison dont j’ai fait les travaux et je souris, oui, je suis fier de ce que j’ai fait, mais c’était facile, lorsqu’on a la volonté et l’envie de faire plaisir. Je n’ai jamais été fainéant, comme pouvait l’être boule ou maladroit comme Miro. Les deux femmes s’en vont à la cuisine et je place mes mains derrière mon dos, pour éviter qu’elles restent à se tordre devant mon ventre un brin tendu tout de même. Il regarde autour de lui, parfois faisant des petits hochements de tête approbateurs, comme s’il était un prédateur évitant sa victime où jugeant de sa capacité à avoir peur de lui. Je n’ai pas la crainte de déplaire, je suis plus curieux et…craintif devant l’inconnu, cet inconnu qui veut s’assurer que son enfant est entre de bonnes mains. « Alors…Tu travailles pour le gouverneur d’après ce que nous a dit Apolline ? » Si elle leur a dit pourquoi veut-il que je le confirme. Mon sourcil s’arque et je réponds tout de même. « En effet, j’ai obtenu un poste important, je suis en quelque sorte depuis qu’il seconde Monsieur de la Nostra. Je conseille et j’aide durant les doléances et je suis parfois seul à prendre les décisions. C’est un poste de confiance et je ne sais pas pourquoi, moi plus qu’un autre, c’est encore tout nouveau » Il parait surpris, oui, c’est bien cette expression, fier également que sa fille soit unie à un homme important de la ville. Je ne m’en vante pas, je n’ai jamais profité, sauf…je l’avoue dans les mines, mais je travaillais, c’est moi qui faisais l’extraction du minerai que je revendais, je n’ai jamais volé le travail des autres pour mon propre profit. D’ailleurs, les mines étaient à tout le monde…la terre ne nous appartient pas. Je ne me suis donc jamais considéré comme un voleur. Il vient à me demander ce que font mes parents et s’ils sont encore en vie. « Euh…je doute qu’ils le soient encore, j’ai…plusieurs siècles, Monsieur… » Il me coupe me demandant si je suis un Être aquatique. « Non, du tout. J’ai été enfant perdu. Je l’ai été durant très longtemps, il parait que j’ai même aidé Apolline lorsqu’elle est arrivée ici…mais, je ne m’en souviens absolument pas » Je ris, je vois bien un rictus sur son visage, mais il doit penser qu’il doit faire la tête. « Vous savez, je ne sais pas à quoi on est censé jouer lorsqu’on rencontre le futur mari de sa fille, je ne sais pas ce que c’est d’avoir des parents…alors…sachez juste que j’aime Apolline, je suis heureux et même si cela fait peu de temps qu’on se connait, je ne suis pas un homme qui délie une promesse. » Enfin, il me sourit, venant me donne une tape dans le dos. Il m’entraine à l’étage, plus décontracté, me demandant comment j’ai obtenu la maison et je lui raconte tout du jour où je me suis rendu chez le gouverneur.

Une demi-heure plus tard, nous descendons et nous passons à table, la mère d’Apolline nous demande ce que nous avons prévu pour le mariage et je me tourne vers ma belle. « Euh…j’en sais rien, c’est elle qui organise tout, je ne sais pas moi, comment cela se passe…j’ai pas de dieu non plus…donc… » Deux paires d’yeux ronds se figent alors sur moi, quoi, j’ai dit quelque chose ? J’ai soudain l’impression d’avoir lâché une flatulence en pleine salle du conseil.


  (c) chaotic evil


I'll Be Seeing You

A faire flamber des enfers dans tes yeux, A faire jurer tous les tonnerres de Dieu, A faire dresser tes seins et tous les Saints, A faire prier et supplier nos mains, Je vais t'aimer, A faire vieillir, à faire blanchir la nuit, A faire brûler la lumière jusqu'au jour, A la passion et jusqu'à la folie, Je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour ❞


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Apolline Moorehead
Beware, I'm starving
Apolline Moorehead
ζ Inscris le : 19/10/2015
ζ Messages : 945
ζ Avatar : Adelaide Kane
ζ Localisation : Blindman's Bluff, dans une immense maison avec un magasin annexe.
ζ Occupations : Fabricante & marchande de Rhum
ζ Âge : Vingt-et-un ans
ζ Statut : Éperdument amoureuse et mariée à Erim, son âme soeur
ζ Signes distinctifs : Quelques cicatrices dans son dos
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) 378709AdelaideXAlexander03



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptyVen 30 Sep 2016 - 12:32

for the dancing and the dreaming

J’aimerai être dans le salon pour savoir ce qu’il se passe entre Erim et mon père. Je trépigne sur place, jetant de nombreux regards par la porte : « Apolline, laisse donc les hommes discuter en paix. Ton père ne va pas le faire fuir tu sais… » J’étire un sourire. J’espère. Je ne m’en remettrai pas je crois, si Erim venait à me quitter. J’aime à un point inimaginable. Cet amour me fait mal, chaque fois qu’il est loin de moi, mais aussi quand il me regarde, quand il me touche, quand l m’embrasse. Mon ventre se tord dans tous les sens. Ma mère vient toucher ma joue et je lève les yeux vers elle : « Es-tu sûre de toi Apolline ? Tu veux vraiment te marier à ce jeune homme que tu connais si peu ? Vous avez encore du temps, vous pouvez vivre ensemble, mais ne pas vous unir ? » Je viens prendre sa main entre les miennes, serrant sa chair fraîche entre mes paumes brûlantes et moites : « tu sens cette chaleur, l’humidité de mes mains ? » Elle confirme d’un mouvement de tête, alors je viens poser sa main à plat sur ma poitrine : « Et là, tu sens mon cœur battre si vite ? » Elle sourit. « Tout ça, c’est lui qui me le fait ressentir. Je l’aime maman, je l’aime comme je n’ai jamais aimé et je n’ai aucun point de comparaison, mais… J’ai mal quand il n’est pas là, j’ai mal quand il est là, mais cette douleur est plaisante. Il me rend… je suis toute chose quand il est là. Je ne suis plus moi-même… » Moi qui d’habitude, suis si avare en confidence sur mes émotions… c’est sûrement pour ça que ma mère me regarde drôlement, avec cette brillance dans le regard. « Un amour comme ça, aussi fort et puissant en peu de temps, ne peut être qu’un signe maman. Erim est l’homme de ma vie. » Elle vient embrasser mon front, murmurant quelques mots à mon oreille qui me font sourire. Les marches craquent, ils montent à l’étage et nous en profitons avec ma mère pour dresser la table. Une fois tout en place, ma mère va près de l’escalier pour les appeler et nous nous installons tous à table. « Alors, qu’avez-vous prévu pour le mariage ? » Je tourne les yeux vers Erim avec un sourire quand je sens sa tête dériver dans ma direction. « Euh…j’en sais rien, c’est elle qui organise tout, je ne sais pas moi, comment cela se passe…j’ai pas de dieu non plus…donc… » Je me retourne vers mes parents qui sont choqués de cette révélation. Je viens serrer la main d’Erim sur la table : « Maman, Papa… Erim était Enfant Perdu, je ne pense pas qu’ils priaient là-bas alors… » « Hmh… Oui bien sûr ma chérie. Mais quand même… » Ma mère s’en remet difficilement. Mon père lui se contente de remuer de la tête, coupant sa viande.

« J’aimerai quelque chose de simple, qui nous représente tous les deux. Avec tous nos amis, que ce soit les miens ou les siens et… Je veux juste m’unir à Erim alors le reste n’a que peu d’importance. » Je tourne les yeux vers lui, serrant mes doigts sur sa main. « Donc une cérémonie et juste un grand banquet avec vos amis, c’est ça ? » Je remue de la tête. Ma mère acquiesce et je sais qu’elle m’aidera à tout organiser, peut-être devrais-je prévoir d’embaucher des cuisiniers pour la nourriture. J’ai des caisses à vider alors, autant en profiter. Je suis riche sans le savoir, d’après Erim, enfin pas aussi riche que le Gouverneur ou d’autres, mais j’ai beaucoup de pièces d’or dans mes caisses. Depuis que Erim s’est fait attaquer pour le peu qu’il possédait sur lui, je ne veux pas qu’on garde trop de richesses, c’est un risque à appeler des voleurs. Le repas passe, nous discutons du mariage, mais aussi du passé d’Erim à l’Arbre. Mon père est curieux et j’ai l’impression qu’en parler semble plaire à Erim. Ils s’entendent bien et c’est ce que je souhaitais. Ma mère échange quelques mots avec moi, nous parlons mariage, robe et enfants. Je lui confie d’ailleurs ce que j’ai ressenti quand nous avons gardé l’enfant de Tankred. C’était plaisant d’être maman, pendant les deux/trois jours où il était là. A la fin du repas, j’embrasse mes parents tandis que je laisse Erim les raccompagner. Je ramasse les dernières assiettes que Pil était en train de nettoyer avec sa grosse liche. Je me retourne vers Erim quand il revient et j’étire un sourire : « Tu as l’air de bien t’entendre avec mon père. Tu aimes mes parents ? » Je viens vers lui, frôlant son torse de mes mains avec douceur.


all of me loves all of you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Erim Moorehead
Beware, I'm starving
Erim Moorehead
ζ Inscris le : 18/08/2015
ζ Messages : 2801
ζ Avatar : Alexander Ludwig
ζ Localisation : A Blindman's Bluff dans une belle maison près de celle du Gouverneur
ζ Occupations : Ancien enfant perdu, ancien mineur...Bras droit du gouverneur
ζ Âge : Vingt-trois ans
ζ Statut : Marié à la plus délicieuse des vendeuses de Rhum de Blindman
ζ Signes distinctifs : cicatrice en dessous de l'épaule gauche causée par une balle
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Sq0UIrHR



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptyJeu 27 Oct 2016 - 13:06

for the dancing and the dreaming

 
Visiblement, la croyance semble être un sujet quelque peu tabou. Je sais que nombreux sont les gens, surtout nouvellement arrivés sur l’île qui prient des Dieux et autres divinités dont je ne retiens jamais les noms, moi…Non. Je veux dire, nous avions les fées, la nature et la magie, notre seule croyance était en l’île et rien d’autre. Et même en grandissant, j’ai conservé cette vision des choses, je ne crois pas qu’un Dieu est conçu Neverland, je pense que le premier enfant à tout fait d’un vœu, cela ne fait pas de lui un Dieu, juste un rêveur imaginatif. Apolline me sauve la mise avec ses parents et je la laisse parler à ma place, pour une fois que je ne suis pas un moulin à paroles, personne ne s’en plaindra. Je lui serre la main lorsqu’elle attend une confirmation de ma part et un sourire suffit à nous comprendre. J’aime cette fille, enfin, femme…oui, c’est une femme, jeune, mais une future épouse. Le reste du déjeuner se passe très bien, le père d’Apolline me pose de nombreuses questions sur ma vie lorsque j’étais à l’arbre, je me fais donc un plaisir de lui raconter mes multiples aventures, enfin pas toutes, il y en aurait trop et un repas ne suffirait pas à raconter l’intégralité de mon histoire. Ma mémoire me trahit parfois, j’ai du mal à retrouver les détails des histoires, mais dans l’ensemble, ce sont les plus belles que je raconte.

En milieu d’après-midi, je raccompagne les parents de ma douce, ils sont enchantés et espèrent que la prochaine fois, nous viendrons manger chez eux. Ils me disent que je peux passer à la boutique également, que je ne payerai pas. C’est gentil, ils sont gentils…pour des parents. Lorsque je referme la porte, je me mets à penser aux miens, je ne sais pas si un jour, ils m’ont manqué. Je ne m’en souviens pas en tout cas. À quoi pouvaient-ils ressembler ? Je suis perdu dans mes pensées lorsque sa voix me sort de ma torpeur. « Hum ? Oh…oui, ils sont très gentils… » Ses paumes sur mon buste me font complètement revenir au présent et je lui souris, avant de passer mes doigts dans sa longue chevelure ébène. « Je remercie le destin, tous les jours pour avoir fait cette tempête…elle a emporté ma maison, mais elle m’a accompagné à toi…sinon, nous ne nous serions pas connus… » Elle sourit et me demande pourquoi je semble si songeur. « Je me demandais à quoi ressemblaient mes parents ? Qui étaient-ils ? Ce sont des choses auxquelles je ne pensais pas avant…là, avec tes parents, je m’interroge…Je n’aurai jamais de réponses à mes questions, et je crois que…ça me fait de la peine » Elle vient se lover tendrement contre moi et je l’accueille avec plaisir, embrassant le haut de sa tête et respirant le doux parfum de sa chevelure. On passe un moment ainsi, seuls, avant que je ne l’aide à finir le nettoyage de la maison. Il fait encore bon et le soleil nous fera du bien. Alors, lorsqu’elle me demande pourquoi, je sors sa cape, je me contente de sourire. « Il y a un endroit que je voudrais te montrer ! »

Elle enfile rapidement sa cape et nous sortons accompagnés de Pil qui marche devant et nous ouvre la voie qu’il ne connait pas. Main dans la main, nous traversons la ville, jusqu’à atteindre la forêt où nous pénétrons. « J’ai habité longtemps tout seul dans les montagnes et, l’endroit que je veux te montrer est tout près de mon ancienne grotte. Tu verras, c’est beau ! » Je l’aide à grimper, la soulevant parfois, elle est si légère en même temps. Alors que nous ne sommes plus qu’à quelques mètres, Apolline s’arrête, elle est essoufflée, j’en oublie parfois, que je suis plus habitué qu’elle aux longues marches dans les montagnes. Elle s’assoit sur un rocher et je viens me mettre accroupi près d’elle. « Tu as mal aux pieds ? » Elle hoche de la tête et je m’amuse à lui ôter ses chaussures pour masser et faire partir un peu la douleur. « Encore un petit effort, l’eau du petit lac te fera du bien… » Étant trop impatient, je me redresse et je la soulève pour l’emmener là bas.

L’endroit est calme, il borde la montagne offrant une vue qui s’étend à perte de vue, bien au-delà de l’horizon que représente la mer. Je dépose Apolline doucement sur ses pieds, mes mains sur les hanches, je respire un grand coup, ça sent toujours les fleurs sauvages ici. « C’est beau, n’est-ce pas ? C’est ici, que je me suis juré qu’un jour, j’irai explorer la mer, prendre le large et naviguer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de terre en vue…mais je ne voulais pas devenir pirate, juste partir à l’aventure…un jour avant la fin de ma vie, je le ferai… » Je me penche vers elle, caressant de mon pouce sa joue rosie par l’effort. « Avec toi… » La dépassant de plus d’une tête, je me penche pour récolter le fruit de notre amour, un baiser passionné et aimant. Je ne veux aimer qu’elle pour le reste de mon existence, comment une autre femme pourrait-elle me faire ressentir autant de désir qu’Apolline me fait ressentir.


  (c) chaotic evil



I'll Be Seeing You

A faire flamber des enfers dans tes yeux, A faire jurer tous les tonnerres de Dieu, A faire dresser tes seins et tous les Saints, A faire prier et supplier nos mains, Je vais t'aimer, A faire vieillir, à faire blanchir la nuit, A faire brûler la lumière jusqu'au jour, A la passion et jusqu'à la folie, Je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour ❞


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Apolline Moorehead
Beware, I'm starving
Apolline Moorehead
ζ Inscris le : 19/10/2015
ζ Messages : 945
ζ Avatar : Adelaide Kane
ζ Localisation : Blindman's Bluff, dans une immense maison avec un magasin annexe.
ζ Occupations : Fabricante & marchande de Rhum
ζ Âge : Vingt-et-un ans
ζ Statut : Éperdument amoureuse et mariée à Erim, son âme soeur
ζ Signes distinctifs : Quelques cicatrices dans son dos
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) 378709AdelaideXAlexander03



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptyVen 18 Nov 2016 - 15:23

for the dancing and the dreaming

« Hum ? Oh…oui, ils sont très gentils… » J’étire un sourire, légèrement rassurée. Cela m’aurait fait de la peine qu’ils ne s’entendent pas, surtout lorsqu’on sait que nous allons prochainement nous marier. Mais même avec une mauvaise entente, je n’aurais pas renoncé à Erim pour autant, il est l’homme de ma vie, celui que j’attendais – je pense – depuis ma naissance et qui m’accompagnera jusqu’à la fin de ma vie. Il parle de notre rencontre, du destin qu’il remercie et j’étire un sourire avant de caresser doucement son torse : « Pourquoi es-tu si songeur ? » « Je me demandais à quoi ressemblaient mes parents ? Qui étaient-ils ? Ce sont des choses auxquelles je ne pensais pas avant…là, avec tes parents, je m’interroge…Je n’aurai jamais de réponses à mes questions, et je crois que…ça me fait de la peine » Je fronce des sourcils, venant me coller contre lui. C’est vrai que j’en oublie, avec ma maladresse, qu’il a grandi à l’Arbre. Je ne le plains pas, parce que de cette expérience, il n’en tire que des avantages d’après tout ce qu’il me raconte. Mais ça ne m’empêche pas d’être peinée pour lui. L’amour que mon père m’a offert m’a fait tellement de bien, moi qui n’ai jamais eu celui de mon père adoptif. Je viens contre son corps, fermant les yeux en espérant par cette étreinte lui montrer mon soutien et ma compassion. Pas besoin de mots avec Erim, nos deux corps communiquent. Puis avec cet instant de tendresse, nous retournons à la réalité pour ranger après le passage de mes parents. La journée est chaude, on le ressent par la chaleur qui traverse les fenêtres et donne à notre foyer une aura doucereuse. Tandis que je me retourne, je vois Erim sortir ma cape jaune et je fronce des sourcils : « Pourquoi sors-tu ma cape ? » « Il y a un endroit que je voudrais te montrer ! » Sans attendre, je la place sur mes épaules et nous quittons Blindman’s Bluff accompagné par Pil, heureux de partir en promenade. Il est vrai que depuis que nous vivons en ville, il a moins de longues sorties dans les bois comme dans le territoire des bêtes sauvages. Il faudra que je prenne le temps de lui faire plaisir, à mon vieux chien. Je le sens, ce pépère, qu’il commence doucement à ressentir les affres de la vie qui s’abatte sur lui. Il n’est pas tout jeune, il faut dire.

« J’ai habité longtemps tout seul dans les montagnes et, l’endroit que je veux te montrer est tout près de mon ancienne grotte. Tu verras, c’est beau ! » J’observe la montagne avec un sourire, hochant de la tête tandis qu’il me fait passer devant lui par galanterie et surtout pouvoir m’aider. Je ne suis pas une exploratrice chevronnée, je trébuche souvent en faisant rouler le gravier sous mes pieds, mais heureusement, je peux compter sur les réflexes d’Erim et sa force. Nous grimpons pendant ce qui me semble une éternité, ma poitrine me fait souffrir et ne parlons pas de mes pauvres pieds. Je n’ai pas les chaussures adéquates, non plus. Je m’arrête, ne tenant plus et il vient s’accroupir devant moi. « Oui, je suis désolée… » Il retire mes chaussures et je l’observe faire tendrement, tandis qu’il malaxe la plante de mes pieds rouges. Ça fait du bien, c’est indéniable. J’étire un sourire quand il parle du lac, puis il me tend mes chaussures que j’attrape avec les sourcils froncés. Il me soulève et je m’accroche à sa nuque tandis qu’il continue de progresser jusqu’à sa destination. Il me pose au sol, pieds nus, et je sens un frisson me remonter jusqu’au crâne. J’observe le paysage mirifique qui s’étend devant mes mirettes. Lorsqu’il a dit que c’était beau, les propos étaient faibles. Je n’ai pas de mot pour décrire cet endroit, je m’y sens bien, apaisée, comprise… J’ai l’impression d’être dans ce rêve que je faisais… . « C’est beau, n’est-ce pas ? C’est ici, que je me suis juré qu’un jour, j’irai explorer la mer, prendre le large et naviguer jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de terre en vue…mais je ne voulais pas devenir pirate, juste partir à l’aventure…un jour avant la fin de ma vie, je le ferai… » Je lève la tête vers la sienne, étirant un sourire en fermant à demi les yeux avec cette caresse qu’il me prodigue tendrement. « Avec toi… » Ma bouche s’ouvre légèrement, mais il ne me laisse pas le temps de répondre que ses lèvres viennent recouvrir les miennes. Un long frisson parcourt ma chair, je soupire tout en approfondissant cet échange affectueux et passionné avec mon fiancé, mon futur époux. Je m’écarte, posant mes mains de chaque côté de son visage : « Je te suivrai jusqu’au bout du monde, du moment que nous sommes ensemble. » Il sourit, caressant mes épaules. Son doigt glisse sous ma robe pour dénuder mon épaule qu’il embrasse, je soupire en fermant les yeux. Il propose une baignade et je ne refuse pas.

Je dénoue les cordages de ma robe avant de la laisser tomber au sol sans aucune honte ni pudeur, je crois qu’il connait mon corps par cœur maintenant. Nous nous aimons si souvent, ayant souvent envie ou besoin, de nous coller, de nous unir pour ne former qu’un. Je tourne mon regard avec malice vers le sien, avant d’aller dans l’eau. Elle est tiède, avec cette petite pointe de fraîcheur pour mes pieds. J’avance dans l’eau, avant de me retourner lorsqu’elle m’arrive au niveau du ventre. Il est toujours debout au bord de la rive, habillé. Je penche la tête sur le côté avec un sourire : « Tu viens ? » Pil passe près de lui, donnant un coup de tête affectif avant de s’allonger sur mes vêtements. Il commence à se dévêtir et je me laisse aller sur l’eau, flottant comme une branche de bois. Une ombre se dresse au-dessus de mon visage et je souris face à mon tendre Erim. Sa bouche vient contre la mienne, me redressant contre lui et je soupire, mes bras l’encerclant dans une étreinte forte et délicieuse à la fois, prémisse de notre union vibrante et chaleureuse. Nos bouches s’éloignent, je croise ses yeux et j’étire un sourire, caressant ses joues et sa bouche sensuellement : « Que faisais-tu si loin de moi ? Je veux t’aimer jusqu’à la fin de ma vie Erim. Il n’y aura que toi, il n’y a eu que toi. Aime-moi avec toute la puissance, toute la force que tu possèdes. Aimons-nous aujourd’hui et demain, nous voyagerons… »


all of me loves all of you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Erim Moorehead
Beware, I'm starving
Erim Moorehead
ζ Inscris le : 18/08/2015
ζ Messages : 2801
ζ Avatar : Alexander Ludwig
ζ Localisation : A Blindman's Bluff dans une belle maison près de celle du Gouverneur
ζ Occupations : Ancien enfant perdu, ancien mineur...Bras droit du gouverneur
ζ Âge : Vingt-trois ans
ζ Statut : Marié à la plus délicieuse des vendeuses de Rhum de Blindman
ζ Signes distinctifs : cicatrice en dessous de l'épaule gauche causée par une balle
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Sq0UIrHR



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptyMer 28 Déc 2016 - 19:05

for the dancing and the dreaming

 
« Je te suivrai jusqu’au bout du monde, du moment que nous sommes ensemble. » Comment rester de marbre devant cette phrase si joliment dite. J’ai beau avoir des années de vie derrière moi, l’amour que je ressens pour Apolline est la chose la plus puissante qu’il m’ait été donné de ressentir, plus forte encore que l’affection pour mes frères de cœur, plus grand que moi-même. Elle m’a sauvé de toutes les manières qu’il soit possible de l’être. Moi qui pensais que la vie d’adulte allait s’arrêter pour moi à suivre un chemin tout tracé par mes soins, elle a su me montrer que la vraie vie était tout autre, pleine d’amour, de ressentis puissants et de l’envie de donner plus que de recevoir. Je veux tout pour elle, la savoir heureuse suffit à me faire sourire, la voir pleurer anéantit mon cœur. Elle est le visage que je veux mirer tous les matins de ma vie et celui que je veux voir en dernier lors de mon coucher. Si elle n’existait pas, je ne serais pas celui que je suis en ce moment. Il m’aurait manqué mon essence. J’embrasse son épaule, lui proposant sans pudeur de tout retirer pour une baignade rien qu’entre nous. Elle me devance et joue avec mes yeux, se mettant nue et se rendant dans l’eau claire. Je me retourne, observant ses formes visibles et moins visibles dans l’élément liquide. Oui, Apolline est la femme de ma vie, si elle devait disparaitre, alors je partirai la rejoindre sans aucune hésitation. Je ne peux que sourire à cette invitation plaisante. Avec rapidité, j’ôte ma veste, ma chemise et mon pantalon, plongeant et troublant le calme de cette douce surface. Je l’aime, personne ne peut douter de la force de cet amour qui nous unit et fait de nous ce que nous sommes. Bouche vibrante allant contre la sienne, je viens chastement déposer un baiser avant de laisser mes bras la saisir pour la faire venir à moi. Iris si tendres qui contemplez une merveille, dites-moi encore que ce n’est pas un songe que tout ceci est bien réel ? Elle et ses paroles qui me viennent par vague, hurlant de l’aimer comme elle doit l’être. « Je t’aime déjà au-delà du possible, si mon cœur n’était pas encré dans ma poitrine, il se logerait dans ton sein pour sentir le tien battre à toute heure de la journée et de la nuit, si ton odeur pouvait me suivre, je l’enfermerai dans une fiole pour te sentir dès que tu es loin de moi…Je mourrais mille fois pour l’un de tes baisers si tu ne m’appartenais pas…je briserais les montagnes si tu étais le plus beau diamant de la roche… » Je caresse sa joue de mon pouce, la mirant comme le trésor qu’elle est. « Si tu n’existais pas, je t’inventerais pour pouvoir vivre auprès de toi, mais tu es là…alors je fais ce que je peux pour exhausser tes vœux » Elle sourit, ma main passe de sa joue tendre à la tiédeur de sa nuque, approchant avec plus de férocité sa bouche de la mienne. Nos corps se rapprochent pour s’amadouer, aimants en parfaite symbiose, nos lèvres dansent tandis que les nos doigts se mêlent à ce jeu de tendresse sous les regards des animaux et autres créatures qui nous entourent. Les aventureuses me poussent vers sa chute de reins, tentation qui descend encore vers le sud, arrondissant ma paume pour se confondre avec la courbe de ses fesses. Mon envie monte aussi vite que les battements de mon cœur, avec elle, c’est toujours comme au premier jour, comme cette première fois après la tempête. Je l’attire vers un rocher, pour nous donner un appui plus stable, il ne s’agirait pas de nous noyer. Mon chemin se détourne de son but, allant dire bonjour à ce ventre contracté, alors que mes lèvres charnues visitent l’endroit de son cou qui est le plus sensible. Mutine langue qui vient se mêler à l’étreinte, ajoutant des soupirs là où il n’y en avait pas encore.


  (c) chaotic evil


I'll Be Seeing You

A faire flamber des enfers dans tes yeux, A faire jurer tous les tonnerres de Dieu, A faire dresser tes seins et tous les Saints, A faire prier et supplier nos mains, Je vais t'aimer, A faire vieillir, à faire blanchir la nuit, A faire brûler la lumière jusqu'au jour, A la passion et jusqu'à la folie, Je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour ❞


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Apolline Moorehead
Beware, I'm starving
Apolline Moorehead
ζ Inscris le : 19/10/2015
ζ Messages : 945
ζ Avatar : Adelaide Kane
ζ Localisation : Blindman's Bluff, dans une immense maison avec un magasin annexe.
ζ Occupations : Fabricante & marchande de Rhum
ζ Âge : Vingt-et-un ans
ζ Statut : Éperdument amoureuse et mariée à Erim, son âme soeur
ζ Signes distinctifs : Quelques cicatrices dans son dos
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) 378709AdelaideXAlexander03



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptySam 31 Déc 2016 - 13:59

for the dancing and the dreaming

« Je t’aime déjà au-delà du possible, si mon cœur n’était pas encré dans ma poitrine, il se logerait dans ton sein pour sentir le tien battre à toute heure de la journée et de la nuit, si ton odeur pouvait me suivre, je l’enfermerai dans une fiole pour te sentir dès que tu es loin de moi…Je mourrais mille fois pour l’un de tes baisers si tu ne m’appartenais pas…je briserais les montagnes si tu étais le plus beau diamant de la roche… » Ses paroles résonnent comme une mélodie douce dans ma tête, venant réchauffer mes sens et me rende encore plus dépendante de cet homme merveilleux. Comme je l’aime ! Les mots et les gestes ne sont pas suffisants pour lui prouver, j’aimerai tellement plus, beaucoup plus. « Si tu n’existais pas, je t’inventerais pour pouvoir vivre auprès de toi, mais tu es là…alors je fais ce que je peux pour exhausser tes vœux » Son pouce passe sur ma joue, essuyant une larme qui s’est échappée de mes paupières tandis que mes lèvres s’étirent dans un sourire. S’il n’existait pas, alors je serai toujours cette vendeuse de rhum perdu dans le territoire des bêtes sauvages, seule, loin de tout et tout le monde. Sa bouche vient contre la mienne plus fortement, nos corps s’unissent tendrement, partageant notre chaleur corporelle. Mes paumes glissent sur ses épaules, ses bras épais et durs de ses muscles qu’ils contractent à chaque passage. Elles descendent dans son dos jusqu’au creux de ses reins puis elles remontent dans une caresse tendre et encourageante. L’eau remue autour de nous, nos mouvements provoquant des ondes sur la surface. Là, contre ce rocher, j’ouvre les yeux pour regarder mon fiancé qui disparaît dans ma nuque pour embraser mes sens et réveiller mon désir déjà ardent pour lui, chaque heure de la journée et de la nuit.

c'est caché:
 


all of me loves all of you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Erim Moorehead
Beware, I'm starving
Erim Moorehead
ζ Inscris le : 18/08/2015
ζ Messages : 2801
ζ Avatar : Alexander Ludwig
ζ Localisation : A Blindman's Bluff dans une belle maison près de celle du Gouverneur
ζ Occupations : Ancien enfant perdu, ancien mineur...Bras droit du gouverneur
ζ Âge : Vingt-trois ans
ζ Statut : Marié à la plus délicieuse des vendeuses de Rhum de Blindman
ζ Signes distinctifs : cicatrice en dessous de l'épaule gauche causée par une balle
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Sq0UIrHR



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptySam 31 Déc 2016 - 14:26

for the dancing and the dreaming

 



  (c) chaotic evil


I'll Be Seeing You

A faire flamber des enfers dans tes yeux, A faire jurer tous les tonnerres de Dieu, A faire dresser tes seins et tous les Saints, A faire prier et supplier nos mains, Je vais t'aimer, A faire vieillir, à faire blanchir la nuit, A faire brûler la lumière jusqu'au jour, A la passion et jusqu'à la folie, Je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour ❞


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Apolline Moorehead
Beware, I'm starving
Apolline Moorehead
ζ Inscris le : 19/10/2015
ζ Messages : 945
ζ Avatar : Adelaide Kane
ζ Localisation : Blindman's Bluff, dans une immense maison avec un magasin annexe.
ζ Occupations : Fabricante & marchande de Rhum
ζ Âge : Vingt-et-un ans
ζ Statut : Éperdument amoureuse et mariée à Erim, son âme soeur
ζ Signes distinctifs : Quelques cicatrices dans son dos
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) 378709AdelaideXAlexander03



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptySam 31 Déc 2016 - 18:28

for the dancing and the dreaming

toujours caché:
 



all of me loves all of you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Erim Moorehead
Beware, I'm starving
Erim Moorehead
ζ Inscris le : 18/08/2015
ζ Messages : 2801
ζ Avatar : Alexander Ludwig
ζ Localisation : A Blindman's Bluff dans une belle maison près de celle du Gouverneur
ζ Occupations : Ancien enfant perdu, ancien mineur...Bras droit du gouverneur
ζ Âge : Vingt-trois ans
ζ Statut : Marié à la plus délicieuse des vendeuses de Rhum de Blindman
ζ Signes distinctifs : cicatrice en dessous de l'épaule gauche causée par une balle
For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Sq0UIrHR



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) EmptySam 31 Déc 2016 - 20:21

for the dancing and the dreaming

 


Sa tête tombe contre ma nuque, à cet endroit agréable entre la naissance de mon cou et mon épaule. Je sens sa respiration saccadée, l’humidité de sa bouche, l’amour qu’elle me porte tout simplement. Elle s’écarte et je ne peux que revenir chercher sa bouche. « Je t’aime…j’ai hâte de t’épouser puisque c’est ton désir, et je veux des enfants…j’apprendrais à devenir père » Elle rit et nous terminons notre baignade entre douces étreintes et tendres jeux, le temps n’a plus d’impact sur nous, c’est comme si nous étions seuls dans ce lieu. Je finis par sortir de l’eau, aidant ma douce à remonter à ma suite. Un drap nous enveloppe et je frictionne Apolline pour la réchauffer contre mon torse. Pil nous tourne autour, Apolline se baisse pour lui flatter les oreilles, puis nous remettons nos vêtements, un brin à contrecœur pour ma part, je serais bien parti pour un nouveau câlin, seulement…la route en sens inverse n’est pas courte et je ne veux pas que ma fiancée soit fatiguée une fois à la maison. Main dans la main, nous retournons sur Blind avec la promesse muette de revenir dans cet endroit dès que nous en sentirons l’envie.


  (c) chaotic evil


I'll Be Seeing You

A faire flamber des enfers dans tes yeux, A faire jurer tous les tonnerres de Dieu, A faire dresser tes seins et tous les Saints, A faire prier et supplier nos mains, Je vais t'aimer, A faire vieillir, à faire blanchir la nuit, A faire brûler la lumière jusqu'au jour, A la passion et jusqu'à la folie, Je vais t'aimer, je vais t'aimer d'amour ❞


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty
Message Sujet: Re: For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) For the dancing and the dreaming - ERIM (hot) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

For the dancing and the dreaming - ERIM (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-