AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 And what are we here for? ~ Feat. Luis
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty
Message Sujet: And what are we here for? ~ Feat. Luis And what are we here for? ~ Feat. Luis EmptyVen 11 Nov 2016 - 20:28




And what are we here for?


Feat. Luis



   Cette fois c‘est la bonne. Il fallait bien que je me décide un jour et puisque ce sont des doutes qui me faisaient hésiter jusque là, il est temps de les chasser et d’être fixé. Il n’y a qu'en allant voir le principal intéressé que je saurais ce qu'il en est n’est ce pas ? Ainsi m'y voila, devant la demeure du gouverneur, m’apprêtant à lui demander une audience pour lui exposer mon projet. Qu’il me rit au nez ou qu’il accepte, je ne peux demeurer plus longtemps avec cette idée en tête sans rien faire pour tenter de la mettre en place. Cette ville, que dis je cette ville… cette ile, a grand besoin que quelqu’un fasse un peu de ménage mais une chose à la fois. Et puis je ne suis pas assez fou pour oser m’en prendre à ces sauvages qui se disent marins, pirates, boucaniers, que sais-je encore. Un jour qui sait, si j’arrive à sauver ce qui peut encore l’être à Blindman, peut-être pourrais-je espérer monter une troupe digne de ce nom pur aller faire un peu de ménage et apporter la justice à One Eyed Willy, mais pour l’heure une telle entreprise serait suicidaire. D’autant qu’il n’y a pas grand-chose à sauver là bas, leurs âmes sont déjà trop sombres pour mériter le moindre salut et j’ai de plus l’intime conviction que de salut, ils n’en attendent pas, se complaisant dans leurs vices et leurs idéaux corrompus. Non. Ici en revanche il y a tant de citoyens qui espèrent encore un peu de justice en ce bas monde. Et moi, moi je me dois de la leur apporter.

   Je me fais annoncer avant de patienter bien sagement dans la pièce indiquée. Quoi que sagement ne soit probablement pas le terme le plus approprié. Je tourne en rond, je cherche mes mots, je formule et reformule sans cesse les choses dans mon esprit pour parer a toute éventualité, toute question. Je finis par sortir ma boîte à tabac et y trouver un mégot entamé que je me colle au coin des lèvres avant de chercher quelques allumettes pour le rallumer. Je fouille nerveusement les poches de ma veste, en vain. Celles de mon pantalon n'offrent pas plus de résultat et je commence à douter en avoir jamais emporté quelques-unes. Le mégot retourne dans sa boîte, j'attendrais que mon hôte daigne arriver pour lui demander du feu, et me revoilà à faire les cent pas dans la pièce, cherchant toujours dans quel sens brosser cet homme que je n'ai encore jamais eu l'occasion de côtoyer. De temps à autre, je me laisse aller à lancer un regard par la fenêtre, espérant sans doute y trouver un peu d'inspiration quant à la façon dont je vais lui présenter les choses. En vain. Mais je me suis fait une raison, peu importe comment je formulerais ma requête, le risque zéro de refus n'existe pas.

   Et plus je tourne en rond, plus le temps me semble long. Bientôt je me sens comme une de ces bêtes en cage qu'on transportait parfois de l'autre coté avant d'arriver... ici où que soit cet ici sur une carte. Mais bon sang, qu'ais -je donc fait de ces allumettes. Comme je réfléchissais seul le fin rouleau de papier et de tabac à demi calciné a retrouvé sa place entre mes lèvres sans même que j'y fasse attention et mes mains ont repris une fouille méthodique de mes poches. Toujours rien. Désespérément rien. Je suis pourtant certain d'avoir allumé ce mégot quelque part en venant. À une quelconque bougie peut-être ?  Qu'importe. Et je suis sur le point d'abandonner de nouveau l'idée d'allumer ce fichu mégot quand la porte s'ouvre de nouveau. Dommage, j'aurais pourtant eu grand besoin de me détendre un peu avant d’entamer. Les négociations. Au lieu de cela je n'ai réussi qu'à m'agacer tout seul et à me rendre fou en cherchant tant du feu qu'une idée fabuleuse pour vendre mon projet à un homme qui me rira probablement au nez.



Revenir en haut Aller en bas
Luis de la Nostra
Beware, I'm starving
Luis de la Nostra
ζ Inscris le : 20/02/2016
ζ Messages : 249
ζ Avatar : Alexandre Astier
ζ Localisation : Blindman's Bluff dans son immense demeure
ζ Occupations : Gouverneur de la cité de l'Aveugle
ζ Âge : Quarante-deux ans
ζ Statut : Marié - possède des amantes
And what are we here for? ~ Feat. Luis 1483271400-tumblr-mj04951n711rpjsf8o1-400



And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty
Message Sujet: Re: And what are we here for? ~ Feat. Luis And what are we here for? ~ Feat. Luis EmptyLun 26 Déc 2016 - 15:51

And what are we here for ?

« Luis ? » Je lève les yeux vers Enris, mon fidèle ami et conseiller, qui pénètre dans mon bureau. Je délaisse durant un temps les parchemins étalés devant moi pour me concentrer sur cet ami qui semble chercher ses mots. « Parle donc je n’ai pas que ça à faire, Enris ! » Il soupire avant de montrer la porte ouverte qu’il a laissée derrière lui : « Quelqu’un souhaite te voir. Et par quelqu’un, j’entends un homme un peu étrange. » Je fronce des sourcils. Qu’est-ce donc cela encore ? Si c’est pour retomber sur l’un des paysans qui veulent que je trouve des solutions miraculeuses à leurs querelles quotidiennes, je vais finir par en faire pendre un. « Qu’est-ce qu’il veut ? » « Je sais pas. » Je viens me pincer le nez avant de soupirer : « Enris, demande avant… Tu crois que je vais me déplacer pour une fissure dans une putain de maison ?! Je me demande à quoi tu me sers parfois ! » Je me lève de mon fauteuil, de mauvaise humeur mais ça n’est pas totalement la faute à mon conseiller. Enris supporte mes mauvaises humeurs depuis presque dix ans maintenant, le pauvre. « Où est Erim ? Jamais là quand il faut, celui-là ! » Voilà, quand je dis que je suis de mauvaise humeur, j’en viens même à pester contre l’un de mes meilleurs hommes, celui que j’aimerai former comme héritier de mon titre. Constance passe dans le couloir, certainement pour s’excuser de notre dispute du matin, mais je lève la main, l’empêchant d’ouvrir la bouche : « Pas le temps pour tes futilités femme, j’ai plus urgent ! » Son front se plisse et je passe devant elle sans attendre un mot, marchant dans le couloir en tapant des pieds. Enris trottine derrière moi et je l’attrape par la chemise quand il arrive à mes côtés : « Va lui demander ce qu’il veut et revient me le dire, que je juge si c’est important d’un entretien. Sinon, renvoie-le d’où il vient ! » J’ouvre la porte où je reçois les gens et je m’installe dans mon fauteuil. Enris revient quelques minutes après, me parlant d’une proposition que cet homme aimerait faire uniquement au gouverneur, pas à un subalterne. Il annonce la couleur aussi, celui-là ! « Bien, fais-le entrer ! » Je soupire.

La porte grince lorsque Enris fait entrer dans l’immense salle un homme bridé, un mégot à la bouche bien qu’il soit éteint. Je fronce des sourcils, croisant mes mains sur mes genoux tout en me penchant en avant. Je ne vais pas faire d’effort, ce n’est pas une journée de doléance donc si c’est pour une plainte, il va être fissa mis à la porte. « Bienvenue dans la maison du gouverneur, etc. N’y allons pas par quatre chemins ! Si c’est pour entendre une plainte ou une requête particulière, je te conseille de venir les jours propices. Sinon, parle vite, j’ai à faire ! » Je croise les bras, m’enfonçant dans mon fauteuil.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty
Message Sujet: Re: And what are we here for? ~ Feat. Luis And what are we here for? ~ Feat. Luis EmptyMer 18 Jan 2017 - 9:37




And what are we here for?


Feat. Luis



  Je vais pour ranger mon mégot une énième fois quand je reconnais l’homme qui m’a fait entrer tantôt. Allons, si ce n’est que lui, c’est sans doute qu’on va me reconduire à la porte sans l’entrevue que j’avais espéré, le mégot peut rester là où il est. Seulement plutôt que de me reconduire à la porte sans sommation, il me demande ce que je peux bien vouloir à son patron et je le fixe, étonné, sans trop comprendre. Si la réponse à cette question est capitale pour déterminer si j’ai droit ou non à cet entretien pourquoi ne l’a-t-il pas posée plus tôt, c’est idiot. Quoi que je doute que ma réponse aurait-été différente qu’à cet instant. «
Et bien j’ai une proposition à faire au gouverneur. Au gouverneur, pas à ses employés. » Je sais, pour avoir été employé moi-même, que ce genre de discours n’est ni agréable à entendre, ni plaisant à assumer une fois rapporté à qui de droit. Le pauvre bougre va certainement se faire incendié pour ne pas avoir pu me tirer les vers du nez mais je camperais sur ma position. Je ne suis pas d’humeur. Pas de feu, pas d’effort. C’est comme ça. Ma mère en serait folle, de me voir perdre mes bonnes manières, celles qu’elle s’est efforcée de nous inculquer même après notre fuite, même dans notre nouvelle vie, mais c’est une des rares choses que j’ai accepté de mettre de côté au fil des années. La politesse est un frein grossier à mes objectifs et au maintien des valeurs que je veux défendre quoi qu’il me plairait de voir les gosses de cette ville faire preuve d’un peu plus de bienséance.

  Et s’il me semble un instant que son aller-retour vers son patron pour raconter le peu qu’il vient d’apprendre n’aura servi à rien à part retarder ma sortie, j’ai la surprise de l’entendre me demander de le suivre. J’y croyais plus franchement et j’en aurais presque laissé échapper mon précieux mégot si mes lèvres ne s’étaient pas fendu d’un large sourire carnassier à l’idée de la joute verbale qui m’attend. C’est pas que les mots soient mes armes préférées mais je n’ai jamais reculé face à un obstacle, ce n’est pas aujourd’hui que je vais m’y mettre. Et puisque je viens de passer un temps interminable à tourner en rond dans cette piece, ce genre d’exercice sera une distraction plsu que bienvenue. Et ce sourire, j’ai bien fait de le ravaler avant d’entrer dans le bureau où l’homme me conduit. Le gouverneur, puisque je devine que c’est lui qui se tient installé là, n’a pas l’air embalé par l’idée d’un palabre sans fin. C’est avec un bref rictus que j’accueille son bienvenu peu conventionel. Nul besoin d’être un géni pour comprendre qu’il est d’une humeur massacrante, cet homme-là. Oserais-je imposer un sarcasme pour briser la glace ? Non, ce serait me voir éjecté manu militari à n’en pas douter. Je me dois d’être bien plus malin que ça si je veux avoir la chance d’au moins exposer mon idée jusqu’au bout.

  C’est ainsi qu’elle refait surface, toute cette éducation dans les règles de l’art que ma mère nous a donné. Devant cet homme assis, je me dois de rester debout, presque militairement, comme sur les navires où j’ai servi ou presque. «
Une plainte, Monsieur ? Non, je n’oserais pas vous déranger pour si peu. Une requête en revanche… et bien je suppose qu’on pourrait la nommer ainsi si ma proposition ne pouvait vous apporter quelques bénéfices à vous aussi. » Voilà comment je dois tourner les choses pour m’attirer son attention. Des bénéfices, des profits, tous pensent avec leur bourse avant tout le reste ici, pourquoi ferait-il exception ? « C’est un échange que je viens vous proposer.  » Et à présent que je pense l’avoir tout au moins intrigué, je m’autorise à prendre plus d’aisance dans la pièce, laissant mes pas me guider à la fenêtre. Elle donne sur la ville, tant mieux, elle m’aidera à illustrer mon propos. « Avant que vous ne posiez la question, non, je ne suis pas né ici, ni n’y suis arrivé il y a bien longtemps d’ailleurs. Mais j’en sais déjà suffisamment pour me permettre de penser que vous daignerez au moins réfléchir à ce que j’ai à vous dire.  » Une pause. Tout autant pour calculer la meilleure approche possible que pour lui laisser le temps de chercher à comprendre où je veux en venir. Mais pas trop longue, cette interruption, pour ne pas achever sa patience déjà visiblement bien amochée.

  Penchant légèrement la tête de coté comme pour mieux observer la vue, je reprends sur le même ton que précédemment. Calme, posé, appuyant les bons mots quand je le peux. «
Vos intérêts sont probablement étroitement liés à la bonne santé de cette ville, si j’ose dire. Et cette ville, elle ne vaut pour l’heure guère mieux qu’un de ces fruits pourris que certains maraichers vendent sur le marché. Ça commence par une petite tache, on n’y prête guère attention au début, on se dit qu’il suffira de la retirer au moment de manger le fruit. On attend. Puis elle s’entend, prend de l’ampleur. On se dit alors qu’on peut toujours profiter de l’autre côté du fruit, que ce n’est pas si grave. Puis tout le fruit pourrit et on se retrouve affamé devant le résultat de notre manque... d’action. » Mon sourire n’a plus rien de carnassier, il est condescendant au moment où il refait quand je me retrouve vers lui pour poursuivre. « Oh n’allez pas croire que je vous accuse de quoi que ce soit. Vous n’êtes encore que l’homme qui tient dans sa main un beau fruit tacheté et qui n’a pas encore eu l’occasion de trouver un couteau pour se débarrasser de la pourriture qui risque de tout gâcher. »  Mes doigts sont venus effleurer la poignée de mon sabre comme j’ai prononcé les derniers mots et de peur qu’il ne vienne à penser bêtement que je puisse être assez stupide pour lui sauter dessus, je cherche autre chose pour m’occuper les mains. C’est ainsi tout naturellement que retirant le mégot de mes lèvres je pose la question qui m’empêchait de réfléchir plus clairement jusque-là. « Pardonnez-moi mais avant toute autre chose... auriez-vous du feu ? »



Revenir en haut Aller en bas
Luis de la Nostra
Beware, I'm starving
Luis de la Nostra
ζ Inscris le : 20/02/2016
ζ Messages : 249
ζ Avatar : Alexandre Astier
ζ Localisation : Blindman's Bluff dans son immense demeure
ζ Occupations : Gouverneur de la cité de l'Aveugle
ζ Âge : Quarante-deux ans
ζ Statut : Marié - possède des amantes
And what are we here for? ~ Feat. Luis 1483271400-tumblr-mj04951n711rpjsf8o1-400



And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty
Message Sujet: Re: And what are we here for? ~ Feat. Luis And what are we here for? ~ Feat. Luis EmptyMar 7 Fév 2017 - 16:41

And what are we here for ?

« Une plainte, Monsieur ? Non, je n’oserais pas vous déranger pour si peu. Une requête en revanche… et bien je suppose qu’on pourrait la nommer ainsi si ma proposition ne pouvait vous apporter quelques bénéfices à vous aussi. » J’en étais sûr ! Une requête, forcément. Même lorsque ce ne sont pas les jours opportuns, il faut qu’on vienne m’ennuyer. Cependant, il mentionne des bénéfices et c’est ce qui m’empêche de le mettre à la porte. « C’est un échange que je viens vous proposer. » « Un échange ? » ne puis-je m’empêcher de rétorquer tout en l’observant me tourner le dos pour se mettre près de la fenêtre. Je ne trouve pas cela très respectable de s’adresser à moi sans me dévisager. Après tout, s’il souhaite obtenir quelque chose de moi, il vaut mieux pour lui qu’il me regarde. « Avant que vous ne posiez la question, non, je ne suis pas né ici, ni n’y suis arrivé il y a bien longtemps d’ailleurs. Mais j’en sais déjà suffisamment pour me permettre de penser que vous daignerez au moins réfléchir à ce que j’ai à vous dire. » Je fronce des sourcils. Il m’intrigue, ce bonhomme et je suis effectivement curieux d’entendre ce qu’il a à me dire qui va me forcer à réfléchir, d’après lui. Il reste près de la fenêtre à observer l’extérieur, me parlant de fruits qui pourrissent lorsqu’on n’agit pas, une comparaison à la cité de Blindman’s Bluff. J’ai conscience qu’il y a un manque de discipline, des invasions de pirates à tout va, des soldats pas toujours respectueux des ordres. Quoi qu’il en soit, je n’irais pas jusqu’à dire que la cité est pourrie comme un fruit. Non. Je fronce des sourcils, ne manquant pas de remarquer ce geste vers son arme. Il veut m’attaquer ? « Pardonnez-moi, mais avant toute autre chose... auriez-vous du feu ? » Je fronce des sourcils, me levant de mon fauteuil avant de tourner le regard vers Enris. Il sort de la pièce, afin de partir chercher des allumettes pour l’homme étrange qui porte un regard sur l’état de la ville. « Qui êtes-vous ? » Je sonde son regard, alors qu’il tient toujours son mégot dans sa paume en attente d’une réponse à sa précédente question et je me contente d’y répondre par une autre. « Je suppose que vous devez être quelqu’un d’important pour vous permettre un jugement sur l’état de Blindman’s Bluff. Cependant, je me demande comment un étranger qui n’est pas natif... encore moins, un habitant des lieux depuis plusieurs années, peut savoir ce qu’il se passe ici. »

La porte s’ouvre sur Enris qui s’approche de l’étranger pour lui tendre de quoi allumer son mégot puis il se retire dans un coin de la pièce. Je croise mes mains devant moi, descendant les marches pour me rapprocher de lui. « Vous avez un sacré culot pour demander un entretien avec moi et pointer les erreurs que vous pensez que j’ai commises concernant la cité de l’aveugle. Mais j’aime les personnes culottées, je suis curieux d’en apprendre plus. Si vous le voulez bien, nous passerons plutôt dans mon bureau. Ça sera… je pense… plus approprier. » Je fais un signe vers la porte de gauche, celle-là même ou a disparu Enris pour aller lui chercher des allumettes et je passe après lui. Je le double pour lui montrer le chemin et le guide vers mon bureau. Je referme les portes une fois qu’il est à l’intérieur, croisant le regard curieux d’Enris avant d’aller non pas vers mon bureau, mais plutôt vers les fauteuils pour me servir un verre de whisky. « Vous voulez un verre ? » J’attends sa réponse avant de le servir puis je m’installe en soupirant, buvant une gorgée du liquide ambré. « Bien. J’aimerai que vous me parliez sans tourner autour du pot, ni utiliser des pincettes. Dites-moi ce que vous avez en tête, quelle est cette fameuse requête ! »


gouvernor of blindman's bluff
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty
Message Sujet: Re: And what are we here for? ~ Feat. Luis And what are we here for? ~ Feat. Luis EmptyLun 5 Juin 2017 - 18:02




And what are we here for?


Feat. Luis


  I l me semble avoir du moins réussit à atteindre un des objectifs de cette conversation, j'ai piqué sa curiosité. J'ai à present plus de chances de conserver son attention et si je parviens à focaliser la mienne en allumant cette fichue cigarette, nous allons pouvoir attaquer le vif du sujet. Il envoie son ... homme de main ...larbin... adjoint... ce détail n'a pas la moindre importance à mes yeux , me chercher de quoi redonner vie à mon mégot et fini par me poser la question que je pensais entendre plus tôt. Une main sur le torse, l'autre plaquée le long de la cuisse, si plie l'Echine pour mieux me présenter. «  Sakamoto , Tatsuya mais je n’ai pas l’habitude que qui que ce soit m’appelle de la sorte. Veuillez pardonner mon empressement à exposer mon idée avant de me présenter. » Quoi que je ne regrette nullement mon entrée et l'effet qu'elle a eu. Quant au reste de sa tirade, il marque un point en relevant le fait que j'ai précisé n'être arrivé sur cette ile qu'l n'y a peu de temps mais le retour de l'autre avec mes allumettes me coupe avant que ne puisse esquisser une réponse.

  C 'est un sourcil interrogateur dressé que je l'écoute m'inviter à le suivre comme j'agite frénétiquement la main pour éteindre l'allumette que je viens d'utiliser. Son bureau, je ne pensais pas y avoir accès si rapidement. Une part de moi s'imaginait devoir lui laisser le temps d'une première réflexion avant de lui exposer mon idée et le laisser cogiter de nouveau. «
Non merci. » que je réponds des plus formellement lorsqu’il me propose un verre. Et après avoir parcouru la pièce du regard, plus pour me faire une idée du personnage avec qui je vais négocier que par curiosité pour le mobilier je dois dire, je réponds enfin à ses interrogations. « Quelqu’un d’important disiez-vous. Non, je n’ai d’importance que celle qu’on me donne. Quant à ce que je sais, vous seriez surpris de tout ce qu’on peut apprendre simplement en observant de loin et en tendant l’oreille aux bonnes conversations . » Je marque une nouvelle pause le temps de prendre place en face de lui et de savourer une bouffée de tabac trop longtemps attendue. « Sans tourner autour du pot hein ? Fort bien. Pour commencer par le commencement, avant d’arriver ici je m’occupais de veiller à la sécurité de certaines marchandises sur les navires de… d’un armateur pointilleux dirons nous. » Nul besoin d’étaler les affaires de ma famille puisqu’il est clair depuis longtemps qu’elle est bien loin derrière moi. « Appelez ça déformation professionnelle si vous voulez, ou une vague obsession. Avez-vous déjà mis les pieds sur un bateau Monsieur De La Nostra ? Le cas échéant vous devriez savoir que pour éviter tout risque de mutinerie il faut savoir jongler entre deux choses. La discipline, chacun doit savoir où est sa place et s’y tenir, et la bonne humeur si j’ose dire des marins à bord. Donnez-leur trop de libertés et il leur viendra des rêves de grandeurs dangereux, donnez-leur trop de contraintes et il naitra un vent de rébellion.  Cette ville est comme un bateau en mer depuis trop longtemps, et si je ne pense pas que vous soyez un mauvais capitaine, vous manquez en revanche de sous-officiers digne de ce nom. »

  N ouvelle pause que je me surprends à laisser s’installer, moi qui n’apprécie généralement pas tant de théâtralité de la part de mes interlocuteurs. Et cet homme à beau n’être encore qu’une figure d’autorité et non mon employeur, je voudrais lui faire comprendre que je serais capable de le respecter en tant que tel s’il m’accordait cette chance. Ainsi c’est sur un ton bien plus sérieux et grave que je pose enfin des mots précis sur les raisons de ma présence à proprement parler. «
A défaut d’une force militaire digne de ce qu’on trouve ailleurs, vous avez quelques hommes armés plutôt bons et assidus à ce que j’ai cru comprendre. Mais ils ne peuvent pas tout faire. Cette ville est grande, cette ile plus encore. Ils ne peuvent s’occuper de la protection de vos oyes contre la racaille sous pavillon noire et des crimes commis au sein même de la ville. C’est ceci que je vous propose, coupez la poire en deux.  Une force militaire pour protéger les habitants des dangers de l’extérieur, une autre pour veiller à les protéger de la gangrène venue de l’intérieur. » Je me garde bien de m’imposer à la tête de l’une ou l’autre, le choix lui appartiendra s’il prend mon avis en compte. Et je me doute qu’il doit avoir quelques hommes en qui il est normal qu’il place bien plus de confiance qu’en moi, mais j’escompte bien qu’il me laisse une place de choix pour ne pas perdre tout à fait le contrôle sur mon projet. Il sera toujours temps de remonter les échelons par la suite.




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty
Message Sujet: Re: And what are we here for? ~ Feat. Luis And what are we here for? ~ Feat. Luis Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

And what are we here for? ~ Feat. Luis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-