AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Attaque aquatique - Jud & Isis
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyMer 21 Sep 2016 - 3:52



Attaque aquatique
Jud & Isis
La liberté. Ou presque. Isis comprenait bien cette notion. Malgré son rôle auprès de la pincesse Valone – qui constituait principalement à la rendre présentable en tout temps, à la divertir et à s’assurer que ses appartements soient toujours immaculés –, elle avait beaucoup de temps libre. Et comme elle n’entretenait plus vraiment de liens avec sa mère depuis qu’elle avait appris la vérité sur sa naissance, elle n’avait plus à répondre de ses actions à qui que ce soit. Isis se contentait principalement de satisfaire la princesse Valone pendant les journées, et celle-ci ne lui posait pas beaucoup de questions; elle n’avait donc pas vraiment de comptes à rendre à quiconque.

La richesse était une chose plutôt abstraite pour son peuple.  Bien qu’il y existe une certaine hiérarchie, la pauvreté n’existait pas réellement. L’océan était tellement immense et les ressources y était presqu’inépuisables… Même si la plupart des Tritons et des Sirènes travaillaient, ils le faisaient plus par intérêt et pour occuper leur temps qu’autre chose. La vie sur terre semblait plus difficile. Les ressources étaient plus restreintes. Tout avait un prix sur la terre ferme; la Sirène l’avait appris à ses dépends. Isis comprenait donc pourquoi les Pirates, qui prenaient tout simplement ce qu’ils désiraient, pouvaient être les seuls – ou presque – qui n’avaient peu ou pas de comptes à rendre.

Elle tiqua à sa deuxième réflexion ne comprenant pas trop ce qu’il voulait dire. N’avait-il pas vu tout ce qu’il y avait à voir? Isis ne connaissait pas grand chose sur les relations charnelles. Depuis sa naissance, il y a des dizaines et des dizaines d’années, elle n’avait jamais eu de petit ami. À vrai dire, elle ne s’était jamais beaucoup intéressée aux Tritons. À part son ami d’enfance, qui était en fait son demi-frère, Isis n’avait jamais senti son coeur fondre pour qui que ce soit, alors l’envie de se mettre à poil devant quelqu’un ne lui avait jamais vraiment effleuré l’esprit.

Jud. C’était plutôt singulier. Elle n’avait jamais entendu de prénom semblable. Personnellement, elle n’aimait pas avoir un prénom si court. Elle aurait aimé avoir un surnom qui aurait pu être le diminutif de son prénom. Et avoir un prénom aussi court qu’Isis – ce n’était que quatre lettres, il faut se le dire –, impossible d’avoir un diminutif. Elle n’osa pas demander au pirate si Jud était un diminutif. Après tout, peut-être que Jud n’était même pas son vrai nom. Ça ne l’aurait pas beaucoup surprise. Si elle avait été un pirate, elle n’aurait pas divulgué son véritable patronyme à une sirène.

Son coeur fit un bond dans sa poitrine lorsqu’il lui demanda ce qu’elle faisait dans la vie. Était-il sage de révéler à un pirate qu’elle était aussi proche de la princesse Valone? Ils ne se connaissaient pas. Les proches de la famille royale aquatique pouvaient-ils valoir quelque chose pour les pirates?

« Ah… vous savez, à part la famille royale et les gens qui travaillent pour eux, on n’a pas vraiment de responsabilités. Quand j’étais petite, ma mère et moi, on élevait des hippocampes. Après, ma mère s’est remariée. Aujourd’hui elle ne fait plus grand chose… enfin, je crois. On ne se parle plus vraiment. En ce moment, je fais surtout de l’exploration. J’essaie de retrouver mon demi-frère. »

Son demi-frère… Depuis qu’elle avait appris la vérité, il occupait tellement d’espace dans sa vie. Elle que plusieurs qualifiaient comme capricieuse, égoïste et gâtée à la moelle, elle s’était plongé dans ses souvenirs, se rappelant des détails qui lui avaient fait comprendre que, contrairement à ce qu’on lui avait dit il y a des années, son demi-frère n’était peut-être pas mort. Et depuis que cette certitude s’était implantée dans son cerveau, elle s’était graduellement oubliée pour ne plus penser qu’à son objectif : le retrouver.

C’était une quête folle. Au fond, peut-être était-ce le fantôme de cet amour qu’elle avait éprouvé pour son ami qui la poussait à le chercher avec tant d’ardeur.

Une pensée curieuse traversa alors son esprit. Les pirates se mariaient-ils? Tombaient-ils amoureux? L’amour était un sentiment dangereux. L’amour poussait à commettre des actions que l’on ne poserait pas normalement. Ça ne semblait pas sage pour un pirate de tomber amoureux. Et comme sa curiosité l’emportait toujours sur sa raison, Isis lui demanda :

« Avez-vous quelqu’un dans votre vie, Jud? Quelqu’un qui compte plus que tout pour vous? »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyDim 25 Sep 2016 - 19:25


Attaque aquatique
Isis & Jud


Discuter avec une sirène comme si tout ne les prédestinait pas à s'entretuer. Expérience enrichissante, selon Jud. Elle l'intriguait autant qu'elle l'amusait. Sa vision du monde semblait bien différente de celle du pirate. La créature ne paraissait pas lui vouloir de mal bien qu'il ne parvienne clairement pas à faire confiance au vu de ce qu'il venait à peine de subir. Jud se surprit cependant à poser des questions à la jeune femme, à lui parler comme si elle avait été une demoiselle lambda et non pas une naïade tout droit sortie d'un banc de meurtrières. L'homme ne parvenait pas à la voir comme un danger, pas après qu'elle se soit précipitée pour l'arracher aux bras des eaux et le ramener à la vie en lui offrant ce précieux oxygène.

Pour une obscure raison, Jud posa une question à la sirène sur leurs rôles sous l'océan. Avaient-ils une société, eux aussi ? Une communauté régie par des lois différentes de celles de la surface ? Le pirate l'ignorait. C'était la première fois qu'il pouvait dialoguer aussi librement avec une sirène et il n'avait tout bonnement jamais approché un triton d'aussi près. Isis lui révéla alors que sous l'eau, ce n'était pas du tout comme au-dessus. Visiblement, personne ne semblait avoir de rôle bien précis et bien important si ce n'était cette fameuse famille royale. Jud acquiesça en silence puis arqua un sourcil en l'entendant parler d'un demi-frère. C'était pour cette raison que la demoiselle était si proche de la surface ? Ou avait-elle simplement suivi le banc ?

- Et je suppose qu'il est remonté à la surface ...

Ce qui expliquerait beaucoup de choses. Notamment la curiosité de la sirène par rapport aux terrestres mais aussi pourquoi elle ne l'avait toujours pas retrouvé. Après tout, pour une naïade aussi peu expérimentée, se balader sur l'île pouvait être mortellement dangereux. N'importe quel pirate tombant nez-à-nez avec une sirène, l'aurait attaquée sans sourciller. Jud, lui-même, aurait sans hésiter sorti son arme pour se défendre contre la menace latente. Aujourd'hui lui avait prouvé, en quelques sortes, qu'il aurait eu raison d'agir de cette manière.

Isis lui posa alors une question à laquelle l'homme ne s'attendait pas du tout. Jud haussa les sourcils puis s'esclaffa de rire. Avait-il une telle personne dans sa vie ? Automatiquement, le visage de Cha se dessina dans son esprit. Pouvait-il prétendre qu'elle comptait plus que tout ? Probablement pas. Mais cette indienne était, contre toute attente, parvenue à le déstabiliser. Elle l'avait convaincu avec son seul regard et quelques paroles, de laisser la vie sauve à un indien. Il se surprenait souvent à penser à elle et le regrettait aussitôt. Encore une fois, Jud jouait avec l'anormalité. Un pirate et une indienne, ça ne peut exister.

- Non.

Il baissa la tête. Cette réponse n'était pas un mensonge dans la mesure où la dernière fois qu'il avait croisé Cha, Jud lui avait fait ses adieux. Bien qu'une partie de lui espérait la revoir, son côté sensé savait que tout était voué à l'échec. Le pirate secoua la tête et se ressaisit, hors de question de se lamenter ou pire ... de ressentir quelque chose.

- Et vous ?

Le pirate s'aperçut qu'il s'encombrait d'un vouvoiement qui était contre-nature par rapport à son éducation et ses préceptes.

- Je vais te tutoyer si ça ne te dérange pas ...

Jud ne lui laissait finalement que peu de choix mais le pirate restait un forban et ce genre de manières ne faisait pas partie de ses moeurs. Il se laissa retomber dans le sable, son souffle lui était revenu et ses forces avaient regagné son corps. Désormais, l'homme se sentait mieux. Les sirènes ne l'avaient pas tué, elles y étaient presque parvenues mais pas tout à fait ! Et cette grosse frayeur devrait lui servir de leçon pour l'avenir.

- Je peux te demander ton âge ? On sait tous que vous ne vieillissez pas au même rythme que nous ...

Le pirate était fasciné par cette immortalité, cette existence éternelle dont les sirènes et les tritons jouissaient. C'était l'occasion pour eux de vivre absolument tout, tout ce que Neverland avait à offrir. Pourtant, la plupart d'entre eux se contentait d'une vie paisible dans les fonds marins. Jud ne les comprenait définitivement pas. Lui, s'il avait eu la chance d'avoir la vie éternelle, il aurait goûté à chacune des opportunités de Neverland.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptySam 8 Oct 2016 - 21:30



Attaque aquatique
Jud & Isis
Qu’il soit remonté à la surface, c’était la seule possibilité qui lui ait effleuré l’esprit après avoir ratissé l’océan des dizaines de fois et avoir interrogé sirènes et tritons à maintes reprises. Avant que cette possibilité ne lui effleure l’esprit, Isis n’avait aucun intérêt pour les gens qui vivaient sur l’île. Elle n’avait d’yeux que pour les récifs de corail, pour les poissons et la beauté de l’univers sous-marin. Après la trahison de sa mère, la seule chose qui comptait pour la naïade, c’était de retrouver ce demi-frère. Peut-être aurait-elle la chance de partir à zéro avec lui. De construire une relation qui ne serait pas basée sur le mensonge et la tromperie. Elle n’en voulait pas à sa sœur. Ophélie ne connaissait pas la vérité sur l’identité de son père plus qu’elle, mais elle ne supportait pas qu’Isis soit fâchée contre sa mère. Elle croyait qu’Isis devait lui pardonner son mensonge comme ça, sans se questionner. C’était bien naïf de sa part…

Avait-elle quelqu’un dans sa vie? Non. Elle n’avait jamais eu personne. Il lui était arrivé d’avoir une attirance physique envers un homme, mais jamais elle n’avait goûté à l’amour. Ni sentimentalement, ni physiquement.

« Non, ça ne me dérange pas… » l’assura Isis. « Non, j’ai jamais eu… Je veux dire… J’ai jamais… je n’ai jamais été avec personne… J’ai jamais été amoureuse de personne. »

C’était difficile à avouer. En plusieurs dizaines d’années, jamais Isis n’était parvenue à donner son cœur à qui que ce soit. Elle avait été tellement dévouée à la ferme d’élevage de sa mère, puis à sa famille, à sa petite sœur qui était née suite à l’union de sa mère avec Noam… puis maintenant à son rôle de suivante auprès de la princesse Valone, qu’elle n’avait jamais eu l’occasion de côtoyer un homme assez longtemps pour se laisser aller. Pourtant, elle les voyait, les tritons autour d’elle. Beaucoup ne manquaient pas de charme. Mais elle n’avait jamais pris le temps de se lier d’amitié avec eux… de forger des liens qui pourraient éventuellement se transformer en autre chose de plus fort.

Son âge? En voilà une question futile, songea-t-elle. À quel âge avait-elle cessé de grandir? Vingt et un an? Vingt-trois ans? Peut-être vingt-quatre, tout au plus. Quelque chose comme ça, en tout cas. Et depuis, le temps était passé si rapidement. Alors elle répondit tout simplement :

« J’aimerais bien te le dire, mais j’en sais rien. J’ai arrêté de compter après cent ans. Je comprend pourquoi l’âge peut sembler importante pour toi. Les humains ne vivent pas très longtemps, d’après ce que j’ai compris. Mais les sirènes et les tritons vivent très longtemps… »

Très longtemps, oui. Les siens étaient immortels. Ils vivaient éternellement. Le temps était une question futile lorsque l’on vivait sous la mer. La lumière ne passait pas à travers les flots de la mer de la même façon qu’elle carressait l’île. Si bien que le jour et la nuit se confondaient. Et si on demeurait longtemps sous la mer sans remonter à la surface, comme l’avait fait Isis pendant plusieurs années, c’était difficile de suivre le fil du temps.

« Je ne crois pas encore avoir atteint les deux-cent ans… mais je ne suis plus une jeunesse! » s’esclaffa-t-elle.

La Sirène s’étendit dans le sable, laissant ses petites jambes se réchauffer sous la chaleur du soleil. Elle aimait la carresse du soleil sur sa peau d’ivoire. Comme beaucoup de sirènes, elle aimait s’asseoir sur les rochers et se dorer la couenne au soleil, mais elle craignait constamment de se faire surprendre par des pirates. Comme c’était ironique comme situation. Elle était là, couchée dans le sable à côté d’un être humain – un pirate, en plus – sans peur, sans crainte qu’il lui fasse du mal. Sa sœur devait avoir raison, Isis était un peu stupide.

Observant les nuages dans le ciel, Isis ne put s’empêcher de rire. « Je ne crois pas être devenue très sage non plus, malgré mon âge. Si tu étais immortel, changerais-tu quelque chose dans ta façon de vivre? »

La façon dont vivaient les sirènes et les tritons pouvait sembler assez futile pour les humains. Qu’avait-elle fait, elle, Isis, depuis sa naissance à part s’amuser, explorer et fabriquer des babioles? Rien de bien extraordinaire, honnêtement. Mais l’exploration de l’océan avait occupé beaucoup de temps. L’île avait une grande superficie, mais l’océan, en plus d’avoir une superficie colossale, avait aussi une profondeur. Pas facile d’en faire le tout, même en plus de cent ans…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyDim 23 Oct 2016 - 14:48


Attaque aquatique
Isis & Jud


Ils frôlaient l'insouciance à rester là, occupés à discuter de leur vie respective. N'étaient-ils pas censés se fuir ? Pourtant, Jud ne ressentait aucune envie de partir. Pas tout de suite, pas tant qu'il n'en saurait pas davantage à propos de la sirène qui l'avait sauvé. Comment en vinrent-ils à parler de leur vie sentimentale ? Au fil de la conversation, vraisemblablement. La belle lui confia alors non seulement n'avoir personne actuellement mais aussi ne jamais avoir eu personne. Les mots qu'elle employa le firent réfléchir. Isis n'avait jamais été amoureuse et visiblement, elle n'avait jamais connu les relations charnelles. Jud, lui, il avait connu des tas de femmes. Mais avait-il seulement entrevu l'amour un jour ? Le pirate était bien trop détruit pour ça. C'était contre-nature pour lui de pouvoir ressentir une émotion aussi belle. Ses sentiments étaient déglingués depuis des années, les seules personnes qu'il ait jamais aimé étaient mortes depuis des années.

Jud s'intéressa alors à l'éternité de la sirène. Elle ne succomberait pas au temps, elle en serait maîtresse à jamais. Mais viendrait le jour où elle cèderait à autre chose. Tels étaient les êtres vivants, Jud en était persuadé. Rien ni personne n'est éternel et ce, même à Neverland. Le pirate avait l'intime conviction que l'heure de chacun sonnerait tôt ou tard. Malgré tout, quand Isis lui mentionna deux siècles d'existence Jud eut du mal à contenir son étonnement. Ses yeux s'écarquillèrent et il haussa les sourcils de surprise.

- Presque deux siècles ...

Il l'avait soufflé, à peine murmuré. Jud, même s'il avait été triton, n'aurait jamais vécu aussi longtemps. Sa vie était bien trop violente, mouvementée et dangereuse. Il était fait pour l'action, il vibrait à chaque fois que le combat débutait. Incapable de rester loin des ennuis bien longtemps, le pirate aurait trouvé le moyen de se faire tuer même s'il avait été centenaire.

Isis s'allongea dans le sable et observa les nuages, elle semblait se détendre au contact de Jud. Au début méfiante, elle paraissait complètement à son aise désormais. Le pirate fut surpris de l'entendre lui demander s'il aurait fait quelque chose d'autre en étant immortel. L'homme fronça alors les sourcils et prit quelques instants pour y réfléchir. L'immortalité, beaucoup en rêvaient. Lui aussi, s'était parfois laissé enivrer par cette magnifique perspective. Mais à quoi lui serviraient des siècles entiers ? Jud finit alors par hausser les épaules.

- Je ne crois pas que je changerais quoi que ce soit. Vivre une éternité finirait par ressembler à une malédiction, je pense.

Jud tourna les yeux vers Isis. N'était-elle finalement pas qu'un oisillon piégé dans une cage ? Contraint à observer les feuilles des arbres tomber, les autres animaux s'éteindre sans pouvoir perdre une seule plume ? Le pirate continuait à observer la demoiselle, ne cherchant pas à la blesser mais tout simplement à lui offrir sa vérité. Sa vision tordue des choses.

- Tu n'as jamais eu l'impression d'être prisonnière du temps ?

Après leur mort, les humains s'évadaient. Ils filaient entre les doigts du temps, son emprise sur eux devenait dérisoire. Les sirènes et les tritons restaient ses jouets à jamais. Ils voyaient l'île changer, mûrir, grandir sans qu'ils n'y soient pour rien. Plus Jud y songeait et plus il se disait qu'être humain avait finalement un attrait que l'immortalité n'avait pas. Il baissa alors les yeux, observant le sable s'envoler. Isis avait dû connaître des tas d'individus aujourd'hui disparus. Comment faisait-elle pour supporter le poids immense de ce cimetière ambulant qu'elle portait sur son dos ? Peut-être n'avait-elle simplement pas côtoyé beaucoup d'humains ...

- Et toi, tu as déjà rêvé de devenir humaine ?

Question étrange à la base mais après la réflexion qu'il venait d'avoir ... peut-être pas si loufoque que ça.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyLun 31 Oct 2016 - 2:35



Attaque aquatique
Jud & Isis
Vivre éternellement, une malédiction? En voilà une drôle de façon de voir les choses songeai-je. Plutôt une bénédiction en ce qui me concerne. Pour moi, vivre éternellement, ça voulait dire qu’on pouvait prendre son temps pour profiter de la vie, ça voulait dire qu’on pouvait prendre son temps pour vivre chaque moment pleinement. Je n’étais jamais pressée. C’était probablement pour cela que la plupart d’entre nous étaient aussi insouciantes et irréfléchies. Bien sûr, certains représentants de mon peuple ne le vivaient pas de la même façon. Quand on vit toujours, on a aussi beaucoup de temps pour ruminer ses frustrations, beaucoup de temps pour nourrir sa colère. C’est à cause du temps que les sirènes avaient développé une haine aussi hardie pour les humains. C’était à cause d’un rancune longuement nourrie et réfléchie que plusieurs s’amassaient en bancs et attaquaient les humains comme celles qui avaient tenté de noyer ce pirate un peu plus tôt…

« J’imagine que ça dépend de la façon dont on vit cette éternité, non? Quand on est heureux, être immortel, ça n’est pas si mal. Je ne montais pas à la surface jusqu’à tout récemment, donc l’immortalité parmi des gens qui ne meurent pas, c’est normal. »

Je ne m’étais jamais sentie prisonnière de quoi que ce soit ou de qui que ce soit. À part les membres de ma famille, je n’avais jamais tissé de liens très serrés avec autrui. Il fallait avouer toutefois que l’éternité de solitude, le manque d’amour dans sa vie commençait à ,e peser. Plus le temps passait, plus l’envie de partager ,a vie avec un Triton me pesait. J’aurais aimé avoir des petits tétards à moi. Surtout depuis que j’avais appris la vérité sur mes origines. Vivre dans la maison de Noam, mon beau-père, avec ma mère et ma sœur, ne me plaisait plus. Depuis que j’avais appris la vérité, j’allais entre l’océan et la terre ferme, je dormais où je le pouvais, la solitude brisait lentement mon cœur.

« Et toi, tu as déjà rêvé de devenir humaine ? » lui demanda le pirate.

« Honnêtement? Non, jamais. Les humains sont tellement… fragiles et éphémères. Votre vie n’a pas l’air très facile non plus. Tu vois, nous, sous l’océan, on n’a pas de pièces de monnaie, les ressources, la nourriture, il y en a pour tout le monde. » Depuis que j’étais remontée à la surface pour trouver mon demi-frère, je n’avais cessé de désespérer de votre tant de gens dans le besoin à Blindman’s Bluff. Jamais je n’aurais échangé une éternité de jeux, d’aventures et de plaisir pour une vie humaine. « Je trouve que le mode de vie des humains est un peu… triste. Vous naissez. Vous travaillez toute votre vie durant pour subsister. Puis vous mourrez. Vous ne vivez pas, vous ne faites que survivre. C’est d’une tristesse… »

C’était loin d’être une vie de rêve. Jud disait qu’être un pirate, c’était synonyme de liberté, mais s’il n’était pas capitaine, il avait quand même des comptes à rendre à quelqu’un. Il n’était donc pas entièrement libre. Moi non plus, je n’étais pas totalement libre. Être suivante, ça voulait dire que je devais accompagner la princesse lors des événements mondains. Je l’aidais parfois à coiffer sa longue chevelure dorée, mais je n’étais pas un servante, loin de là…



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyDim 20 Nov 2016 - 20:26


Attaque aquatique
Isis & Jud


La discussion avec la beauté à moitié nue prenait des allures d'analyse thérapeutique. Chacun y allait de son point de vue sur l'immortalité. Paradoxalement, le pirate n'aurait clairement pas voulu être immortel. Cependant, la sirène marqua un point en lui rappelant que parmi les siens, ce n'était là que la normalité absolue. Le pirate acquiesça d'un mouvement du menton, ils pouvaient tous vivre sans que le temps n'agisse sur eux. Leur vie devait être aux antipodes de celle des êtres humains, Jud ne leur enviait pas tout ça. Ce que l'homme aurait pu leur envier, c'était cette capacité à voguer d'un point de l'île à l'autre à vive allure en pourfendant les eaux. Sans parler de leur capacité à partir à la découverte des fonds marins, ces zones qui terrorisaient tous les marins jusque dans leurs pires cauchemars mais qui pour les sirènes et tritons, devaient être une zone de confort.

Jud posa alors une question étrange à Isis : avait-elle un jour rêvé d'être humaine ? Sa réponse fut négative. Le portrait qu'elle dépeignit de l'humanité fit sourire le forban qui ne répliqua pas même si l'envie y était. Isis lui dévoila alors une information qui le sidéra. Sous l'océan, ils n'avaient ni monnaie d'échange, ni travail ni même rien qui ne soit réellement important dans une société humaine standard. Les yeux de l'homme restaient écarquillés, Jud prenait le temps de digérer l'information. Isis lui avoua qu'elle trouvait l'existence humaine triste mais cette fois, le pirate ne put s'empêcher de répliquer, complètement sidéré :

- Triste ? Mais tu viens toi-même de me dire que vous n'avez pas même de monnaie d'échange ... Vous disposez d'une éternité de vide.

L'homme secoua la tête, il cherchait à comprendre à quoi pouvaient servir toutes ces années d'existence si elles étaient passées à ne rien faire. Sans travail, sans besoin de chercher sa nourriture, que restait-il aux êtres aquatiques ? Jud tenta de retomber sur terre après s'être envolé bien loin avec ces révélations.

- On vient bien de deux mondes différents !

Comme si ce n'était pas déjà assez flagrant. Jud pouffa de rire. C'était sa première conversation civilisée avec une sirène et elle venait clairement de lui donner les plus grandes et précieuses informations dont il n'avait jamais disposé à propos du peuple marin. Désormais, l'homme comprenait peut-être un peu mieux leurs motivations. Dans un monde où l'argent n'existe pas, où la nourriture est accessible à tous, la vengeance est pour certains le seul brin d'amusement. Jud esquissa un petit sourire satisfait, il pouvait désormais se vanter d'avoir un tant soit peu compris l'ennemi.

- Tu ne vas tout de même pas me faire croire qu'aucun de vous n'accorde d'importance aux trésors ? Je veux dire ... certains doivent tout de même se passionner pour l'or, l'argent, les bijoux et les pierres précieuses.

Jud ne parvenait à imaginer un univers où les gens passeraient à côté d'un coffre au trésor rempli de merveilles sans même se détourner pour en découvrir le contenu. La cupidité était-elle donc un trait purement humain ?

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyJeu 1 Déc 2016 - 2:48



Attaque aquatique
Jud & Isis
Il n’avait pas tout à fait tort. Nos univers étaient vraiment aux antipodes. Ils ne se ressemblaient en rien. Il était vrait que l’existence des sirènes et des tritons était un peu… futile – voire frivole. Nous naissions sous cet océan si bleu où nous vivions tant que nous le souhaitions. Nous avions le pouvoir d’aller sous cette onde rafraichissante ou de marcher sur la terre ferme, ce qui nous permettait de vivre toutes les aventures dont nous avions envie. Puis lorsqu’on se laissait – ce que beaucoup d’entre nous tardaient à faire puisqu’il y avait tellement de choses à faire et à vivre sous l’océan et sur la terre que de nombreux habitants de la mer choisissaient de vivre pendant des milliers d’années –, on laissait alors l’âge avoir son emprise sur notre belle apparence, puis on finissait par mourir lorsqu’on devenait trop vieux et fragiles pour continuer. Mais cette absence de responsabilités et de contraintes nous permettait de vivre nos expériences à fond, de profiter des gens qui nous entouraient et des gens que nous aimions comme peu d’humains pouvaient le faire durant leur courte existence. Et même si je connaissais maintes sirènes qui étaient froides et dangereuses, notre éternité nous permettait de ressentir une gamme d’émotions que peu d’humains pouvaient se vanter d’avoir eu l’occasion d’expérimenter. Avec près de deux cent années à mon actif, je n’avais pas encore fairt tout ce que j’avais envie de faire au courant de ma vie. Je n’avais qu’exploré l’océan et les mystères qu’il dissimulait, bien que je n’aie pas eu l’occasion de les voir tous. Je commençais tout juste à explorer l’île. Comme la mer, la surface abritait bien des merveilles, bien des choses qui avaient encore le pouvoir de m’éblouir. Et je n’avais vécu que peu de relations. Des gens, j’en avais rencontrés. Mais à part les membres de ma famille, il ne m’avait pas été donné de me rapprocher de qui que ce soit.

Perdue dans mes pensées, mon regard se noyant dans les flots de l’océan qui s’étendait plus loin que je ne puisse voir, je ne pus m’empêcher de remarquer tout haut : « J’ai déjà vécu plus longtemps que tu ne vivras, et je ne suis jamais même tombée amoureuse. L’océan nous offre tellement de possibilités qu’il serait bien étrange que nous mourrions si jeunes. Je m’interrompis, songeuse. J’imagine que la façon dont chacun voient la vie est relative… »

Je me surpris alors à penser que la vie, peu importe quelle était notre origine, notre race, notre sexe, notre statut ou notre allégeance, était bien futile. Pourquoi vivait-on, en réalité? Pourquoi était-on? Peu importe notre longévité, nous vivions tous en tentant de nous en sortir du mieux que nous le pouvions pour finir, ultimement, par mourir. Que nous trépassions à un très jeune âge alors que nous avions toute la vie devant nous, ou bien après plusieurs centaines d’années, après avoir vécu maintes aventures, notre existence changeait-elle réellement quelque chose. Qu’est-ce que les actions d’une unique personne pouvaient bien changer à ce grand monde qui nous entourait?

Il coupa le cours de mes pensées lorsqu’il me demanda si le peuple de la mer accordait une importance aux trésors. Je levai les yeux vers lui et lui adressai un sourire, songeant à cette besace que j’avais laissé entre les mains de la princesse Valone. « Bien sûr que nous y accordons de l’importance, cher pirate! Mais nous apprécions l’or et les pierres précieuses pour leur beauté, et non pour leur valeur. Nous ne les vendons pas, mais nous les échangeons. » Du bout des doigts, je fouillai ma chevelure, cherchant un de ces bijoux que je fabriquais pour orner mes boucles d’or. J’en sortis une broche dorée sertie de diamants et de saphirs et je glissai entre les doigts de Jud. « Tu vois? Tout comme vous, nous savons apprécier l’or et les bijoux. Ils ont une valeur… sentimentale. »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyVen 6 Jan 2017 - 14:14


Attaque aquatique
Isis & Jud


Quelle étrange rencontre que celle avec cette sirène, Jud peinait à suivre son raisonnement. Peu à peu cependant, il commença à discerner les contours du problème. Ce n'est que lorsqu'Isis lui expliqua qu'en autant d'années de vie, elle n'avait jamais connu l'amour, qu'il comprit réellement. Leur longévité leur offrait le luxe de vivre autant de temps qu'ils le désiraient mais avec ce luxe, une sorte de paresse surgissait. Rien ne pressait. Ils pouvaient prendre autant de temps qu'ils souhaitaient pour devenir adulte et s'épanouir dans une vie de famille. Contrairement aux humains qui brûlaient la vie par les deux bouts, les sirènes et les tritons la sirotaient tranquillement. Ils ne connaîtraient jamais cette ivresse entêtante de ne jamais disposer d'assez de temps pour tout faire, tout voir, tout vivre. Non, eux, ils ignoreraient pour toujours cette sensation d'urgence, d'urgence de vivre pleinement.

Isis conclut donc par une phrase que le pirate éluda en haussant les épaules. Sa vision de l'existence ne pouvait, de toute façon, pas rejoindre celle d'une sirène. Ils étaient des ennemis naturels et le fondement même de leur dualité était le fait qu'ils voyaient les choses sous un angle différent. Inutile de lutter pour obtenir le dernier mot, chacun resterait campé dans son éducation et ses convictions bien personnelles. L'homme se contenta donc de dessiner dans le sable, traversant les grains avec le doigt et y créant des motifs divers qui ne ressemblaient pas à grand-chose mais qui lui permirent de faire le point. Jud posa alors une question à Isis, les sirènes avaient-elles au moins le goût de l'or ? Du luxe ? Sa réponse fut très insatisfaisante.

- Vous les échangez ...

Il posa sur elle un regard incrédule au possible. Tels les indiens, les sirènes troquaient des objets. Cela, il pouvait le concevoir mais qu'elles troquent des bijoux ou de l'or ... cela dépassait son entendement. Jud secoua la tête et reçut un nouveau coup de massue quand elle ouvrit à nouveau la bouche. Elle venait de lui dire que les richesses avaient une valeur sentimentale. Sentimentale ! Jud explosa de rire, croyant que la jeune femme le charriait mais son visage resta neutre et il perdit le sourire. Elle ne plaisantait pas, elle était même on ne peut plus sérieuse.

- Je sais même plus quoi te dire, tu m'as scié.

Jud se laissa à nouveau retomber dans le sable, le pirate qu'il était, était désabusé par ces découvertes au sujet du peuple de la mer. Ils ne portaient pas le même intérêt aux choses et cela expliquait beaucoup à propos de leurs conflits éternels. Le pirate finit par se redresser sur ses pieds, ses forces recommençaient à le gagner et il se sentait capable de reprendre la route. D'autant plus que la sirène et lui feraient bien mieux de ne pas trop s'éterniser s'ils ne désiraient pas s'attirer de foudres. Une paire d'yeux non invitée pourrait croire à un pacte avec l'adversaire.

- Il est temps pour moi de te laisser. Merci.

Il avait eu du mal à le formuler, lui et sa fierté beaucoup trop dévorante. Pourtant, Jud était bien assez intelligent pour savoir que sans Isis, sa carcasse pourrirait au fond des océans. Alors, il lui devait bien ce mot de remerciement. Le pirate se retourna pour montrer son dos à la jeune femme et lui dit en souriant :

- Je te laisse un peu d'intimité, le temps que tu enlèves ma chemise. Peut-être que nos routes se re-croiseront de nouveau, un de ces jours ...

Etait-elle encore là ? Il l'ignorait mais ce qu'il savait, c'était que cette rencontre avait été fortement instructive et que la belle, resterait dans sa mémoire.

electric bird.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 EmptyJeu 12 Jan 2017 - 3:37



Attaque aquatique
Jud & Isis
Je sentais bien que la façon dont notre peuple voyait les choses, la façon dont nous écoulions nos éternelles existences, tant sous l’océan que sur la terre ferme, semblait aberrante à ce géant au crâne rasé. À mesure que les paroles sortaient de ma bouche, sa déconcertation semblait grandir. Il me déclara qu’il ne savait plus trop quoi me dire. Qu’il était simplement sans mot. Il s’étala de tout son long dans le sable alors que mon regard dérivait vers les flots tumultueux de cette mer dont je l’avais tiré. Loin de cette bête qui aurait pu me tuer. J’étais à l’affût d’une paire d’yeux qui pourrait me trahir. Curieusement, j’étais heureuse que cette journée-là n’ait pas été une de ces journées de tempête au cours desquelles la princesse des océans participait aux chasses à l’homme avec ces bonnes amies qui étaient les siennes. Les mêmes qui ont failli prendre la vie de Jud… que je songeai.

Ces naïades me dégoûtaient. La plupart d’entre elles n’avaient aucune raison de détester les humains autant qu’elles le faisaient, mais ça ne les empêchait pas de participer à ce genre de tueries qui contribuaient à notre mauvaise réputation chez les humains. Les pirates aussi me dégoûtaient. Pas Jud, bien sûr. Il n’avait exprimé pour moi que du respect depuis que cette conversation avait commencé. Ceux qui tuaient pour le plaisir. Ceux qui pillaient pour s’enrichir. Ceux qui mutilaient sans scrupules. Ceux qui avaient fait du mal aux gens de mon peuple, surtout.

Décidément, même si nos peuples vivaient très différemment, même si nos philosophies étaient aux antipodes, peut-être que les humains n’étaient pas tous aussi mauvais qu’on avait voulu me le faire croire. Comme chez nous, il fallait savoir séparer le bon grain du mauvais, parvenir à distinguer les honnêtes gens parmi les fourbes. Peut-être aussi qu’ils avaient raison. Peut-être que deux peuples aussi différents que les nôtres ne pouvaient pas vivre en paix. Que la guerre entre les humains et les sirènes existerait toujours.

Il m’annonça alors qu’il était temps pour lui de partir, de me laisser. Et il me remercia. Visiblement, il avait hésité à me remercier. Je le comprenais, j’avais aussi une sorte d’orgueil mal placée qui m’empêchait parfois à remercier les gens… Il se retourna et ma lança qu’il me laissait un peu d’intimité pour que je puisses enlever sa chemise, et que peut-être nos routes se recroiseraient de nouveau un jour ou l’autre. Derrière lui, je posai les yeux sur la peau tannée de son dos. D’une voix espiègle, je m’écriai : « Un peu d’intimité. Allez ! C’est pas comme si les sirènes allaient à moitié nue pendant toute leur vie ! » Il ne se retourna pas. Sans doute déterminé à me donner cette intimité pour me défaire de son linge.

Jamais je n’oublierais ce jour où j’avais philosophé sur la vie éternelle du peuple marin et la vie éphémère des humains avec un pirate. J’y repenserais toujours avec joie, mais aussi avec une certaine crainte. Parce que Jud m’avait appris que les préjugés que j’avais sur les humains, ceux qu’on m’avait inculqué depuis ma naissance, n’étaient pas nécessairement fondés. Je savais que cette fraternisation avec une personne comme lui, ce sauvetage auquel je m’étais adonnée alors que les chasseresses avaient décidé que sa vie était terminé, mettrait ma position en danger. Cette place que j’avais auprès de la princesse Valone était très importante pour moi. Son amitié m’était très précieuse. Même si j’avais parfois l’impression qu’elle n’allait que d’un sens, je ne voulais pas lui déplaire. Me lier d’amitié avec une personne comme Jud, avec un pirate, ça ne pouvait que lui déplaire.

Aussi, je passai la chemise par-dessus ma tête, laissant mes boucles blondes et soyeuses déferler sur ma poitrine. « Non, Jud. Merci à toi… Tu m’as ouvert les yeux. J’espère qu’on se reverra. » Je roulai le vêtement sale en boule et le lançai dans son dos. Malhabile sur mes gambettes, je m’élançai vers l’eau qui léchait le sable de la plage avant de m’enfoncer sous l’onde salée.

Fin.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Attaque aquatique - Jud & Isis Attaque aquatique - Jud & Isis - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Attaque aquatique - Jud & Isis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-