AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 how bad do you want it + (isis)
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


how bad do you want it + (isis) Empty
Message Sujet: how bad do you want it + (isis) how bad do you want it + (isis) EmptyVen 24 Fév 2017 - 15:28

HOW BAD DO YOU WANT IT
Un ricanement s'échappe d'entre ses lèvres, alors qu'il saisit toutes les pièces qui ont été misé lors du dernier jeu et qu'il les ramène vers lui. La soirée va de bon train et il est plutôt chanceux, jusqu'à maintenant, le loup de mer. Il est même d'une humeur légère, ce qui est plutôt rare, dans son cas. La chance lui sourit, il se rempli les poches en claquant des doigts et l'alcool coule à flot. Que pourrait-il demander de plus ? Une belle femme sur ses jambes, certes... mais vu la testostérone et la laideur qui règne ici, il peut bien mettre une croix sur cette idée. Comme quoi, dans la vie, il faut apprendre à se satisfaire de ce qu'on a. Il se relève, le pirate et laisse tomber toutes les pièces dans sa bourse, un sourire sur le visage puis il saisit sa choppe de bière dans l'intention d'en boire une longue gorgée, mais rien, il n'y a qu'une seule goutte qui vient aguicher sa langue asséchée. Il fronce les sourcils observant la choppe complètement vide. Il a l'impression que la bière s'est évaporée, tellement il n'a pas connaissance de l'avoir terminée. Il ignore les autres ivrognes qui veulent une seconde chance de revoir leurs pièces perdus et il se dirige vers le bar, un nouveau sourire sur les lèvres. Sa démarche habituellement assurée est légèrement chancelante, preuve qu'il a déjà bien abusé de la bière. Mais ce qu'il y a de bon dans cette histoire, c'est qu'il n'a aucune obligation ce soir, ni demain, alors il peut en abuser tant qu'il a de quoi payer.

Il dépose bruyamment une pièce sur le comptoir et s'y accoude. « Une autre choppe ! » Puis il attend, Aeddan, quelques instants avant qu'on lui serve enfin son dû. Il observe autour de lui, la pièce qui lui donne l'impression de tourner, bien qu'il sait très bien que seule la boisson est responsable de cette impression. En réalité, la pièce ne tourne pas du tout, elle ne tangue pas, le sol ne vibre pas sous ses pieds, ce n'est que dans son esprit affecté. Il aime cette sensation, ça ne lui dérange pas de perdre légèrement le contrôle.

Son verre se dépose enfin devant lui, il le prend et le porte à ses lèvres, en prenant une longue gorgée. Un instant, il songe à retourner à la table où les jeux continuent à se dérouler, mais une nouvelle venue capte son attention, sur sa gauche. Il en oublie les jeux, les pièces, il en délaisse même sa choppe qu'il repose sur le comptoir. Un sourire ourle ses lèvres, alors qu'il la détaille sans gêne. Elle est belle, elle est jeune et visiblement, elle n'est pas une de ces femmes pirates. À ses yeux, elle a tout d'une catin, sinon que ferait-elle ici ? S'il n'était pas aussi affecté par la boisson, il pourrait se rendre compte du contraire, mais à l'heure actuelle, son cerveau n'est pas à son meilleur et il est guidé par ses plus bas instincts. Il s'approche de la belle blonde et vient se placer tout juste derrière elle, Aeddan. Une de ses mains glisse dans ses cheveux, jusqu'à son épaule, alors que l'autre glisse sur une de ses hanches. « Hey poupée, combien pour la nuit ? » Qu'il lui souffle à l'oreille, le même sourire collé aux lèvres. Il va vite s'apercevoir de son erreur, le brun, mais pour le moment, il ne voit qu'un objet en elle, qu'un joujou dont il a besoin pour satisfaire ses pulsions.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


how bad do you want it + (isis) Empty
Message Sujet: Re: how bad do you want it + (isis) how bad do you want it + (isis) EmptyLun 27 Fév 2017 - 4:11

Voilà des jours que tu tournais en rond dans le palais des Sirènes, avec tes milliers de questions qui te taraudaient sans cesse et rien de plus amusant à faire que de guetter la serre pour voir si le prince ne serait pas tenté de s’y aventurer. Tu commençais à trouver le temps long. L’ennui te tenaillait violemment. Et le manque de distraction avait tendance à te conduire vers des endroits peu recommandables. La dernière fois que c’était arrivé, tu t’étais mis en tête d’acheter un petit festin pour Aodren et tu t’étais retrouvée à courir à toutes jambes dans les bois alors qu’un essaim d’abeilles en colère te pourchassait. Les piqûres tardaient encore à guérir malgré les onguents donnés par la guérisseuse.

Quoi qu’il en soit, il était souvent imprudent de te laisser te morfondre, car ça t’amenait dans des situations impossibles et dangereuses. Présentement, tu évitais tous ceux qui connaissaient cet aspect-là de toi-même. Si ce n’étaient pas les abysses des mers où tu escomptais trouver de nouveaux trésors, c’étaient d’autres endroits dangereux. Comme cette taverne. Comme cette ville. Tu étais comme ça. Lorsqu’on te déconseillait de faire quelque chose, tu finissais toujours par faire le grand saut. Parce qu’il fallait le voir pour le croire… Les sirènes et les tritons t’avaient déconseillé de fréquenter les humains. Après quelques centaines d’années, tu avais décidé de t’aventurer sur la terre ferme, puis tu avais rencontré des humains. Des bons et des mauvais. C’était un peu comme chez toi. Personne n’était tout blanc ou tout noir. Cette aventure-là ne t’avait pas déçue. Les humains t’avaient déconseillé de fréquenter One Eyed Willy, une ville qui grouillait de pirates et de hors-la-loi. Alors… comme tu n’étais pas d’un naturel résiliant et que tu t’ennuyais… tu te retrouvais dans cette taverne de One-Eyed Willy.

Tu avais mis le pied sur l’île au coucher du soleil, enfilant cette robe que tu gardais dans une petite grotte tout près de la place. Puis tu t’étais mise en route. Et alors que tu marchais d’un pas peu assuré, tu pensais à cette fameuse eau-de-vie dont plusieurs t’avaient parlé. Ses effets, tels qu’on te les avait décrits, ressemblaient à ceux des algues euphorisantes que les sirènes et les tritons consommaient lors des grandes fêtes. Ça t’avait donné envie d’essayer. Peut-être que cet alcool te changerait les idées. Peut-être que ça t’aiderait à oublier les conquêtes amoureuses d’Égéon, le passé trouble de ton frère récemment retrouvé, la trahison de ta mère, la rancune de ta sœur et la frustration de la princesse qui ne te parlait plus depuis quelques jours.

Les remarques que passaient les hommes sur ton passage te mettaient un peu mal à l’aise, mais tu étais déterminée à mettre à bien ce projet que tu t’étais mis en tête. La taverne était animée. De la musique, des cris de joie, des rires… Exactement le genre d’environnement que tu recherchais. Finalement, ça ressemblait pas mal à l’établissement où tu avais retrouvé Aodren, à Blindman’s Bluff. Sauf que les hommes y étaient un peu plus nombreux. Les rares femmes qu’on y trouvait étaient… tu n’aurais pas su définir ce qu’elles étaient. Tu t’accoudes au bar et commandes un breuvage. « Qu’est-ce t’aimerais avoir, ma jolie ? te demande la serveuse aux dents noircies. On a de tout ici. Whisky, rhum, vin… » Tu lui demandes quelque chose de fort. Ce qu’elle a de mieux. Elle hausse les épaules et ramène une bouteille très odorante. Tu lui donnes quelques pièces et goutte le contenu du verre. Une sensation de chaleur désagréable t’assailli à la première gorgée. Tu tousses violemment, faisant ricaner tes voisins à qui tu lances un regard noir.

Tu te raidis lorsque tu ressens de grosses mains s’aventurer dans tes cheveux et sur ta hanche. « Hey poupée, combien pour la nuit ? »te demande une voix chaude dans le creux de ton oreille. Personne n’a jamais posé les mains sur toi de cette façon. Tu mets quelques instants à comprendre ce à quoi il fait allusion. La colère t’envahit, tu sens rapidement ton visage devenir cramoisi. Un coup de coude bien place lui fait lâcher prise. « Ça va pas, la tête ? Me prends pas pour une de tes catins, espèce de gros rustre ! » Tu te retournes pour lui faire face. Il n’a pas un visage déplaisant, mais il semble passablement éméché et tu n’es pas du genre à laisser qui que ce soit poser ses mains sur toi sans ta permission. « Tu poses tes grosses mains baladeuses comme ça sur toutes les femmes que tu rencontres, hein ? » Ta voix tremble alors que tu le regardes.
Revenir en haut Aller en bas
 

how bad do you want it + (isis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-