AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Tell me what happened | Cheyenne
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptySam 18 Juin 2016 - 0:01

-I am here to talk-
Kâchinâ Kaï & Cheyenne Inooké

Les temps changeaient, indéniablement. De plus en plus d'événements étranges frappaient les alentours, surtout les forêts. Et le temps … la météo n'avait jamais été aussi capricieuse. Les nuages menaçants amplis d'eaux gagnaient du terrain. Le ciel semblait constamment gris. Surtout aux yeux de la chef des Unamis. La jeune femme ne pouvait s'empêcher de songer aux troubles qui les attendaient, leur futur n'avait jamais été aussi voilé. La peur s'emparant de l'île, plus que le temps, les habitants semblaient changer également. La peur fait faire des choses bien idiotes et a le don de révéler la vraie nature des gens ... Ne cherchant qu'à protéger son peuple, Kâchinâ était plus que jamais sur ses gardes, plus stricte et intransigeante sur leurs rencontres avec les étrangers aussi. Les pirates surtout, ces maudits pirates seraient bien heureux de pouvoir profiter de la panique générée par de tels bouleversements. Il y a plusieurs lunes de cela, une bande de ces sales pirates avaient essayé d'enlever une petite Unamie. Inutile de vous dépeindre le tableau de la réaction de Kââ lorsque cette histoire parvint jusqu'à ses oreilles. Elle faillit en briser sa lance.

Et la chose qui vint la perturber d'avantage était de savoir qu'un Piccaninny était venu au secours de la gamine. Voilà qu'elle, la grande chef des barbares Unamis devait respect et reconnaissance à un pacifique Piccaninny. Le monde devenait vraiment sans queue ni tête. Cette histoire la rendait folle. Comment procéder ? Elle se devait de le remercier certes, mais elle aurait aimé avoir une autre version de l'histoire, plutôt que celle de l'enfant sous le choc … enfant qui s'avéra être choisi comme champion quelques temps après cette mésaventure. Il l'avait sauvé, les choses aujourd'hui ne serait certainement pas ainsi sans son intervention chevaleresque ... Et elle n'avait pas été là pour ça, c'était pourtant bien sa fonction. Énervée contre elle-même, la chef quitta son camp, le silence s'imposant où ses pas la menait. Sa lance laissée dans son tipi, tout le monde pouvait ainsi deviner où la Chef se rendait. Pas complètement désarmée ; elle gardait constamment une dague cachée dans l'une de ses chausses, mais assurément venue en paix, elle se dirigeait donc vers le bois des esprits. Aussi étrange que cela puisse paraître, la jeune femme s'y rendait souvent lorsqu'elle voulait réfléchir ; les forêts avoisinant leur camp grouillant de chasseurs à cette heure tardive. Elle n'avait aucunement l'envie de se battre, marcher, prendre l'air lui suffisait amplement pour aujourd'hui, elle avait eu une journée plutôt chargée après tout.

La guerrière fit les cent pas à travers le bois pendant plusieurs dizaines de minutes. Elle avait bien du soucis à se faire … Mais se gardait de le montrer à qui que ce soit. Si elle, la froideur incarnée, finissait par être éprise de panique, imaginez comment le peuple Unami réagirait ?! Fidèle à elle-même, elle se contentait donc de rester en retrait, réfléchie et solitaire. Des bruissements de feuilles et des craquements de branches se firent alors entendre, résonnant dans le bois, brisant ainsi la longue marche silencieuse de la jeune femme. Totalement alarmée, Kâchinâ chercha frénétiquement des yeux l'origine du bruit dans les environs. Soit elle aurait la chance de tomber sur des animaux sauvages et assisterait ainsi à une scène magnifique de la nature ; soit cela était l’œuvre d'un de ses camarades Unami, et elle devrait ainsi passer son chemin. Quelle fut donc sa surprise, plutôt mitigée, lorsqu'elle reconnu un Piccaninny. « Ne serait-ce pas le héro que nous avons là ? » Plutôt déçue de sa trouvaille, la Chef ne put s'empêcher d'éprouver une certaine rancœur face à cet homme. Il fallait qu'elle la mette de côté mais y arriverait-elle seulement ? C'était le moment parfait pour faire son devoir de chef et le remercier cordialement. Hélas, elle n'y arrivait pas encore, c'était au dessus de ses forces.« J'espère que ta présence ici n'attirera pas d'autres pirates. » Lâcha-t-elle alors avec ironie et froideur en le toisant de son regard dur, faisant ainsi référence à l'exploit du pêcheur. Elle ne devrait pas lui en vouloir mais être plutôt reconnaissante. Si il lui fallait tuer des pirates pour sauver des Piccaninnys, elle aussi le ferait sans hésitations. Car les Piccaninny restaient des indiens après tout, qu'ils le veuillent ou non, les deux camps étaient liés. Alors que les pirates ...


Dernière édition par Kâchinâ Kaï le Mar 2 Aoû 2016 - 16:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyMar 21 Juin 2016 - 23:28





Kâchina & Cheyenne
Like the stars chase the sun over the glowing hill, I will conquer.  Blood is running deep, some things never sleep.

Les flammes dansaient encore dans son esprit. Cheyenne se revoyait, assis à même la terre fraîche et humide. Les frères Pawnee leur étaient apparus, le Piccaninny avait eu du mal à le croire. Au début, il avait cru à des inhalations de champignons magiques mais jamais au cours de toute sa vie, il n’avait entendu parler d’éléments naturels assez puissants pour faire rêver les deux tribus réunies ! Chey en était donc venu à la conclusion que cette vision n’avait rien d’onirique. Ils l’avaient vécu, ce moment suspendu. Tous ensemble, les paumes moites et le cœur battant d’assister à la descente des deux esprits fondateurs parmi eux. Le pêcheur avait ressenti un mélange d’euphorie et de profonde incompréhension.

Ces quelques phrases qu’ils avaient prononcées, elles restaient gravées dans la mémoire de chacun des indiens. Cheyenne avait eu du mal à s’endormir depuis cette révélation. Neverland se mourait, dépérissait. Et eux aussi, par la même occasion. Car sans leur terre, que deviendraient-ils ? Le Piccaninny était plongé dans des réflexions profondes. Pouvaient-ils se permettre de perdre du temps à se quereller entre eux alors que Neverland avait besoin d’unité ? Quand bien même. Qu’ils soient ennemis ou amis, leur heure semblait venue.

Parmi tous les indiens présents, parmi deux tribus réunies comportant chacune des hommes et des femmes adultes, forts et solides. Il avait fallu que les frères Pawnee choisissent Aponie. Cheyenne en avait eu le cœur brisé. Regarder cette petite fille adorable et insouciante se lever et s’en aller affronter un destin mille fois plus grand qu’elle ... ça l’avait déchiré. Lui qui fut père, il n’imaginait pas la souffrance que devait ressentir ses parents. Chey avait eu énormément de mal à se remettre de cette perte. Car oui, l’indien considérait ce départ comme une perte. Aponie allait sans doute vivre une aventure hors du commun mais sauver Neverland du mal qui la ronge ne serait pas facile ! Cette expérience ne serait pas une simple balade de santé. Aponie allait sûrement devoir affronter des monstres, poursuivre des quêtes ou sauver d’autres gens. Qu’importe. Son innocence en serait tarie.

Son esprit était embrumé, alourdi par des réflexions auxquelles il n’obtiendrait de réponses qu’au retour d’Aponie. Et encore. Elle était Unami et vivait donc dans l’autre camp, Cheyenne ne saurait peut-être même jamais si elle rentrerait chez elle. L’indien espérait de tout son cœur que les chefs avaient su organiser un infime lien, une toute petite connexion permettant aux Piccaninny de savoir si Neverland était encore en danger. Chey avait foi en son chef, un homme bon et juste. C’était la chef des Unami qui le faisait douter. Une guerrière froide et sans pitié à ce qu’on lui en avait dit.

Ses pas le menèrent dans le bois des esprits. Un endroit sacré, territoire neutre entre Picca et Una. Cheyenne espérait trouver des réponses ou tout du moins, des indices. Après tout, les frères Pawnee avaient été disséminés sur ces terres. Leur esprit devait encore rôder entre ces arbres centenaires. L’indien s’était donc avancé entre les troncs imposants, cherchant un coin idéal pour s’installer et méditer. Sauf qu’une voix l’arracha à ses desseins. Une voix féminine, pas totalement inconnue.

- Le héros ? J’en doute.

Cheyenne baissa la tête. Il avait sauvé la petite Aponie d’un rapt de pirates pour finalement devoir la regarder partir vers une mort probable. Cela n’avait clairement rien d’héroïque. Mais Kâchina ne s’arrêta pas là. Elle lui asséna une pique bien acérée, de celle qui entre sous la peau et laisse des stigmates pour plusieurs années. Chey baissa la tête. Il n’avait ni le cœur ni l’envie de se battre. Les pirates, il les haïssait mais ils semblaient s’interposer encore et encore sur son chemin. Durant son enfance, Cheyenne avait vu son petit frère Gaaji se faire capturer par des pirates. Son visage terrifié, emmené au loin, resterait à jamais gravé dans son esprit. À la manière des traits apeurés de la douce Aponie, pourchassée par des mécréants dans  la forêt. Cheyenne poussa un soupire et capitula :

- J’attire les pirates. Il semblerait que c’est un fait. C’est pourtant la dernière chose que je désire mais ils ont eu mon frère autrefois et ils ont failli avoir Aponie la dernière fois ...

Il ne chercherait pas à nier. C’était une réalité, les pirates étaient partout dans sa vie. Mais le Piccaninny redressa la tête et fixa Kâchina droit dans les yeux. Ils étaient trempés tous les deux dans cette histoire, et en même temps complétement innocents autant l’un que l’autre.

- Mais moi au moins, je ne traîne pas la mort elle-même à mes chevilles ! Regarde-toi ... combien des tiens as-tu tué pour obtenir ta place et continues-tu encore à tuer lorsqu’ils te défient pour te détrôner ? Regarde Aponie, elle était de ta tribu. Elle était sous ta protection.

Chey secoua négativement la tête. Kâchina et lui étaient dans le même bateau finalement.

- Il semblerait qu’on ait un point commun malgré toutes nos divergences. Toi comme moi, nous sommes des malédictions pour les gens qui nous entourent.

L’indien haussa les épaules. Qu’elle se fâche lui importait peu, elle pouvait hurler ou le menacer. Ce n’était que la stricte vérité.



code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyMer 22 Juin 2016 - 18:53

-I am here to talk-
Kâchinâ Kaï & Cheyenne Inooké

La jeune femme toisait l'autre indien de son regard froid après avoir lâché ses paroles acerbes. Elle n'avait pas l'impression d'être spécialement détestable ou méchante. Au contraire même : elle avait plutôt fait l'effort d'adresser la parole à quelqu'un, d'ouvrir le dialogue, de se montrer accessible. Bon bien sûr, elle ne le fit pas forcément de la meilleure manière qui soit mais bon elle n'avait d'autres choix, c'était elle, Kâchinâ, elle était ainsi ; sauvage et brusque. Paraître sûre d'elle était le plus difficile à cet instant. La chef était venue ici pour réfléchir, réfléchir à leur futur incertain, aux différentes décisions qu'elle avait dû prendre, qui les avaient conduit jusqu'ici … Elle remettait sa place en question … C'était bien la première fois que cela lui arrivait. Mais jamais par le passé l'île avait été autant menacée … Et si l'île était en péril, son peuple l'était aussi. Avec tout ces doutes et ses peurs, Kââ reprit alors soudain contenance en croisant ce Piccaninny. Personne ne devait la voir ainsi, si pensive et grave. Ce ne serait donc pas un indien de la tribu voisine qui aurait le privilège de contempler cela. « Le héros ? J’en doute. » Répondit alors le pêcheur, plutôt honteux. Il baissa la tête. Il pensait vraiment ses mots alors … Les paroles de Kâchinâ semblaient l'avoir blessé d'une quelconque manière. Comment pouvait-elle savoir ?! La jeune femme fronça alors ses sourcils et plissa ses yeux tout en continuant de le transpercer du regard. Lui l'évitait comme la peste. Mais il s'expliqua alors et elle put enfin comprendre les raison de ce comportement étrange.

Le Piccaninny parla alors de son passé. Kâchinâ l'écouta avec attention, la tension semblait monter graduellement en lui. Oh l'indienne connaissait bien cela. Elle comprenait alors enfin pourquoi ses simples paroles dites plus tôt le mettaient hors de lui … Les pirates avaient emportés son frère. Il n'avait à l'époque rien pu faire contre ça, mais l'autre jour, il a bien sauvé Aponie. La colère de l'homme explosa enfin, il osa alors soutenir le regard de la guerrière qui lui faisait face. La Chef restait pourtant calme jusque là, elle le laissait sortir de ses gonds sans broncher. « Mais moi au moins, je ne traîne pas la mort elle-même à mes chevilles ! Regarde-toi ... combien des tiens as-tu tué pour obtenir ta place et continues-tu encore à tuer lorsqu’ils te défient pour te détrôner ? Regarde Aponie, elle était de ta tribu. Elle était sous ta protection. » Kâchinâ commençait à bouillonner de l'intérieur à son tour. Elle ne comprenait pas pourquoi il s'acharnait sur elle ainsi ; la jeune femme avait déjà bien assez à faire avec ses propres remords et le jugement intransigeant qu'elle portait sur elle-même il y a peu. On avait beau la décrire comme sauvage et dur mais elle était encore plus intolérante et difficile envers elle-même, surtout depuis qu'elle est devenue chef de la tribu Unami … « Il semblerait qu’on ait un point commun malgré toutes nos divergences. Toi comme moi, nous sommes des malédictions pour les gens qui nous entourent. » Conclut alors Cheyenne. Kâchinâ était d'accord avec cette dernière accusation. À la différence cependant que l'indienne était née comme cela, la malédiction c'était elle, la plaie ravageant tout. Alors que l'indien semblait être la bonté et le cœur pur incarné. Il était maudit contre sa volonté, elle avait embrassé sa destinée et s'était acceptée ainsi ; froide, violente, cruelle.

La colère envahit alors la jeune femme, comme l'indien pouvait s'y attendre. Elle s'approcha à grands pas de Cheyenne et vint lui faire face, le regardant dans les yeux, plantant son doigt dans la poitrine du pêcheur, le poussant à reculer sous son poids. Le ton de sa voix monta, elle était à la limite de crier, le poing serré. « Tu crois que j'aurais envoyé Aponie là-bas si elle n'avait pas été choisie ?! Bien sûr que non ! Mille fois j'aurais préféré partir à sa place ! Mais ils ont choisi, ils l'ont élue, jamais personne n'aurait pu aller à l'encontre de leur souhait ! Tu l'as vu aussi bien que moi ! » Elle n'était pas venue ici pour se battre non plus. Mais ces accusations la malmenèrent plus qu'elle ne l'aurait cru. Ce n'était pas le fait qu'il l'insulte de femme sans cœur, cela elle avait l'habitude, mais de la mettre devant le fait accompli, face au départ d'Aponie, c'était ça le plus dur. Kââ aurait aimé prendre sa place, sans le moindre doute. Envoyer une enfant sauver Neverland relevait de l'inconscience. Mais la chef avait foi en ses ancêtres et leur décision. Ils n'avaient pas choisi Aponie par hasard. Puis c'était une Unamie après tout, elle était destinée a devenir une personne forte. La Chef avait foi en son enfant. « Tu crois que je ne m'en veux pas de ne pas avoir été là pour la sauver de ces pirates à ta place ?! » Finit-elle par crier, complètement hors d'elle, ses yeux de furie plantés dans ceux de l'indien. Elle aurait aimé les tuer de ses mains, jusqu'au dernier. Le fait est qu'elle n'avait pas été présente … Aponie n'aurait pas dû s'éloigner ainsi également, mais la guerrière était tout autant fautive. Que savait-il du rôle de chef au juste de toutes façons ?! Il se permettait de juger sans savoir. Tout ce qu'avait accompli Kâchinâ n'était que des mauvaises chose à ses yeux … Était-ce vrai ? Était-elle à ce point une piètre chef ?

Cheyenne semblait cependant oublier quelque chose, quelque chose de très important : tout deux venaient de tribus différentes. Là où la violence et la guerre était un art chez les Unamis, la paix et les grands discours en était un autre pour les Piccaninnys. Après son excès de colère, Kâchinâ retira son index du thorax de l'indien et recula d'un pas, le regardant toujours sans ciller. Son visage se radoucit alors peu à peu, le temps que sa colère se calme. Elle lui tourna le dos un instant, se prenant la tête dans les mains puis se retourna, visiblement perturbée. D'un ton ferme et d'une voix froide, elle ajouta alors : « Nos tribus sont différentes. Les hommes que j'ai combattu pour en arriver là avaient le choix. Certains ont été assez intelligents pour abandonner et ainsi rester en vie, d'autres ne supportaient pas l'idée de perdre face à une femme. Je n'y peux rien si vous avez tant d’orgueil et de fierté. » Fit-elle en redressant sa tête, le menton haut mais regardant ailleurs. Elle était tout aussi fière que les hommes qu'elle avait eut à tuer mais elle savait lorsqu'elle avait tort. Et cela arrivait rarement. « Le jugement est terminé ? » Fit-elle ironiquement et sèchement, les dents serrés, tout comme ses poings. Cette rencontre avait pris une tournure bien différente de ce que l'indienne attendait. Cheyenne avait le mérite d'être l'un des rares indiens a avoir avoué le fond de ses pensées, face à la grande chef sauvage des Unamis. Et il ne faisait même pas parti de sa tribu. Alors oui, c'était un mérite. « Moi qui voulait te remercier ... » Ajouta-t-elle tout bas, évitant toujours le regard du pêcheur. Kââ ne supportait pas de savoir la jeune enfant partie mais elle préférait cela que de l'imaginer aux mains de pirates. Cheyenne l'avait sauvé, sans lui, quel indien aurait été à sacrifier ? Sans lui, aurait-il encore été possible de sauver Neverland, sans Aponie … Toutes ces questions n'auront jamais de réponses, mais les faits étaient bien là : Aponie allait sauver l'île.


Dernière édition par Kâchinâ Kaï le Mar 2 Aoû 2016 - 16:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyVen 24 Juin 2016 - 19:56





Kâchina & Cheyenne
Like the stars chase the sun over the glowing hill, I will conquer.  Blood is running deep, some things never sleep.

L’indienne resta impassible. Dans un premier temps du moins, adoptant un masque de fer comme elle devait probablement le porter à chaque fois qu’un de ses membres venait la défier. Mais naturellement, à la douleur succéda la colère. La chef s’approcha du pêcheur, le fixa droit dans les yeux de son regard de tueuse. Son doigt se planta sur le torse de l’homme qui ne bougea d’un pouce. Kâchina en impressionnait plus d’un mais Cheyenne savait qu’elle ne lui ferait rien. Pas ici, pas maintenant. Peut-être un jour seraient-ils amenés à être ennemis mais dans l’immédiat, les deux tribus étaient animées de la même crainte que Neverland ne fane telle une fleur fragile.

Dans son discourt méprisant, Cheyenne décela de la tristesse. La douleur d’une chef ayant regardé, impuissante, un membre de sa tribu partir pour un destin inconnu. Un destin peut-être funeste, peut-être sombre et larmoyant. Pour une fois, son rôle ne lui avait été d’aucune utilité. Être chef n’est rien comparé aux esprits des frères Pawnee. Surtout lorsque les deux frères ennemis se réunissaient, parlant d’une même voix aux deux tribus Piccaninny et Unami réunies en un même lieu. Kâchina avait raison, elle aurait été bien incapable de faire quoi que ce soit. Tout comme lui, à l’époque, n’aurait jamais pu sauver son petit frère. Les pirates étaient trop vieux, trop nombreux, trop puissants pour qu’un seul enfant indien puissent les terrasser et sauver son cadet.

Kâchina s’emporta ensuite, hurlant littéralement au milieu de ce bois sacré. Les esprits de la nature étaient probablement tout autour d’eux, surveillant ce drôle de duo beuglant et rageant. Pourtant, la douleur était bien plus présente chez l'un comme l’autre que la colère pure et réelle. Cheyenne fronça les sourcils. Si Kâchina avait été présente dans la forêt, elle aurait probablement tué ces pirates sans vergogne. Elle y aurait laissé des plumes mais le pêcheur ne doutait pas qu’une guerrière telle qu’elle, aurait pu les terrasser. Lui, humble pêcheur, avait su défendre Aponie mais n’en avait même pas tué un seul.

Elle ôta enfin son index de son torse et se retourna, semblant réfléchir aux paroles de l’homme. Cheyenne aussi, songeait à ce qu’elle lui avait dit. Kâchina n’était finalement pas qu’un amas de chair, destiné à terrasser quiconque se posait sur son chemin. Bien qu’elle soit entourée de violence, elle restait humaine. Elle restait indienne. Le dialogue était presque possible. Presque.

- Cette fierté et cet orgueil sont le propre des combattants, je suppose.

Cheyenne n’en était pas un mais au fil des années, il avait appris à lutter pour survivre. Les créatures sauvages, les pirates, les ennemis divers et variés. Neverland offrait des tonnes de possibilités aux indiens de trépasser. C’était à eux de s’extirper de ces filets du diable. Kâchina finit par l’interroger sur ces jugements qu’il faisait à son encontre. Chey acquiesça d’un hochement de tête. Ce furent les derniers mots de la guerrière qui le prirent au dépouvu. Cheyenne avait-il bien entendu ? Le remercier ? Pourquoi ? Pour avoir sauvé Aponie ? Cela lui semblait si lointain et si abstrait désormais que l’enfant était partie.

- Tu n’as pas à me remercier. Je sais que contrairement à ce que certains pensent, tu aurais fait exactement la même chose pour une âme Piccaninny innocente.

Les tribus avaient des différends, elles ne parvenaient pas à s’entendre et avaient des optiques de vie opposées. Cela ne signifiait pas qu’ils n’étaient pas liés, qu’ils ne vénéraient pas les mêmes esprits. Ils étaient semblables et parfaitement différents, paradoxalement.

- Quant à Aponie, tu as raison. Si nos ancêtres l’ont choisie, c’est qu’elle est apte à remplir cette mission et à la mener à bien. Notre sort à tous repose sur ses frêles épaules. Et c’est bien ça qui me dérange ... dans quel état allons-nous la récupérer ?

Cheyenne leva le regard vers Kâchina. Il savait qu’elle aussi, se souciait de l’enfant. Une gamine qu’elle avait sûrement vu jour après jour au sein de son camp. Une enfant que Kâ avait sûrement vu grandir, passer de bambin qui balbutie à fillette qui gambade. Un jour peut-être la verrait-elle devenir une femme. Si aucune des deux ne mourait entre tems.

- Enfin ... tu vas la récupérer. Moi, je ne serais pas là. Mais je sais que tu veilleras sur elle.

Il resta ensuite silencieux. Kâ était une bonne chef pour ces choses-là. Moins bonne à ses yeux pour d’autres comme par exemple l’ouverture sur le monde extérieur mais ça, ce n’était ni le temps ni le lieu d’en parler. Cheyenne tourna à nouveau la tête vers la chef Unami. Une idée venait d’éclore dans son esprit.

- Nous pourrions tout de même aider Aponie dans sa mission. Si tu le désires, on pourrait peut-être ériger un mini totem ici, le décorer et faire appel aux esprits ? Tu n’es pas obligée de m’accompagner si ma compagnie t’insupporte. Je le ferai seul.

Cheyenne ne cherchait pas à être désagréable mais voulait faire comprendre à Kâchina qu’elle avait le droit de le haïr et de ne pas désirer le côtoyer un instant de plus en ce lieu de paix et de respect.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyJeu 30 Juin 2016 - 23:53

-I am here to talk-
Kâchinâ Kaï & Cheyenne Inooké

Les voix s'étaient élevées dans le bois aux esprits. Lieux pourtant pacifique entre les deux tribus peaux rouges. Mais aucun mal ne fut fait. Les deux indiens auraient pu se jeter à la gorge l'un de l'autre très facilement. Bon, certainement plus Kââ que Cheyenne à vrai dire, mais qu'importe ! Ils ne l'ont pas fait, c'était bien cela le principal. Les esprits pouvaient demeurer tranquillement. Après s'être faite durement juger et s'être défendu avec vigueur et colère, les nerfs de la chef se calmèrent doucement. Il ne servait à rien de s'énerver après tout, cela n'aiderait absolument pas Aponie mais c'était trop tard ; sanguine et lunatique, la jeune femme ne put s'en empêcher, c'était dans sa nature. La tristesse, la douleur, la joie étaient des émotions qu'elle arrivait parfaitement à cacher ou canaliser, ce n'était pas le cas pour la rancœur, la haine ou la rage. Ils échangèrent alors quelques mots sur l'orgueil et la fierté. Peut-être oui, peut-être que cela était des traits de caractère plus prononcés chez les combattants. Et en disant cela Cheyenne sembla ne pas se considérer en tant que tel. Pourtant, chaque être humain qui voit sa vie menacer développe instantanément un instinct de survie combatif. Les guerriers ont juste appris à vivre avec cela au quotidien. Mais Kââ jurerait avoir décelé ces deux caractéristiques chez chacun des hommes qu'elle a pu rencontrer au cours de sa vie. Chacun ; pirates ou indiens comme chez les simples commerçants. La guerrière prêterait donc mieux cela aux hommes en général plutôt qu'aux combattants seulement. Cheyenne lui prouverait peut-être le contraire … ?

Le tribunal fut enfin terminé. Kââ n'avait fait que se défendre, elle ne pouvait se permettre d'accuser son homologue Piccaninny de quoi que ce soit : elle ne le connaissait pas. « Tu n’as pas à me remercier. Je sais que contrairement à ce que certains pensent, tu aurais fait exactement la même chose pour une âme Piccaninny innocente. » Elle n'osa cependant pas acquiescer à cette attestation. Bien sûr qu'elle l'aurait fait sans hésiter, mais ce n'était pas la peine de s'en vanter. Ces paroles la surprirent également. Les Unamis la pensaient certainement trop froide et fière pour sauver un confrère Piccaninny alors que ce n'était pas le cas … Cet indien la comprenait ? Il semblait qu'il avait bien cerné la guerrière qui lui faisait face en tout cas … Le pêcheur parla ensuite de la petite Unamie disparue. Il se rangea à l'avis de la Chef : Aponie était partie et personne n'aurait pu l'empêcher de faire face à son destin, les grands esprits en avaient décidé ainsi. L'indien exprima son inquiétude quant à l'était dans lequel leur enfant Unami leur serait rendu. Kâchinâ n'en avait aucune idée et cela l'inquiétait beaucoup aussi ... Il semblait être des plus impliqué dans la vie de cette gamine. Et à vrai dire, cela était plutôt touchant qu'il s'inquiète autant. Mais Kââ garda son visage de marbre et croisa alors le regard du pêcheur Piccaninny qui corrigea son erreur : ce n'était pas eux qui allait la récupérer mais bien la chef et son clan. Cela la fit rire intérieurement. Si il tenait tant à cette petite, il pouvait bien prendre de ses nouvelles lorsqu'il le voulait. Les rencontres seraient plutôt tendues à organiser, mais ça restait possible aussi. Ses derniers mots touchèrent également la jeune femme. Elle se démenait comme une furie -littéralement pour le coup, pour veiller sur chacun des indiens formant son clan et cet aspect de sa personnalité se faisait très souvent éclipser par son caractère violent et colérique. C'était bizarre de voir que ce Piccaninny semblait la respecter et la comprendre finalement ; après leur début plutôt tendu. Alors que la plupart des membres de son clan étaient à mille lieux de percevoir autre chose de leur chef que sa cruauté et sa froideur ambiante, voilà qu'un « étranger » si on peut dire, arrivait à passer outre tout cela.

Un silence s'installa alors entre les deux peaux rouges. Le silence et la paix regagnèrent alors enfin le bois aux esprits, tel qu'il était censé l'être. Mais Chey finit par ajouter alors : « Nous pourrions tout de même aider Aponie dans sa mission. Si tu le désires, on pourrait peut-être ériger un mini totem ici, le décorer et faire appel aux esprits ? Tu n’es pas obligée de m’accompagner si ma compagnie t’insupporte. Je le ferai seul. » L'indienne posa ses yeux sur lui avant d'acquiescer doucement, pensive. Il semblait plutôt déterminé à le faire, même seul. Ce n'était pas une mauvaise idée après tout. « C'est bien l'une des seul choses qu'ont peut faire pour elle, au point où on en est ... » Conclut-elle alors amèrement avec regrets. Elle aurait aimé faire plus, c'était évident mais les possibilités étaient minimes, voir nulles. Peu importait qu'elle soit accompagnée pour faire cela ou pas. Aponie était la seule indienne là-bas, cela voulait dire qu'elle représentait à elle seule les deux camps indiens. Tout soutien était donc bon à prendre. Puis c'était lui qui avait eu cette idée après tout. « Je pense pouvoir te supporter encore un peu. » Ajouta-t-elle d'une voix froide avec sarcasme en lui lançant un regard en biais avec un sourcil relevé, presque en plaisantant. La jeune femme avait certes un humour particulier ; noir et cynique mais qui collait parfaitement à sa personnalité de reine des glaces. Très peu de personnes pouvaient se vanter de l'avoir entendu rire ou plaisanter vraiment.

Kâchinâ s'éloigna alors un peu, en quête de matériel naturel à récolter pour faire ce fameux totem parmi les esprits. Marchant doucement, scrutant le sol dans un premier tant. La nuit permanente n'aidait pas vraiment, mais il fallait persister. L'indienne ramassa ça et là quelques branches et bâtons. Elle aurait aimé trouver de jolies feuilles, mais dans la pénombre, les couleurs semblaient toutes si fades et pâles … Cela ressemblait vraiment à la fin des temps … Dans un silence presque religieux, Kââ fit demi-tour pour revenir vers Cheyenne. Elle eut la chance de tomber sur une plume qu'elle ramassa aussitôt. Elle s'installa ensuite au pieds d'un arbre, s'assit en tailleur et déposa ses trouvailles devant elle. Elle commença à faire un tri en attendant le retour de son partenaire de construction. Une fois les deux indiens de nouveau réunit, gênée mais sincère, évitant le regard de son interlocuteur avec soins et se concentrant sur ces gestes, la jeune femme parla doucement, comme si elle avait peur de briser ce silence. « Je suis désolée pour ton frère, je ne savais pas ... » Elle aurait adoré avoir des frères et sœurs, peut-être même que cela aurait adouci son caractère. Mais elle grandit fille unique. C'était déjà une chance qu'elle fut recueillie par une nouvelle famille après avoir perdu ses parents, elle n'en demanderait jamais plus et se contentait parfaitement de ce que la vie lui avait offert jusqu'ici. Si elle désirait quelque chose, elle se battrait pour l'avoir, c'est indéniable. Mais encore ces pirates. Cette guérilla ne cesserait jamais. Et malheureusement pour les indiens, les pirates étaient assez fourbes et déloyales pour s'en prendre aux enfants, ils n'avaient aucune morale.


Dernière édition par Kâchinâ Kaï le Mar 2 Aoû 2016 - 16:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptySam 2 Juil 2016 - 19:28





Kâchina & Cheyenne
Like the stars chase the sun over the glowing hill, I will conquer.  Blood is running deep, some things never sleep.

Elle restait silencieuse, fidèle à ce caractère fort qu’on lui attribuait. Cheyenne ne pouvait lui en tenir rigueur, elle était une guerrière à la tête d’une tribu aux principes archaïques. Nombreux étaient les Unamis qui ne respectaient que la force et vénéraient l’autorité d’une poigne de fer. Une donzelle en détresse, riant et pleurant à la moindre occasion, n’aurait pas tenu une journée à la place de Kâchina. Son rôle l’avait façonnée, l’avait peut-être changée. Ou peut-être avait-elle toujours eu ce tempérament de feu et cette rage de vivre. Le pêcheur ignorait tout de cette femme. Son passé, son présent, son futur. La seule chose qu’il savait à son sujet était que la Chef faisait tout pour veiller au bien de son peuple. Le propre même des chefs de tribus.

Évidemment, Kâchina ne répondit rien quand il évoqua l’éventualité où elle tomberait sur une âme innocente Piccaninny en danger. Pourtant, ce silence en disait long. En vérité, qu’importe leur tribu, les indiens restaient soudé dans l’adversité. Face à leurs ancestraux ennemis pirates, un Picca et un Una se détestant cordialement de base, étaient parfaitement capables d’unir leurs forces dans un but commun. Ils vénéraient les mêmes esprits et possédaient les mêmes ancêtres. Comment cela aurait-il pu faire d’eux des ennemis mortels ?

Cheyenne eut alors une idée, leur seul et unique moyen d’atteindre Aponie et de veiller sur elle de là où ils étaient. Les esprits les écouteraient, les entendraient. Les frères Pawnee n’avaient jamais été aussi présents dans la tête des indiens que depuis qu’ils leur étaient apparus, jaillissant des flammes sous le regard ébahis des deux tribus réunifiées. Cheyenne était persuadé qu’ils prendraient soin de la petite fille, qu’ils veilleraient à écarter certaines épreuves de son chemin bien que d’autres resteraient inévitables. Kâchina murmura une phrase qui lui fit hocher la tête. C’était leur unique chance, leur seule façon de se sentir utiles.

- Bonne nouvelle.

Il esquissa un sourire à ce que Kâchina venait de lui dire. Elle pensait pouvoir le supporter encore un peu, en soi, c’était presque déjà un compliment venant de la chef Unami. Chacun s’éloigna ensuite, le temps de trouver quelques effets pour construire un totem de fortune. Cheyenne ramassa une pierre imposante et vint la ramener à l’endroit exact où l’Unami et lui s’étaient parlés. Il repartit ensuite pour ramasser des feuilles acceptables, des fleurs qui dépérissaient sans la lumière du soleil et des brindilles. Le but n’était pas de créer une œuvre d’art mais plutôt de rassembler des éléments naturels en un même endroit pour obtenir l’attention et l’écoute, ainsi que le soutien, des esprits de la nature.

Ils revinrent s’asseoir devant la pierre imposante, chacun y déposant ses trouvailles en silence. Cheyenne ferma les paupières un instant et entendit une phrase sortant de la bouche de Kâchina qui le prit de court. Le Piccaninny rouvrit les yeux et tourna lentement la tête vers son interlocutrice. Cette blessure était toujours douloureuse au fond de lui mais elle avait guéri depuis le temps. Il ne souffrait plus d’en parler et d’exprimer les sentiments si puissants et dévastateurs qu’il avait ressentis ce jour-là.

- C’était un enfant plein de vie, curieux et toujours à l’affût de nouvelles aventures. Aponie me fait énormément penser à lui. S’ils étaient nés à la même époque, ils se seraient beaucoup aimés, je pense.

Cheyenne esquissa un sourire triste, de ces rictus qui s’affichent lorsqu’un être aimé et perdu vous revient en mémoire. Le Piccaninny n’avait pas réellement perdu son frère, celui-ci n’était pas mort. Gaaji était devenu pirate. Et franchement, n’était-ce pas pire ? Pendant longtemps, Cheyenne s’était posé la question mais rien, pas même la honte et le dégoût de la piraterie, ne pouvait lui faire regretter que son cadet soit encore en vie. Cela, il s’abstint d’en parler à Kâchina car l’Unami n’aurait pas pu comprendre. Cheyenne ne l’aurait pas compris, lui non plus, si la situation avait été inverse. Si c’était la sœur de Kâchina qui était devenue pirate et que malgré son aversion pour les loups de mer, son amour fraternel prenait le dessus. Les esprits jouaient parfois de biens étranges tours.

- Je sais qu’il ne faut pas douter du jugement des esprits et je ne remettrais jamais leurs choix en doute. Mais as-tu déjà pensé à ce qu’il se passerait si Aponie échouait ?

La mort. Pas la belle, pas celle que les guerriers espéraient en combattant. Juste le déclin, la perte du souffle vital. Neverland fanait, telle une fleur ayant atteint sa limite, son heure étant venue. Qu’adviendrait-il si Aponie échouait ? De sa faute ou de la faute de n’importe quel facteur extérieur ? Seraient-ils donc voués à disparaître ? À se dissoudre et se désagréger.

- Penses-tu que les esprits survivront à un monde vide ? Un monde sans lumière, sans feuilles, sans terre ?

Cheyenne fronça les sourcils. La nature était la source vitale même des esprits. Qu’adviendraient-ils d’eux si Neverland n’était plus. La vérité, c’était qu’ils disparaîtraient, qu’ils ne rejoindraient pas leurs ancêtres mais qu’ils se feraient tous aspirer par le néant.

- Cela n’arrivera pas. Les frères Pawnee ne laisseront pas une telle chose nous arriver.

Le Picca acquiesça d’un hochement de tête déterminé.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyLun 4 Juil 2016 - 18:32

-I am here to talk-
Kâchinâ Kaï & Cheyenne Inooké

L'atmosphère redevenue des plus calmes, l'indienne se permit même de plaisanter. Elle fut rassurée de voir que Cheyenne ne prit pas mal sa remarque. Chacun d'eux partit de sont côté afin de collecter de quoi bâtir un petit totem pour Aponie. L'aider, la soutenir, lui envoyer le plus de bonnes ondes possible, lui faire savoir que son peuple et ses amis la soutiennent malgré leur absence et quelque soient leurs différences. La Chef ne cessait de penser aux paroles du pêcheur : dans quel état allaient-ils la récupérer, si on la leur rendait … Elle n'y avait pas songé avant que Chey formule ces doutes. Elle n'y avait pas pensé car elle croyait naïvement que tout se passerai bien, qu'elle n'aurait pas à se battre, contre des créatures ou même contre d'autres êtres humains. Comment allait-elle faire ? Ce qu'elle aurait aimé pouvoir y aller à sa place … Kâchinâ espérait vraiment qu'aucun mal ne serait fait à sa petite. Quiconque lui en ferait le regretterai amèrement de toutes façons.

La nuit permanente n'aidait pas à égailler les âmes et les visages. Au contraire, les indiens semblaient tous plus tendus et démoralisés les uns que les autres. Faire ce totem leur mettrait sans aucun doute du baume au cœur, renforcerait le peu d'espoirs qu'il leur restait. Kââ trouva donc que c'était une excellente idée, elle ne pouvait refuser cela, s'y dédier sérieusement était de ce fait important. La pierre massive qu'avait ramenée Cheyenne servira de stèle à leur totem. Réunis tout les deux autour, la guerrière ne put s'empêcher de briser le silence. Dire ce qu'elle pensait, surtout parce qu'elle se sentait coupable d'avoir fait replonger le Piccaninny dans cet horrible souvenir. Elle avait amené le sujet des pirates sur le tapis, en l'abordant plus tôt, elle ne s'attendait pas à une réaction aussi virulente de la part de l'homme certes mais elle comprenait à présent pourquoi cela l'avait fait sortir un peu de ses retranchements. Il parla alors de lui, de son frère perdu si tragiquement. Peut-être était-il toujours en vie ? Les pirates capturaient des enfants pour en faire des matelots de fortune, les exploiter comme des esclaves. Ils ne les embarquaient pas pour les tuer. Alors il y avait une chance ! Mais comment un enfant Piccaninny aurait tenu le coup face à la vie forcenée de pirate … Kâchinâ n'en savait rien et elle pensa que Cheyenne avait déjà tout fait pour essayer de le retrouver. La Chef put ainsi comprendre aussi pourquoi l'indien était tant attaché à la petite Aponie. Il sourit tristement. Les souvenirs semblaient lointains mais toujours douloureux. « Je sais qu’il ne faut pas douter du jugement des esprits et je ne remettrais jamais leurs choix en doute. Mais as-tu déjà pensé à ce qu’il se passerait si Aponie échouait ? » Et bien la réponse était « non ». Jamais Kââ n'avait imaginé la fin de leur monde. Si les esprits avaient choisies Aponie, c'était qu'il y avait un moyen d'empêcher ce désastre, et jamais la guerrière n'avait songé, pas une seule seconde, à la possibilité d'un certain échec. Elle regardait toujours ailleurs, des images horribles envahissaient alors son esprit déjà bien sombre, le visage impassible, les yeux vides. Et pendant qu'il essayait de se persuader que tout irai bien, les images continuaient de défiler dans la tête de Kâchinâ alors que Cheyenne termina son discours pour se rassurer : « Cela n’arrivera pas. Les frères Pawnee ne laisseront pas une telle chose nous arriver. » La Chef sortit alors de sa rêverie et tourna enfin son regard vers l'indien. Ce qu'elle imaginait ne pouvait être la réalité … Les esprits les protégeraient, du mieux qu'ils pourraient du moins. Et si même eux venaient à échouer … Bien … Ce serait alors la fin de tout.

La peau rouge ne voulait pas démoraliser son camarade, encore moins après les paroles pleines d'espoir qu'il venait de déclamer mais ce qu'elle pensait en son for intérieur était effrayant … Elle en venait à envier son optimisme. « Si Aponie venait à échouer ... Kâchinâ leva les yeux et transperça Cheyenne du regard, parlant d'une voix froide avant de reprendre un peu déstabilisée, une boule dans la gorge : Ce que je redouterai serait de voir mes frères et sœurs s'entre-tuer en essayant de survivre … » Elle baissa la tête suite à ces mots, honteuse de penser une telle chose. Cela lui déchira le cœur. Mais les gens étaient amenés à se transformer en monstres si leur vie en dépendait. Alors imaginer les siens se déchirer pour voler quelques heures, quelques jours de vie en sursis … Elle serait de plus dans l'incapacité de protéger tout le monde, ce qui était sa plus grande peur. Sans compter que les pirates profiteraient certainement du chaos ambiant pour s'adonner aux massacres, tueries et autres rêves sanglants auxquels ils aspirent tant. Que ces images étaient horribles à supporter. « Je préférerai nettement que nous soyons tous emportés d'un coup … » Conclut-elle, beaucoup plus fataliste et pessimiste que Chey. Elle se concentra à nouveau sur le totem, liant des feuillages ensemble. Un silence de mort prit alors place. Kââ avait bien plombé l'ambiance avec ces craintes et ses peurs irrationnelles. « Mais oui, je pense que les frères Pawnee  ne nous laisseront pas tomber. Et qu' Aponie nous reviendra triomphante. » Reprit-elle, se ressaisissant. Voilà ce qu'elle pensait depuis son départ. L'effroi ne devait pas l'emporter. Cheyenne avait éveillé des angoisses sur l'avenir chez la guerrière. Mais sa foi en son peuple était plus forte que tout cela. Ses inquiétudes n'étaient que des possibilités, rien n'était encore écrit et elle aurait le temps d'aviser lorsque la petite Unamie sera de retour. Car elle reviendra, la Chef en était persuadée.

Plutôt distraite, l'indienne finit par se retrouver avec une silhouette entre les mains. Une sorte de petite poupée faite de feuilles serrées et entre-mêlées. Cela n'avait rien à voir avec un totem, oh non, absolument rien ! Elle observa alors avec surprise sa création avant de pousser un soupir d'agacement. Qu'était-elle en train de faire ?! S'inquiéter n'était vraiment pas bon pour elle, mais c'était le propre d'un chef et la croix qu'il se devait de porter pour leur peuple jusqu'à leur dernier souffle. Elle n'avait pas d'enfants et ne pouvait donc pas imaginer ce que les parents d'Aponie traversaient à cet instant mais elle se dit qu'elle passerait leur rendre visite. « Si nous arrivons à faire quelque chose de correcte, j'amènerais peut-être les parents d'Aponie jusqu'ici. » Murmura-t-elle pensive. Peut-être. Si elle trouvait le courage d'affronter leur jugement qui sera sans aucun doute dix fois plus sévère que celui du Piccaninny présent. Elle déposa sa poupée de feuilles à ses côtés puis reprit des bâtons et des feuillages pour se mettre réellement au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyLun 15 Aoû 2016 - 13:27





Kâchina & Cheyenne
Like the stars chase the sun over the glowing hill, I will conquer.  Blood is running deep, some things never sleep.



La fin. La vraie, celle qui mettrait un terme à toutes les querelles qui animaient l'île. Celle qui ferait taire toutes les voix, même celles inaudibles des esprits. Cheyenne la redoutait tellement. Il gardait le menton haut, prétendait avoir confiance, se persuadait lui-même de ne pas être en danger. Cependant, la simple éventualité de finir dans le néant, de n'être plus rien, cela le rendait nerveux à l'extrême. Ses paroles d'optimisme furent balayées par le regard perçant que Kâ posa sur lui. Elle répondait clairement à sa question, exposant son point de vue et ses craintes. Elle apportait un nouvel angle à cette perspective horrible.

Chey secoua la tête. Il ne voulait pas connaître un univers où les siens s'entretueraient pour les ultimes ressources disponibles. Non, il s'y refusait. C'est pourquoi, il se rangea aux côtés de Kâchina quand elle parla d'un coup, d'un seul, emportant tout le monde. Cheyenne ne voulait même pas imaginer un monde nécrosé où les indiens se retourneraient sur leur propre sang pour survivre. L'homme finit par esquisser un sourire plein d'espoir, peut-être naïf. Kâchina était de son avis, les frères Pawnee étaient là et resteraient là auprès d'eux.

La femme avait une sagesse qu'il ne lui aurait jamais imaginée. Cheyenne l'avait mal jugée, atrocement mal. Jusqu'à présent, il l'avait vue comme une guerrière ne comprenant que la loi du sang et des poings. Mais elle était bien plus que ça, elle avait un esprit fin et une réflexion intense. Le Piccaninny commençait même à apprécier son point de vue. Cette constatation le laissait sans voix. Leurs tribus étaient loin de se réunifier mais peut-être tout espoir d'un jour voir les tensions s'apaiser, n'était pas si utopique. Chey garderait ça en tête la prochaine fois que ce conflit lui semblerait sans fin.

- C'est une excellente idée. Je pense que ça les toucherait beaucoup.

Et c'était d'autant plus respectueux de la part de la chef d'amener ce pauvre couple jusqu'ici. Elle témoignait de beaucoup de respect pour les siens, toujours fidèle à sa froideur habituelle mais tout de même dotée d'une conscience et d'une envie de bien faire. Cheyenne continuait sa tâche, taillant au couteau des formes dans un rondin un peu plus large. Il finit par tourner à nouveau la tête vers Kâchina, ils étaient restés un long moment sans parler. Le sujet précédent était clos, ils ne pouvaient s'éterniser davantage sur cela sans risquer d'y perdre le moral et la tête. Alors, Chey décida d'aborder un autre sujet, désirant en apprendre un peu plus sur la femme elle-même.

- Au sein de notre tribu, nous parlons rarement de toi. Pourtant, j'ai parfois entendu des histoires à propos de ton passé ... tu n'es pas née Unami, je me trompe ?

Cheyenne ignorait s'il abordait un sujet extrêmement tabou ou s'il était de notoriété publique que Kâchina avait autrefois était une habitante lambda de Neverland. Après tout, les anciens de sa tribu devaient se remémorer le temps où elle n'était pas l'une des leurs. Chey tenta de distinguer sur son visage des traces d'irritation ou de fureur, peut-être ne voulait-elle pas en parler. Le Piccaniny s'était confié sur son enfance mais rien ne semblait dire que la femme en ferait de même. C'est pourquoi, il se rétracta presque aussitôt.

- Pardon, j'ai été indiscret. Ton passé n'appartient qu'à toi.

Il hocha de la tête et reporta son attention sur ce qu'il faisait, dans le silence le plus religieux cette fois.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyVen 19 Aoû 2016 - 2:12

-I am here to talk-
Kâchinâ Kaï & Cheyenne Inooké

Si on lui avait dit que, durant cette nuit sans fin, à un moment donné, elle partagerait un moment comme cela avec un Piccaninny, Kââ ne l'aurait pas cru. Ces bouleversements avaient beaux être effrayants et faire réflechir; ils avaient au moins un bon côté : ils avaient permis de rapprocher les deux peuples indiens. Cela était indéniable. Elle en voulait pour preuve la petite conversation privée qu'elle avait eu avec Akook, chef de l'autre clan -rivaux depuis toujours, après la cérémonie du feu ayant désignée Aponie. Malgré leurs sempiternelles querelles, ils s'étaient mis d'accord sur un point : se serrer les coudes serait sans aucun doute bénéfique pour leurs peuples respectifs, et si il fallait en arriver là pour sauver l'île ou au moins survivre, ils s'y résoudront. Mais pour l'instant, la petite n'avait pas encore fait ses preuves. Alors cet accord restait secret, pour le bien de tous. La Chef Unamie espérait ne pas avoir à utiliser cette alliance. Elle voulait retrouver sa petite indienne saine et sauve, triomphante en plus si possible. Déjà qu'elle n'était pas appréciée, si elle s'alliait avec le clan fratricide, ennemis des temps immémoriaux, elle baisserait dans l'estime de tout les siens, certainement sans exception … C'était un risque à prendre malgré tout, pour les sauver.

La confection du totem pour Aponie avançait doucement. Si l'esprit de Kâchinâ cessait de vagabonder, cela irait indéniablement plus vite. Au lieu de faire des poupées et autres silhouettes enfantines, la jeune femme se re-concentra sur son ouvrage. Elle ne manquerai pas de mentionner Cheyenne lorsqu'elle parlera de ce totem aux parents d'Aponie. Peut-être que cela leur réchauffera le cœur de savoir que leur petite n'avait pas d'ennemis, même dans l'autre camp, et qu'ils bénéficient ainsi de tout le soutient possible pour traverser cette terrible épreuve. Un long silence s'était installé entre les deux peaux rouges. Cela ne dérangeait absolument pas la guerrière qui était plutôt habituée à ne pas parler en général. Tressant des feuilles et y mêlant de jolies fleurs, la jeune femme s'appliquait visiblement. Mais la voix du pécheur finit par trancher ce silence : « Au sein de notre tribu, nous parlons rarement de toi. Pourtant, j'ai parfois entendu des histoires à propos de ton passé ... tu n'es pas née Unami, je me trompe ? » Ces paroles attirèrent l'attention de la principale intéressée. Oh elle se doutait bien que les Piccaninnys ne parlaient pas d'elle. Déjà qu'elle n'était pas populaire parmi les Unamis, sa propre tribu, alors dans l'autre camp vous imaginez bien ! Kââ ne se faisait pas d'illusions. Elle ne s'attendait pas à être appréciée et aimée de tous. Cela n'était pas son but en tant que chef en tout cas. Le visage de l'indienne resta figé et froid. Ce sujet ne lui inspirait rien de particulier. Quasiment tout le monde savait cela et c'était même parfois la cause de son impopularité. Alors en parler ne la dérangeait pas. Cheyenne s'excusa rapidement d'avoir osé poser simplement la question. Elle leva son regard vers lui, le regardant s’excuser, puis le quitta des yeux pour l'imiter et reprendre son travail de tissage. Elle prit la parole simplement à son tour. « C'est bien vrai. Et ça n'a jamais été un secret pour personne. » Déclara-t-elle froidement. Ces origines, c'est bien l'une des choses qu'elle ne pouvait pas cacher. Elle n'avait aucun intérêt à vouloir nier cela : elle n'avait aucun souvenirs de son passé à Blindman's Bluff, alors elle ne pouvait en parler longuement de toutes façons. Il n'y avait rien de spécial à dire. Si elle n'avait pas été recueillie par sa mère adoptive Unamie, elle serait morte à l'heure qu'il est. Dégustée puis digérée par un reptile géant au Ruisseau du Crocodile.

Il lui avait bien parlé ouvertement de son petit frère, tragiquement perdu à cause de ces maudits pirates. Alors elle pouvait bien consentir à se dévoiler un peu … Peut-être oui. Mais il n'y avait hélas rien à dire de plus. Cheyenne était clairement une personne optimiste, cela elle avait pu le déduire rien qu'en l'écoutant parler d'Aponie et des frères Pawnee. Elle était plus sombre et négative. Pourtant ils  parlaient sans trop de problèmes une fois passer les cris et les accusations. Et cela était tout de même agréable, même pour la froide et solitaire Chef Unamie qu'elle était. Elle stoppa ses gestes un instant, le temps de parler, d'essayer de faire marcher sa mémoire, les yeux perdus dans le vague. « Je n'ai aucun souvenir de ces lointaines années. Elles ne signifient rien pour moi de toutes façons. » Le visage de ses parents biologiques étaient très flous, elle ne distinguaient que des couleurs et encore. Aucun souvenir de sa maison ou bien même de sa chambre d'enfant. Elle revoyait les mâchoires immenses des crocodiles transpercer la chair et les os très clairement. Mais avant ça c'est comme si rien n'avait existé. Elle secoua légèrement la tête comme pour se reconnecter à la réalité. Puis reposa ses yeux sur ses fleurs. Elle entreprit d'en broyer plusieurs pour en faire une sorte de teinture semblable à celle qu'elle-même se posait sur le visage lorsqu'elle revêtait sa parure de guerrière. « Il n'y a rien de passionnant à savoir sur ce sujet. » Conclut-elle alors en écrasant de délicates pétales jaunes. Et le silence se fit de nouveau tranquillement entre les deux indiens. Il n'était pas toujours facile de discuter avec Kâchinâ. Surtout lorsqu'il s'agissait d'apprendre à la connaître. Elle ne cachait rien cependant.

Le temps avançait pourtant. Avec cette obscurité c'était certes difficile de s'en rendre compte. La guerrière se leva alors pour se rapprocher de la base du tronc d'arbre sous lequel ils avaient élu domicile pour leur totem. Elle se baissa alors pour creuser le sol. Elle y déposa ensuite la petite silhouette enfantine, marquée de traces jaunes, qu'elle avait fabriquée plus tôt et l'accompagna d'une plume ainsi que d'une fleure ; tout en marmonnant quelques mots anciens. Puis replaça délicatement la terre, comme si elle n'avait jamais été touchée et commença à rassembler les différentes petites confections aux alentours. Elle laissa le soin à Cheyenne d'apposer la grosse pierre qu'il avait trouvé comme base.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne EmptyMer 24 Aoû 2016 - 15:48





Kâchina & Cheyenne
Like the stars chase the sun over the glowing hill, I will conquer.  Blood is running deep, some things never sleep.



Deux indiens et le silence. Un respect nouveau, mutuel. Seul le bois des esprits permettait une telle rencontre. En ce lieu, Piccaninny et Unami baissaient les armes. Cheyenne était profondément heureux d'avoir croisé la route de Kâchina en cet endroit. Cela les avait forcé à exposer leurs points de vue, à débattre et ensuite à se dévoiler. Le pêcheur osa une question privée, une insertion dans le passé de la femme. Cette chef froide, guerrière et autoritaire, ne laissait pas beaucoup de place aux questionnements. Rares étaient les Picca qui avaient l'opportunité de discuter avec elle de sa vie. Parmi les siens, tous connaissaient plus ou moins la vie de leur chef. Disons que les Piccaninny étaient des indiens très ouverts, très axés sur la conversation. D'ailleurs, la fille du chef, Lily la tigresse, était un peu l'enfant chérie de la tribu.

Bien qu'il ait eu l'impression d'outrepasser le respect qu'il lui devait, la chef ne sembla pas vexée ou atteinte. Au contraire, elle assumait pleinement ses origines et cela fit sourire Cheyenne. Cette femme bouleversait chacune des idées préconçues qu'il avait à son sujet. Certes, Kâchina était froide comme la pierre mais elle cachait un esprit fin, fier et aiguisé. Cependant, atteindre une partie plus sensible de son être semblait aussi dur que de nager aussi vite qu'une sirène. Le seul instant où Cheyenne l'avait sentie à fleur de peau, fut quand elle se remit en question quant à Aponie. La conclusion était donc simple, Kâchina s'inquiétait probablement plus pour les siens que pour elle-même.

- J'en doute.

Il releva les yeux vers elle, laissant son bout de bois taillé quelques instants de côté. Kâchina semblait prétendre que son enfance n'avait rien d'intéressant et pourtant, lui, il était captivé par son passé. Au camp Piccaninny, Cheyenne avait une très bonne amie, une petite soeur de coeur, qui elle aussi, fut recueillie. Elle s'appelait Rainbow et elle avait été intégrée à la tribu depuis des années. Chey n'avait jamais connu que la vie d'indien, il la chérissait plus que tout au monde et ne changerait de mode de vie sous aucun prétexte. Cela ne voulait pas dire qu'il était fermé d'esprit et niait en bloc tout ce qui se passait à l'extérieur. Peut-être Kâchina devrait-elle chercher à puiser dans son passé pour remodeler le futur de sa tribu ? Les Unamis avaient tout de même beaucoup à apprendre sur l'ouverture vers le monde ... Mais ça, il s'abstiendrait bien de le dire haut et fort.

- Je te remercie pour cette discussion. C'était important.

Cheyenne se redressa et plaça le gros rocher à l'emplacement prévu puis vint ajouter les divers morceaux de bois sculptés rapidement de-ci de-là. Le Piccaninny jeta un regard à ce qu'ils étaient parvenus à créer ensemble puis tourna la tête vers Kâchina. Il était probablement temps de la laisser se recueillir et peut-être, emmener les parents de la petite Aponie jusqu'ici. Qu'elle le fasse ou qu'elle ne le fasse pas, son opinion de la chef avait changé. Loin d'être une brebis inoffensive, Kâ se battait pour ses convictions. Les divergences persistaient entre les tribus mais le pêcheur la respectait nettement plus qu'auparavant. Il lui adressa un rapide signe de la tête en guise d'au revoir et se contenta d'ajouter :

- Quand Aponie sera rentrée saine et sauve, prends bien soin d'elle pour moi.

Le pêcheur fit quelques pas dans la forêt, s'éloignant pour laisser la chef en paix. Cependant, avant de partir, il revint sur ses pas et tendit une paume amicale à la femme. Il la fixa droit dans les yeux et murmura sur un ton solennel:

- Que les esprits vous protègent, Aponie et ton peuple.

D'un mouvement lent, il se recula et disparut parmi les arbres. Cette fois, pour de bon.

code by Chocolate cookie

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Tell me what happened | Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Tell me what happened | Cheyenne Tell me what happened | Cheyenne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me what happened | Cheyenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-