AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Initiation en terres indiennes - Cheyenne
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyLun 8 Mai 2017 - 22:34

Initiation en terres indiennes
Le bruissement des deux ailes, battant à l'unisson, était une rassurante mélodie aux oreilles de la fée. Sentir ses muscles se contracter et se détendre, fournissant l'énergie et la force nécessaire à la maintenir dans les airs, à la faire voler, ne laissait jamais la flamboyante fée indifférente. Cela galvanisait le petit être ailé. Le vol était pour l'alchimiste une sensation rassurante, preuve qu'elle était une fée vivante à part entière, avec des ailes fonctionnelles. Cela la rendait heureuse. La fée de la Poussière préférait se déplacer en volant plutôt qu'en marchant. D'ailleurs, voler était beaucoup plus rapide que marcher pour parcourir l'île, même si sa destination n'était pas bien loin. Alkëstia avait choisi, en si bon matin, de se rendre dans un campement indien. Ne voulant pas traverser la surface bleutée de la Mer du néant, elle longea les côtes. C'était plus prudent. Si pour une raison ou une autre, ses ailes devaient lâcher ou si elle se faisait attaquer, elle tomberait sur le sol et non dans l'eau, qui risquerait de l'engloutir. Sa soif de connaissance ne lui ôtait pas la prudence.

La curiosité de l'alchimiste l'avait conduite à vouloir en apprendre davantage sur la culture indienne. Une fée lui avait parlé de la cérémonie du soleil. L'alchimiste ne connaissait pas cette cérémonie, dont elle avait d'ailleurs oublié la date des festivités. Elle voulait donc savoir ce qu'était ladite cérémonie et les us et coutumes indiennes. Aujourd'hui était l'occasion idéale pour le découvrir. Et pourquoi ce jour plus qu'un autre ? La réponse résidait dans la peur. Depuis quelques temps, chaque matin, venue de nulle part, la peur saisissait la petite fée au réveil, avant de disparaître de temps en temps au cours de la journée, remplacée par une autre émotion. En ce jour particulier, Alkëstia avait été éblouie par un rayon de soleil, suite à un rideau de feuillage mal tiré la veille. Le souvenir de son ignorance sur la cérémonie du soleil l'avait frappé. Aussitôt la peur s'était évaporée, remplacée par l'excitation d'obtenir une nouvelle connaissance. Sur le moment, Alkëstia s'était demandée comment faisaient les êtres humains pour être capable de ressentir différents sentiments simultanément. Comment faisaient-ils pour jongler de la sorte avec leurs émotions et ne pas se perdre ? N'ayant pas eu l'occasion de beaucoup expérimenter la poudre d'humanité, et n'ayant pas eu le temps de s'y attarder à chaque fois qu'elle était humaine, Alkëstia ignorait la réponse à cette question. Avant de partir pour le campement indien, elle se jura qu'un jour, elle aurait la réponse à cette question.

Quelques minutes après son départ de Pixie Hollow, la fée arriva en terres indiennes. Elle le savait grâce à sa carte de l'île. Etant arrivée, elle la rangea dans sa besace, qui contenait quelques poudres, dont une d'humanité. Sur le territoire indien, l'être féerique vola à tire-d'ailes, à la recherche d'un campement indien. A travers la végétation, elle entendit un clapotement. Alkëstia se dirigea vers l'émanation du son. Elle vit alors un homme, un poisson à la main. Il le retirait de l'eau ! Qu'est-ce que ce malheureux poisson avait-il bien pu lui faire ? Ni une ni deux, la fée fondit sur l'homme et libéra le poisson. Elle le relâcha dans l'eau, tout en s'adressant à l'homme, qui de toute évidence semblait être un indien. « N'avez-vous pas honte de priver cet animal de son habitat naturel ! Pourquoi le torturez-vous de la sorte ? » Évidemment, l'homme ne pouvait pas la comprendre. Un simple tintement cristallin parvint aux oreilles de l'indien. Voyant un filet, elle comprit son erreur. L'homme n'avait fait que pêcher pour se nourrir. Il n'était en rien un tortionnaire d'animaux. Il semblait à la fée qu'elle avait vu une note dans un des livres de la bibliothèque des fées à ce sujet. Les humains ne se nourrissaient pas de la même façon que son peuple. Ils ne consommaient pas que la flore de l'île, mais aussi la faune, tout comme les enfants perdus avec les rongeurs. La fée se tapa le front d'une main. « Mais quelle sotte, je fais ! » Consciente d'avoir peut-être perturbé le cours naturel des choses, après tout, il y a les prédateurs et les proies, la fée à la chevelue flamboyante essaya de réparer son erreur. Elle se saisit du filet du pêcheur. Elle voulut lui faire comprendre qu'elle l'aiderait à réparer sa faute. Elle voleta autour de l'homme et déposa une partie du filet dans sa main et se saisit de l'autre. Elle fit une légère avancée vers l'étendue d'eau. La peur de mourir noyée se saisit de son être, chassant son engouement du voyage. Une partie de pêche inter-espèce tintée de peur pouvait commencer.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyLun 22 Mai 2017 - 15:54

Initiation en terres indiennes
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


La chaleur était de retour sur l'île imaginaire, les manteaux de fourrure étaient rangés depuis bien longtemps et désormais, les indiens sortaient de leur tipi les jambes et les bras nus. Cheyenne se devait, comme à l'accoutumée, d'assumer son rôle au sein de sa tribu et c'est donc pour cette raison qu'il attrapa son filet, son harpon et sa besace. D'un pas dynamique, il quitta l'enceinte du camp Piccaninny et prit la direction de la zone de pêche. C'était tout à fait proche du camp et bien que le danger rôde en tout instant à Neverland, la plupart des Piccas s'y rendaient sans ressentir la moindre appréhension. Cette zone d'eau était aux portes de chez eux et ils la considéraient presque comme une partie de leur chez-eux.

Chey déposa sa besace sur la rive et ôta ses chaussures avant de jeter son filet et se retirer vers un endroit plus dégagé. Il plongea et alla harponner quelques poissons avant de revenir vers son sac. La tribu avait retrouvé son précieux soleil, les récoltes allaient pouvoir pousser et les animaux avaient cessé de disjoncter. Tout était revenu à la normale ... ou presque. Beaucoup de questions continuaient à tarauder l'indien. Il n'avait presque pas eu de nouvelles de la petite Aponie, devenue célèbre parmi les deux tribus indiennes. Qu'était-elle devenue ? Comment gérait-elle son retour ? Des rumeurs prétendaient que le prix à payer pour son retour avait été sa mémoire. Tout perdre à un âge si jeune ... Cheyenne ressentait beaucoup de sympathie envers Aponie. Elle avait participé à leur sauvetage après tout !

L'homme venait de sortir une magnifique truite bien dodue du cours d'eau quand tout à coup, quelque chose percuta sa main. Cheyenne aurait supposé un insecte s'il n'avait pas ressenti une telle douleur. La chose qui l'avait touché était définitivement puissante ! Le Piccaninny secoua la main et laissa tomber le poisson qui repartit vers son eau précieuse. Soudain, Chey entendit comme une infime musique tintinnabuler dans son oreille. Son visage s'éclaircit et un sourire naquit sur ses lèvres : une fée ! C'était une fée qui venait lui rendre visite. La dernière fois qu'il en avait rencontré une, Cheyenne avait bien sympathisé avec elle et ils s'étaient promis de se revoir. Cependant, celle-ci devait être différente ... jamais Azalea n'aurait fait une intervention aussi remarquée.

Avant qu'il ait pu dire quoi que ce soit, la fée sembla se raviser. Ses tintements se firent moins bruyants et moins rapides, signe sans doute qu'elle devait s'être calmée. Cheyenne comprit ensuite qu'elle voulait l'aider en se dirigeant vers le filet. L'homme lui fit signe de ne pas trop s'avancer vers les eaux, bien qu'elle semblait se soucier des poissons ... la réciproque ne serait définitivement pas vraie ! L'un d'entre eux aurait vite fait de sortir la tête de l'eau et POUF ! Adieu la fée.

- Ne vous en faites pas, je vais arranger ça.

Il s'avança vers son filet et le tira hors de l'eau, regagnant quelques petits poissons au passage. Chey n'en savait pas énormément sur le peuple ailé, il n'avait eu qu'une unique soirée pour en apprendre davantage à leur sujet. Peut-être était-ce son jour de chance ? Sauf que, vu qu'il ne comprenait rien à ce que la fée sonnait, il devrait sûrement redoubler d'efforts.

- Vous êtes une fée protectrice des animaux ?

Chey ne se sentait pas ridicule de parler à un être d'une poignée de centimètres de hauteur, les indiens respectaient la nature sous toutes ses formes et les fées étaient les gardiennes de cette belle nature. Le Picca captura entre ses paumes les plus petits poissons, ceux qui ne serviraient pas à nourrir la tribu, et les relâcha en les rejetant à l'eau. Il invita d'un geste de la main la fée à l'y aider.

- Vous voulez en libérer un ?

C'était un beau geste qui faisait plaisir. Ils respectaient tous les deux cette île sur laquelle ils vivaient et quoi de mieux que de ne se servir que du stricte minimum vital ? Le gaspillage ou pire, la barbarie, ne faisait pas partie de leurs coutumes. Cheyenne se pinça les lèvres et soupira lourdement.

- C'est dommage que vous n'ayez pas taille humaine, je suppose qu'on aurait pu discuter.

Azalea, la seule fée qu'il avait connu, avait trouvé une stratagème pour prendre taille humaine. Mais sans doute n'était-ce pas à la portée de toutes ...
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyJeu 1 Juin 2017 - 17:30

Initiation en terres indiennes

Le filet entre les mains, Alkëstia regarda l'étendue bleutée. Si elle venait à tomber, le poisson la mangerait-elle ? Ou mourrait-elle avant ? L'humain viendrait-il l'aider ? Une chose est sûre, il valait mieux ne pas essayer. Bien que la fée aimait tenter de nouvelles expériences pour enrichir son savoir, il valait mieux pas s'y risquer. Elle souffla pour se donner du courage et songea à sa tâche. Elle devait attraper le poisson et le sortir de l'eau, sans tomber elle-même à l'eau. Alors qu'elle allait s'avancer, l'indien lui fit signe qu'il s'en chargeait. Le petit être ailé le laissa faire, tout en le remerciant intérieurement. La fée de la Poussière avait toujours été respectueuse et fascinée par les indiens. Pour elle, ils avaient leur place sur l'île, comme les enfants perdus, contrairement aux autres humains, surtout les pirates. La rousse les détestait et les craignait. Ainsi, l'indien-pêcheur la confortait dans cette idée.

L'indien, ayant récupéré son poisson, engagea la conversation. Il questionna la fée sur sa nature. Alkëstia, sachant que l'homme ne la comprendrait pas, lui répondit par un signe. Elle espéra être la plus claire possible. Rapidement, elle vola horizontalement, d'une façon rectiligne, pour signifier que c'était non. La rousse regarda ensuite le peau rouge capturer les poissons et en libérer certains. La fée approuva ce geste. C'était un signe de respect de la nature. Vraiment cet homme confirmait sa fascination pour ce peuple non magique. L'indien lui permettait même de prendre part à cette libération ! Il invita la fée à la lueur violet byzantin à se joindre à lui. Elle vola ravie jusqu'au filet, puis se saisit d'un poisson et le relâcha dans la mer. Elle retourna ensuite auprès de l'indien. Ce dernier soupira. Il aurait aimer lui parler. Cela tombait bien, la fée également. Elle avait une multitude de questions à lui poser sur la culture indienne. Sentant qu'au comportement de l'homme chauve, elle pouvait avoir confiance en lui, elle décida d'utiliser sa poudre d'humanité. La rousse la sortit de sa besace et s'en saupoudra. En quelques secondes, la fée devint une humaine. Elle rangea le flacon et sourit à l'indien. Il s'était montré si courtois et respectueux avec elle, elle pouvait bien faire de même, à commencer par répondre à sa question. « Non, je ne suis pas une fée des animaux. Je suis une fée de la Poussière. Et vous ? Quel type d'indien, êtes-vous ? Venez-vous souvent ici ? C'est ici que les indiens pêchent ? J'ai mille et une questions à vous poser. » La fée n'avait pas pu s'empêcher de laisser une nouvelle fois sa curiosité l'envahir.

Devant la mine qu'afficha son interlocuteur, Alkëstia comprit que lui aussi, il avait ses questions à poser. « Nous pouvons chacun poser nos questions, à tour de rôle, si vous voulez. » Elle lui sourit et sortit son carnet. Elle commença à y consigner les informations du jour. Elle nota la date et le lieu, puis le sujet : les indiens. Cette journée s'annonçait radieuse et pas seulement pour cause de météo. Aujourd'hui ses connaissances sur les indiens allaient s'accroître.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyDim 18 Juin 2017 - 21:57

Initiation en terres indiennes
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


La fée vola de gauche à droite, imitant un signe de tête de dénégation. Cheyenne comprit donc qu'elle n'était pas une fée des animaux. L'indien n'y connaissait pas grand-chose et n'aurait su dire avec précision quels types de fonctions existaient au sein de leur peuple. Peut-être y avait-il des protecteurs de la nature en général ? Il n'en savait rien. Quoi qu'il en soit, quand il proposa à la fée de prendre part à la libération des plus petits spécimens, l'être ailé s'en fit une joie. Chey la vit rejeter à l'eau tous les plus petits, ceux-ci filant à toute vitesse. Les Piccaninnys respectaient beaucoup trop la nature pour gaspiller ou pire, se montrer irrespectueux. Pêcher était vital pour eux mais ils savaient quand s'arrêter et jusqu'à quel point envahir les espaces aquatiques.

Il lui suffit de prononcer à haute voix son regret de ne pouvoir discuter avec la fée pour qu'elle se métamorphose sous ses yeux ébahis. Cheyenne n'avait jamais vu une telle transformation. Certes, il avait déjà croisé une fée de taille humaine mais il n'avait jamais vu le procédé en temps réel. Impressionné, l'indien resta bouche bée quelques instants. De son côté, la femme parlait pour deux. Une déferlante de questions émana de sa bouche et elle le laissa stupéfait.

- De la poussière ... vous faites le ménage ?

Cheyenne n'aurait jamais porté de jugement quant à un métier ou à un autre. La seule chose qui lui paraissait étrange était que jamais il n'aurait songé à ce qu'il y ait des fées chargées du ménage ! Chez les indiens, une telle fonction n'existait pas. Chacun entretenait sa propriété et tout le monde avait assez de savoir-vivre pour faire l'effort de garder les lieux dans un état correct. Chey tâcha alors de répondre aux diverses questions de la jeune femme à la chevelure de feu.

- Je suis un pêcheur Piccaninny et oui, je viens souvent ici. C'est ma zone de pêche préférée. Et oui, beaucoup d'indiens viennent pêcher ici. Ce point d'eau est proche de notre camp donc c'est très simple d'y venir.

Ramener le poisson au camp pouvait s'avérer une tâche ardue. En effet, s'ils allaient trop loin, les prédateurs pouvaient être alertés par l'odeur de poissons frais. Tout cela, c'était les bases de la pêche que l'on apprenait aux enfants Piccaninnys quand ils sortaient à peine de leur berceau. Leur peuple se basait beaucoup sur la pêche et ce genre de connaissance était transmise à la tribu entière.

Cheyenne apprécia l'offre de la femme : chacun poserait ses questions à tour de rôle. Elle sortit un carnet, ce qui fit sourire l'indien. Physiquement, la femme était une femme adulte. Sa peau était très pâle et ses longs cheveux roux chutaient sur des épaules frêles. Elle paraissait sûre d'elle et parlait d'une voix pleine d'assurance. C'était une belle femme, le genre de personne qui inspirait le respect et l'admiration à Cheyenne.

- Tout d'abord, j'aimerais vous poser une question simple : comment vous appelez-vous ?

Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres. Parler à une fée était une chose rare pour l'indien mais connaître personnellement l'une d'elles était un fait encore plus rarissime. Cheyenne rêvait d'en apprendre davantage sur leur peuple. Il en savait déjà un peu mais pas assez à son goût, pas assez pour satisfaire sa soif de savoir.

- Une autre question serait ... qu'est-ce que ça fait de voler ?

Chey en avait des étoiles plein les yeux. Pour une fée, cela devait être banal à souhait mais pour eux, humains lambda, voler était un rêve. L'indien se surprit à s'imaginer caressant les nuages ou disparaissant vers le soleil. Ce serait tellement merveilleux. Il acquiesça à cette pensée agréable puis attendit patiemment la réponse de la fée.



crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyJeu 22 Juin 2017 - 17:22

Initiation en terres indiennes

Les paroles de l'indien ne comblèrent pas seulement la curiosité de la fée, mais déclenchèrent également sa tempête. Bien que l'intéressant inconnu ait abreuvé une partie de sa soif de connaissance sur la culture indienne, en répondant à ses questions, il avait aussi provoqué, sans le vouloir, les foudres de la rousse. Etait-il sérieux ? La susceptible et tempêtueuse Alkëstia prit mal sa réflexion. Flamboyante laissa sa colère transparaître dans sa voix. « Eh bien non, ce n'est pas le cas ! Bien sûr, pour vous les humains, les fées ne sont bonnes qu'à être à votre service ! Créatures insignifiantes à vos yeux ! Eh bien non ! Nous ne sommes pas que des êtres insignifiants ! Nous sommes beaucoup plus que cela ! Je pensais les indiens plus futés et respectueux que le reste des humains. Je me suis peut-être fourvoyée. » La fée, devenue humaine pour un temps, pouvait ressentir différentes émotions en même temps. Ainsi, en plus de sa colère, un sentiment de doute la saisit. Cela la fit réfléchir. En quelques secondes, le fil de ses pensées défila. Peut-être qu'il n'avait pas voulu être impoli à son égard. S'était-il simplement trompé ? Alkëstia le jaugea. Il n'avait pas l'air d'avoir voulu l'offusquer. Bien au contraire, il semblait réellement croire ce qu'il avançait. La rousse, conciliante, décida de laisser le bénéfice du doute à l'indien. De plus, il n'avait pas cherché à la nuire, bien au contraire. Il l'avait averti des dangers de la noyade. Il ne pouvait pas vouloir l'insulter maintenant, ce n'était pas logique. « Je vous prie de m'excuser. Je me suis emportée. Je pense que vous avez mal compris. Je suis une fée de la Poussière, pas du ménage. D'ailleurs, cela n'existe pas. Et ce n'est d'ailleurs pas dévalorisant. C'est une tâche à respecter, car très utile, même primordiale à la bonne vie en société. Chacun est responsable de nettoyer son habitat et derrière lui dans les espaces communs ou de travail. Non, être une fée de la Poussière signifie que nous avons un lien particulier avec la Poussière de fée. En tant que fée de la Poussière, je suis rattachée à la Poussière de fée si vous préférez. » La fée lui sourit, puis l'observa. Il semblait lui aussi gagné par la curiosité. Cela plut beaucoup à la fée érudite. La connaissance était ce qu'elle préférait le plus. Rencontrer une personne, aussi curieuse qu'elle sur une culture étrangère et sur un être inconnu, était un merveilleux moment dans sa longue vie de quasi immortelle. Sachant très bien que pour rassasier leur curiosité respective, ils ne pourraient pas monopoliser la parole, la fée proposa un marché.

L'indien aux belles courbes musclées ouvrit la danse. Il demanda son identité, puis il s'enquit de la sensation de voler. Un sourire de bonheur s'étira sur les lèvres de la fée. Voler. Quelle fabuleuse sensation ! C'était sa particularité féerique favorite. D'ailleurs, elle préférait voler que marcher. Ses ailes étaient les membres anatomiques qu'elle chérissait le plus. Elle avait en horreur de les perdre ou de perdre sa capacité de voler. Devant les yeux brillants de l'indien, la fée tenta de lui décrire au mieux cette fabuleuse sensation. « Je m'appelle Alkëstia. Quant à savoir ce que cela fait de voler, je vais essayer de vous expliquer du mieux que je puisse. Je dirais que c'est indescriptible, puisqu'il faut le vivre pour savoir vraiment ce que cela procure. C'est une sensation de pure bonheur, de légèreté et de liberté totale. Voler, c'est ce qui nous fait nous sentir vivants, exister dans l'immensité de l'île. Sentir nos muscles travailler pour faire bouger nos ailes, sentir les frottements de l'air sur notre peau, entendre le bruissement des ailes, c'est définitivement ce qui nous fait exister. » Espérant avoir répondu au mieux et le plus clairement possible, en donnant sa vision toute particulière du vol, la fée se tut. Il avait eu ses réponses, tout comme Alkëstia précédemment. En y pensant, la fée se replongea dans son carnet. Elle y rajouta les dernières connaissances. Elle nota scrupuleusement que la zone de pêche était là où beaucoup d'indiens venaient pour pêcher justement. Elle nota également que cette zone de pêche se situait proche de son campement. Ainsi, elle ajouta un autre intitulé dans ses notes : Habitat. A côté de cette catégorie, Alkëstia inscrivit que les indiens vivaient dans ce qu'ils appelaient un campement. Quand elle eut terminé, elle regarda l'indien, sans daigner s'excuser. La sagesse et la connaissance étaient deux choses pour lesquelles jamais Alkëstia n'attendait ni ne s'excusait. Il avait eu sa réponse. C'était à son tour. « Et vous, comment vous nommez-vous ? » Après avoir eu sa réponse, la fée de la Poussière posa sa question. « Vous avez énoncé tout à l'heure que vous étiez un indien pêcheur Piccaninny. Est-ce que cela désigne aussi le type d'indien que vous êtes ? A quoi cela correspond-il ? C'est un grade de pêcheur ou juste un type d'indien ? Comme moi, je suis une fée de la Poussière ? Et si oui, quels sont les autres types d'indiens qui existent ? » Autant commencer par les fondamentaux, avant de partir sur une nouvelle culture avec ses us et coutumes.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyJeu 29 Juin 2017 - 20:26

Initiation en terres indiennes
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Sous ses yeux ébahis, la fée explosa. La rouquine incendia l'indien, avançant que les créatures ailées étaient bien plus que des serviteurs pour les autres. Cheyenne fronça les sourcils et entrouvrit la bouche, stupéfait de l'humeur de la femme. Tel un volcan, elle pouvait entrer en éruption en une fraction de seconde et tout dévaster sur son passage. L'homme observa donc cette rousse incendiaire poursuivre son laïus. Son visage exprima alors un tourment intérieur et elle reprit d'une voix plus calme. Cette fois, elle s'excusa. Passer de la colère au doute en si peu de temps devait être un record sur l'ascenseur émotionnel ! Chey esquissa un sourire indulgent. Ils avaient simplement été victimes de leur manque de connaissance de la culture voisine. S'il avait su de quoi retournait cette fameuse poussière, le quiproquo n'aurait pas eu lieu. De même, si la fée avait su que les indiens ignoraient tout de la poussière de fée, elle ne se serait pas vexée. Une seule technique leur permettrait de ne plus commettre la même erreur : apprendre à se connaître.

- Je comprends mieux.

Le Piccaninny avait énormément à apprendre sur les fées. Il n'en avait côtoyé qu'une seule, une demoiselle adorable qui avait pris le temps de lui parler de son peuple. Venue auprès des indiens un soir de fête, ils avaient passé plus de temps à danser autour du feu et à entonner des chants locaux plutôt qu'à faire connaissance. C'était donc l'instant où jamais de poser toutes ses questions à son interlocutrice, celle-ci proposa alors un marché : chacun poserait une question à son tour. De la sorte, tout le monde y serait gagnant.

Cheyenne découvrit son prénom, Alkëstia. Patronyme qui le laissa rêveur, il n'avait jamais entendu un nom ressemblant à celui-là. Elle tenta alors de lui décrire les sensations éprouvées durant le vol, l'indien affichait un large sourire, tentant de s'imaginer ce récit. Malheureusement, rien ne lui permettait de se familiariser avec cette impression. Sauf peut-être la baignade. En un sens, dans l'eau, il était comme dans les airs. Malgré tout, la sensation devait être différente. Cheyenne y songeait encore quand Alkëstia commença à prendre des notes. Cette fée était décidément pleine de surprises ! C'était désormais à son tour de le questionner.

- Je m'appelle Cheyenne Inooké.

Il réfléchit un instant à sa question suivante, légèrement plus complexe. En soi, chaque indien avait son rôle mais en même temps, tous s'équivalaient et tous formaient un énorme ensemble équilibré et naturel. Ce concept restait difficile à exprimer mais le Piccaninny le tenterait tout de même.

- Dans notre tribu, nous avons tous notre rôle à jouer. Je suis pêcheur, d'autres sont cueilleurs ou encore éleveurs ou couturier. Nous apportons chacun à notre façon, notre contribution à la tribu. A tout moment, nous pouvons changer de rôle et décider de nous rendre utiles autrement. Un pêcheur peut devenir chasseur s'il le souhaite. La simple nécessité reste d'être utile à la tribu.

Ce n'était pas forcément très courant de changer de rôle. Après tout, maîtriser une discipline n'était pas chose aisée et l'échanger contre une autre en cours de route pouvait être extrêmement complexe. Cependant, les aléas de la vie faisaient que parfois, un indien devait s'adapter. Personne n'était forcé à rien, chacun devait intervenir dans la ronde naturelle à sa façon. Chey estimait avoir plutôt bien exprimé les préceptes des Piccaninnys. C'était donc à lui de poser une question.

- Êtes-vous mariée et mère de famille ?

Il fronça les sourcils, pensif. Les fées étaient tellement mystérieuses ! Avaient-elles, elles aussi, leur petite vie personnelle quand elles rentraient à la maison le soir ? Vivaient-elles en famille, en couple, en solitaire ? Cheyenne se posait milles-et-une questions. Il réalisa alors qu'il venait de poser une question extrêmement privée à une femme dont il ne savait rien. Aussitôt, l'homme rectifia son interrogation :

- Enfin, je veux dire ... est-ce que le mariage existe chez les fées ?

Voilà qui était probablement bien plus respectueux envers la rouquine.

crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne EmptyJeu 13 Juil 2017 - 19:00

Initiation en terres indiennes

Cheyenne Inooké. C'était aussi agréable à écrire qu'à entendre. La fée inscrivit dans son carnet l'identité donnée par l'indien. Elle ne voulait pas rendre les choses personnelles ou mettre en valeur un indien plus qu'un autre. Cependant, elle sentait qu'il était un indien différent. Pourquoi ? Elle n'en savait rien. Être une humaine réservait bien des surprises. Son esprit logique lui indiqua que de cette façon, elle pourrait plus facilement le retrouver. De cette façon, si de retour à Pixie Hollow, d'autres questions lui venaient sur les indiens, elle saurait à qui s'adresser pour étancher sa soif de connaissance. Elle sentait qu'avec lui, son savoir ne se tarirait pas, mais prendrait de l'ampleur.

Avec une rapidité saisissante, la fée inscrivit les informations données par l'indien. La fée avait des siècles de pratique de l'écriture. Elle écrivait vite et bien. Bien qu'étant humaine, cela ne changeait rien. Son carnet et son crayon étaient adaptés à sa nouvelle taille. Le crayon glissa sur le papier et les lignes se tracèrent, pour former les mots des différentes professions données par l'indien. Un furtif sourire se dessina sur les lèvres de la rousse à l'évocation du métier de couturier. Elle avait pensée à son amie, Mélusine. Cette ancienne enfant perdue était maintenant devenue une natif couturière.

Alkëstia rapportait par écrit les nouvelles connaissances. Elle ne put s'empêcher de penser que les indiens fonctionnaient de la même façon que la communauté féerique. Chaque individu contribuait au collectif. Chacun avait son rôle et permettait à la communauté de fonctionner en harmonie. C'était une machine bien huilée. Alkëstia avait jadis appris l'existence de l'apparition de la communauté indienne, il y a maintenant plus de neuf siècles. Elle savait qu''ils étaient une communauté bien plus jeune que celles des fées. Pourtant, ils semblaient s'être bien organisés, pour des humains. Ce n'était pas le cas de tout le monde. Du moins, c'était l'impression de la fée de la Poussière. Elle trouvait les pirates désorganisés et inhumains. Quant aux natifs, elle n'avait pas encore compris leur organisation. Cela lui semblait anarchique.

Lorsqu'Alkëstia eut terminé son travail de scribe, Cheyenne posa sa question. La surprise marqua les fins traits de son visage. Mariée ? Qu'est-ce donc que cela ? Qu'était donc cette notion de mariage ? Soudain, elle se rappela. Mélusine lui en avait parlé, il y a quelques temps. Un mariage avait été célébré en ville et ignorant la notion, la rousse avait demandé à la blonde. Quant à la notion de mère de famille, elle avait compris. De toute évidence, l'indien ignorait comment naissaient les fées. La rousse fut heureuse d'apporter son savoir sur la question. Elle ne se vexa pas de la curiosité de Cheyenne. « Non, je ne suis pas mariée. Il n'y a pas de mariage chez les fées. Quant au rôle de mère, la réponse est également négative. Disons que nous n'avons pas de parents ou d'enfants. Je sais que cela peut être difficile à concevoir pour un humain. En fait, nous ne naissons pas comme les autres êtres vivants peuplant l'île. Les fées naissent depuis la nuit des temps d'un rire d'enfant. Toutes les fées, du moins les toutes premières, sont nées du même rire, celui du premier bébé. Ensuite, dès qu'une fée meurt, une autre née au Saule Sacré. Ainsi, notre nombre reste inchangé. L'équilibre est maintenu. Je ne suis pas issue de la première génération, si nous pouvons appeler cela des générations. Je ne suis pas née à la création de l'île, mais en l'an de grâce 1230, donc il y a de cela cinq cents ans. » Alkëstia plongea son regard émeraude dans celui chocolat de l'indien. Une question la tarauda. « Et vous, Cheyenne, quel âge avez-vous ? »

Après avoir eu sa réponse, le regard de la fée tomba sur l'étendue bleutée, qui lui lançait un appel. Alkëstia aimait expérimenter de nouvelles choses. Il le fallait pour que son esprit de s'ennuie pas. Et puis, il fallait varier les plaisirs. « Savez-vous nager ? Et si oui, pourriez-vous m'apprendre ? Tout en continuant les questions, bien sûr. » La fée pouvait être perçue pour une personne passant du coq à l'âne, mais ce n'était pas le cas pour elle. Elle se laissait guider par le fil de ses pensées. Et ce dernier venait de lui rappeler qu'elle n'avait pas pu expérimenter le corps humain au contact de l'eau. La dernière fois qu'elle avait voulu le faire, à Crocodile Creek, elle avait entendu des pirates. Elle s'était enfuie, lui permettant des retrouvailles avec Raygon. L'expérimentation était passée à la trappe. Ainsi, aujourd'hui était un nouveau jour pour l'expérimentation. Alkëstia se prépara et rangea son carnet. Elle ne pourrait décemment plus consigner les savoirs dans son carnet, mais sa mémoire prendrait le relais. Elle le compléterait en rentrant chez elle.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty
Message Sujet: Re: Initiation en terres indiennes - Cheyenne Initiation en terres indiennes - Cheyenne Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Initiation en terres indiennes - Cheyenne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-