AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Cutting away every single thorn (Rosemary & Anne)
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Cutting away every single thorn (Rosemary & Anne) Empty
Message Sujet: Cutting away every single thorn (Rosemary & Anne) Cutting away every single thorn (Rosemary & Anne) EmptyMer 31 Mai 2017 - 12:04


Cutting away every single thorn

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Rosemary & Anne


En ces temps de doute et après de nombreuses histoire survenues ces derniers temps, certains pirates devaient d’autant plus prendre garde à leurs arrières. Les rumeurs courant les moindres recoins de cette île avaient été claires concernant Silver et le Walrus : ils n’étaient pas la bienvenue parce que Crochet l’avait décrété. Ce crétin faisait office de roi semblerait il, lui qui avait mis fin au pouvoir de Barbe Noire, il avait non seulement profité des idées contre lui et voilà qu’il ramassait les miettes de son œuvre. Les pirates ont toujours été des gens naïfs, corrompus, ne se ralliant que dans le camp où « il y a le plus de monde » ; des lâches, des profiteurs. Et forcément l’on craignait Crochet tout comme l’on avait craint Barbe Noire alors pour la prospérité le mouvement principal était en faveur de ce manchot et non pas aux opposants tels que Silver ou Delendar. Ces conflits de politique emmerdaient profondément Anne qui subissait les contrecoups à chaque fois qu’elle déambulait dans les rues de One-Eyed-Willy ou ici de Blindman’s Bluff. Elle ne comptait plus les tentatives d’assassinat et n’était pas non plus surprise de savoir que sa tête avait été mise à prix. Encore une fois coincée dans un coin quand la nuit avait obscurci les ruelles, Anne tenta de se défaire de l’emprise de ces trois hommes qui lui avaient mis le couteau sous la gorge. Enfin…deux, pas trois, car l’un d’entre eux avait déjà trouvé la mort alors qu’elle lui avait sauvagement tordu le cou. Elle se fit passer à savon, des coups dans le visage, dans le ventre, le dos et les jambes jusqu’à ce qu’elle s’écroule ; car il était bien connu qu’il était plus divertissant de jouer d’abord avec sa proie avant de l’achever.

« Alors Bonny ? On fait moins la maline hein ? »

Le second lui retira son chapeau pour le mettre sur sa propre tête, faisant mine de prendre des poses nonchalantes – grotesque.

«  Hey regarde Budd, qui j’imite là ? » Fit-il fier de sa blague.
« Ah ouais dis donc, il te manque ses tifs attends. »

Agrippant la crinière flamboyante de l’irlandaise dans le but de les couper sec, Anne serra les dents à cause de la douleur s’imprimant dans ses racines. Mais à cause de son état, il avait sous-estimé la force de caractère d’Anne qui très vite prit appui pour se redresser et d’un geste lui déroba son couteau pour le lui planter dans la tempe. L’autre, sous le choc, observa le visage éclaboussé de sang de la jeune femme.

Les injures à son encontre furent les derniers mots qu’il prononça.

Nullement au plus mal, mais pas au meilleur de sa forme non plus, Anne se fit boitillante sur les premiers pas. Elle essuya d’un revers de manche le sang qui tâchait son visage et le sien qui coulait au coin de ses lèvres. Un homme qui la croisa à ce moment là fit un bon de stupeur de côté, ayant sans doute cru voir un monstre du folklore dans ses pensées imbibées d’ivresse. Anne n’était toujours pas vaincue et continuait son chemin comme si de rien était. Avant d’avoir été interrompue, son but avait été le bordel, car elle avait la gérante à voir afin de lui demander des informations. Quelques pas de plus, la rue déboucha sur une petite place animée et bien éclairée. Le bâtiment avait toujours du succès, même en temps de crise, et il n’y avait pas meilleur trafic d’informations qu’on se faisait sur la naïveté, justement, des pirates. Rosermary était sans doute la femme la plus intelligente de l’île pour avoir su l’exploiter tout en s’assurant de solides fondations. Il valait bien mieux l’avoir dans son camp et très peu l’avaient compris en fin de compte. Elle en jouait et récoltait le maximum de bénéfices. Le Walrus était allié, Anne avait réussi à gagner la confiance de la gérante et parfois revenait en chercher. La pirate entra, son entrée ne se fit qu’à peine remarquer qu’elle s’enfonçait déjà dans le petit couloir.

Ici on la connaissait plus ou moins, tout comme le reste de l’île d’ailleurs ; Anne Bonny était une figure parmi d’autres qui se foutait éperdument de ce que l’on pouvait penser d’elle. Rares étaient ceux qui avaient le privilège de connaitre sa personnalité à part entière. Elle était cette femme constamment en colère, sanguinaire, solitaire mais surtout loyale qu’aux plus méritants à ses yeux. Jusque là, c’était Silver qui avait son dévouement le plus total et puisque Silver était assez apprécié, alors Anne ne posait plus réellement de problème. Les gens se contentaient de la regarder passer d’un air curieux, se demandant sans doute ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Et, dans cet établissement, elle semblait susciter bien plus de curiosité qu’habituellement. Anne n’était pas habituée à ce qu’on lui sourit, elle savait que c’était le métier de ces dames de bien paraitre mais là, ça la gênait. Progressant entre les silhouettes presque dénudées, les joues empourprées, Anne essayait de ne pas croiser leur regard. Quelques unes s’étaient aventurées à glisser une main dans ses mèches rousses, sur son épaule qui à chaque fois lui provoquaient des spasmes de surprise ; elles avaient sans doute remarqué qu’elle avait pris des coups, c’était la seule explication qu’elle trouvait à susciter l’intérêt. C’était dérangeant, pour la simple et bonne raison qu’elle se sentait ici en position de faiblesse et que parfois elle s’était imaginée se laisser aller entre les bras de certaines d’entre elles sans vraiment en avoir conscience. Une idée qui lui avait plu et qui avait radicalement changé sa manière de se comporter avec les femmes.

Autrefois, elle les avait haït, parce qu’elle refusait qu’elles se complaisent dans leur soumission face aux hommes alors qu’elle avait bien réussi à s’en défaire. Aujourd’hui elle ne voyait plus tellement les choses de la même façon, à vrai dire elle ignorait encore comment les voir et ne savait plus comment se comporter. Tant qu’elle ne comprendrait pas, elle ferait en sorte de les éviter au plus possible, de contrôler les frissons sous-jacents qui la traversaient parfois.

« Je viens voir Rosemary. »

Sa voix s’était faite grave et sèche, la jeune femme qui lui faisait face lui adressa un sourire tout en entortillant ses boucles dorées autour de son index et la laissa entrer dans un salon qu’elle connaissait bien. Il y avait quelques hommes avec leurs compagnes d’un soir sur les genoux, certains venaient à deux, discuter et simplement se réjouir d’avoir une poitrine à ploter, d’autres étaient là dans un seul but. Anne se posta dans un coin plutôt isolé, elle allait devoir attendre que Rosemary vienne la retrouver, son chapeau légèrement plus avancé sur le dessus de sa tête faisait de l’ombre à son regard et alors l’on voyait qu’à peine son visage.








Revenir en haut Aller en bas
 

Cutting away every single thorn (Rosemary & Anne)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-