AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Don't leave me high, don't leave me dry - Cha
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyJeu 5 Jan 2017 - 14:17

Don't leave me high, don't leave me dry
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Sa cuillère de bois retomba sur le bord de la vieille marmite. Le repas s'était bien déroulé, le Jolly Roger s'apprêtait à amarrer au port de Blindman's Bluff et Jud ne pensait qu'à une seule chose : retrouver sa belle indienne dans la forêt des jeux. En mer, il avait été d'une humeur exécrable si bien que plus aucun matelot n'avait mis le pied dans la cuisine excepté ceux qui y travaillaient. Jud s'était montré particulièrement insupportable, balançant des couteaux dans les portes à ceux qui osaient venir critiquer ses plats. Le coq ne se laissait pas mener par le bout du nez et savait que sa cuisine était un délice mais certains s'amusaient à lui chercher des noises. Cette fois pourtant, aucun n'avait tenté le coup. Brusquement, un puissant remous leur signala qu'ils étaient arrivés à bon port. Jud ôta son tablier crasseux et s'empressa de quitter les lieux.

Au-dehors, c'était l'effervescence. Les pirates préparaient le navire pour qu'ils séjournent au port quelques jours. Certains rêvaient déjà aux bras réconfortants des prostituées de l'Excès d'Arum tandis que d'autres sentaient déjà le goût de leur bonne pinte sur leurs lèvres sèches. Jud alla donner un coup de main à son ami d'enfance Vlad pour qu'ils achèvent leur besogne. Son meilleur ami était la seule personne au courant du jeu dangereux auquel jouait Jud. Si l'équipage du Jolly apprenait qu'il entretenait une liaison avec une indienne, ils feraient probablement subir les pires sévices au coq et s'en amuserait beaucoup. Vlad le soutenait envers et contre tous. Il lui aurait même servi d'alibi volontiers si le coq lui en avait laissé l'occasion. Jud préférait cependant ne pas impliquer son ami au cas où les choses tourneraient mal.

Il attendit que quelques pirates aient quitté le navire, ne se précipitant pas pour ne pas alarmer les soupçons. Quand un nombre satisfaisant de matelots fut descendu, Jud attrapa Vlad et le poussa négligemment vers le port. Les deux jeunes hommes se bousculèrent en ricanant jusqu'à arriver en ville. L'un prit le chemin de la taverne tandis que l'autre continuait sa route. Le forban s'élança, direction la forêt des jeux. Il avait prévenu Cha'kwaina discrètement par lettre qu'il y serait ce jour-là précisément mais n'avait pas pu lui donner d'heure exacte puisque le Jolly Roger et son équipage n'étaient pas prévisibles. Jud décida de s'arrêter en chemin, il ne pouvait et ne voulait pas arriver face à la belle crasseux comme il l'était actuellement. Les voyages en mer n'étaient pas des séjours luxueux, tout confort y était absent et l'hygiène restait parfois douteuse. Le pirate trouva donc un petit point d'eau et se déshabilla entièrement avant de plonger. Il se frictionna tout le corps longuement pour enlever la crasse de son voyage puis attira ses vêtements sous l'eau pour les frotter à leur tour et tenter d'en retirer les tâches de sang qui y trônaient. Quand il sortit, Jud se sentait déjà mieux et avait l'impression d'être plus présentable.

Rhabillé et plus frais que jamais, Jud reprit sa route. Ils avaient convenu de la forêt des jeux comme lieu de rendez-vous car cet endroit était peu fréquenté par les pirates et les indiens. C'était un territoire plutôt parfait pour eux, leurs proches ne risquant pas trop de venir les y surprendre. L'homme continua à avancer durant encore un long moment jusqu'à arriver aux abords de ce petit village sans nom dans la forêt des jeux. Jud repéra une maison abandonnée dont la porte tenait difficilement dans ses gonds. Ce ne serait pas le nid d'amour idéal mais ça devrait malheureusement leur suffire. Le pirate alla s'installer sur les marches, s'asseyant sur la dernière et attendant patiemment que sa belle Cha'kwaina n'apparaisse. Patienter n'était clairement pas son fort alors, il décida de jouer avec sa dague en attendant. Elle glissa dans sa paume, entre ses doigts puis sur le dos de sa main. Un bruit lui fit tourner la tête et son arme tomba au sol tandis qu'il relevait les yeux ...
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyMer 25 Jan 2017 - 15:59

Don't leave me high, don't leave me dry

Comment est-ce possible de s'épprendre aussi rapidement d'une personne, surtout lorsque cette dernière est notre parfait opposé ? Lorsque cette personne devrait être l'ennemi juré ? C'est une question qu'elle s'est posée à maintes reprises, depuis la dernière fois qu'elle a vu Jud, la peau rouge. Quelques paroles, quelques regards et quelque chose a changé en elle. Des sensations oubliées depuis des années ont refait surface et elle s'y accroche. Elle devrait sans doute tourner les talons et mettre une croix sur les sentiments qui naissent en elle, mais elle ne le veut pas. Elle a conscience du jeu dangereux auquel elle joue, mais on lui a déjà dit de laisser parler son coeur, de laisser ses horizons ouverts. Son époux est mort et elle croyait impossible de renouer ainsi avec un homme, mais elle se rend compte que ce n'est pas aussi impossible qu'elle le croyait. Certes, lorsqu'on lui disait qu'elle finirait pas trouver quelqu'un d'autre, on ne parlait en aucun cas d'un pirate. Mais les esprits ont mis cet homme sur sa route, ils ont décidés qu'il ferait battre son coeur endormi, ce n'est pas sans raison. Après la noirceur, ils lui offrent un peu de lumière, un peu de bonheur, alors pourquoi le rejeter ? Le bonheur sera peut-être éphémère, mais elle veut courir cette chance, Cha'kwaina. Il y a quelques temps, lorsqu'elle est tombée malade, elle a décidée qu'elle allait vivre, qu'elle allait profiter de la vie. Elle ne peut pas le jeter aux oubliettes pour des si et des peut-être. Elle a besoin d'approfondir cette relation, de voir où ça la mènera, peu importe ce qui lui en coûtera, peu importe le mal qui pourrait lui arriver.

Elle est fébrile, l'indienne, alors qu'elle s'aventure vers la forêt des jeux. Elle est attentive à la nature qui l'entoure, au moindre son qu'elle entend. Elle s'assure de ne pas être suivie. Au campement, certains ont encore des doutes au sujet de la brune. Et si elle avait aidé le pirate à s'enfuir ? Elle a démentie les rumeurs, elle a même donnée sa parole, mais quelques-uns continuent à douter d'elle. Cha'kwaina, elle veille donc à ce que personne ne la suive. Heureusement, elle a toujours aimée s'éloigner de la réserve, l'indienne, ce n'est donc pas nouveau pour elle. La voir s'éloigner des siens n'étonne donc personne et n'élève aucun soupçon.

Après de longues et interminables minutes de marche, le petit village se dessine enfin sous ses yeux. Elle étire un léger sourire, tout en s'y aventurant d'un pas calme et léger. Jud n'est peut-être pas encore arrivé, mais son regard cherche sa silhouette sans attendre. Quelques instants plus tard, elle l'aperçoit enfin, assit sur les marches d'une maisonnette. Il fait danser sa dague entre ses mains, mais alors qu'elle s'approche, Cha'kwaina, il tourne la tête vers elle et l'arme chute sur le sol. Son regard entre en contact avec le sien et son coeur se serre dans sa poitrine. Ce pourrait-il qu'il lui ait manqué plus qu'elle se l'était elle-même avouée ? Il semblerait que oui... Elle étire un sourire, la brune. « Jud. » Elle s'approche, alors que lui se remet sur ses deux pieds, le regard rivé sur elle. Sans attendre, elle vient se réfugier dans ses bras, lieu rassurant où elle se sent étrangement en sécurité, bien que selon toute logique, elle ne le devrait pas. Mais la logique, il n'y en a plus, depuis l'instant où elle est venue le remercier ce jour-là, dans la forêt. La logique, elle ne souhaite pas la suivre, voilà tout. Elle l'étreint un instant, la guérisseuse, avant de se hisser sur la pointe des pieds et de poser ses lèvres contre les siennes, tout en nouant ses bras autour de son cou. Cette étreinte, ce baiser, elle en a besoin, la peau rouge.


Dernière édition par Cha'kwaina Ohiyesa le Mar 4 Avr 2017 - 22:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyDim 26 Fév 2017 - 17:11

Don't leave me high, don't leave me dry
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Elle était là, sa belle indienne. Sa silhouette svelte se dessinait entre les arbres de la forêt des jeux, sur son visage apparut un sourire dès qu'elle l'aperçut. Jud se sentit soudain comblé, sentant le corps de la demoiselle venir se presser contre le sien. L'étreinte fut brève car déjà, leurs lèvres se retrouvaient pour sceller la réunion. Le pirate enlaça sa belle et lui caressa le visage en prolongeant le baiser, ne reculant sa bouche que lorsqu'il manqua d'air. Il daigna alors se reculer d'un pas, tenant toujours une main de Cha'kwaina dans la sienne. Ils ne s'étaient pas vus depuis plusieurs jours et la belle indienne lui avait cruellement manqué. C'était assez inattendu et inédit pour Jud de ressentir un attachement quelconque envers une personne. C'était aussi effrayant, en un sens mais le forban s'arrangeait pour outrepasser ses appréhensions.

- Tu vas bien ? Tu n'as pas eu trop de mal à t'éclipser ?

Les indiens étaient très soudés, très proches les uns des autres. Leur communauté reposait sur l'entraide, le partage et l'effort collectif. Autrement dit, s'éloigner du groupe devait parfois être délicat. Pour Jud, un pirate parmi tant d'autres, il n'y avait rien de plus simple que de se faufiler hors du lot. A vrai dire, la piraterie est un monde bien solitaire où chacun fait ce qu'il veut. Le loup de mer n'avait donc pas trop de problèmes à partir de son côté sans en informer personne. Seul son capitaine aurait pu lui demander des comptes et honnêtement, tout le monde se foutait pas mal de ce que les autres faisaient durant leur temps libre ! Enfin ... presque ! Car si quelqu'un découvrait que Jud côtoyait une indienne et que leur relation dépassait largement la simple entente cordiale, les choses risquaient de changer atrocement pour lui.

Pour l'heure, Jud refusait de songer pour la millième fois à tout ça ! Il ne voyait que Cha'kwaina, ses grands yeux étincelants, ses belles lèvres roses, sa douce peau halée. L'homme ne se lassait pas de caresser ses bras et de l'embrasser. Ils avaient enfin trouvé un lieu secret, hors du temps et des zones de guerre, où ils pourraient être un couple presque normal. D'ailleurs, Jud lâcha la paume de l'indienne et recula d'un pas avant d'écarter les bras en lui montrant cette espèce de vieille bicoque délabrée qui leur servirait de refuge et nid d'amour.

- TADAM !

Un large sourire éclairait son visage, Jud n'avait malheureusement pas mieux à offrir à sa belle dans l'immédiat. Ce vieux tas de bois était le nid douillet le plus acceptable qu'il ait trouvé dans les environs. Le pirate pouffa de rire et haussa vaguement les épaules puis revint près de Cha, il se posta dans son dos et l'entoura de ses bras, prenant ses mains et venant poser sa tête sur son épaule, juste à côté de celle de la demoiselle.

- Ferme les yeux et imagine ... on pourrait nettoyer un peu et bricoler quelques petits trucs par-ci par-là. Ce serait comme une cabane, je suis sûr que tous les deux, on peut rendre cet endroit agréable.

Jud se foutait pas mal de l'endroit où il retrouvait Cha'kwaina, tant que l'indienne était présente, ça lui allait très bien ! Mais le pirate refusait de voir sa belle dans un taudis minable, entre des restes de dîner de rats et des morceaux de bois à moitié rongés par la moisissure. Certes, leur relation clandestine compliquait les choses mais le forban voulait mieux pour sa Piccaninny. Jud se voyait déjà effectuant quelques travaux sommaires dans cette bicoque pour la rendre plus appréciable, en faire un vrai nid douillet.

- Je sais que ce n'est pas toujours simple pour toi de t'éclipser mais moi, je peux venir plus souvent. Je ferai quelques améliorations et dans peu de temps, on pourra s'y poser tranquillement.

En attendant, ils devaient surtout s'armer de patience et d'imagination ...

- Qu'est-ce que tu en penses ?
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyMar 4 Avr 2017 - 23:58

Don't leave me high, don't leave me dry

Depuis sa rencontre avec le loup de mer, elle ressent une kyrielle de sentiments qu'elle n'a pas ressentie depuis un très long moment, la peau rouge. Le coeur qui tambourine contre la poitrine à toute vitesse à la simple vue de son visage, les papillons dans le ventre, le sourire qui s'affiche sur ses lèvres, sans même en avoir le contrôle... Voilà des sensations qu'elle aurait presque pu oublier, Cha'kwaina, si Jud n'était pas entré dans sa vie de façon si inattendue. Elle ne devrait peut-être pas, mais elle s'accroche à ces sentiments, la brune, sans doute plus qu'elle ne le voudrait. Cha'kwaina, c'est une passionnée, une émotive, qui se laisse dicter par ses sentiments, ses ressentis et ce qu'elle ressent présentement, c'est quelque chose de beau, quelque chose de puissant et d'unique... quelque chose qui pourrait finir par la blesser, encore plus qu'elle l'a déjà été. Mais profiter de la vie, c'est ce dont elle a besoin, car elle sait que du jour au lendemain, le rêve peut devenir cauchemar, la vie peut s'éteindre... Elle ne sait pas combien de temps elle vivra, l'indienne, mais parfois, elle a l'impression que ça vie sera de courte durée... Un jour, sa maladie prendra le dessus et elle n'y pourra rien. C'est donc aujourd'hui qu'elle doit profiter de la vie, qu'importe ce qui pourra lui en coûter, si elle commet une erreur. Elle fonce tête baissée dans cette relation atypique, oubliant tous les mauvais côtés qui pourraient en ressortir à un moment ou un autre.

Son corps contre le sien, ses lèvres collées aux siennes, c'est quelque chose qui lui semble tout à fait naturel. Même si c'est nouveau, c'est l'endroit où elle se sent la plus à l'aise. Son bras qui l'enlace, sa main qui caresse son visage, ce sont des gestes qui l'apaise, des gestes dont elle a besoin. Son visage recule du sien et elle esquisse un sourire, tout en observant son visage, ses yeux d'un bleu clair et perçant. « Tu vas bien ? Tu n'as pas eu trop de mal à t'éclipser ? » Elle secoue légèrement la tête, Cha'kwaina, non, elle n'a pas eu de mal du tout à s'éclipser et même si ç'avait été une tâche difficile, elle y serait parvenue. Le beau brun lui a manqué, vraiment manqué, il aurait été hors de question qu'elle lui fasse faux-bond et qu'il croit qu'elle ne ressent rien pour lui. Elle aurait trouvé un moyen de venir ici, même si on lui aurait mis des bâtons dans les roues. « Ça va. Je réussie toujours à m'éclipser. » À nouveau, elle esquisse un sourire. Sa main se détache de la sienne et il recule d'un pas, écartant les bras tout en lui montrant une petite et vieille maison délabrée. « TADAM ! » Il pouffe ensuite de rire, avant d'hausser légèrement les épaules, alors qu'elle laisse échapper un rire à son tour. Il revient ensuite vers elle, se postant dans son dos et l'entourant de ses bras.

Prenant ses mains dans les siennes, il vient poser son menton sur son épaule, son visage juste à côté du sien. Tournant légèrement la tête vers lui, elle sourit. « Ferme les yeux et imagine... on pourrait nettoyer un peu et bricoler quelques petits trucs par-ci par-là. Ce serait comme une cabane, je suis sûr que tous les deux, on peut rendre cet endroit agréable. » Les yeux fermer, elle tente de visualiser et elle parvient plutôt bien. Mais honnêtement, elle se fiche bien de l'endroit où elle se trouve, tant et aussi longtemps qu'il est là, à ses côtés. Par contre, elle comprend le principe et il est vrai que l'endroit pourrait être plus agréable s'ils y mettaient leurs touches personnelles. Les yeux toujours clos, elle sourit.

« Je sais que ce n'est pas toujours simple pour toi de t'éclipser, mais moi, je peux venir plus souvent. Je ferai quelques améliorations et dans peu de temps, on pourra s'y poser tranquillement... Qu'est-ce que tu en penses ? » Elle ouvre les yeux, la brune et pose à nouveau ses iris sur son visage, un léger sourire toujours présent sur ses lèvres. « Honnêtement, le simple principe d'être avec toi, peu importe où, me satisferait... mais avoir un endroit juste à nous, c'est une idée qui me plaît. Je veux bien qu'on nettoie et qu'on y apporte notre touche personnelle. » Doucement, elle se détache de lui, tout en gardant une de ses mains dans la sienne puis elle l'entraîne à l'intérieur de la petite maison. Ses yeux observent l'endroit, c'est petit et abandonné depuis longtemps, mais ce n'est pas une cause perdue. Jud a raison, avec un peu d'amour, c'est endroit pourrait devenir leur refuge secret, là où personne ne viendrait les déranger. Elle s'approche d'une petite table, la brune et laisse un de ses doigts parcourir le bois, un instant. « Tu as raison, un petit ménage ne pourrait pas faire de tort. » Elle étire un sourire, tout en observant son doigt couvert de poussière, avant de l'essuyer contre un pan de sa robe. Elle tourne ensuite sur elle-même, observant la pièce, tentant d'imaginer ce qu'ils pourraient en faire.

« Je pense même que ça pourrait devenir joli, avec un peu d'amour. » Doucement, elle revient vers lui, nouant à nouveau ses bras autour de son cou et plongeant son regard dans le sien, beaucoup plus pâle. « J'essaierai de m'évader le plus souvent possible et on pourra donner une seconde chance à cet endroit. » Elle étire un énième sourire, la brune, avant de déposer un simple baiser sur ses lèvres. Cet endroit pourrait être l'endroit idéal pour se poser, à défaut de mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyLun 22 Mai 2017 - 20:10

Don't leave me high, don't leave me dry
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


Être là avec elle, c'est tout ce dont il a envie. Et quelques secondes, ça l'effraie. Avant Cha, aucune femme ne lui avait donné envie de se poser, de tout quitter pour adopter une vie rangée. Aujourd'hui, il s'imaginerait presque renonçant à son existence de forban si elle le lui demandait. Cette emprise sur lui était effrayante car toute nouvelle et mal définie. L'homme n'y pensait heureusement pas beaucoup, trop content de retrouver sa belle et de partager un moment avec elle. Il vint se poser dans son dos et tenta de lui décrire la cabane telle que lui la voyait, dans un futur proche. Cha'kwaina y mit du sien et se projeta dans l'avenir, tentant de visualiser ce qu'il lui disait. Visiblement, elle y parvint sans trop de mal. Elle aussi, souhaitait simplement être auprès de lui.

Cha passa un doigt sur la table et constata que les lieux étaient à l'abandon depuis des lustres. La poussière avait élu domicile dans cette cabane vétuste et sans doute devraient-ils nettoyer tel un mousse astiquant les lattes d'un navire échoué. Jud n'y voyait pas d'inconvénients, c'était pour la bonne cause alors il s'y mettrait sans rechigner. Cha imaginait aussi que l'endroit pouvait devenir agréable, s'ils y investissaient du temps et de la volonté. Jud acquiesça du menton, totalement d'accord. L'indienne prévoyait de revenir ici de temps en temps et bien qu'il aurait dû refuser, lui assurer qu'elle serait plus en sécurité au sein de son camp, la perspective de la croiser par hasard prenait le dessus.

- Tu feras attention en venant ... la forêt peut être hostile.

Jud réalisa ce qu'il venait de dire. Hostile, cette forêt l'était pour un pirate. Car dans le coin, personne n'aime les loups de mer. Pour une indienne, c'était beaucoup plus naturel. Mais tout de même, Cha devait se méfier en errant seule parmi ces bois. Les créatures sauvages pouvaient toujours rôder ... Jud lui prit la main et l'emmena vers les escaliers, ils les gravirent prudemment car après tout, ils ignoraient si le bois tiendrait le coup sous leur poids. Heureusement, rien ne craqua, rien en se brisa et ils arrivèrent à l'étage qui ne comportait qu'une seule pièce où était empilé un vieux matelas très, très vieux et usé.

- Hmm ... mauvais plan.

Le forban avait déjà dormi sur bien pire ! Les lattes froides et crasseuses du navire sur lequel il était mousse à l'époque, par exemple. Mais Cha'kwaina méritait mieux qu'un tas de tissus sales et recouverts d'insectes. Jud s'occuperait de ça plus tard. Il se tourna vers la demoiselle et l'observa en souriant.

- Tu as déjà dormi dans une maison ? Je veux dire ... dans autre chose qu'un tipi ?

Question stupide mais en même temps, Jud cherchait aussi par là à savoir si Cha'kwaina avait eu des amis, voire des amants, qui n'étaient pas indiens. C'était plus rare mais rien n'était impossible ! Cha étant une jeune femme à l'esprit plutôt ouvert, il était possible qu'elle ait déjà eu une histoire avec un non-Piccaninny.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyLun 12 Juin 2017 - 17:45

Don't leave me high, don't leave me dry

Elle a déjà connu un endroit plus propre que celui-ci, la brune, un endroit mieux entretenu... mais à quoi s'attendre de plus dans un lieu abandonné depuis des années ? Elle s'en fiche, cependant, Cha'kwaina, l'endroit n'est pas une cause perdu et elle est prête à y mettre du coeur, si c'est pour y retrouver l'homme aux yeux couleur ciel. Après tout, elle a toujours vécue dans de petits tipis, plus propres, certes, alors cet endroit lui suffira amplement, lorsqu'il aura été nettoyé. Elle pourra s'évader du campement des siens, la brunette et elle pourra venir y faire un peu de ménage. « Tu feras attention en venant ... la forêt peut être hostile. » Elle remue légèrement la tête, Cha'kwaina, esquissant un sourire. Oui, elle fera très attention, bien que la forêt ne soit pas réellement hostile pour elle. Les bois sont sa demeure, son terrain de jeux... mais on ne sait jamais quel danger peut y rôder... Jud, il n'est peut-être pas le seul forban à s'y aventurer. « Ne t'inquiète surtout pas pour moi, je serai prudente. » Sans doute qu'il se doute de son insouciance, de sa trop grande ouverture d'esprit et que c'est ce qui l'inquiète...

Il prend sa main, le brun et l'entraîne vers les escaliers qu'ils montent d'un pas prudent. Heureusement pour eux, les vieilles planches de bois ne cèdent pas sous leur poid et ils atteignent l'étage, face à... ce qui semble être un vieux matelas usé par le temps et l'abandon. À quoi elle préfèrerait dormir à même le plancher, qu'il lui semble étonnamment plus propre. « Hmm... Mauvais plan. » Elle étire un sourire lorsqu'il se retourne vers elle, le loup de mer. Sur ça, elle est bien d'accord, la Piccaninny. Mais maintenant, ils savent ce qui les attend... Tout le ménage et les corrections qu'ils devront apporter à cette cabane pour qu'elle soit habitable, le temps de leurs retrouvailles... « Tu as déjà dormi dans une maison ? Je veux dire... dans autre chose qu'un tipi ? » À ces mots, elle secoue légèrement la tête, l'indienne. Non, jamais. À vrai dire, elle n'a tout simplement jamais mis les pieds dans une vraie maison. Cette cabane, aussi petite soit-elle, c'est nouveau pour elle. « Non. Je n'ai connu que nos tipis et le ciel étoilé. Je n'ai même jamais posés les pieds dans une vraie maison comme celles que l'on voit dans la cité. » Elle est plutôt aventurière, la brunette, mais elle ne s'est jamais vraiment aventurée en ville, Cha'kwaina, préférant rester dans la forêt et loin des peaux blanches. Tout ça, malgré sa grande ouverture d'esprit et son insouciance. Par prudence, sans doute...

« Et si on redescendait et qu'on allait se balader un peu ? Profiter de la présence de l'un et de l'autre, sans se soucier de l'état de cette cabane, jusqu'à notre retour... Qu'en dis-tu ? » Son regard posé dans le sien, elle affiche un doux sourire, la peau rouge. Pour l'instant, elle a envie de profiter de sa présence à lui, sans se soucier de la poussière logée dans tous les recoins de cette cabane. Elle a envie de passer du temps avec lui, tout simplement. Parce que leur rendez-vous sera éphémère, une fois de plus...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha EmptyJeu 15 Juin 2017 - 23:15

Don't leave me high, don't leave me dry
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.


La voir heureuse d'avoir trouvé un nid d'amour rien que pour eux, faisait réaliser à Jud à quel point il était euphorique. Une petite voix dans sa tête lui hurlait de se calmer, de ne pas partir au quart de tour et d'envisager la suite. Malgré tout, c'était la toute première fois que le pirate se sentait prêt. Prêt à tout. Pour Cha'kwaina, il aurait sans doute pu tout donner, tout perdre, tout oublier. Jusqu'à délaisser la piraterie pour elle. L'indienne l'avait ensorcelé, elle était parvenue à lui faire oublier le reste du monde. Jud se surprenait désormais à espérer qu'un jour, peut-être, ils puissent vivre tous les deux. C'était ridicule et improbable car tout les opposait mais l'homme s'imaginait tout de même cette version alternative de leur vie.

Cha lui promit d'être prudente en forêt. En bonne indienne qu'elle était, la jeune femme savait se déplacer avec aisance et discrétion dans la forêt. Jud craignait plutôt d'éventuelles rencontres avec les mauvaises personnes. Mais quand bien même, si Cha lui disait qu'elle serait attentive, il la croyait sur parole et tâcherait de se contenter de cette promesse. L'esprit plus léger, il emmena la demoiselle à l'étage et ils découvrirent les restes de ce qui devait être la chambre. Entre la crasse et l'odeur nauséabonde, le romantisme avait été tué dans l'oeuf. Jud posa alors une question à l'indienne sur sa fréquentation de maisons de briques. La Piccaninny lui répondit qu'en réalité, elle n'y avait jamais mis les pieds. Cela donna des idées à Jud.

- Un jour, je t'amènerai des vêtements de ville et je t'emmènerai là-bas. Je voudrais que tu vois comment sont les pirates quand ils ne sont pas en guerre contre les peaux rouges.

Jud savait que la piraterie n'avait rien de beau, noble ou élégant. Mais c'était son monde, son univers. Il y avait grandi, il y était devenu l'homme qu'il était aujourd'hui. Que Cha accepte de partager cette vision des choses le toucherait beaucoup. De plus, ça serait l'occasion pour la belle de devenir une "non-peaux-rouge" le temps d'une journée seulement. Jud retint mal son rire en imaginant la belle brune, vêtue d'une grande robe et coiffée comme les femmes de la cité de l'aveugle. Ce changement serait forcément à voir et à retenir !

Cha proposa alors de redescendre et d'aller se balader, prendre un bon bol d'air. Jud acquiesça et glissa la main dans celle de l'indienne. Ils revinrent à l'étage inférieur puis quittèrent le bâtiment. L'homme emmena la demoiselle vers une zone herbeuse où le sol paraissait confortable et bien plat. Des rayons de soleil illuminaient cette zone précise, s'infiltrant au-travers de l'épais feuillage des arbres centenaires au-dessus de leur tête. Jud alla s'allonger dans ce petit coin de verdure et glissa les mains sous la tête, observant les branches vibrer sous le souffle du vent et les feuilles danser.

- C'est bizarre.

Il pouffa de rire.

- Depuis que je te connais, j'ai l'impression de changer. Tu déteins sur moi et je suis pas sûr que ça soit une bonne chose ...

Jud tourna la tête vers la demoiselle et éclata de rire à nouveau puis amena le visage contre celui de Cha pour échanger quelques baisers rapides. L'indienne ne l'avait pas seulement changé, elle l'avait complètement canalisé. L'ancien Jud explosait à la moindre remarque et peignait de sang tous les sentiers qu'il empruntait. Le Jud actuel parvenait à se retenir par moments. Evidemment, l'homme ne pouvait se métamorphoser du tout au tout. Ses accès de colère restaient fréquents et quand on le poussait à bout, sa violence devenait sans limites. Mais tout de même, une amélioration était à noter.

- Si on continue à se voir durant un certain moment, je pourrais presque devenir quelqu'un de normal.

Il pouffa de rire à nouveau. La norme était différente à Neverland mais ce qui était sûr, c'était que Jud n'avait rien de quelqu'un de normal ...


crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty
Message Sujet: Re: Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Don't leave me high, don't leave me dry - Cha Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Don't leave me high, don't leave me dry - Cha

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-