AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson]
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] EmptyMer 24 Fév 2016 - 20:35

Encore une sortie en forêt pour le petit Andy. Il avait passé sa journée à glander et le soleil se couchait lentement à l'horizon. Il avait passer tout son temps aux coins des jeux, à s'amuser avec sa fouine mais rien de très extravagant. Une petite sortie en forêt pour trouver de quoi s'occuper avant le dîner tombait à pic. Sa fouine sur une épaule, il s'empressa donc de rejoindre la forêt.

Déserte. Il n'y avait personne. Il allait pouvoir profiter du calme pour ramasser à manger et en ramener aux autres. Il leva la tête et trouva des pommes sur un grand arbre au-dessus de lui. Pour les attraper,il allait devoir monter...Ca ne faisait aucun doute. Il déposa donc sa petite fouine sur le sol.
Va jouer ailleurs, ici, c'est un endroit pour les grands! Lui dit il après avoir couvert son museau de bisou.
Le petit animal disparut donc derrière un buisson et Andy quant à lui, entreprit tant bien que mal de monter à l'arbre qui contenait les fruits délicieux. La pomme était bien le seul fruit qu'il pouvait supporter. Première tentative: Il se retrouva de nouveau sur les fesses après n'avoir même pas monter un mètre.  Il gémit et tenta de secouer l'arbre mais il resta immobile. Evidemment.
Mais euuuuuuh! Petite pommes, vous voulez pas descendre ? Râla t-il.

Mais il fut directement déconcentré par une petite chenille qui montait sur une feuille. Les yeux remplis d'étoiles, il la prit délicatement et la déposa au creux de sa paume. La petite chenille s'enroula sur elle même et le petit se mit à la caresser doucement en la réconfortant.
Puis il entendit des pas qui se rapprochait. A la lumière de la lune qui était encore plutôt forte, il découvrit une ombre plus loin. Il se baissa brusquement en tremblant. Le petit attrapa un bâton: On sait jamais , si ça se trouve c'est quelqu'un venu pour le tuer. Puis il se planqua derrière un buisson. La personne semblait tenir une arme dans ses mains, un arc il semblait. Andy ne pouvait pas le voir précisément mais il en reconnut le contour à la lumière de la lune. Mais qu'est ce qu'il comptait faire ?

Et avant même qu'il n'ai put réfléchir à la question, une flèche fendit l'heure et fila droit sur la petite fouine. Andy hurla et se releva d'un bond. Heureusement l'animal, plus rapide que la flèche avait l'avait évitée. Le petit garçon se rua sur l'individu et le couvrit de coups de bâtons.
EH MAIS CA VA PAS! SALE ADULTE! Vociféra t-il. T'as essayé de tuer ma fouinne!!

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Re: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] EmptyVen 22 Avr 2016 - 16:51




Touche pas à ma fouine !


feat. Andy


    Une partie de chasse de plus, peu fructueuse, comme souvent ces derniers temps. Deux pauvre lapins, comme si ça allait suffire. Quoi que j'aurais bien de quoi me mourir dessus, après tout, je suis seul. Mais ces deux petites fourrures ne me rapporteront pas grand chose. La question à présent c'est ais je envie d'insister encore pour aujourd'hui ? La réponse me paraît évidente mais j'ai du mal à l’admettre. Deviendrais je faignant ? Mince, il ne manquait plus que ça. Non ce n'est sans doute qu'une mauvaise passe, une fatigue passagère. Rien d'alarmant. Je crois. Serais je en train de tomber malade ? Je ne peux pas me le permettre. Il me faudrait un petit pécule pour me payer un médecin et une chambre en ville le temps que ça aille mieux et à l'heure qu'il est.. Non, ce n'est que de la fatigue. Il faut que je m'en convainque.

    Et sur le sentier que j'emprunte pour retourner à ce campement de fortune qui me sert de toit ces derniers jours, je réfléchis à ce que je pourrais faire pour chasser cette mélancolie inutile. Outre dormir évidement. Option à la fois trop simple et trop complexe à mettre en place. Je ne peux pas me permettre de dormir toute la journée simplement sur un coup de blues. Surtout pas en plein bois. Ce qu'il me faut c'est quelque chose qui sorte un peu de ma routine. Bien que j’apprécie cette dernière, je crois avoir besoin d'un peu d'action pour ne pas m'ensuquer tout à fait. Et comme j'en arrive à cette conclusion, une petite ombre mouvante entre les buissons me fait relever al tête. Blaireau ? Non trop petit. Belette peut-être. Non.. fouine. C'est toujours mieux que mes lapins.

    L'arc bandé, la flèche encochée, je m’apprête à faire mouche mais un cri fait fuir l’animal et ma flèche va se ficher dans le sol. « 
Ha bravo... » que j'ai juste le temps de lâcher avant que ce que je suppose être l'auteur du cri ne me saute dessus. Un gosse. C'est un gosse. Un gosse qui s'en prend à moi à grands coups de bâton. Sale adulte ? « Hey.. on se calme ! » Mais c'est qu'il est déchaîné et qu'il ne semble pas décidé à m’écouter. « ON SE CALME J'AI DIT ! » Tendant le bras, je viens saisir son arme de fortune pour qu'il cesse de me frapper. Sa fouine a-t-il dit ? « Hey.. relax. Je ne savais pas qu'elle était.. ta fouine. » Comment aurais je pu deviner ?

    La plupart des adultes lui demanderaient ce qu'il fait là, seul, avec cette bestiole en guise de compagnie, mais pas moi. Je devine sans grand peine la réponse à cette question. J'ai été comme lui autrefois, sans la fouine certes, mais quelle importance. « 
Je ne l'ai pas touchée, je crois. Elle va bien ? » Ça peut paraître étrange de demander ça après avoir essayé d'en faire ma proie mais qu'est ce que je peux dire d'autre à ce gosse hein ? Qu'il faut qu'il grandisse, que les créatures qu'il croisent sont certes des compagnons de jeux pour lui mais qu'elles sont aussi des cibles pour des types comme moi ou pour d'autres bestioles plus grosses ? Non. Je ne serais pas ce genre d'adulte là. J'ai eu mes raisons pour tourner le dos à cette vie, je n'en ai aucune de vouloir empêcher celui là de rêver à sa guise.

    En revanche... «
 Mais toi ? Tu vas bien ? Tu as de la chance que ce soit moi. Traîner tout seul à cette heure... tu te rends compte que n'importe qui aurait put emprunter ce sentier ? » M'entendre parler de la sorte me surprend et pourtant.. c'est ce que je suis aujourd'hui, prudent. Mais me voilà à faire la morale à un gamin qui aurait pu être mon frère... l'idée est absurde.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Re: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] EmptyVen 22 Avr 2016 - 18:25


L'homme attrapa le bâton que tenait Andy entre les mains et tenta de le réconforter. Mais tout le monde sait comment sont les enfants perdus: têtus. Evidemment qu'il ne savait pas que c'était sa fouine, quels gamins normalement constitué se balade avec une fouine ? - Non vous ne l'avez pas touché, heureusement. - * Heureusement pour vous*, aurait il voulu rajouter. - Si vous m'aviez confondu avec un animal, vous m'auriez tirer dessus ou pas? Demanda t-il avec un léger ton méprisant dans la voix qui était plutôt du à la colère et le choc qu'à autre chose. Il n'en voulait pas à l'homme, bien sûr qu'il n'avait pas essayer de lui tirer dessus. Posant ses yeux clairs sur l'arc qu'il tenait entre les mains, il fut émerveillé de voir la beauté d'une telle arme; qui semblait inoffensive par rapport à celles des pirates. Il avança une main et l'effleura de ses doigts. Dites, je peux essayer de tirer avec ? De viser une pomme par exemple. Demanda t-il avec un petit sourire.

Puis reculant, il fit face à l'homme et l'interrogea du regard. il était tout de même intrigué de voir un homme à cette heure ci dans cette forêt, et qui plus est, un arc à la main. Il ne l'avait encore jamais vu ici et évidemment que Andy était méfiant, il avait quand même essayé de le tuer, bien que inconsciemment.
D'ou venez vous ? Vous habitez ici ? L'interrogea t-il en se demandant soudain s'il n'était pas un pirate. Il reprit sa fouine entre ses bras, celle ci tremblant encore un peu. Vous faisiez quoi d'ailleurs à cette heure ci ? Il est tard pour essayer de tuer quelqu'un. Vous vous cherchiez à manger ? Ajouta t-il en désignant l'arme entre ses mains. Et oui je sais que des pirates auraient put emprunter ce sentier, mais ne vous en faites pas. Je commence à les connaître maintenant, ils ne me font plus si peur que ça.  


Andy avait grandi depuis son arrivée sur l'île. Se battre et vivre dans la peur et l'anxiété que des pirates pouvaient venir à tout moment pour le tuer lui avait appris pleins de choses: Qu'il ne fallait négliger aucune situation qui pouvaient paraître dramatique ou dangereuses. Et à part les pauvres bâtons qu'il empruntait pour frapper ses ennemis, il savait se servir d'autres choses tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Re: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] EmptyVen 13 Mai 2016 - 12:31




Touche pas à ma fouine !

feat. Andy


   L’animal va bien, semblerait-il, en revanche son petit bout de maître m’a l’air plutôt remonté. Je crois que je le comprends, cette bestiole est probablement à ses yeux un ami au même titre que d’autres gosses de son âge. Et si j’arque un sourcil à sa question pour le moins ridicule, je ne me donne pas la peine de répondre. Si je l’avais confondu avec un animal, il est probable en effet que j’aurais tiré de la même manière, mais je doute que j’aurais pu commettre une telle erreur. Je n’ai pas confondu sa boule de poils avec un animal… c’est un animal. Comment pouvais-je savoir qu’il s’agissait d’une créature apprivoisée. Non, sa question est stupide et n’a pas lieu d’être puisque les chances que j’ai pu prendre un petit blondinet pour un sanglier ou un daim sont nulles. Je ne suis pas encore assez vieux pour avoir la vue endommagée à ce point, n’exagérons rien.

   Et le gosse de sauter du coq à l’âne sans plus de cérémonie, comme si tout ceci était déjà oublié depuis longtemps. J’ai un mouvement de recul quand il me demande s’il peut utiliser mon arc pour tirer sur des pommes ou autres cibles d’entrainement improvisées. Hors de question. Là-dessus, je serais intransigeant. Peu m’importe qu’il soit le fils d’un quelconque habitant des environs ou l’un des enfants perdus, il est hors de question que je prête une arme à un enfant. De toute façon la corde est trop lin d’être assez souple pour lui et il ne parviendrait pas à la bander convenablement. Quant au reste, et bien puisqu’il continue d’enchainer les sujets avec un débit vocal assez impressionnant, ne me laissant pas le temps d’en placer une, je patiente un peu pour répondre. Il est lancé en plein monologue et il n’y a que peu de ces questions auxquelles je puisse répondre. Je soupire finalement comme il semble enfin se taire. Tant de souvenirs sont ravivés par ses dernières paroles… J’ai fini par faire le tri dans tout ce qu’il a demandé et je pointe le sentier par-dessus mon épaule. «  
Je viens de par là . » Je sais, c’est puéril, mais c’est aussi très évasif et après tout, le blondinet n’a pas à en savoir plus pour le moment. « Et j’habite ici, là, ailleurs, partout et nulle part. » Ca aussi c’est puéril mais ça lui donnera peut-être de quoi se creuser la tête pour comprendre.

   Puisqu’il s’intéressait à mon arc, je le range dans mon dos avant de poursuivre à présent qu’il redevient le sujet de conversation. « Je ne cherchais pas à tuer qui que ce soit, je ne cherchais pas non plus de gibier pour me faire une grillade. Je cherchais une pièce de cuir ou de fourrure qui en vaille la peine pour pouvoir me payer… peu importe. Quant aux pirates, tu devrais avoir peur. Seul tu ne vaux pas grand-chose fasse à trois ou quatre de ces forbans. Parce que tu dois bien savoir qu’ils sont rarement seuls pas vrai ? » En parlant de ça, je jette un coup d’œil alentours. Non, même bien cachés, je suis arrêté ici depuis suffisamment longtemps pour que ses éventuels copains aient finis par se révéler. «  
D’ailleurs… la vraie question c’est qu’est-ce que toi tu fais ici tout seul ? » J’ai souvenir que nous étions une bande, une meute, rarement peu nombreux, jamais seuls. Mais peut-être que les choses ont changées, peut-être aussi que je me fais des idées, me laissant influencer par tous les bons souvenirs avec mes frangins et... ouai, ces souvenirs-là. Mes doigts sont venus effleurer mon médaillon sans même que j’y pense et je me racle brièvement la gorge avant de me gratter l’arrière de la tête, puéril encore une fois. «  Dis-moi… si tu ne te sers pas d’un arc, avec quoi tu te défends contre les pirates en temps normal ? » Ca aussi… trop de souvenirs.



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Re: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] EmptyJeu 26 Mai 2016 - 15:50


Stuart était de ces hommes qui hésitaient beaucoup ; il ne fut même pas sûr de l'endroit ou il habitait quand Andy  lui avait demandé. Il finit par conclure que l'homme n'avait pas de domicile fixe, qu'il vagabondait de gauche à droite sans se soucier de rien. C'est d'un petit hochement de tête qu'il accueillit les paroles de Stuart ; avant de sourire à son tour et de répondre:
- Moi , je viens de l'arbre des enfants perdus. c'est génial là bas. J'vous y emmènerais, si vous voulez. Proposa t-il en se détendant. Mais le sourire et le visage illuminé du petit s'assombrit en voyant l'arc disparaître dans le dos de son partenaire. Il aurait tant aimer pouvoir le toucher et l'essayer ... Mais la réponse de l'adulte était claire: Trop dangereux. Les sourcils d'Andy se froncèrent néanmoins: Il avait bien commencé une phrase qu'il n'avait pas finie:

- Pour pouvoir vous payez quoi  ? Un sourire malicieux apparut au coin des lèvres quand il évoqua les pirates. Ce qu'ils pouvaient être fourbes et cruels eux, mais ils étaient rarement très intelligent. Oh oui je sais qu'ils sont jamais seuls, toujours est il qu'ils ne sont pas aussi rapide que moi. Mais vous devriez le savoir tout ça non ? Vous n'avez jamais été enfant perdu dans le passé ? Sa tête s'inclina dans un regard interrogateur. A sa manière de tirer, ça se remarquait directement qu'il avait de l'expérience. Qu'il avait déjà fait ça. Et puis il vivait un peu comme un enfant perdu: Un peu partout.

Andy se pencha en avant pour remettre sa fouine sur son épaule. Qu'est ce qu'il fait là tout seul ? -- En premier lieu, il haussa les épaules. A vrai dire, il ne savait pas vraiment. Mais il était tard, tous ses autres copains devaient déjà être en train de ronfler. Je me promène. J'explore. Et puis j'ai faim aussi, c'est pour ça que j'voulais attraper une pomme. Sa main vient glisser le long de sa joue alors que l'homme reprend ses questions ; presque aussi curieux que lui.
- En général je me sers surtout de mes jambes pour courir quand des pirates sont dans le coin mais sinon j'ai des bâtons , des petits couteaux, des pierres aussi. Mon intelligence pour trouver de super plans et de super pièges aussi. Mais vous avez l'air de vous y connaître en pirates vous. - Son regard se darda sur Stuart alors qu'il reculait au clair de lune. -Je ne vois pas l'intérêt d'être un pirate à vrai dire.

Et c'est tout. Andy se tut , les pensées remplies de mille questions: Pourquoi ? Comment ? Ou ? Quand ? Il a besoin de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Re: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] EmptyVen 8 Juil 2016 - 22:10




Touche pas à ma fouine !


feat. Andy


   Comment ça pour me payer quoi ? Il est bien curieux cet enfant-là. Mais sans doute l’étais je aussi à son âge, ou du moins quand j’étais.. comme lui. Qu’importe, laissons le passé où il est et puisqu’il est déjà passé à autre chose laissons aussi cette question en suspens. Comment pourrait-il comprendre que rien n’est gratuit en ce monde une fois qu’on a commis l’erreur de sortir de l’ombre de l’Arbre. La nourriture, la boisson, les quelques remèdes dont il m’arrive d’avoir besoin, le matériel pour construire cette cabane dont je rêve.. tout se paye. Que ces choses me semblaient bien abstraites à moi aussi à une certaine époque…. Mais comme je disais, il a déjà embrayé sur autre chose, rebondissant sur le cas des pirates puisque je les avais évoqués. J’arque un sourcil amusé quand il prétend être plus rapide qu’eux. S’il est vrai que la plupart d’entre eux sont loin d’être assez.. habiles dirons-nous, pour attraper un gosse se faufilant sans encombre dans une forêt qu’il connait comme sa poche, ils ont en revanche la fâcheuse tendance à dégainer leurs armes avant de se poser les bonnes questions et je doute que ce loustic là tout rapide qu’il puisse être puisse courir plus vite que les balles de mousquet.

   Mais là où j’ouvre de grands yeux ronds, c’est quand il me sort sa question comme ça, de but en blanc, comme si il s’agissait de quelque chose de totalement bénin et qu’après tout ce genre de choses pouvait être un sujet de conversation comme un autre. C’est bien la première fois que je croise un des Enfants Perdus arrivés après mon départ et qui me demande si je fus l’un des leurs à une époque. Alors j’élude sa question, tachant d’y répondre seulement entre les lignes. «
 Tous les adultes de cette île n’ont pas été des Enfants perdus un jour tu sais. Et bien des hommes ou des femmes vivants en dehors des villes le font par défaut et non par choix pour suivre un ancien mode de vie. Ce n’est pas mon cas ceci dit, j’aime cette vie. Elle me rappelle… bah ne pense pas à ça tu veux ? Profites plutôt de ce que tu as en t’y accrochant pour éviter d’y mettre un terme. Crois en mon expérience. »  J’ai comme l’impression qu’une fois encore, mon esprit va se trouver une raison pour fouiner dans quelques souvenirs que j’aurais voulu refouler un peu plus longtemps. A croire que tout sur cette île a décidé de me plonger dans une nostalgie sans bornes.

   Quant aux pirates, puisqu’il les évoque en s’étonnant que je puisse en connaître un rayon à leur propos, je me contente d’un ricanement amusé avant de lui ébouriffer amicalement la tignasse. «
 Eux, il faudrait être aveugle et sourd pour vivre sur cette île et ne pas en connaître un minimum à leur sujet, tu crois pas ? Je n’ai jamais compris non plus ce qui pouvait pousser un homme à devenir pirate. Certains prétendent qu’ils ont simplement trouvé là un moyen d’assouvir une soif de liberté. Mais moi je pense qu’on peut la trouver autrement, cette liberté. Je prétends pas avoir la réponse à tout mais j’aime à croire que libre.. et bah je le suis plus qu’eux. C’est vrai quoi, je n’ai de comptes à rendre à personne, je vais où je veux quand l’envie m’en prend. » Oh je me doute bien qu’il existe d’autres raisons pour ces hommes et ces femmes de prendre la mer sous pavillon noir, mais quand bien même je pense qu’il a tout à fait conscience de tout ceci, je ne veux pas lui parler des pillages, des meurtres et autres joyeusetés du genre perpétrées par certains d’entre eux.

   Au lieu de ça je lui propose simplement autre chose. « 
Et tu comptes rentrer seul ? D’ici jusqu’à… votre repère, seul ? » J’ai failli évoquer l’arbre mais puisque je ne lui ai pas avoué tout à fait ce que j’ai été, je m’abstiens. « Peut-être pourrions-nous faire un bout de chemin ensemble. Pas jusqu’au bout, je sais bien que j’ai passé l’âge de m’approcher de trop près de votre joyeuse bande, mais je ne me le pardonnerais pas si je te laissais repartir tout seul et qu’il t’arrivait quelque chose. » Et puis papoter de tout ceci avec lui me fera le plus grand bien. Si le destin s’amuse à me forcer à ressasser le passé, autant rentrer dans son jeu plutôt que de déprimer dans mon coin.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty
Message Sujet: Re: Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Touche pas à ma fouine ! [Feat Stuart Johnson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-