AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Feels like home - Raygon, Keyne & Haran
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Haran Delendar
Beware, I'm starving
Haran Delendar
ζ Inscris le : 05/01/2016
ζ Messages : 206
ζ Avatar : Clive Standen
ζ Localisation : Sur son Galion Le Poséidon ou chez lui dans la ferme à Bartok
ζ Occupations : Capitaine Pirate
ζ Âge : 33 années Neverlandaises
ζ Statut : A retrouvé sa moitié
ζ Signes distinctifs : Son buste est recouvert de tatouage et de cicatrices. Il a une longue balafre sur une jambe qu'il a eut lors de son premier combat. Son oreille gauche n'entend plus qu'à 50% à cause d'un canon qui lui a fait perdre une partie de son audition. Cicatrices sur les visages à cause d'une tentative d'assassinat sur sa personne.
Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 76882114x048h



Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Feels like home - Raygon, Keyne & Haran Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 EmptyJeu 23 Juin 2016 - 21:24

Feels like home

Je sors ma tête du petit bassin d’eau fraîche que nous avons mis à disposition pour les voyageurs et pour nous, lorsque nous voulons nous laver rapidement après les tâches des champs ou comme à présent pour me retirer de l’odeur de lâcheté que je viens d’avoir en sortant de ma maison sans aucune excuse bien valable. J’aime ma femme que cela soit dit, mais…elle a un foutu caractère et elle ne comprend pas que si je refuse qu’elle vienne à One Eyed, c’est pour son propre bien. Allez lui expliquer, elle pense que je veux garder jalousement mon navire pour moi…ce qui en soit n’est pas faux, mais, je veux préserver également ma vie en dehors de la piraterie et crier sur le pont ‘Ne touchez pas cette femme, c’est la mienne’ n’attirera que les problèmes sur mon foyer, je le sais parfaitement. Elle deviendrait une cible, tout comme ce jour-là, avec les pirates, le début de ma nouvelle vie. Keyne me reproche souvent ce jour où j’ai accepté de devenir Capitaine, mais…elle ne comprend pas que j’étais fait pour un destin plus grand qu’être un simple fermier. J’ai appris à me battre, durement et à force de blessures, je suis devenu plus solide, plus rude aussi, tout en gardant cette humanité qui fait de moi, je l’espère un bon capitaine. Keyne hurle mon prénom et je mire le cheval qui vient me pousser de son museau. « Comme tu dis, Durotan…ce soir je risque de venir dormir sur la paille avec toi… » Je passe ma paume sur l’encolure de l’animal, le flattant par ce geste avant de parcourir les quelques pas jusqu’à la porte de ma maison. Bon, je ne pense pas recevoir une plâtrée de soupe à la tête, le petit était présent, elle n’osera pas…quoi…que ? Je pousse la porte près à me protéger, mais rien de volant n’arrive vers moi et je viens reprendre ma place, mes cheveux encore mouillés de l’eau où je les ai plongés. J’évite soigneusement le regard de mon épouse, jouant plutôt du regard avec mon jeune protéger, pour lui faire comprendre que tout va bien. L’assiette qui vient s’échouer devant mon nez m’inquiète un peu, sans que je n’en montre aucun signe. Si je le fais, ce sera la porte ouverte à la dispute. J’attaque mon auge lentement, tout en restant le plus neutre possible, l’ambiance est lourde, je suis un idiot, c’est de ma faute si nous sommes tous les trois mal à l’aise.

Keyne : Alors… ce bureau… J’aimerai beaucoup le voir, histoire de vérifier si les louanges que tu ne cesses de proférer à l’encontre de ce gosse sont justifiées ou si mon mari n’a pas le… béguin pour toi, Raygon ?

J’avale de travers et je tousse, frappant ma poitrine légèrement avec mon poing. Ses yeux à elle me toisent assez froidement, attendant une réponse de ma part et je joue les innocents - (les mains pleines). « Il n’est pas encore à bord du Poséidon, alors…Si tu souhaites le contempler, chérie…Ray se fera une joie…un immense plaisir même de te le montrer dans son atelier, n’est-ce pas gamin ?! » je le mire fortement attendant qu’il lui réponde de manière tout aussi agréable que j’ai pu le faire. J’affiche même un sourire, avant de me rendre compte qu’elle pourrait prendre cela pour une moquerie de ma part. Bien rapidement, je l’efface reprenant un peu de mon assiette. Elle va pour mordre, je sens sa mâchoire se contracter et je l’arrête d’un geste. « Oui, je n’aurais pas du lancer la conversation sur mon bâtiment, je sais que tu n’aimes pas que j’en parle, que tu n’aimes pas non plus que Raygon puisse être autorisé à venir sur le Poséidon et pas toi…Oui, il n’est pas notre enfant, mais…je l’aime comme s’il l’était que cela te convienne ou non. C’est un bon gamin et si un jour, les dieux nous accordent d’avoir un enfant, je voudrais oui, qu’il soit comme lui ! Maintenant que les choses sont dites…pouvons-nous profiter de ce repas en paix ! Raygon n’a pas à subir nos différends et nos affaires de couple ! Je t’en remercie par avance, Chérie… » Ai-je encore mis plus de mal à l’aise dans la situation ? Sur le coup, cela m’avait paru pourtant une bonne idée…avec le recul, je commence à douter de ma capacité diplomatique.


Who wants to live forever
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Feels like home - Raygon, Keyne & Haran Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 EmptyMar 12 Juil 2016 - 11:28

La riposte ne tarde pas et Raygon affronte sans ciller la tempête que provoque Keyne autour d'elle. S'il y a bien une chose dont il déteste être traité c'est de crétin. Lui l'inventeur, a un peu de mal à accepter qu'on ne lui accorde qu'un minimum de neurones. Il reste donc assis, les yeux fixés sur sa chope dont il boit une nouvelle gorgée, histoire d'avoir le gosier trop plein pour répliquer à son tour comme un enfant têtu et se renfrogne. S'il avait su, il l'aurait laissé bien émoussée sa lame, ou alors il ne l'aurait pas rendu du tout. C'est vrai qu'elle est belle, avec son manche poli et sculpté. Un jour, quand Keyne sera moins énervée, il lui demandera d'où elle vient. Pour l'heure, il opte pour la tactique Haran, il se tait.
Marmonnant pour elle même, Raygon laisse quand à lui tourner la chope entre ses mains, tapotant ses doigts contre la terre cuite dont elle est faite. Finalement, si elle traite également Haran de crétin, ce ne doit pas être une si mauvaise chose d'être un imbécile aux yeux de la blonde. Avec elle, il se sent toujours le cul entre deux chaises. Il a beau détester l'ascendance féminine, Keyne en impose tellement qu'il ne peut que se plier devant tant d'autorité. Et pourtant... son relent d'enfant perdu rebelle lui crit de s'offusquer.
Le chaudron vient couper net à ses pensées et secoue la table et le jeune homme avec. A la dernière phrase de Keyne il ne peut s'empêcher de marmonner un « Si justement j'ai vérifié... ». Mais il sait qu'il tombera dans l'oreille d'une sourde. Quand Mme Delendar est en colère, même un géant aurait dû mal à lui tenir tête.

Elle appelle Haran et les deux hommes se retrouvent l'assiette pleine d'un fumet délicieux terni par la mauvaise humeur plus qu'apparente de la cuisinière. Ray' ne sait pas lequel des deux elle zigouillera en premier mais son regard noir ne fait aucun doute quand à ses intentions. D'ailleurs sa pique ne tarde pas et Raygon plonge sa fourchette dans son plat, préférant fuir le ventre plein si tel était l'aboutissement du repas. La réponse d'Haran le fait avaler de travers comme son père adoptif un peu plus tôt. Il répond dans un raclement de gorge et un sourire qui a bien du mal à s'étirer.

« Oui bien sûr... Je pourrais même te montrer les pièces que j'ai fait pour la proue du Poséidon, ça te donnera un aperçu. »

Ok il a dérapé. A l'instant même où Rayon a parlé et qu'il a vu son paternel tiquer il sait qu'il est allé trop loin. Mais toucher à son travail et remettre en cause son talent, sa fierté, c'est s'exposer à sa bouderie mesquine et il est prêt à rajouter de l'eau au gaz pour défendre son art. Mais une nouvelle fois, Haran s'interpose et calme le jeu.
Ce qu'il dit alors le fait amèrement regretter ses paroles tout en le remplissant d'un bonheur qui coule dans ses veines comme du miel. Il est tellement fier que ce modèle, cet homme qu'il considère comme le meilleur entre tous, l'ais pris sous son aile, lui, le gamin autrefois perdu. Il en oublie la dispute, il en oublie la colère de Keyne et il répond d'une voix enrouée en les regardant bien tout les deux.

« Merci Haran. Excuse moi Keyne. Vous êtes comme mon foyer vous savez? Vous deux. Je n'ai jamais eu de mère, donc c'est nouveau pour moi. Mais un père j'ai déjà eu, il y a longtemps, et j'avais oublié à quel point on pouvait aimer protéger quelqu'un à ce point.
Je ne suis pas votre enfant. Vous ne me devez absolument rien. Mais malgré toutes nos disputes, on se retrouve tous les trois, autour de cette table, aussi souvent que possible et ces moments font partis des meilleurs de ma vie. Vous m'avez apporté énormément et jamais je ne vous ferez de tord, jamais je ne vous trahirais, et je saurais m'effacer si vous me le demander. »


Il a parlé autant pour Haran que Keyne. Le chantage qui pesait sur leur relation est fini. Il sait que la décision lui revient toute entière et qu'il n'a aucun droit là dessus. Elle peut cesser de son côté la contrepartie qu'il lui avait demandé. Les contrats, les sorties nocturnes, il ne s'imposera plus. Il aime profondément ces deux êtres et sa roublardise d'enfant des rues s'arrête au seuil de cette maison. Il mange la dernière lapée du plat qu'il a avalé comme un goinfre malgré l'ambiance pesante.

« Mhhh miam... » ne peut-il s'empêcher de murmurer.
Revenir en haut Aller en bas
Keyne Delendar
Beware, I'm starving
Keyne Delendar
ζ Inscris le : 22/11/2015
ζ Messages : 305
ζ Avatar : Tabrett Bethell
ζ Localisation : Oscille entre le Poséidon et Bartok
ζ Occupations : Femme du Capitaine
ζ Âge : Vingt-huit ans
ζ Statut : Épouse possessive et comblée, de nouveau avec son mari
Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 161004113443606171



Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Feels like home - Raygon, Keyne & Haran Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 EmptyVen 29 Juil 2016 - 0:09

feels like home
« Il n’est pas encore à bord du Poséidon, alors…Si tu souhaites le contempler, chérie…Ray se fera une joie…un immense plaisir même de te le montrer dans son atelier, n’est-ce pas gamin ?! » Je fronce des sourcils avant de tourner le regard vers Raygon lorsque justement, celui-ci répond : « Oui bien sûr... Je pourrais même te montrer les pièces que j'ai fait pour la proue du Poséidon, ça te donnera un aperçu. » Qu’est-ce que j’en ai à faire moi de cette proue et de tout ce qu’il fait pour le navire de mon mari. Je sers les poings et les mâchoires, je déteste cet instant et au final, je viens à regretter ma solitude des derniers jours plutôt que d’avoir à supporter ces deux là sous mon toit. « Oui, je n’aurais pas du lancer la conversation sur mon bâtiment, je sais que tu n’aimes pas que j’en parle, que tu n’aimes pas non plus que Raygon puisse être autorisé à venir sur le Poséidon et pas toi…[…] Raygon n’a pas à subir nos différends et nos affaires de couple ! Je t’en remercie par avance, Chérie… » Alors, c’est ça, ce gamin peut monter à bord mais pas moi. Je vais finir par lui laisser la place dans le lit, puisqu’il semble remplir un rôle que je n’ai plus. Pis encore, il me fait passer pour l’horrible personne et je n’aime pas le ton qu’il a avec moi. Décidément, ce n’est plus l’homme dont je suis tombée amoureuse et que j’ai épousé, non. C’est un autre. Mon mari a disparu il y a huit ans. Je suis blessée et je ravale les paroles que j’ai envie de prononcer, parce qu’elles vont dépasser mes pensées et être plus que désagréables, à défaut de laisser parler les gestes. « Merci Haran. Excuse moi Keyne. Vous êtes comme mon foyer vous savez? Vous deux. […] Vous m'avez apporté énormément et jamais je ne vous ferez de tord, jamais je ne vous trahirais, et je saurais m'effacer si vous me le demander. » Je pourrais l’effacer moi-même. Seulement, au contraire de ce que mon mari peut penser, je reste une femme avec un cœur qui comprend l’affection qu’il porte à ce môme, mais qui ne l’accepte tout simplement pas. Parce qu’au final, il n’est pas L’ENFANT que moi je veux, il n’est ni ma chair, ni mon sang et jamais je ne serai l’image d’une mère pour lui. Je me sens piégée entre eux, comme un intrus dans ma propre demeure. Je fusille du regard Raygon lorsqu’il tente de complimenter ma cuisine avant de me redresser de ma chaise sans un mot. « Je pense que c’est à moi de m’effacer ! » Je n’attends aucune réaction, aucun mot et je sors de chez moi avec l’envie malsaine de m’en prendre au monde entier. Je crois que notre couple arrive dans un tournant délicat, je ne suis pas certaine qu’on survive longtemps. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’on emprunte tous les deux des chemins différents. Rien que cette idée me déchire…

J’entends la porte alors que je scelle ma monture, ignorant volontairement la personne dans mon dos. Que ce soit Haran ou Raygon, qu’importe, je ne reviendrai pas à table. Je soupire avant de tirer les rennes en affrontant les yeux de mon époux, toujours silencieuse. Je monte sur mon cheval avant de dire sans le regarder, ni chercher à avoir une voix amicale : « Ne m’attends pas ! » Je donne un coup entre les reins de mon cheval et je m’éloigne de notre foyer pour m’évader. J’ai besoin de me retrouver, de faire le point et maintenant. Et puis, je l’avoue, me trouver un contrat rapide pour pouvoir tuer. Et le pauvre malheureux qui sera ma victime va souffrir, car je compte bien évacuer ma rage.




every love story is beautiful, but ours is my favorite
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Haran Delendar
Beware, I'm starving
Haran Delendar
ζ Inscris le : 05/01/2016
ζ Messages : 206
ζ Avatar : Clive Standen
ζ Localisation : Sur son Galion Le Poséidon ou chez lui dans la ferme à Bartok
ζ Occupations : Capitaine Pirate
ζ Âge : 33 années Neverlandaises
ζ Statut : A retrouvé sa moitié
ζ Signes distinctifs : Son buste est recouvert de tatouage et de cicatrices. Il a une longue balafre sur une jambe qu'il a eut lors de son premier combat. Son oreille gauche n'entend plus qu'à 50% à cause d'un canon qui lui a fait perdre une partie de son audition. Cicatrices sur les visages à cause d'une tentative d'assassinat sur sa personne.
Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 76882114x048h



Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Feels like home - Raygon, Keyne & Haran Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 EmptyMar 23 Aoû 2016 - 16:17

Feels like home

Tout ce que je souhaitais, c’est passer un moment agréable avec ma femme et Ray, une famille en quelque sorte, mais je crois que ma maladresse n’a pas été du goût de Keyne. Elle est si…susceptible lorsqu’on parle de famille, de foyer et de sentiments. Raygon tente avec une fraîcheur touchante de donner ses ressentis et je les entends et je ne peux que sourire à ce touchant discours qu’il vient de faire. Seulement…Ce n’est pas de bon ton pour mon épouse qui comme à son habitude gâche tout. Elle quitte la table et la maison et j’ai pour mon jeune ami un sourire de bienveillance. « Attends-moi… » Je me lève prenant appui sur la table de bois, je jette la serviette avec laquelle je viens de m’essuyer sur la table et j’ouvre la grande porte pour parler à ma femme. Elle m’ignore et je soupire. Elle ne prend même plus la peine de parler, c’est comme si tout allait mal depuis que je n’étais plus l’époux sagement attablé avec elle durant les soirées d’hiver. Certes, je suis pirate ! Et alors, avant je partais également des semaines et des mois parfois pour vendre nos peaux et nos légumes et jamais elle ne m’en faisait une scène. Ce qui la dérange en réalité, c’est que je sois devenu quelqu’un et qu’elle n’est juste que mon épouse. Je refuse qu’elle vienne sur mon navire pour des raisons certes de protection, mais pas que cela. En sachant que je suis marié, n’importe quel homme avec de l’esprit trouvera ma femme pour m’affaiblir et me rendre vulnérable. Pourquoi est ce qu’elle ne comprend pas que tout ce que je fais, je le fais pour nous ?

J’ouvre la porte, Raygon est là, dépité le pauvre, pensant qu’il est responsable de tout ça. Je lui souris, venant me mettre près de lui, et déposant ma large paume sur son épaule. « Ne te crois pas responsable, gamin. Keyne et moi, ce n’est plus ce que cela a été, on s’en remettra, j’espère…mais pour le moment, c’est une période compliquée » Je vois pourtant à sa mine qu’il pense avoir jeté de la poudre dans le feu et je tente de lui sourire, malgré la douleur intestine qui me brûle le ventre. « Lorsque tu seras plus vieux et que tu auras une femme, tu repenseras à ce que je viens de te dire et tu comprendras. Sache que pour moi, tu es comme mon fils, rien ne changera cela…tu m’entends ?! Alors…ne fais pas attention aux humeurs de Keyne, elle va se défouler et rentrer » D’une main, je décoiffe le gamin avant de me lever pour aller allumer ma pipe et fumer dehors, je laisse la porte ouverte, au cas où le môme voudrait me rejoindre. Je ne suis pas comme elle, je laisse toujours une porte, une ouverture, un moyen de m’atteindre.


Who wants to live forever
by lizzou.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Feels like home - Raygon, Keyne & Haran Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 EmptyMar 23 Aoû 2016 - 21:28

Sa cuillère s’écrase contre le bol, coinçant un reste de poulet, le forçant à devenir bouillie. C’est un peu prêt la perception qu’il a de lui, une bouillie. Loin de la forme d’origine, inconsistant. Le rejet de Keyne l’oblige à faire face à ses propres démons. Cette figure vaguement féminine, floue dans ses souvenirs autant que dans son cœur. Il s’est persuadé qu’il n’en avait pas besoin. Que cet amour pouvait-être trouvé ailleurs. Mais la vérité c’est que rien ne remplace une mère. Une mère est capable de mourir pour son enfant parce qu’il est la seule chose qui lui fasse passer son égoïsme bien naturel. C’est un impératif génétique, mais plus encore un mouvement du cœur, et qui rend plus complet, plus humain. Qu’engendre alors une mère absente, si ce n’est un humain incomplet, qui ne grandira jamais jusque là?

Oh Ray a aimé il y a longtemps à l’Arbre du Pendu, une indienne. Mais alors il ne savait même pas de quoi était fait ce sentiment. Il l’a laissé partir, sans même savoir ce qu’il avait perdu. Incomplet. Il regarde à peine Haran qui se lève de table pour poursuivre son épouse. La vérité c’est qu’il ne comprend pas ces jeux entre eux. Il les avait cru heureux, ils ne le sont pas. La bulle d’amour qu’ils se sont créés est faite d’un savon éphémère. Ce qu’il sait, c’est qu’il n’aura jamais de mère, et qu’il doit se faire à cette idée et à ses conséquences.

Une main lourde, pleine de chaleur se pose sur son épaule. Il avait trouvé en Haran un père pourtant. Son besoin de figure parentale se logeait tout entier dans ce colosse. Raygon peut sentir au ton de sa voix que le pirate a la gorge nouée. Revenir vers lui, la cause de la dispute, doit être difficile. Mais il le rassure encore et toujours, comme un père après tout. Mais il n’est pas de son sang, et ça Keyne le lui a bien fait comprendre. Il ne peut plus l’ignorer.

Le jeune homme le laisse une nouvelle fois partir sans un mot. Il réfléchit. Pose sa cuillère bien à plat comme pour ordonner ses pensées. L’odeur acre et doucereuse à la fois du tabac lui emplit les narines. D’une main il lisse les cheveux qu’a tendrement ébouriffé Haran et le rejoint sur le porche, glissant lourdement à ses côtés.

« Je voulais te dire merci. Pour tout ce que tu fais pour moi. » Raygon a déjà remercié des tonnes de fois le capitaine Pirate, pour une babiole ramenée, un tour sur le Poséidon, mais aujourd’hui ses yeux sont graves, il ne sourit pas. Ce merci sonne comme un aurevoir.

« Je crois que Keyne a raison… » commence Raygon en soupirant. Il attrape des brindilles qu’il casse méticuleusement une à une.

« Je ne fais pas partie de votre vie… On s’est menti tout les deux en pensant le contraire. » il lance un faible sourire à Haran, reportant rapidement son regard sur ses mains.

« Je fais parti de la tienne et je veux y rester. Mais pour tout le reste… » et son silence criait Keyne.
« je n’y ais pas ma place. » et d’un regard il engloba la maison, nid d’amour du couple Kelendar. C’était leur intimité qui transpirait ses murs, leur relation que renvoyait chacun des meubles doubles, il avait trahi cet espace. Il resta de longues minutes sans parler, des heures peut-être juste à respirer la nuit calme en compagnie de son père d’adoption.
« On se verra à One-Eyed. » Raygon se relève maladroitement, pose à son tour sa main sur l’épaule d’Haran et reprend la direction du sentier qu’ils ont dévalé quelques heures auparavant, jusqu’à ce qui n’a que de nom, son foyer.


THE END Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: Feels like home - Raygon, Keyne & Haran Feels like home - Raygon, Keyne & Haran - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Feels like home - Raygon, Keyne & Haran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-