AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 learn me to be a mermaid (zéa)
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Keyne Delendar
Beware, I'm starving
Keyne Delendar
ζ Inscris le : 22/11/2015
ζ Messages : 305
ζ Avatar : Tabrett Bethell
ζ Localisation : Oscille entre le Poséidon et Bartok
ζ Occupations : Femme du Capitaine
ζ Âge : Vingt-huit ans
ζ Statut : Épouse possessive et comblée, de nouveau avec son mari
learn me to be a mermaid (zéa) 161004113443606171



learn me to be a mermaid (zéa) Empty
Message Sujet: learn me to be a mermaid (zéa) learn me to be a mermaid (zéa) EmptySam 30 Jan 2016 - 10:50

learn me to be a mermaid

Il fait chaud, horriblement chaud en cette saison d’été. Toutes les personnes saines d’esprit se baignent, sauf moi, je préfère transpirer et me dessécher plutôt que d’aller mettre un pied dans l’eau. De toute façon, c’est impossible puisque la seule source d’eau présente, c’est la mer de l’Imaginaire et avec cette particularité, je ne pourrai pas passer inaperçu. Je n’ai pas envie qu’on sache que Keyne est une sirène, alors qu’il n’y a que ma mère au courant. Les ragots vont vite à Bartok et si Haran l’apprend, il pensera que je lui mens depuis des années – ce qui est le cas –, sans chercher à comprendre. Je ne veux pas le perdre pour une histoire d’écaille, alors je préfère mourir de chaleur plutôt que de me baigner.  Et puis, si nous passions outre cette particularité gênante, ma peur de l’eau me bloque tout mouvement dès que je suis proche de cet élément. C’est ridicule en soi, pour une mercenaire, d’avoir peur de l’eau… mais on dit souvent que les peurs d’enfants subsistent lorsqu’on est adulte et c’est le cas.

« Je vais dans la forêt ! » J’ouvre la porte pour sortir, lorsque mon époux me demande si je veux qu’il m’accompagne. Je ne suis pas en sucre, il le sait alors pourquoi cette envie soudaine ? J’étire un sourire, remuant de la tête. « Je t’en veux toujours Haran, ce n’est pas en me couvant que tu te feras pardonner ! » Sa moue boudeuse me fait sourire et je sors de la maison avant de lui sauter dessus, cet homme me rend complètement folle, d’amour et de désir, mais parfois de colère et de rage. Notre amour est puissant, pourtant ce n’était pas gagné d'avance, mais il a fini par me remarquer, par m’aimer et c’est tout ce dont je rêvais. Maintenant, il est mien et je ne suis pas prête de le laisser filer. Jamais. Je tuerai toutes les femmes qui l’approcheront s’il le faut. Je traverse le sentier avant de couper directement entre les arbres pour m’enfoncer dans la végétation dense. Je m’arrête seulement au bout d’une heure devant une petite rivière que je sais peu profonde et j’étire un sourire, voilà le seul endroit où je réussit à tremper mes pieds : déjà c’est une eau douce donc aucun risque de voir une queue apparaître et ce n’est pas profond, donc pas de risque de noyade. Je retire mes chaussures, les laissant près d’un rocher et je descends pour glisser mes orteils dans l’eau fraiche. Avec la température ambiante, ça fait un bien fou et je m’allonge complètement dedans, mouillant ma robe sans scrupule. Je roule pour être mouillée de dos comme de face, soupirant d’aise. Comme c’est agréable… Je finis par me redresser pour aller rejoindre une personne chère à mon cœur. Je la connais depuis que je suis toute petite, c’est une sirène de plus et elle connaît mon secret. Elle a même voulu m’apprendre à nager à diverses reprises sauf que, ma peur des profondeurs m’a contrainte à refuser. C’est une femme magnifique et c’est certainement pour ça que je ne veux jamais qu’Haran m’accompagne, par crainte qu’il tombe sous son charme. C’est stupide, mais une femme amoureuse l’est.

J’arrive au bord de la plage après avoir traversé la forêt et je m’installe à l’endroit où nous nous retrouvons habituellement. Ce doit être agréable d’être sous l’océan par cette chaleur cuisante, est-ce qu’il la ressent également ? Je m’allonge sur le sable avec ma robe toujours humide, bien que moins fraiche et qui sèchera très vite malheureusement. Nous sommes mariés depuis peu avec Haran, mais j’espère sincèrement que notre union durera toute la vie. Même loin de lui, il faut que son visage ou sa voix s’invite dans mon esprit pour me sentir bien. C’est l’amour, me dirait me mère. À ce point-là, je pense surtout à de l’obsession. Un sourire étire mes lèvres avant que la silhouette de la magnifique Zéa n’apparaisse au loin. Je me redresse, m’approchant d’elle pour une étreinte : « Bonjour Zéa ! Ça me fait plaisir de te voir, ma mère s’excuse de ne pas être là, mais elle est souffrante ces derniers jours, elle a consommé de mauvais champignons, mais elle est entre de bonnes mains. » J’étire un sourire, la santé de ma mère ne m’inquiète plus. « Tu ressens la chaleur aussi, sous l’océan ? Parce qu’en ce moment, il fait vraiment trop chaud ici ! » Je passe une main dans mes cheveux blonds avant de montrer les rochers à l’ombre. « Quelles nouvelles m’apportes-tu de ton monde ? Est-ce ta Reine est toujours aussi… comment tu as dit l’autre jour… destructrice ? »


every love story is beautiful, but ours is my favorite
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


learn me to be a mermaid (zéa) Empty
Message Sujet: Re: learn me to be a mermaid (zéa) learn me to be a mermaid (zéa) EmptyDim 31 Jan 2016 - 18:34

learn me to be a mermaid

L’Océan scintillait de mille feux en ce jour qui semblait particulièrement chaud en surface. Les rayons du soleil traversaient l’eau en lui faisant prendre des teintes nuancées et claires, joyeuses puis, en contrebas, mettaient en valeur tel rocher centenaire abritant ses poissons multicolores et autres hippocampes, ou tel banc de corail animé par les courants. Zéa avait quitté la capitale marine trop en effervescence pour retrouver plus de calme à l’écart des passions déchainées et des ambitions princières. Aujourd’hui, en son cœur, était un jour particulier : une année de plus s’était écoulée depuis l’assassinat de ses parents, depuis le basculement de son monde enfantin de l’époque. Une année de plus sous l’égide destructeur d’une reine cruelle et sans scrupules, et sans doutes l’ancienne princesse sirène était la seule à s’en remémorer, alors qu’elle non plus n’était très assidue à compter les jours. Mais ça, c’était gravé en elle comme un fer rouge, toujours aussi brûlant, bien que la peine de la perte d’antan ait pu être comblée par le bonheur d’avoir fondé sa propre famille. Le souvenir restait cependant important à ses yeux, car l’oubli était le pire ennemi dans un combat vieux comme le monde. L’eau plus fraiche des profondeurs glissa dans sa chevelure mordorée tandis qu’elle nageait à la recherche de perles : les trésors cachés des jardins aquatiques qu’était l’océan avaient cela de fascinant qu’ils étaient souvent issus du vivant. Et loin d’être comparable à ces humains qui arrachaient ce qui leur plaisait sous prétexte que cela brillait, Zéa aimait passer du temps à prospecter et, lorsqu’un corail semblait abandonné ou cassé, elle le recueillait pour le transformer en une nouvelle œuvre d’art. A cet instant, elle cherchait de quoi confectionner un collier à sa fille bien aimée. Sa tendre Valone était d’une coquetterie amusante, et bien que Zéa était certaine d’être d’abord accueillie par un petit soupir qui voulait clairement dire qu’elle la couvait trop à son goût, nul doute qu’elle ne tarderait guère à être réjouie de la surprise. A cette pensée, la sirène esquissa un sourire, tout en continuant son chemin, approchant peu à peu de la côte, ce lopin de terre qu’on appelait la crique des cannibales. Un nom bien peu rassurant, et qui, de toute manière, n’était pas des plus sûrs pour le peuple marin.

Cependant, Zéa approchait certes avec vigilance, mais sans crainte. Au moindre son suspect, à la moindre silhouette qu’elle aurait pu assimiler à un navire, une barque, ou même un nageur trop curieux, la sirène filerait à toute allure vers des bancs de sable plus sûrs, en attendant que la voie se dégage à nouveau. Après tout, elle avait un rendez-vous important, de l’importance qui permet d’interrompre la confection d’un cadeau pour son enfant. La jeune femme qu’elle visitait était de sa famille, et bien qu’elle ne fut qu’à moitié sirène, Zéa la considérait comme un membre à part entière de sa famille, sans qu’elle put partager ce secret à la petite. Un secret parfois un peu lourd à porter, car elle n’osait imaginer d’avoir un enfant et ne pouvoir ou vouloir le rencontrer. Cette pression s’était un peu allégée lorsque sa nièce avait développé cette impensable phobie des profondeurs ; allégée certes, mais alors remplacée par cette volonté farouche de guérir la demi-sirène de cette crainte contraire à sa nature. La dame de l’océan finit par émerger sa tête hors de l’eau pour apercevoir Keyne au loin, puis replongea pour trouver un lieu abrité pour sortir de l’eau et s’accoutumer à nouveau à cette pesanteur qui la rendait un peu gauche. Au sortir de son élément, ses écailles scintillantes disparurent et deux longues jambes prirent leur place. Prenant quelques secondes pour s’habituer à ses pieds, tout en remuant les orteils, la sirène finit par se lever, un peu maladroitement au début, puis fit quelques pas avant de prendre de l’assurance. C’était toujours aussi bizarre de se sentir lourde – et il n’y avait rien de pire comme impression pour une femme ! Plus à l’aise avec ses pieds, Zéa quitta l’endroit protégé par des rochers, pour s’avancer sur la plage, à la rencontre de Keyne. Lorsque celle-ci l’aperçut, la sirène la vit se relever pour venir à sa rencontre, et ce fut avec chaleur qu’elle étreignit sa nièce alors que son sourire s’agrandissait de plus belle, oubliant l’atmosphère irrespirable en plein soleil. Toutefois, à l’évocation de la mère de Keyne, en apprenant qu’elle était malade, le front lisse de Zéa se plissa d’un trait inquiet. « Moi aussi, je suis très heureuse de te revoir, mais tu me vois également inquiète pour ta mère. J’espère qu’elle se rétablira vite ; tu n’oublieras pas de lui transmettre tout mes vœux de guérison. » Keyne, elle, n’avait pas l’air anxieux, ce qui était un bon signe, mais la sirène espérait sincèrement que la mère de la jeune femme aille mieux et au plus vite. Retrouvant un visage apaisé, elle esquissa un sourire amusé. « Vers la surface, oui, il fait bien trop chaud pour s’activer, mais même en ville, tout semble plus… agité. Et je ne sais pas comment tu fais pour supporter cette chaleur sans fondre ! A peine sortie de l’eau que je crois déjà cuire sur place. » Se dirigeant alors en compagnie de sa nièce vers l’abris frais offert par les rochers un peu plus loin, Zéa réfléchit quelques instants sur les nouvelles qui pourraient intéresser Keyne. Les temps étaient relativement calmes, bien que l’on craignît une mort prochaine du roi triton, la reine portant à merveille son sobriquet de veuve sanglante. Chassant de son esprit la vision de ses parents sans vie, elle tenta de répondre avec un détachement malgré tout teinté d’une petite once d’amertume : « Je crois qu’on ne pourra jamais la changer… Enfin, il faut faire avec ! Tout est relativement calme en ce moment, mais elle est d’humeur massacrante aujourd’hui. Je suis bien heureuse de ne pas me trouver dans les parages de la reine. » Elle ajouta d’un ton conspirateur, avec un petit sourire amusé, bien qu’il n’y avait rien de drôle : « J’ai peur pour son époux le roi, par contre ! » Zéa avait déjà fait part des rumeurs qui couraient sur la souveraine. Une histoire qui semblait incroyable, mais à y regarder de près, ce n’était pas si farfelu que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Keyne Delendar
Beware, I'm starving
Keyne Delendar
ζ Inscris le : 22/11/2015
ζ Messages : 305
ζ Avatar : Tabrett Bethell
ζ Localisation : Oscille entre le Poséidon et Bartok
ζ Occupations : Femme du Capitaine
ζ Âge : Vingt-huit ans
ζ Statut : Épouse possessive et comblée, de nouveau avec son mari
learn me to be a mermaid (zéa) 161004113443606171



learn me to be a mermaid (zéa) Empty
Message Sujet: Re: learn me to be a mermaid (zéa) learn me to be a mermaid (zéa) EmptyMer 10 Fév 2016 - 14:37

learn me to be a mermaid

« Vers la surface, oui, il fait bien trop chaud pour s’activer, mais même en ville, tout semble plus… agité. Et je ne sais pas comment tu fais pour supporter cette chaleur sans fondre ! À peine sortie de l’eau que je crois déjà cuire sur place. » L’habitude certainement. J’ai toujours vécu dans le sud de l’île et il est vrai que la chaleur est bien plus souvent présente que dans le Nord ou le centre. Nous nous dirigeons vers les rochers à l’ombre, tandis que je sors une cape de mon sac pour recouvrir le corps dénudé de la sirène. Les vêtements n’apparaissent pas par magie pour ces êtres, c’est pourquoi je prévois toujours quelque chose pour Zéa lors de nos rencontres. Discuter avec quelqu’un de complètement nu n’est pas toujours évident, disons que c’est assez gênant. Même entre femmes. « Je crois qu’on ne pourra jamais la changer… Enfin, il faut faire avec ! Tout est relativement calme en ce moment, mais elle est d’humeur massacrante aujourd’hui. Je suis bien heureuse de ne pas me trouver dans les parages de la reine. » Je fronce des sourcils. Comment peut-on avoir une souveraine aussi mauvaise ? N’est-ce pas le rôle d’une Reine que de donner exemple et d’instaurer un climat de paix envers son peuple ? « J’ai peur pour son époux le roi, par contre ! » Je tourne mon visage vers la sirène, un sourcil arqué. « Tu crois qu’elle va le… » Je n’ai pas besoin de terminer ma phrase et les mirettes cobalt de la jeune femme suffisent à me répondre sans qu’elle n’ait besoin de prononcer un mot. Dans mes souvenirs, Zéa avait déjà mentionné le meurtre d’un Roi par le passé. Pourquoi la Reine se mariait-elle si c’était pour tuer tous ses époux par la suite ? Une idée ridicule en soit… Si elle aimait tant gouverner seule, alors mieux valait arrêter de se marier pour tuer. À moins qu’elle soit amatrice de la mort… Pour une mercenaire telle que moi, c’était assez compréhensible même si au fond, je n’acceptais de tuer que des personnes coupables et dont le crime équivalait à son sort.

« C’est triste pour ce Roi, pourquoi ne pas l’avertir afin qu’il évite d’être la prochaine victime de cette femme ? » Sûrement que Zéa n’allait pas vouloir s’en mêler pour éviter d’être une potentielle victime par la suite. Mais à mes yeux, la jolie sirène aux cheveux d’or était intouchable. Peut-être mon affection pour elle ou bien cette sensation profonde. « Tu viens rarement me rapporter de bonnes nouvelles de la vie sous l’océan, une raison supplémentaire pour me convaincre de ne pas aller découvrir les profondeurs. De toute façon, j’en suis incapable… » J’étire un sourire, croisant les yeux de Zéa avant de détourner le regard sur l’océan. Ce n’était pas faute d’essayer pourtant, mais rien qu’à l’idée de ne pas voir le sol sous mes pieds, j’en tremble. Une phobie réellement risible pour une femme à moitié sirène, mais ce n’est pas essentiel à mes yeux d’avoir cette capacité. Elle ne m’apporte rien en plus dans mon existence et je garde jalousement mon secret. Pourtant, si demain on m’annonce que mon père m’attend dans les profondeurs, il est possible que j’affronte ma crainte pour le rencontrer. Quoi que… « Zéa ? Comment est-ce de porter la vie ? Je suis en train d’y penser ces derniers temps. Avec Haran, on aimerait fonder notre propre famille et, je me demande comment c’est de porter un enfant quand on est… enfin une sirène, tu vois ? »


HJ : désolée pour l'attente ! J'espère que ça t'ira learn me to be a mermaid (zéa) 3235645488


every love story is beautiful, but ours is my favorite
⊹ lumos maxima
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



learn me to be a mermaid (zéa) Empty
Message Sujet: Re: learn me to be a mermaid (zéa) learn me to be a mermaid (zéa) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

learn me to be a mermaid (zéa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-