AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Like brothers and sister
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Like brothers and sister Empty
Message Sujet: Like brothers and sister Like brothers and sister EmptyJeu 21 Jan 2016 - 14:07

Some saw the sun, some saw the smoke, some heard the guns, some bent the bow.  Sometimes the wire must tense for the note. Caught in the fire, say oh, we’re about to explode. Carry your world, I’ll carry your world. Some far away, some search for gold, some dragon to slay. Heaven we hope is just up the road. Show me the way, Lord because I'm about to explode. Carry your world and all your hurt.
Inooké Family

La chaleur de son tipi lui aurait presque donné envie de rester. Malheureusement, il lui fallait sortir et affronter la réalité. Une triste et dure réalité. Celle dans laquelle son petit frère était devenu un homme sanguinaire, un chien des mers. En cette matinée, Cheyenne s’apprêtait à aller lui rendre visite. Il le retrouverait attaché comme un animal dangereux dans un tipi assez éloigné. Un otage, un prisonnier, rien de plus. Gaaji qui, autrefois, avait couru entre ces mêmes tentes pointues, qui avait dévalé ces monts qui jouxtaient le camp Piccaninny et qui avait exploré les profondes des points d’eau à proximité. Aujourd’hui, il n’était plus qu’un vulgaire pirate aux yeux des autres. Pour son grand-frère, cependant, Gaaji restait le gamin qu’il avait connu de par le passé, le petit garçon qui avait besoin de sa famille auprès de lui.

Sa famille, justement, elle s’était agrandie durant son absence. Une nouvelle tête était apparue, Cheyenne avait redécouvert ce rôle de grand-frère qu’on lui avait arraché une première fois. Nokomi était arrivée dans leur vie. Jamais elle n’avait pu croiser la route de Gaaji, comme si les esprits avaient tenu à ce que ces deux-là ne se croisent pas. Autant la disparition de son frère avait été un calvaire insoutenable, autant la naissance de sa sœur fut un moment d’euphorie inoubliable. Le jour où elle avait pointé le bout de son nez, Cheyenne s’était promis de veiller sur elle jusqu’à son dernier souffle. Jamais il n’autoriserait qu’un quelconque malheur qu’il ait pu empêcher d’une quelconque façon ne lui arrive. Gaaji avait été la victime du manque de débrouillardise de son frère mais il était hors de question que Nokomi soit logée à la même enseigne.

C’est d’ailleurs vers le tipi de sa sœur que l’indien se dirigeait. Il était temps, désormais, qu’elle et Gaaji entrent en contact. Il fallait qu’ils réalisent que tous les trois, ils étaient les piliers de la famille Inooké. Et qu’importe si chacun avait pris une direction différente, le même sang coulait dans leurs veines et Cheyenne était persuadé qu’avec le temps, ils apprendraient à s’apprécier. La première étape étant de faire comprendre à Nokomi que Gaaji n’était pas totalement un pirate mais qu’un Piccaninny sommeillait en lui. L’homme déboula donc dans le tipi de sa sœur, s’approchant de celle-ci et tendant les bras. Il l’enlaça un bref instant et déposa un baiser bienveillant sur son front. Il n’était pas très enthousiaste à l’idée de la chambouler en la jetant dans un passé qui datait d’avant sa naissance ! Cependant, il aimait Gaaji autant qu’il aimait Nokomi. Cheyenne aurait été incapable d’en sacrifier un aux dépens de l’autre.

- Bonjour, Noko. Tu es prête ?

La veille, ils avaient eu une brève discussion durant laquelle Cheyenne avait dit à Nokomi qu’ils iraient voir leur frère. C’était impératif, les Inooké devaient se ressouder. De plus, le Piccaninny gardait en tête que l’appui et le soutien de sa sœur lui serait nécessaire pour faire entendre au reste du camp que Gaaji ne représentait pas un danger mortel. Il était hors de question qu’ils fassent du mal à leur frère ! Cheyenne attendit un consentement de la part de Noko puis lui prit la main et l’emmena. Ils marchèrent en silence, Chey se préparant mentalement à l’affrontement verbal qu’ils allaient devoir mener.

Le tipi dans lequel avait été installé Gaaji était un ancien, il avait appartenu autrefois à un Piccaninny vieux, épuisé, s’étant éteint sans la moindre famille car ayant toujours refusé d’en fonder une. Depuis sa mort, on emmenait parfois des prisonniers séjourner là-bas. Les indiens les traitaient tous de façon différente, au cas-par-cas. Cheyenne avait bien insisté sur le fait qu’aucun mal ne devait être fait à Gaaji. Il jouissait d’une certaine sympathie générale à son égard, notamment grâce au fait que beaucoup des anciens de la tribu avaient suivi les péripéties de la famille Inooké et leur avaient adressé leurs prières aux esprits. Cheyenne avait donc un tant soit peu d’influence parmi les siens. Assez pour protéger sa famille en tous cas.

À peine entré, l’indien s’aperçut que personne n’avait donné à boire à son frère durant la nuit. Il s’en voulut de ne pas y avoir pensé. Cheyenne ramassa le bol d’eau et l’amena à la bouche de Gaaji. Il pencha la tête du garçon en arrière et le fit boire lentement. C’était désagréable pour lui de voir son cadet pieds et poings liés mais pour que les Piccaninny le tolèrent et ne lui fassent le moindre mal, c’était la condition sine qua non.

- Voilà tous les Inooké réunis.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Like brothers and sister Empty
Message Sujet: Re: Like brothers and sister Like brothers and sister EmptyDim 24 Jan 2016 - 2:37


❝ like brothers and sister ❞
- cheyenne & gaaji -
fate brings people together no matter how far apart they may be, otherwise they can't know each other even face to face.
   le captif, tu n'as pas pu le voir. la veille, lorsque le groupe d'hommes envoyé dans les bois dont faisait partie cheyenne était revenu, un à un les indiens piccaninny se sont amassés autour d'eux, les suivant comme des bêtes curieuses. tous sortirent de leur tipi, tous arrêtèrent leurs activités pour connaître le motif de cette agitation soudaine. toi aussi tu voulus savoir, mais tes aînées t'ont ordonnées de rester à ton poste, et de finir de ranger le peu de pots de terre qu'il te restait à comptabiliser. pourtant tu les entendais. leurs pas, leur excitation et leur surprise. et malgré la doublure de peau pour l'hiver, à travers le tipi, tu compris. un prisonnier avait été fait durant l'expédition. ce fut donc dans la précipitation que tu te couvris pour l'apercevoir, cet homme. mais bien trop petite pour le voir malgré toutes ses têtes en mouvement, en essayant de faire le tour, c'est avec plus ou moins de chance que tu tombes nez à nez avec ton frère, plus en retrait que ses compagnons. qu'est-ce qui se passe, hein cheyenne? l'interroges-tu alors, en saluant son retour par une étreinte des plus enthousiastes. tout ce que tu vis, en relevant la tête, c'est son sourire indécis. le sourire qu'il t'adresse lorsque son esprit réfléchit trop. et ce fut après t'avoir entraînée plus loin que tu sus. les morts étaient revenus à la vie. comment était-ce donc possible? vous qui, depuis si longtemps, le croyiez dans les vagues et leurs dentelles éphémères. toi, qui te pensais chargée d'un fardeau, d'être celle qui remplacerait ton défunt frère. tu étais radieuse. les mots t'avaient manquée pour exprimer à la fois ta joie et tes appréhensions, mais cheyenne sut qu'il pouvait compter sur toi. tout se passera bien.

   nous sommes aujourd’hui, et tu n'as pas beaucoup dormi. tu y as pensé toute la nuit. à ce qui arriverait dans la journée, dans le futur. à lui surtout. à gaaji. qui était-il? était-il resté le même que dans la mémoire de cheyenne? ou avait-il changé? était-il l'individu qui avait tant agité la foule? et puis tu avais songé à ce qu'il pourrait penser de toi. au fond, tu ne voulais rien savoir de tout cela. pas avant de l'avoir rencontré. tu ne désirais pas te faire de fausses idées à son sujet et le dépeindre comme tu aimerais qu'il soit. non, il te fallait là, accepter l'homme qui te ferait bientôt face comme ton frère et aîné. mais ce que tu étais pressée. tu faisais les cent pas sous ton tipi, sautais sans raison, extériorisais ton émoi à travers ton corps avant de te laisser tomber comme une feuille sur le sol, à bout de souffle; c'est à ce moment-là que l'on vint te chercher. et c'est main dans la main, avec un engouement mal dissimulé que tu accompagnes cheyenne jusqu'à une tente bien éloignée de toutes les autres. tout ira bien. murmures-tu pour te calmer.

   et puis vous êtes entrés. tu restes ceci dit un peu en retrait, pour ne pas gêner ton frère. le jour qui vient timidement éclairer le centre du tipi, et son visage à lui. l'incompréhension se lit sur ton visage d'enfant décontenancée. voilà tous les inooké réunis. la peur de croire ce que tes yeux réalisent, la curiosité irritante qui t'ordonne de vérifier. mais tu n'es pas de ceux qui se cloîtrent derrière leurs murs. tu n'es pas de ceux qui jouent les faux-semblants. tu n'es pas de ceux qui se contrôlent, qu'il s'agisse des pensées, des mots ou des actes. tu n'es pas de ceux qui utilisent la peur comme prétexte de fuite, mais plutôt comme motif d'action. et c'est pourquoi, avec toute la grâce qui est tienne, tu t'avances hâtivement et viens dégager toutes les mèches brunes qui font de l'ombre à son visage fatigué. elles sentent le lointain océan, comme les habits qui le vêtissent et les cicatrices qui le recouvrent. un pirate. ce pirate.
   et tout ton corps qui retombe sur le sol, avec ton sourire et tes bons sentiments. assise en tailleur face à cet homme, perdue dans tes tourments, tu ne dis pas un mot. l'atmosphère devient pesante, et tu as l'impression d'asphyxier. mais pourtant, tu te rappelles que tu n'es pas seule, que quelqu'un compte réellement à ce que votre famille soit, et reste. tu relèves alors la tête, décidée: tu allais le faire. pour cheyenne, ton frère.
ahté (papa) et enah (maman) seraient véritablement heureux de le savoir vivant.

HRPG:
 
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 000 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Like brothers and sister Empty
Message Sujet: Re: Like brothers and sister Like brothers and sister EmptyMer 27 Jan 2016 - 1:05



❝Inooké Family❞
Cheyenne & Nokomi & Gaaji

Si vous voulez un avis de professionnel, passer toute une nuit et une grande partie de la matinée sur un sol dur et sec, ce n’est pas le plus confortable. Surtout lorsque vos chevilles ainsi que vos poignets sont étroitement enserrés dans des liens de corde. Que vous n’avez pas été nourri, ni qu’on vous ait proposé un peu d’eau à boire. Et qu’en plus de toutes ces conditions, vous n’ayez pas réussi à trouver le sommeil car trop de questions trottaient dans votre tête. Voilà à quoi se résumait la situation de Gaaji pour le moment. Prisonnier dans un tipi de son ancienne tribu. Quelle ironie. Comme si Cheyenne n’avait pas eu la possibilité de le laisser partir… À quoi s’attendait-il ? Reformer une famille avec Gaaji ? Il en était loin en tout cas, car le pirate voulait tout sauf ça. Et puis, qui étaient ces fameuses personnes qui l’attendaient, ici, selon les dires de son aîné ? Le brun ne voyait pas. Cheyenne lui avait bien dit que leurs parents étaient décédés, alors, à part eux à la limite, qui pouvaient bien avoir envie de le voir ? Depuis le temps où il était parti, tous les Piccaninny devaient l’avoir oublié. Bref, l’Inooké avait beau se creuser la tête, il ne savait pas et au fond il n’avait pas envie de savoir, même si on n’allait pas lui laisser le choix. Il avait tenté de se défaire de ses liens une bonne partie de la nuit mais tout ce qu’il avait réussi à faire, c’était se rougir les poignets, ainsi que s’épuiser inutilement. Il ne pouvait rien faire d’autre qu’attendre. Attendre qu’on décide de son sort à sa place.

La veille, son arrivée au campement avait fait pas mal de remous. Il pensait qu’il ne tiendrait pas très longtemps parmi son ancienne tribu, toutefois il semblait que son frère avait acquis une certaine influence depuis leur enfance. Alors on l’avait laissé tranquille, selon les directives de l’indien. En tout cas, on l’avait attaché ici, et personne ne lui avait rendu visite, même pas au plus sombre de la nuit pour essayer de lui trancher la gorge. Ce silence ne tarda pas à changer, néanmoins. Aux petites lueurs du jour, les indiens avaient commencé à s’agiter, certains passaient parfois devant le tipi où il se trouvait, attirant l’attention de Gaaji, jusqu’à ce qu’une ombre, qui lui était récemment redevenue familière, se détache sur les peaux de bêtes. Son frère lui rendait une petite visite.

Ils n’échangèrent aucun mot, alors que Cheyenne lançait un regard à l’eau qui se trouvait loin de Gaaji et à laquelle il n’avait pas eu droit, à croire qu’ils l’avaient posée là, hors de sa portée, comme pour le narguer. Il lui en prit un peu et lui en apporta, lui portant directement le bol aux lèvres. Cela aurait été un trop gros risque de le détacher même pour s’abreuver, n’est-ce pas ? Le pirate ne rechigna pas, même s’il trouvait ça dégradant, il ne pouvait décemment pas refuser l’eau sur laquelle il avait tant lorgné. Lorsqu’il se fut désaltéré, il détourna ostensiblement le visage de son frère, comme pour lui faire comprendre qu’il était loin d’accepter son aide aussi facilement. Cheyenne se recula donc et se mit à parler, pour déclarer que tous les Inooké étaient désormais réunis. Mince, le pirate n’avait même pas remarqué qu’il était accompagné de quelqu’un. Enfin, il allait faire la rencontre si mystérieuse qu’on lui avait annoncée.

A peine eut-il le temps de redresser le visage qu’une inconnue se jetait sur lui, dégageant les mèches de son visage pour mieux pouvoir l’observer. Décidemment, qu’est-ce qu’ils étaient tactiles, ces indiens. Vraiment pas sa tasse de thé. Au début décontenancé, Gaaji se concentra sur le visage qui se trouvait en face du sien. Il était loin de lui être inconnu. Cette chipie d’indienne l’avait suivi partout en l’accusant d’insanités ! Et maintenant elle se trouvait devant lui à le dévorer du regard. Incompréhensible. Encore elle ? avait-il envie de s’exclamer. Qu’est-ce que c’était que cette histoire ? Et qui était-elle vraiment ? L’épouse de Cheyenne ? Elle semblait un peu jeune pour ça. Gaaji lança un regard d’incompréhension à son frère, qui ne semblait pas réellement vouloir venir à son aide. C’est à ce moment-là que l’étrangère prononça les prénoms de ses parents. Cela faisant tellement longtemps qu’il ne les avait pas entendus. Sentiment étrange. Il était loin de partager son avis, cependant.

- Pourquoi parles-tu d’eux ? Et qui es-tu, d’ailleurs ? C’est tout en parlant que l’évidence le frappa de plein fouet. La différence d’âge, le fait qu’elle le poursuive partout en accusant les pirates d’être des assassins, le fait que Cheyenne la lui présente, et qu’elle parle de leurs parents… Elle ne pouvait être autre que… Sa sœur ? Non. Impossible. Gaaji ne voulait pas y croire. De nouveau, il échangea un regard avec Cheyenne. Attendez. Me dites pas que c’est une sorte de réunion de famille. Il détourna son visage de son aîné pour se concentrer sur la fille qui se trouvait désormais assise devant lui, semblant sans doute aussi désemparée que lui. Quoique, non. Aucun d’entre eux ne pouvait se sentir plus perdu que lui à cet instant. Déjà qu’il ne portait pas cette indienne dans son cœur à la base, il était désormais clair pour lui qu’il la détestait. Un rire amer lui échappa. Je vois… La famille Inooké était tellement dévastée qu’elle a dû remplacer l’un de ses membres par un autre. Dis-moi, ça fait quoi d’être la cinquième roue du carrosse ?

Le pirate n’était certainement pas le plus doué pour dissimuler sa colère. Et il était furieux en ce moment, il devait se l’avouer. Dire qu’il aurait presque cru Cheyenne quand il lui disait que la perte de Gaaji avait été une épreuve insurmontable. Pas si insurmontable que ça. Il avait bien eu raison de faire confiance à Barbe Noire et ne plus chercher à recontacter les siens lorsqu’il en avait eu l’occasion. Tout ce qu’il aurait découvert était qu’on lui avait pris sa place. Il avait très bien vécu sa vie sans connaître cette vérité. Et il les détestait tous les deux pour l’avoir forcé à l’apprendre de cette manière.

hrp:
 

© Pando
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Like brothers and sister Empty
Message Sujet: Re: Like brothers and sister Like brothers and sister EmptyJeu 28 Jan 2016 - 11:27

Some saw the sun, some saw the smoke, some heard the guns, some bent the bow.  Sometimes the wire must tense for the note. Caught in the fire, say oh, we’re about to explode. Carry your world, I’ll carry your world. Some far away, some search for gold, some dragon to slay. Heaven we hope is just up the road. Show me the way, Lord because I'm about to explode. Carry your world and all your hurt.
Inooké Family



Prétendre que la situation n'était pas l'apogée de la bizarrerie aurait été un énorme mensonge. Cheyenne avait l'impression de réunir le passé et le présent en une seule pièce. Malgré tout, un profond sentiment de bonheur l'envahissait. Quelque part, là-bàs parmi les esprits de la nature, ses parents devaient se réjouir de les voir, tous les trois réunis. Durant plusieurs années, cela avait paru une douce utopie aux yeux de l'indien mais aujourd'hui, les retrouvailles étaient possibles. Malheureusement, c'était sans compter sur les changements que la piraterie avaient opérés sur son frère. Gaaji n'était plus un Piccaninny, cela paraissait clair au vu des réactions du jeune homme mais aussi de la tribu. Cela dit, le pêcheur ne baisserait pas les bras si vite. Les anciens savaient eux, ils se souvenaient eux de ce gamin courant parmi les tipis, chahutant pour suivre son grand-frère. Ils soutiendraient Cheyenne et son envie candide de réunir les siens. Qu'importe ce que le reste de la tribu pensait, les anciens pèseraient de leur sagesse.

Nokomi dégagea le visage de Gaaji, cherchant à l'observer. Cheyenne fut surpris d'entendre sa soeur parler du pirate comme s'il n'était même pas dans la pièce. S'adressant directement à l'aîné des Inooké. Qu'avait-il espéré ? Que ces deux personnes qui ne se connaissaient pas allaient se sauter dans les bras et pleurer de joie ? Gaaji paraissait perdu, quoi de plus normal ? Il ne tarda cependant pas à additionner un et un. Il avait sa petite soeur en face de lui. Durant un instant, Cheyenne eut à nouveau l'espoir naïf que tout se règlerait facilement. Au lieu de ça, le pirate se renfrogna. Le pêcheur secoua la tête négativement. Gaaji voyait décidément toujours le verre à moitié vide ! Le Piccaninny l'avait connu bien plus optimiste et moins fataliste. L'aîné en profita pour s'imposer :

- Tes paroles sont ridicules. Tu n'étais pas là pour voir nos parents après ton enlèvement, tu ignores à quel point nous étions dévastés. Nokomi n'est pas survenue pour te remplacer mais simplement pour nous permettre de continuer à vivre ...

Cheyenne, comme par réflexe, caressa tendrement les cheveux de sa petite soeur. C'était une situation particulièrement compliquée. L'indien ne laissait personne faire de mal à Nokomi, il l'avait promis à ses parents avant leur trépas. Cependant, comment la protéger du seul autre être qu'il s'était juré de protéger ? Ces deux-là signeraient sa perte s'ils décidaient de se détruire mutuellement. Le pêcheur captura le visage de sa cadette entre ses mains pour la regarder droit dans les yeux. Les mots de Gaaji ne devaient en aucun cas semer un quelconque doute dans son esprit.

- J'ai tenu à vous présenter car nous sommes une famille. Mais surtout n'oublie pas qu'il a été élevé par ces maudits pirates. Il sait comment utiliser la fourberie et le mensonge pour t'atteindre.

S'il y avait bien une chose que l'indien n'aurait pu supporter, c'est bien de voir son frère enchaîné d'un côté et sa soeur éplorée de l'autre. Cheyenne voulait reconstruire un semblant de famille, pas la détruire davantage. Il lâcha sa soeur pour se tourner vers Gaaji.

- Je t'ai déjà expliqué combien j'ai espéré ton retour. Tu m'as peut-être beaucoup manqué mais je ne piétinerais pas ma fierté à sans cesse rouler à tes pieds pour te prouver mon amour sincère.

Le Piccaninny aimait sincèrement son frère, plus encore depuis qu'il l'avait retrouvé car combien de gens peuvent se vanter d'avoir récupéré un des leurs perdus parmi les esprits ? Cela étant, l'indien avait sa fierté et ne pourrait continuer perpétuellement à répéter à Gaaji qu'il l'aimait et qu'ils étaient tous du même côté.

- Je vais te chercher quelque chose à manger.

Il se tourna ensuite vers Nokomi.

- Tâche de garder à l'esprit ce que nos parents auraient désirés !

À ces mots, Cheyenne quitta le tipi durant quelques minutes, partant chercher de quoi remplir un estomac vide depuis plusieurs heures.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Like brothers and sister Empty
Message Sujet: Re: Like brothers and sister Like brothers and sister Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Like brothers and sister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-