AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyDim 14 Fév 2016 - 20:21

Un banquet qui fait mouche
food glorious food
Chapitre deux
Autour d’elle, la nourriture volait, s’écrasait à ses pieds. Ce banquet, jusqu’alors si sérieux, venait de se transformer en véritable champ de bataille en l’espace de quelques secondes. Les enfants perdus présents dans la foule semblaient s’éveillaient un à un, soudainement attirés par la bêtise de l’action. Feisty, n’était pas peu fière de se retrouver à l’origine d’un tel chaos. Insouciante, la gamine ricanait, mitraillant de plus belle une fillette perdue après que celle-ci l’ai ouvertement provoqué. On allait voir si elle se moquerait toujours une fois le visage couvert de crème ! Insolente, Feisty continuait le carnage qu’elle avait commencé, complètement aveugle au regard désapprobateur de certains adultes. Ceux-là pouvaient lui lancer tous les mauvais coups d’oeils qu’ils voulaient, la Bagarreuse s’en fichait. Si les vieux ne savaient pas s’amuser, c’était tant pis pour eux. Elle, comptait bien profiter de cette soirée pour se changer les idées et surtout jouer autant qu’elle le pourrait. Alors, elle s’en donnait à cœur joie, indifférente face à la quantité de nourriture qui était en train d’être gâché par ce petit jeu stupide. On craignait une pénurie, et alors ? Certains avaient fourni beaucoup d’efforts pour ce banquet, et alors ? Elle s’en fichait. Ces préoccupations adultes ne l’intéressaient pas. Tout ce qui préoccupait la fillette, c’était les dégâts qu’elle pouvait faire avec ces gâteaux devenus projectile improvisé.

Sans aucun ménagement, Feisty agrippa une poignée de malheureux petits fours qui se trouvait là et bombarda ses camarades. Concentrée sur ses tirs, elle ne remarqua pas la petite main qui tirait le bas de ses vêtements. Un enfant perdu, caché sous la table, essayait désespérément d’attirer son attention, seulement, la Bagarreuse était déjà ailleurs, délaissant ses deux amies. À quelques pas de là, Andy, jusqu’alors en mauvaise posture face à adulte, semblait avoir repris le dessus de la situation. Le curieux groupe formé d’Indien et de garçons perdus s’adonnaient désormais avec gaieté à ce joyeux carnage. Un carnage pas encore assez chaotique au goût de l’enfant perdue. Étouffé par la foule agitée, l’enfant perdue grimpa sur l’une des tables, écrasant sans état d’âme une tarte qui se trouvait là. Ce nouveau piédestal lui offrait une meilleure vue d’ensemble et surtout, une place de choix dans cette bataille acharnée.

De là où elle était, Feisty pouvait facilement atteindre plusieurs personnes à la fois en un seul coup. Tout ce qui lui fallait, c'était trouver quelque chose d'assez gros pour faire un maximum de dégâts et ainsi toucher tout le petit attroupement. Son regard scruta un instant les mets étalés à ses pieds pour finalement s'arrêter sur un immense saladier rempli d'une boisson qui ne devait certainement pas être de l'eau. « Hé, les Moches ! » cria-t-elle pour attirer l'attention de Peter, Andy et Niko, mais aussi celle des trois autres indiens qui se trouvaient dans son champ de tir. Feisty prit le plat à pleines mains, et dans un effort non dissimulé, jeta le contenu sur ses victimes, envoyant par la même occasion le plat en verre valser avec. « BOUM, dans vos tronches ! » La Bagarreuse leva les poings en l'air, triomphante, s'en se préoccuper du saladier qui venait d'exploser sur le sol, et du risque qu'encouraient les gens avec ces bouts de verre qui traînait désormais par terre. Elle riait, fière de sa bêtise.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Neverland
Beware, I'm starving
Neverland
ζ Inscris le : 20/03/2015
ζ Messages : 1676
ζ Avatar : Neverland
ζ Localisation : Au pays de l'Imaginaire
CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 1483305791-tumblr-o0mlwbxuco1ubzetko4-250



CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyDim 6 Mar 2016 - 22:21

La fête semble tourner à la bataille pour les garnements de l’arbre du pendu qui sèment la pagaille vers le buffet. Le Gouverneur a tendance à vouloir laisser ces chers bambins tranquilles, cela met de l’ambiance et de la joie. Tout le monde n’a pas la mine basse au moins. Seulement, les gens de la ville s’insurgent un peu et bien qu’ennuyé, il demande aux soldats d’éloigner les enfants. Ce qui ne fait en réalité qu’aggraver les choses. Les petits démons sautent sur les soldats armés, donnant des coups de pieds, mordant même ! Les enfants courent à travers les dédales de ruelles pour disparaitre pour un temps de la vue de tous. Luis de la Nostra demande le calme, mirant le buffet près du marché qui ressemble plus à un champ de bataille qu’à une table de mets délicieux. Heureusement, ce n’était pas le seul endroit où les tables étaient disposées.
Le Gouverneur monte sur l’estrade qui n’est autre que l’échafaud du bourreau. D’un geste pour instaurer le calme, il attire l’attention sur lui. « Merci ! Merci à ceux qui ont osé venir ce…soir…cet après-midi…enfin, peu importe l’heure, nous sommes là et c’est bien le principal ! Si vous êtes présents, tous ici….Devant moi, c’est en partie pour avoir des réponses. Mais ! Je ne suis que gouverneur, je ne suis ni un dieu, ni un elfe mutin qui a un quelconque pouvoir sur ce que notre île nous fait subir. Seulement, je compte sur chacun de vous, pour ne pas céder à la panique. Il fait nuit et alors ?! Si c’est un test que l’île nous envoie, ne devons pas nous montrer dignes de ce défi ?! Je veux que vous mangiez, que vous vous amusiez, certes, évitez de faire ce que les enfants font, mais…c’est dans l’idée. Passez un bon moment, remplissez-vous le ventre et repartez ensuite avec la certitude que demain, ou…bientôt, le soleil reviendra ! Nous sommes forts ! La peur ne doit pas prendre la place, mes…amis ! Prenez place à table ! Jouez musiciens et dansez-vous tous ! » La musique résonne dans l’immense place, alors que De la Nostra descend rapidement de son promontoire pour se mêler à la foule en espérant qu’on ne vienne pas trop lui poser de questions. Ils étaient là, venus ici ce soir, pour obtenir des réponses, mais il n’en a pas, il a cherché, il a demandé conseil, mais rien pour le moment ne peut changer la condition de l’île.
À peine le gouverneur est-il descendu qu’un pirate se met à hurler. « PLACE AU ROI ! PLACE AU CAPITAINE BARBE NOIRE ! » La foule s’écarte, un homme habillé de noir, suivi par de nombreux hommes des mers s’avancent au cœur de la foule. Il sourit, montrant ses dents, pour la plupart jaunies par le tabac et l’alcool. La foule se mue dans le silence, tous ont les yeux braqués sur celui qu’on craint, qu’on ne veut pas rencontrer. « Il parait qu’il y a une fête ?! » Son rire gras résonne sans que personne n’ose y répondre mis à part ses hommes qui sont nombreux et armés. « La loque qui vous sert de gouverneur l’a dit ! Danser ! Pour votre salut, mes mignons ! Car, c’est bien la fin pour vous ! Vous ne savez pas ce qu’il se passe, ni toi ! » Il montre un badaud qui sursaute et tremble de peur de ce doigt inquisiteur. « Ni toi ! » l’un de ses pirates soulève un enfant perdu qui tentait de se frayer un chemin, sans doute pour un mauvais coup. « Ni vous tous ! Vous n’êtes qu’une bande de poules mouillées ! Incapable de raisonner si on vous prive d’une chose essentielle ! Mais ne voyez-vous pas, ce que notre île veut de nous ! » Il tourne sur lui-même, ce pirate qui inspire la terreur dans les cœurs. « Elle veut le chaos ! Le désordre et….La peur ! Alors ! Donnons-lui ce qu’elle DEMANDE !!! PILLEZ LA VILLE !!!!! » Les pirates sortent leurs armes, poussant des cris, la foule se bouscule, les familles se font séparer dans la panique. Quelques corps déjà sont sur le sol, c’est le chaos ! Fuyez si vous le pouvez encore.

***
A SAVOIR :
Les règles sont les mêmes qu'avant. Vous êtes libres, de vous battre, de fuir, de vous faire prendre par les pirates. C'est le moment de faire des choix mes amis.

Attention ! Les enfants perdus, si vous toucher à Barbe Noire, vous avez 3 options.
• Vous serez blessés très gravement
• Vous serez capturés
• Vous vous faites tuer ! (:

Donc...si j'étais à votre place, je m'amuserai avec d'autres pirates que lui. J'éviterai de lui lancer quoi que ce soit dessus.

Bonne Chance, mes loulous ! CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 1872342987
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyMer 9 Mar 2016 - 17:39


La soirée promettait d'être vraiment inoubliable. Bataille de bouffe, mets délicieux à manger, mais il fallait que ça se dégrade.  Suite au discours du gouverneur, il eut peu d'applaudissements car directement après, une voix grave retentit dans la foule, recouvrant presque toutes les autres.  Andy monta rapidement sur une table pour observer l'homme de plus haut, ne le voyant pas avec toutes ses têtes devant lui. Quelques secondes après, Barbe noire prit la parole et l'espace de longs instant, Andy resta figé sans réussir à bouger. Il tremblait un peu et sauta brusquement de sa table quand les pirates se mirent à attaquer tout le monde. Retombant lourdement sur ses jambes, il attrapa un couteau qui se trouvait près d'un gâteau et se rua sur le premier pirate qu'il trouva. Il lui planta la lame dans le pied sans le faire vraiment volontairement puis chercha Nikolaï du regard. Lui seul pouvait le rassurer réellement. mais il ne l'aperçut nul part. Il chercha alors les autres enfants perdus et évita de justesse le coup de poing d'un pirate. Se faufilant à travers les gens à la hâte, il trouva finalement Nikolaï. Il se rua sur lui et lui attrapa le bras. Espérant que le jeune garçon ne le confonde pas avec un ennemi. Niko! Faut réunir les enfants perdus, vite !- Tandis qu'il parlait un homme tenta de porter un coup à son ami mais le petit garçon lui mit un énorme coup de bâton dans les jambes. Il entraîna son ami plus loin. Il faut retrouver les autres !

De partout ça se battait. On entendait des cris, des pleurs. Bien qu'il avait peur, Andy refusait d'abandonner. Il espérait juste ne pas tomber sur Barbe noire. Les autres enfants perdus devaient eux aussi éviter de s'en approcher. Il fallait neutraliser le plus de pirates avant ou fuir. Faut retrouver Feisty, et tout...Et on va pas laisser les adultes comme ça ! Si?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyVen 11 Mar 2016 - 7:32

Il n'avait pas voulu venir. Dès que les ordres lui étaient parvenues Jeremiah avait flair l'embrouille et la catastrophe à venir. Mais on ne discutait pas avec Barbe Noire et c'est l'air sombre et le sabre au clair qu'il avait suivi la troupe jusqu'à la grande place de Blindman's Bluff où se tenait le banquet. Quelle ne fut pas sa surprise d'y trouver un capharnaüm indescriptible en lieu et place de la petite fête qui était censée s'y dérouler  Visiblement les invités n'avaient pas attendus leur arrivée pour démarrer les hostilités. Faites confiance à ces gamins pour mettre le bazar partout où ils se rendaient !

Le discours de Barbe Noire lui fit une drôle d'impression. Comme annonciateur de catastrophes à venir. Quelque chose de particulièrement sombre et menaçant qui se profilait à l'horizon. Un peu comme si le vieux pirate détenait la clef du mystère ou tout du moins savait des choses qu'ils ignoraient tous. Ce qui était bien possible. Ce bon vieux Teach semblait toujours avoir un coup d'avance sur eux, rien ne l'empêchait d'en savoir un peu plus sur cette drôle de nuit qui s'était abattue sur eux et sur l'île qui semblait se détraquer un peu plus tout les jours. Galvanisée par le chaos ambiant, la troupe se jeta sur les invités dans un fracas de fin du monde et le pirate n'eut d'autre choix que de les imiter. Il ne faisait pas bon s'appeler Cookson ces temps-ci, il avait tout intérêts à obéir aux ordres de façon exemplaire. Fendant la foule, il avisa l'assistance tout en ce disant qu'ils n'arriveraient pas à grand chose dans un désordre pareil.

Une petite silhouette surgit de la foule se jeta sur lui dans un hurlement et le forban l'évita de justesse, s'écartant au dernier moment avant de saisir le garnement par le col pour lui ôter son arme improvisée des mains. Le ceinturant à la taille, il tenta tant bien que mal de maîtriser le petit sauvage tout en grondant entre ses dents.

« Assez gesticuler le mioche, ou je te plante ma lame entre les côtes ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptySam 12 Mar 2016 - 0:59

Un banquet qui fait mouche
food glorious food
Chapitre deux
Les adultes n’avaient aucun respect. Voilà qu’on les jetait comme des malpropres pour avoir osé mettre un peu d’ambiance à cette soirée ennuyeuse. Feisty avait bondi de son piédestal, bien décidé à ne pas se laisser faire. Cachée au creux de la foule, elle avait passé quelques minutes à échapper à un soldat, se faufilant entre les jambes des invités, pour finalement fuir. Oh, elle n’était pas bien loin. La gamine avait perdu une bataille, mais pas la guerre. À l’abri des regards dans une petite ruelle, elle attendit que les gardes retournent à leurs occupations pour retourner à l’assaut. La fillette ne prêta pas la moindre attention aux propos du gouverneur. Les discours des adultes n’éveillaient chez elle que du désintérêt, du mépris, ainsi qu’une quantité d’adjectif peu valorisant. Ennuyeux, barbant, endormant, rasoir, nul… Chercher les autres enfants perdus pour préparer une vengeance lui semblait bien plus amusant. C’était sans compter sur Barbe Noire.

Le vieux avait surgi de nulle part. Avec la foule de géants qui obscurcissait sa vue, Feisty ne parvenait qu’à distinguer un bout de son chapeau, mais cela ne l’empêchait pas d’entendre. La voix grave du forban avait attiré tous les regards sur lui. Que venait-il faire ici ? Décidément, on n’avait vraiment invité n’importe qui. Elle fronça les sourcils, étrangement attentive. L’île, il parlait de l’île, et ses paroles avaient un désagréable arrière-goût de prophétie apocalyptique… De toute évidence, Barbe Noire savait quelque chose qu’ils ignoraient. C’était lui. Elle le savait. Qui d’autre pouvait être à l’origine de l’agonie de son île, si ce n’était les pirates ? Les poings serrés, piquée à vif par la haine et l’adrénaline, l’enfant perdue commença à jouer des coudes pour s’approcher plus de l’estrade, prête à en découdre, lorsqu’une force la saisit soudainement pour la soulever. « Hé ! » Feisty se débâtit, retomba lourdement sur le sol, plus déterminée que jamais. Ces pirates désiraient la guerre ? Très bien, ils l’auraient.

Autour d’elle, le chaos, mais un chaos différent de ce qu’elle connaissait. Contrairement au début de la soirée, il n’y avait ni joie, ni rire, juste des hurlements et de la peur. Cette frayeur, Feisty la ressentait comme une soudaine poussée d’énergie. Elle courait, poignard à la main, un petit rictus moqueur sur les lèvres. Foncer tête baissée dans la bataille, voilà ce qu’elle aimait. Le pirate situé non loin d’elle en fit d’ailleurs les frais. Dans un hurlement, elle pointa son arme sur sa victime et se précipita vers elle sans pour autant réussir à la toucher. Mince, il avait fallu qu’elle tombe sur le sol gros tas avec un peu de bon sens. Déstabilisée par ce retournement de situation, la fillette se retrouva maintenue par le pirate.

« Assez gesticuler le mioche, ou je te plante ma lame entre les côtes ! » «Vas-y si tu l’oses ! » Son poignard confisqué, la Bagarreuse n’avait plus que ses poings pour se défendre et encore, ce maudit pirate la retenait fermement. Malgré les menaces, elle continua de gigoter comme un beau diable un moment, essayant d’atteindre l’adulte avec ses pieds et ses mains. « Laisses-moi partir sale face de rat ! C’est tout d'votre faute si notre île est comme ça ! » Cracha-t-elle, énervée par la situation dans laquelle elle était bloquée. Vu que bouger ne lui servait à rien, elle décida d’opter pour une autre méthode : hurler à s’en percer les poumons. Ça ne la sortirait pas de là, mais cela risquait au moins d’agacer le pirate et d’alerter ses camarades. Elle provoquait, jouait avec le feu, insouciante.
© Starseed
Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Luyana
Beware, I'm starving
Rainbow Luyana
ζ Inscris le : 23/11/2015
ζ Messages : 409
ζ Avatar : Amanda Seyfried
ζ Localisation : Camp des Piccaninny
ζ Occupations : Tisseuse de filets de pêche
ζ Âge : 25 années en apparence, mais a bien plus d'années derrière
ζ Statut : Ne sait plus ce qu'elle doit faire
CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 391207tumblrm4sh34Cb8h1ru5a86o1500



CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyMer 16 Mar 2016 - 18:58

Je connaissais bien Mata pour savoir qu’il ne serait pas grincheux, seulement, le voir sourire fut ma plus belle victoire. Cela nous faisait du bien à Selyne également d’ailleurs. La tournure que pris les choses fut des plus amusantes et je ris de bon cœur, lorsque mon grand frère me renversa une assiette de fruit sur le haut de mon crâne, je ne tardais à pas répliquer sur l’enfant qu’il tenait encore. Il gesticula et Mataku finit par le lâcher. Je le vis détaler rapidement vers ses camarades tout en continuant de rire. Nos regards se croisent un moment, nous devions être bien ridicules, couvert de nourriture comme des enfants, mais quelle importance, cela rendait cette vie plus attrayante que triste. Le gouverneur donna des ordres et les gamins furent repoussés dans les ruelles dans un joyeux capharnaüm. Mata me saisit par les hanches et nous éloigna pour éviter qu’on ne soit pris dans la rafle. J’attrapais un morceau de tissu et je me nettoyais le visage avant de le tendre à mon frère indien. Alors que nous nous débarbouillons, Luis de la Nostra prend la parole pour expliquer les raisons qui nous amènent ici. Je rate une partie du discours, avant de me frayer un passage dans la foule pour écouter ce qu’il a nous dire. Sans grande conviction je l’avoue, il n’est pas dans les petits souliers de l’île, je le sais depuis longtemps, seules les fées pourraient avoir une réponse à tout cela. Le discours ne nous apporte rien de plus et je pense que finalement, l’idée de venir était mauvaise. J’aperçois Mata qui me sourit à un mètre de l’endroit où je me trouve. Soudain, des voix résonnent dans cette grande place et je me retourne comme tout le monde pour voir le panache du pirate le plus craint de cette île. Barbe Noire. Je frissonne, la foule bouge, je me fais emportée au départ doucement, puis lorsque les pirates donnent l’assaut, je me fais pousser contre l’échafaud et je me glisse en dessous. J’ai perdu Mataku et Selyne. Tout le monde cri, c’est la panique. Je rampe sous la fabrication de bois, je crois le regard d’un enfant, avant de poursuivre. La population se bouscule, les pirates sont armés et visiblement, ils vont faire des dégâts. L’un d’eux passe sa tête à l’endroit où nous nous trouvons et tente de prendre l’enfant. Je viens à son secours et lui envoie un coup de pied dans la mâchoire. Je l’attire vers le côté opposé et il prend la fuite. Je relève ma robe pour passer une poutrelle et j’arrive à sortir de ma cachette, courant en direction d’une ruelle où j’espère pouvoir trouver refuge.



L’impossible ne semble pas exister en amour, seul existe des possibles quand nous avons traversé nos peurs et nos résistances, ou renoncer à des projections erronées sur l’autre. Mais parfois un choix est utile pour pouvoir vivre ne serait-ce qu'un semblant de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptySam 26 Mar 2016 - 17:41

La petite sauvageonne se débattait comme une diablesse et Jeremiah commençait à se demander s'il avait fait le bon choix en la saisissant au vol. Peut-être aurait-il mieux valu l'assommer au passage ? Mais de cette manière il avait l'air occupé sans pour autant avoir besoin de jouer de sa lame et on ne lui reprocherait pas de faire preuve de mauvaise volonté. Mais la gamine ne l'entendait pas de cette oreille et se mit à hurler à plein poumon tout en gigotant.

« Suffit, gronda-t-il, où je te refile à un de ceux-là et il risque de t'arriver des bricoles ! »

Coinçant la gamine sous un bras, il commençait déjà à regretter sa décision. Il aurait probablement du s'en tenir à sa première idée et aller lui chatouiller les côtes avec son poignard. Évidemment, sa menace n'eut aucun effet sur elle et ses hurlements continuèrent de plus belle. Agacé, l'homme lui plaqua une main sur la bouche, poussant un soupir lorsque ses cris perçant furent vaguement étouffés sans pour autant totalement disparaître. C'était déjà ça de pris. La chargeant sur un côté tel un vulgaire paquet, il se fraya un chemin dans la cohue pour tenter de se trouver un abri un peu plus en retrait, là où il ne risquait pas de devenir un dommage collatéral de toute cette débandade. Une mioche à gérer c'était déjà suffisant.
Revenir en haut Aller en bas
Neverland
Beware, I'm starving
Neverland
ζ Inscris le : 20/03/2015
ζ Messages : 1676
ζ Avatar : Neverland
ζ Localisation : Au pays de l'Imaginaire
CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 1483305791-tumblr-o0mlwbxuco1ubzetko4-250



CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyDim 3 Avr 2016 - 16:17


La cité se déchaîne et les pirates attaquent sans remords tous les badauds qui se trouvent sur leur chemin. Barbe Noire n’attend aucune pitié, la cité doit être pillée et ce rassemblement est une aubaine dont il risque de savourer la victoire abondamment. Le Roi des pirates mire chaque recoin de la ville, jubile à chaque cri d’enfants, femmes et hommes qui supplient. Quelle idée stupide a eu ce Gouverneur d’envoyé des invitations à toutes les âmes vivantes de Neverland : ne se doutait-il pas que les pirates n’étaient pas des hommes d’honneur ? Profiter du chaos, c’est leur seconde nature… Barbe Noire s’avance, foulant les pavés de la grande place déjà colorée par le sang versé par les innocents tués, il sourit. De La Nostra aboi des ordres envers sa garde, envers ceux qui sont destinés à protéger la cité et le pirate sanguinaire penche doucement la tête sur le côté. N’est-ce pas de la peur qu’il peut lire dans son regard sombre ? Ses lèvres s’étirent davantage. Le Roi des Pirates gagne aujourd’hui et ce qu’il voit, ce qu’il ressent et entend suffit à le contenter pour des années.

Il enjambe le corps éteint d’une petite fille tenant entre ses mains une poupée, observe sa frimousse effrayée, puis continue son chemin. Un pirate s’arrête à sa hauteur, pli un genou pour s’incliner devant l’homme qui s’est proclamé Roi à son arrivée sur l’île. Il règne en maître absolu depuis des années et il ne compte pas laisser sa place, sauf lorsqu’il trouvera enfin le moyen de retourner là-bas. « Nous avons capturé une poignée d’enfants perdus Capitaine ! » Ses lèvres s’étirent : « Parfait, emmenez-les sur mon bâtiment pour les enfermer. Je vais avoir besoin de ces morveux prochainement… » Ses mirettes se mettent à briller intensément, laissant clairement présager une idée déplaisante ou abominable. Le pirate obéit puis disparaît tandis que l’illustre Roi se dirige vers une connaissance, vers un allié de taille : le célèbre James Crochet. « Mon ami, ce que tu vois est-il aussi plaisant à tes mirettes qu’aux miennes ? » dit-il en se tournant vers lui. Le regard du redoutable Crochet rencontre celui du Roi des Pirates et tous deux esquissent un sourire malfaisant. « Allons boire ! » propose Barbe Noire tout en conduisant Crochet vers la taverne de l’Aigrefin, à quelques pas de la grande place où se déroule encore la bataille entre les survivants et les pirates. Beaucoup ont pris la fuite, mais il subsiste quelques irréductibles comme les soldats, les enfants perdus ou des adultes sachant manier le fer. Barbe Noire laisse Crochet servir deux cornes de rhum, attrape celle qu’il lui tend et lève celle-ci avec une expression victorieuse sur le visage : « A ma victoire ! » dit-il avant d’avaler le contenu de sa corne. « Bien, je vais aller tuer ce stupide Gouverneur pour prendre sa place ! » Barbe Noire se dirige d’une démarche lente et souple, vers la grande demeure pour y extirper le froussard ainsi que sa famille. Son but, le tuer lui et sa descendance, prendre sa place et régner sur Neverland intégralement. Cependant…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 EmptyMar 5 Avr 2016 - 21:29

CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Tumblr_lmcm545JO01qc3reoo1_500

J’enfile avec l’aide de Mouche mon plus saillant par-dessus, ma chevelure sombre surmontée d’un chapeau assorti à ma tenue, je me dois en ce jour bien heureux de faire preuve d’élégance. Ce fichu pirate qui se veut Roi vient enfin de prendre une décision qui ravit mon besoin de bataille, il était tant qu’il prenne les choses en main. Je l’avoue, j’y suis probablement pour un peu dans cette action, lui ayant susurré à demi-mot qu’un banquet où tout Neverland était convié. La suite, il la trouva lui-même, qu’il y trouve son intérêt, moi j’y trouverai le mien. Le navire avance lentement sur les eaux pour gagner le port de Blindman’s Bluff, mon crochet s’impatiente, j’ai besoin de déverser ma colère engorgée depuis bien trop de temps. Je promets un massacre dans les règles, la place sera rouge de sang des innocents qui pensent que nous ne sommes que des beaux parleurs sans envergures, il est temps de montrer à cette immonde marmaille que l’ère des pirates est venue, qu’ils nous craignent, qu’ils s’enfuient en nous apercevant, cela ne les sauvera pas. Et si par chance, je peux trancher quelques enfants, mon plaisir n’en sera que plus jouissif. Mouche ouvre la porte pour me laisser passer et c’est sans un remerciement que je lui passe devant pour aller sur le pont et descendre à terre. Il est là, dans ses habits sombres sans élégance, sans panache, il donne ses ordres, on l’écoute, mais je sais ce qu’ils pensent de lui, moi je sais ce que je pense de cette vermine. Un sourire ourle mon faciès, cruel et impatient, je suis le Capitaine du Queen. Lorsque nous arrivons sur la place, la panique s’empare de la foule. Je me délecte des cris, du doux bruit du chaos que notre seule présence provoque. Un enfant passe à ma portée et je le soulève sans mal, il supplie et c’est avec un plaisir non dissimulé que je lui enfonce mon couteau dans son corps chétif. Une jouissance pareille, jamais je ne pourrais en obtenir autant dans un quelconque épanchement de sentiment. Je fais retomber le corps sans vie sur le sol, comme un vieux sac il s’écrase dans un bruit sourd, alors que Barbe Noire mire mon acte sans dire quoi que ce soit. Il me connait, il sait de quoi je suis capable, je suis l’un des hommes les plus cruels qu’il soit, mais il doit ignorer à quel point. Je sais cacher mon jeu avec finesse et rigueur, il ne voit que ce que je veux bien lui montrer, ma face moins sombre, celle pour le public. L’un des hommes arrive fier de lui, annonçant qu’ils sont capturés des enfants perdus. Quelle aubaine ?! Encore des mômes à nourrir sur le navire, comme si nous avions besoin d’eux ! Foutaise ! Je les assassinerai tous un par un !

Barbe Noire : Mon ami, ce que tu vois est-il aussi plaisant à tes mirettes qu’aux miennes ?

Revêtir son masque pour mieux berner l’ennemi, je ne souris point, je n’en ai pas besoin, la brillance de mon regard suffit à lui réponse que je suis plus que comblé, mais je le serais encore plus si je pouvais faire que ses yeux deviennent vitreux et fixes. Il sourit le premier et je me dois de lui rendre, contraint et forcé. Il propose d’aller se flatter le gosier et je ne refuse pas, bien que mon envie de trancher m’aurait volontiers plus comblé que de trinquer avec lui. Il nous fait entrer dans une taverne où je n’ai jamais mis les pieds. L’endroit est pour ainsi dire vide de vie. Il me montre le rhum et j’y vois une chance que je ne peux laisser passer. D’aussi loin que je me souvienne, il ne m’a jamais laissé lui servir un verre lorsque nous étions dans ma cabine, peut-être savait il que j’en profiterais, aujourd’hui, il baisse sa garde. Je verse lentement la boisson ambrée dans deux verres avant d’y ajouter une petite touche personnelle que j’espère le Capitaine appréciera. Je lui tends et il le saisit sans hésitation.

Barbe Noire : A ma victoire !

Je trinque avant de porter le verre à mes lèvres sans en boire véritablement, trop content d’être aux premières loges de ce qui est MA CHANCE ! Il avale le liquide d’une traite, j’en ai des frissons dans le corps, mon cœur s’emballe, je sens la puissance me monter à la tête. La jouissance encore, celle qui me donne une sensation de pur plaisir. Il dit aller tuer le gouverneur, il est si insignifiant, pourquoi le tuer, alors qu’il peut être utile. Mais je me garde bien de lui dire, je suis magnanime en ce jour. Il marche rapidement, son sabre à la main et je le suis de près ne voulant pas raté une seule miette de ce spectacle. Soudain, sa démarche se fait moins souple, il chancelle, touche son cœur, se tourne vers moi, j’ai un sourire franc et un regard qui ne trompe pas. Dans mes yeux, il peut y lire mon acte malveillant, mon plaisir malsain, presque sadique. Son sabre tombe de ses mains qui n’ont plus la force de la soulever, un genou à terre, puis l’autre. Des pirates s’arrêtent en voyant leur Capitaine écumé de la bouche, son regard devient voilé, je sens la puissance monter en moi, l’envie d’en finir, mais mon plaisir est bien trop grand pour j’accélère son agonie. Il tente de prononcer quelque chose, et je lui réponds par un simple sourire. « Vive le Roi ! » Il s’écroule, enfin je respire, mes paupières se ferment, respirant avec aisance pour la première fois depuis des années. Autour de moi, un groupe s’est formé, je les mire avec fierté. « Lorsque vous aurez fini de vous amuser ! Retrouvez-moi sur le navire ! Et ceux qui ne le souhaitent pas, qu’ils restent ici ! Je ne veux à mon bord que de vrais hommes et des pirates dignes du dieu des océans ! Faites le savoir ! Le Roi est mort de ma propre main ! Il n’y a plus de Roi, plus de tyrannie ! La liberté aux pirates ! Chacun-pour-soi ! Plus de courbettes à l’ennemi ! L’ère des pirates est enfin arrivée ! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE - Page 3 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

CHAPITRE DEUX - UN BANQUET QUI FAIT MOUCHE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-