AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Coming back for you | Rainbow [terminé]
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Dream Bo'
Beware, I'm starving
Dream Bo'
ζ Inscris le : 11/12/2015
ζ Messages : 309
ζ Avatar : Garrett Hedlund
ζ Localisation : Vagabond sur Neverland
ζ Occupations : Arnaqueur - Voleur
ζ Âge : Vingt-huit ans
ζ Statut : Célibataire & Père de plus en plus heureux de l'être
ζ Signes distinctifs : Cicatrice sur la hanche - Gourmand à l'extrême
Coming back for you | Rainbow [terminé] 1483270679-161109110246895546



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] EmptyVen 8 Jan 2016 - 15:08

coming back for you

« Incompétent ! Trop gros ! Trop feignant ! Et bah, je vais leur prouver que je ne suis plus ça ! » « Pauvre gosse ! » « La ferme ! » Boule pousse avec la pointe de son épée le pirate attaché par ses soins, afin qu’il continue d’avancer. Ce jeune garçon, poussé par son orgueil et son besoin de reconnaissance, était parti quérir un pirate, le kidnapper en quelque sorte afin de le ramener à l’arbre du Pendu. Il voulait le tuer devant tous les autres et prouver ainsi qu’il n’était pas la boule qui ne pense qu’à s’empiffrer, même si c’était son cas la plupart du temps. Boule était aussi un guerrier et aujourd’hui, il allait le prouver. « Tu m’fais mal gamin ! » « Arrête de couiner comme un bébé. Les pirates… vous n’êtes pas ce que vous dites en fait ! » « Moi je ne suis pas gros ! » Boule s’arrête et se retourne vers le pirate, le visage aussi rouge que la pivoine ! « Je ne suis pas gros, juste un peu enrobé ! » Le tour de taille de Boule, un sujet délicat qui a valu de nombreuses et houleuses disputes à l’arbre du Pendu. Mais voilà, le gamin est un gourmand insatiable et il a toujours eu un ventre rond, des cuisses épaisses et un cou plus large que ses camarades. Ça ne fait pourtant pas de lui un pleutre ou un handicapé des jeux : il est toujours partant pour les chasses et les jeux en forêt avec tous les autres. Il est simplement plus lent et essoufflé, plus que les autres en tout cas. Mais il aime en jouer également, parce qu’au-delà des blessures que cela provoque, Boule aime l’autodérision et ne montre jamais combien les insultes l’affectent. Les enfants perdus sont une grande famille et quand on fait du mal à quelqu’un, ça touche la famille en entier. Mais quand la blessure est faite par un frère ou une sœur, c’est plus délicat à traiter. Rufio a toujours été à la hauteur jusqu’à présent et Boule espérait vraiment le rendre fier en ramenant ce pirate, en lui retirant la vie devant tous. Plus personne n’allait le considérer comme un moins que rien. « On est encore loin, j’ai mal aux pieds ! » « Quel bébé ! » Boule roule des yeux, qu’est-ce que les adultes peuvent être agaçant, se plaindre toutes les cinq minutes pour des futilités. Mal aux pieds, un pirate qui stagne toute la journée sur le pont d’un navire. « Tu es sûr d’être un pirate ? », dit-il en se retournant vers le forban, les sourcils arqués. L’homme se redresse fièrement. « J’vais t’couper la langue morveux ! » S’il en a le langage, son comportement depuis tout à l’heure laisse à désirer sur son véritable statut dans la piraterie. Mais tant pis, il ramène aux autres un pirate, du moins il ressemble donc c’est l’essentiel.

« Hey Calico ! Regarde ce que je ramène ! » Boule tire sur la corde de son prisonnier, un sourire triomphant sur son visage. Son meilleur ami est surpris d’une telle initiative de Boule, mais celui-ci ne veut rien entendre. Il doit l’emmener immédiatement à Rufio pour que celui-ci réunisse tous les enfants perdus. Boule fera couler le sang d’ici peu et tout le monde doit être témoin. Il délaisse son ami qui essaye de le retenir, mais Boule n’en fait qu’à sa tête, il va près du coin favori de leur Chef qui est assis devant deux gamins. « Hey Rufio ! » Celui-ci redresse la tête avant de sauter sur ses jambes en voyant le pirate : « Mais Boule, qu’est-ce qu’il fait ici ?! » « C’est moi qui l’ai attrapé et je l’ai ramené pour le tuer ! Je veux que tout le monde sache que je ne suis pas le petit gros incapable ! » Les yeux de Rufio deviennent deux billes. « Tu es inconscient ! Et si vous avez été suivi ? » À cet instant, Boule se rend compte qu’il n’a pas songé à vérifier derrière lui, encore moins de faire un long détour pour éviter justement d’être suivi. Ses yeux se tournent sur tous les autres qui assistent à l’échange. « Je n’y ai pas pensé… » Rufio mire autour d’eux, passant une main dans ses mèches rouges. « Tu es trop stupide Boule ! » Il lui prend la corde des mains, le poussant d’une main : à cet instant, le jeune rond a juste envie de s’enterrer et de dormir, tous les regards sont sur lui et son geste totalement inconscient. Il aurait pu conduire des pirates à leur repaire. Il traîne des pieds jusqu’à la silhouette de Rainbow, croisant ses yeux bleus avant qu’elle ne pose une main sur son épaule. « À L’ATTAQUE ! » Autour d’eux, de nombreux pirates sortent des arbres pour attaquer les enfants perdus. Rapidement, une bataille s’engage et tout le monde se défend pour sauver sa peau. Boule enfonce la lame de son épée dans la gorge d’un loup de mer avant de se retourner et de buter contre le corps sans vie d’un camarade, d’un frère. Ses yeux s’arrondissent, il se redresse et secoue l’épaule de son ami qui ne se relèvera plus jamais. Et c’est de sa faute. Boule reprend contenance et repart dans la bataille, aidant ses amis et sauvant in extremis la peau d’une petite fille.

Les dégâts sont moindres et pourtant catastrophiques. Par sa faute, par son arrogance, deux enfants ont perdu la vie dans ce combat contre les pirates. Il n’y a aucun survivant chez les forbans, mais Boule ne peut s’empêcher de se sentir coupable et quand Rufio se redresse après avoir fermé les yeux de deux des leurs, il traverse le cercle pour se planter devant Boule. « Tout est de ta faute ! PERSONNE ne doit jamais venir à l’Arbre, aucun adulte ! Regarde-les ! » Rufio attrape la nuque de Boule pour lui montrer les deux corps, deux enfants, deux camarades, un frère et une sœur qu’il a vus arrivés, qu’il a accueillis, qu’il a aidés… « C’est toi qui les as tués Boule ! Toi et seulement toi ! » « Je ne voulais pas.... » Il le relâche et s’éloigne, les mains à sa nuque tandis que le jeune rond baisse le visage, sentant une larme glisser sur sa joue. « On va devoir trancher. Pour son acte, Boule mérite de mourir. De sa faute, notre repaire a été attaqué, deux d’entre nous sont morts. Si vous pensez comme moi, alors vous voterez pour la mort de Boule ! » Le jeune rond ne veut pas mourir, il est ici depuis toujours et il ne veut ni grandir, ni mourir. Pourtant, c’est ce qui va arriver. Il ferme les yeux. « Que ceux qui veulent que Boule meure lèvent la main. » Tous les enfants présents doivent voter, pourtant, seulement une dizaine lève la main. Boule est apprécié, c’est le petit gros, le singe et celui qui fait rire, mais aussi celui qui réconforte. « Bien, dans ce cas… Qui vote pour le bannissement de Boule ? » Tous les autres lèvent la main. Ils savent que de toute façon, Boule ne pourra pas rester ici, mais c’est mieux qu’il soit en vie et ailleurs, plutôt que mort. Rufio se plante devant Boule et l’oblige à lever la tête. « Tu es banni, tu pars maintenant et je ne veux pas que tu dises au revoir. Tu ne le mérites pas ! » Le cœur de Boule se brise et son regard se tourne sur Calico et Miro, ses meilleurs amis. Comme il regrette maintenant. Il hoche de la tête et se retourne, pourtant il attrape la main de Rainbow sur son chemin et l’entraîne avec lui. « Qu’est-ce que tu fais ? » Boule s’arrête, gardant la main de son amie. « Elle vient avec moi, j’ai fait une promesse à son père… » Ainsi, Boule entraîne la jeune fille dans la forêt des quatre saisons pour quitter à tout jamais, les enfants perdus.

À peine sont-ils sortis de l’immense forêt, des heures plus tard, Boule se retourne avec l’envie de rebrousser chemin et d’implorer Rufio. Il ne veut pas grandir, il ne veut pas quitter sa famille et pourtant, le voilà ici avec la jeune Rainbow, fille d’un très vieil ami. Qu’est-ce qu’il doit faire ? Ils ne peuvent pas rester ici, à la vue de tous. Non, Boule doit trouver… un logement, mais est-il prêt à veiller sur Rainbow ? Elle n’a que neuf ans physiquement, elle… va avoir besoin de quelqu’un apte à la réconforter et Boule, aujourd’hui, n’en est pas capable. Et il doute de l’être un jour. Il tourne les yeux sur la jeune fille, un peu perdue. « Je suis désolée Rain. J’ai tout gâché, j’ai perdu ma famille et on se retrouve là, sans rien… »


a promise is a promise
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Luyana
Beware, I'm starving
Rainbow Luyana
ζ Inscris le : 23/11/2015
ζ Messages : 409
ζ Avatar : Amanda Seyfried
ζ Localisation : Camp des Piccaninny
ζ Occupations : Tisseuse de filets de pêche
ζ Âge : 25 années en apparence, mais a bien plus d'années derrière
ζ Statut : Ne sait plus ce qu'elle doit faire
Coming back for you | Rainbow [terminé] 391207tumblrm4sh34Cb8h1ru5a86o1500



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Re: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] EmptyDim 17 Jan 2016 - 20:11

coming back for you





Aujourd’hui, nous préparons les fêtes des saisons, tout le monde s’affaire à droite et à gauche, et c’est presque la cohue pour ne pas dire un gros bordel au sein même de notre groupe. Assise en tailleur sur l’une des passerelles qui mène à ma cabane, je mire avec attention les allers et venues des autres enfants perdus. Je pourrais aider, mais hier, je me suis fait punir par Rufio pour avoir gâché la chasse aux papillons. En même temps, ce n’était pas ma faute, Boule était tombé dans les réserves en voulant un goûter supplémentaire, ne pouvant le secourir seule, j’avais dû alerter les autres et par ma faute, enfin notre faute, la chasse avait été annulée. Ce n’était pas notre première bêtise, mais heureusement nous ne sommes les seuls à qui cela arrive. Rufio avait raison d’un côté, nous devons respecter la cohésion de groupe et même si je me sens privée aujourd’hui, je n’en veux à personne. De ce côté-là, j’ai toujours été de bonne constitution. Ma plume entre les lippes, je tente de me souvenir avec exactitude de ma journée d’hier pour la coucher sur le papier et ne rien oublier. Soudain, des cris me parviennent et je me redresse, courant sur la passerelle pour voir le camp attaqué par des pirates. J’attrape tout ce que je trouve à ma portée pour lancer des projectiles et empêcher certains boucaniers d’approcher de mes amis. Jaycee, ma très chère fée tintait bruyamment à mes oreilles me prévenant de danger et m’encourageant à frapper à tel ou tel endroit. Après une rude bataille, je descendis rejoindre mes compagnons, certains étaient blessés, d’autres…  « Oh !!! » Poussais-je en voyant le corps de deux enfants. Une main sur ma bouche, je me frayais un passage juste qu’à tomber sur Rufio qui faisait la morale à Boule…Non, il ne lui faisait pas la morale, il voulait le tuer. Effrayée à cette perspective, j’attrapais la main de Calico pour me rassurer, mais ses grands yeux ne m’indiquaient rien de bon pour celui que je considérais comme mon grand frère.

Rufio : On va devoir trancher. Pour son acte, Boule mérite de mourir. De sa faute, notre repaire a été attaqué, deux d’entre nous sont morts. Si vous pensez comme moi, alors vous voterez pour la mort de Boule ! Que ceux qui veulent que Boule meure lèvent la main.


Je fusille tous ceux qui osent lever la main contre lui, la mort ?! Il ne la mérite pas ! J’ai envie d’intervenir de prendre la défense de Boule, mais Calico me retient, me mimant le geste de me taire et de ne pas bouger. Je ne peux pas le laisser se faire tuer ! Il est mon ami, la seule personne après mon père à laquelle je tiens le plus. Il est maladroit, oui, il n’est pas très sportif, mais il me fait rire et il est toujours là pour me réconforter lorsque je suis mélancolique. Il est venu me chercher lorsque papa m’a abandonné, je lui dois ma survie. Rufio renchérit et demande qui est pour son bannissement, mais même là, je ne veux pas voter. Je ne veux ni l’un ni l’autre, je veux qu’il reste avec moi ici ! Le couperet tombe pourtant, les mains levées ont été nombreuses pour qu’il reste en vie. Mais le bannir ! C’est…

Rufio : Tu es banni, tu pars maintenant et je ne veux pas que tu dises au revoir. Tu ne le mérites pas !

En colère, j’avance de quelques pas pour dire ma manière de penser à notre chef, seulement, je suis encore retenue par Calico et Miro. « Mais je… » Ils me font un geste de tête, signifiant que non, je ne dois rien dire ou faire. Je sens qu’ils sont aussi désappointés que moi, qu’ils sont attristés même. Boule vient vers nous, la foule s’écartant sur son passage, mais moi, je reste sur son passage, sa main attrape la mienne et il m’entraine sans que je n’oppose de résistance, partir avec lui, oui, tant pis pour le reste. Rufio l’arrête lui demandant ce qu’il fait. Mon ami croise mes yeux et je lui souris timidement. Il a fait une promesse à mon père et il compte bien l’honorer. Je jette un dernier regard aux cabanes, mon livre encore contre ma poitrine. Ma fée m’accompagne jusqu’à la limite et je l’entends me dire adieu, mon cœur se déchire, Jaycee ! Non ! Boule me tire un peu et mes petites jambes le suivent, pourtant, je voudrais dire adieu à ma petite amie, celle qui m’a beaucoup appris sur son peuple. Les larmes coulent alors sur mes joues, je me rends compte que je suis en train de tout perdre. Nous marchons pendant des heures, montant sur les rochers, grimpant des petites collines à travers les montagnes avant de se retrouver en dehors de notre forêt, loin de notre famille. Boule s’arrête se tournant vers moi, il a envie de pleurer je le vois, c’est mon ami, je connais tout ou presque de cette tête de bois adorable.

Boule : Je suis désolée Rain. J’ai tout gâché, j’ai perdu ma famille et on se retrouve là, sans rien…

Mes joues sont encore salées, mais j’ai cessé de pleurer, je suis perdue et je ne connais pas la suite de cette histoire, mais je sais lorsque je le vois aussi fragile que si nous restons ensemble, alors rien ne pourra nous arriver. Je m’approche de lui, mettant mes petites mains dans les siennes. « Ce n’est pas grave…je suis là, on est ensemble. J’veux pas que tu sois désolé, tu n’as pas mal agi, moi, je te comprends…On va y arriver » Ses grands yeux croisent enfin les miens et je prends dans tout ce qui me reste de courage pour sourire et me dire que la vie est un jeu. Oui, voilà, c’est un nouveau jeu. « On va se fabriquer une maison, tu iras chasser et je cueillerai des fruits ? Regarde ! » Je m’éloigne un peu, trouvant deux grands arbres qui feront l’affaire. « Ici, je vois bien notre cabane, avec un coin pour faire le repas, ici, on mettra notre table, comme dans la maison avec papa…et là…on mettra des pièges pour les animaux…Alors ?! Tu t’occupes du feu ? » J’arrive un peu à le dérider, mais c’est déjà un bon début.

Les jours passent, nous avons réussi à fabriquer une petite cabane, toute petite et pas très solide, les nuits sont fraiches et ce n’est pas idéal, nous avons très faim, on n’arrive même pas à attraper un lapin, c’est pour dire. On est un plein après-midi, Boule est pâle et moi, mon ventre n’arrête pas de grogner et pourtant, j’ai mangé quelques racines ce matin. Il me regarde avant de me tendre la main pour me relever. « Quoi ? » lui demandais-je naturellement. Il me sourit et m’annonce que nous allons aller en ville, là-bas nous pourrons trouver plus facilement à manger.



L’impossible ne semble pas exister en amour, seul existe des possibles quand nous avons traversé nos peurs et nos résistances, ou renoncer à des projections erronées sur l’autre. Mais parfois un choix est utile pour pouvoir vivre ne serait-ce qu'un semblant de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Dream Bo'
Beware, I'm starving
Dream Bo'
ζ Inscris le : 11/12/2015
ζ Messages : 309
ζ Avatar : Garrett Hedlund
ζ Localisation : Vagabond sur Neverland
ζ Occupations : Arnaqueur - Voleur
ζ Âge : Vingt-huit ans
ζ Statut : Célibataire & Père de plus en plus heureux de l'être
ζ Signes distinctifs : Cicatrice sur la hanche - Gourmand à l'extrême
Coming back for you | Rainbow [terminé] 1483270679-161109110246895546



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Re: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] EmptyJeu 21 Jan 2016 - 19:04

coming back for you

Est-ce imaginable que deux enfants puissent survivre sans aucun adulte ? Lorsqu’on pense à l’arbre du Pendu, il n’y en a aucun, mais ils sont nombreux et loin des dangers – même s’ils s’y fourrent volontairement –, mais ils veillent les uns sur les autres. Aujourd’hui, il n’y a que Boule et Rainbow. Personne d’autre. Alors, comment s’en sortir ? Boule a l’habitude d’être en famille depuis de très nombreux siècles et se retrouver ici, avec juste cette petite fille… c’est horrible et inimaginable. Impossible même. Comment ? Comment ils vont faire ? Boule aimerait pouvoir craquer, pleurer un bon coup puis repartir en quête d’un avenir : mais il n’est pas aussi fort qu’il le prétend. Aujourd’hui, il est devenu orphelin. Il redresse pourtant le visage lorsque Rainbow pose ses mains sur ses épaules avec un petit sourire sur son visage : « Ce n’est pas grave…je suis là, on est ensemble. J’veux pas que tu sois désolé, tu n’as pas mal agi, moi, je te comprends…On va y arriver » L’enfant est tel qu’il l’a toujours connue, positive et optimiste, encourageante et réconfortante : pourtant, c’est lui le plus grand et âgé des deux. Ses yeux clairs croisent ceux de la petite blondine et il se contente de mordiller l’intérieur de sa joue gauche. Comment y arriver ? « On va se fabriquer une maison, tu iras chasser et je cueillerai des fruits ? Regarde ! » Elle s’éloigne pour montrer deux grands arbres, gardant toujours ce sourire sur son visage : « Ici, je vois bien notre cabane, avec un coin pour faire le repas, ici, on mettra notre table, comme dans la maison avec papa…et là…on mettra des pièges pour les animaux…Alors ?! Tu t’occupes du feu ? » Boule laisse filtrer un micro sourire, l’enthousiasme de Rainbow est contagieux, mais il n’est pas aussi optimiste que la petite fille. Il craint que tout ceci ne dure qu’un temps. Sans attendre, Boule s’éloigne pour aller ramasser du petit bois afin de pouvoir les réchauffer pour cette nuit.

De nombreux jours après son bannissement, Boule n’est plus autant négatif même s’il n’est pas non plus un exemple d’optimisme. Disons qu’il prend la vie telle qu’elle vient. Ils ont faim, la plupart du temps et le gourmand qui arrivait à contenter son appétit ne fait que regretter de plus en plus sa folie. Il faut qu’ils trouvent à manger sinon, on ne retrouvera que les deux corps affamés et sans vie de ces deux enfants, d’ici quelques jours. Alors, lorsque le soleil est haut dans le ciel, Boule tourne la tête vers Rainbow et lui tend sa main. Il étire un sourire à la question de la blondine et répond : « Nous allons en ville, on trouvera plus facilement à manger là-bas ! » Ni une ni deux, mains liées, les deux enfants prennent la route de la cité qui est à deux heures de marches de là où ils vivent. Mais avec un peu de chance, ils rentreront avant la nuit. Tout au long du trajet, Rainbow et Boule restent silencieux, mais intérieurement, Boule est détruit. Il passe à des endroits où il a vécu de très bons moments avec ses frères Miro, Ginger et Calico. Comment se redresser ? Il l’ignore, mais, il fera tout pour. Après tout, tout est de sa faute et il doit assumer les conséquences de son arrogance. Il doit grandir, même s’il ne le veut pas. Lorsqu’ils arrivent à la cité, les rues grouillent de nombreux commerces ambulants, de cris et rires. « Ne lâche pas ma main Rain ! » Boule s’engage sur le chemin de pavé et circule entre les badauds pour trouver une idée. Ils n’ont aucune pièce sur eux, pas de quoi acheter alors, il va falloir voler. Il sait comment sont punis les voleurs quand ils sont attrapés, alors cette fois-ci, Boule veut réussir et montrer qu’il n’est pas qu’un idiot qui foire toutes les idées qu’il possède. Il laisse Rainbow dans une ruelle et se plante devant elle : « Tu ne bouges pas d’ici, tu ne parles à personne et si quelqu’un t’embête, tu vas à la taverne d’accord ? Je reviens vite ! » Boule s’éclipse rapidement pour aller tourner autour des marchands. Discrètement, il vole un sac en lin d’un vieillard puis le remplit avec des fruits, du pain et de la viande séchée. Réussite absolue, pour l’instant. Seulement, il ne veut pas s’arrêter en si bon chemin, si bien que lorsqu’il revient dans la ruelle, il dépose trois sacs pleins. « Je reviens ! » Il retourne pour faire les poches des hommes et femmes. Étrangement, en faisant ça, Boule se sent mieux. Est-ce qu’être malhonnête soulage sa douleur ? On dirait.

Il revient avec deux autres sacs vers Rainbow, un sourire sur le visage. « J’ai un cadeau pour toi, mais il faut partir vite, avant qu’on ne nous retrouve ! » dit-il le souffle court. Effectivement, un homme s’est rendu compte que le petit gros volait ses pièces et il lui a couru après. Mais Boule a réussi à lui échapper, seulement, il faut partir. Il attrape quatre sacs et quitte la cité avec sa charge plus que lourde, Rainbow ayant aussi du mal à porter. Il se retourne avec un sourire quand elle demande ce qu’est son cadeau. « Je t’ai acheté une poupée. » Elle fronce des sourcils, précisant qu’ils n’ont pas d’argents. « J’ai tout volé aujourd’hui ! »


a promise is a promise
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Luyana
Beware, I'm starving
Rainbow Luyana
ζ Inscris le : 23/11/2015
ζ Messages : 409
ζ Avatar : Amanda Seyfried
ζ Localisation : Camp des Piccaninny
ζ Occupations : Tisseuse de filets de pêche
ζ Âge : 25 années en apparence, mais a bien plus d'années derrière
ζ Statut : Ne sait plus ce qu'elle doit faire
Coming back for you | Rainbow [terminé] 391207tumblrm4sh34Cb8h1ru5a86o1500



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Re: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] EmptyMer 3 Fév 2016 - 22:45

coming back for you




Notre route est longue jusqu’à la ville, mais j’ai l’habitude de marcher beaucoup et puis la ville, je n’y suis allée que très peu. Je sais que j’y ai vécu avec papa et maman, c’était il y a…tellement d’années à présent. Mais étrangement, cela ne me touche plus comme avant, c’est comme si je l’avais vécu dans une autre vie, mon existence d’avant. Mon ami est silencieux, je remarque parfois sa main qui se ressert plus sur la mienne et je le mire avec un petit rictus, mais même cela, il ne le remarque pas. Nos pas nous mènent dans le cœur de la cité très animée, il y a beaucoup d’adultes, ceux qu’en général nous évitions toujours.

Boule : Ne lâche pas ma main Rain !

Je hoche de la tête, confirmant que je ne suis pas prête de le lâcher. Je n’ai pas peur, loin de là, seulement une légère appréhension face à ce monde qui met inconnu. J’observe les hommes avec leur barbe, leur visage qui ne ressemble en rien à ceux de mes amis. À mes yeux, ce sont tous des pirates. Je souris, je ris presque lorsque je crois la route d’un individu de sexe masculin qui ne porte qu’une culotte. Je trouve cela drôle, surtout de le voir se faire crier dessus par une femme qui semble avoir des soucis avec son buste. Elle a deux énormes excroissances de chair qui dépasse de sa robe. Boule s’arrête dans une rue adjacente au marché et comme il est plus grand que moi, je redresse mon visage innocent vers le sien.

Boule : Tu ne bouges pas d’ici, tu ne parles à personne et si quelqu’un t’embête, tu vas à la taverne d’accord ? Je reviens vite !

Ma tête remue alternativement à chacune de ses phrases. J’ai tout compris, mais si quelqu’un m’embête, je me battrai, pourquoi aller dans un endroit plein d’adultes. Je ne veux pas me retrouver sur une planche à sauter dans l’eau. Mon ami s’éloigne, sa démarche peu assurée, je l’aime bien mon Boule, il est mon frère et un peu mon amoureux, mais cela je le garde pour moi. Tout le monde, le traite de petit gras, mais pour moi, il est meilleur que tous les autres. Il est gentil et je sais que pourrai compter sur lui pour toujours. Parce que lui, il n’est pas comme Papa, il ne m’abandonnera jamais, j’y crois dur comme fer. Observatrice, je contemple les gens qui passent dans la rue, parfois, certains s’arrêtent pour me regarder et je leur tire la langue avant de croiser les bras et de faire mes gros yeux. Mais en réalité, je ne suis pas méchante, je veux juste ne pas avoir de problème. Le temps passe, une éternité à attendre, enfin de mon point de vue. Boule revient et je souris, le regardant poser des sacs près de moi. Je ne sais pas comment il a fait, mais il y en a beaucoup. Les grandes personnes sont gentilles finalement. Il me laisse de nouveau et j’attends encore…Il revient une nouvelle fois et je fronce des sourcils lorsqu’il dépose encore deux sacs. Notre retour sera plus long avec tout ça.

Boule : J’ai un cadeau pour toi, mais il faut partir vite, avant qu’on ne nous retrouve !

Très rapidement, j’attrape un sac et je cours avec Boule à travers les ruelles de la ville, jusqu’à ce qu’on aille vers les bois et le sentier pour nous ramener à la maison. J’ai du mal à courir avec ce gros sac, mais je suis plus curieuse encore du cadeau dont il parle. « C’est quoi mon cadeau ? »

Boule : Je t’ai acheté une poupée.

Acheter ? Mais nous n’avons pas d’argent, à moins qu’une grande personne lui en ait donné. « Mais nous n’avons pas d’argent, on t’en a donné ? »

Boule : J’ai tout volé aujourd’hui !

Je fronce les sourcils. Voler ? C’est mal, je crois. Je veux dire, on volait toujours de la nourriture à l’arbre, mais c’était un jeu. Je crois que c’est mal…mais après tout, je m’en moque. Voler aux adultes, c’est un jeu amusant. « Heureusement que les adultes ne t-ont pas attrapé, alors ?! Tu me la donneras lorsqu’on sera à la cabane ? » Il confirme et nous reprenons la route, tout en piochant parfois dans les sacs pour manger quelques petites douceurs. La nuit n’est pas encore tombée lorsqu’on revient à la cabane. Boule déballe tous les sacs et c’est comme une fête merveilleuse. Il sort des trésors de ses sacs et j’en ai les yeux qui brillent. Et puis, en dernier, il tire d’un petit sac en toile, une très jolie poupée aux yeux bleus et aux cheveux aussi blonds que les miens. Le sourire aux lèvres, je le regarde avec affection. « Elle est trop belle ! Merciii » je lui saute au cou, l’enlaçant tendrement et le gardant contre moi. « C’est le plus beau cadeau qu’on met jamais fait ! » Il sourit, je sais que ces derniers temps ont été durs, mais je sais aussi que nous nous en sortirons et même si nous grandissons, ce n’est pas grave, on deviendra amoureux et on se mariera comme les adultes. Boule et moi, c’est pour la vie.

Seulement…tout était bien trop beau. Quelques jours après notre vol en ville, un ours est venu et a tout manger nos réserves. Il était bien trop gros pour qu’on l’attaque, alors…on est resté dans l’arbre et depuis nous y dormons. Parfois, Boule part pour revenir avec des sacs, notre cabane est dans les arbres pour éviter les bêtes sauvages. Je ne suis pas malheureuse au contraire. Les jours passent, les semaines et les mois, nous sommes en hiver. Il commence à neiger et il fait de plus en plus froid. J’ai bien dit à Boule qu’on devrait retourner dans la forêt des 4 saisons, vers le printemps, mais il ne veut pas, il sait que nous risquons gros en y retournant. J’ai froid, ce matin-là, je n’arrive même pas à me relever du creux dans l’arbre, je tousse beaucoup, je voudrais me blottir près d’un feu. Alors, mon ami en fait un, m’aide à descendre et me cale contre lui pour me réchauffer. Je faiblis de jour en jour, je voudrais manger, mais ma gorge douloureuse m’en empêche. Emmitouflée dans une couverture, je reste contre le tronc, les yeux dans le vague. Boule arrive avec un peu d’eau et je lui souris. Mes lèvres s’étirent mais elles craquent et je fais une grimace. Pour la première fois depuis longtemps, je n’ai plus envie de rire, je suis faible. « Merci…tu sais…je ne voudrais être nulle part ailleurs qu’avec toi, Boule. Tu es mon grand frère…et je t’aime… »



L’impossible ne semble pas exister en amour, seul existe des possibles quand nous avons traversé nos peurs et nos résistances, ou renoncer à des projections erronées sur l’autre. Mais parfois un choix est utile pour pouvoir vivre ne serait-ce qu'un semblant de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Dream Bo'
Beware, I'm starving
Dream Bo'
ζ Inscris le : 11/12/2015
ζ Messages : 309
ζ Avatar : Garrett Hedlund
ζ Localisation : Vagabond sur Neverland
ζ Occupations : Arnaqueur - Voleur
ζ Âge : Vingt-huit ans
ζ Statut : Célibataire & Père de plus en plus heureux de l'être
ζ Signes distinctifs : Cicatrice sur la hanche - Gourmand à l'extrême
Coming back for you | Rainbow [terminé] 1483270679-161109110246895546



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Re: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] EmptyMer 10 Fév 2016 - 15:35

coming back for you

Boule étire un sourire. Oui, heureusement que les adultes ne l’ont pas attrapé même s’il est persuadé qu’il aurait pu s’en sortir indemne. Seulement, avec ce qu’il s’est passé à l’Arbre du Pendu récemment, Boule perd confiance dans ses capacités d’affronter un adulte. Est-ce que s’il échoue, Rainbow va lui tourner le dos ? Le jeune garçonnet hoche de la tête à la question du jeune tendron et ils reprennent la route pour retourner dans leurs petits campements. À peine arrivé que Boule déballe les sacs pour montrer tout ce qu’il a chapardé à Blindman’s Bluff, de quoi les faire vivre plusieurs semaines sans mourir de faim. Puis, il termine par le sac contenant la jolie poupée qui ressemble beaucoup à Rain. Blonde aux yeux bleus, avec les joues roses et une robe couleur bois. « Elle est trop belle ! Merciii » Il se contente d’un sourire en tapotant maladroitement la tête de la jeune enfant lorsqu’elle vient le prendre dans ses petits bras. « C’est le plus beau cadeau qu’on m'ait jamais fait ! » Voilà de quoi réchauffer le cœur du jeune garçon, encore tourmenté par son bannissement de l’Arbre. Ses amis lui manquent, il espérait qu’ils essayent de le retrouver pour venir lui parler, mais personne. Ni Miro, ni Calico… Il est triste, mais il cache toutes les émotions qui le bouleversent pour rester fort devant la jeune Rain. Il faut qu’il agisse comme un grand frère, leur situation est déjà suffisamment difficile pour y ajouter le chagrin. Boule, il ne pleure que lorsqu’il se retrouve seul : soit quand il va faire ses besoins un peu plus loin ou quand il entend la respiration de Rain signifiant qu’elle dort. Il n’y a que là que les larmes quittent ses pupilles pour glisser sur ses joues. Il aimerait tellement revenir en arrière, effacer son acte stupide pour être auprès des autres. Là, il dormirait dans sa cabane en entendant les ronflements des autres, il se sentirait moins seul et abandonné. Parce que même s’il a été banni, il espérait vraiment que ses frères viendraient… qu’ils fouilleraient toute la forêt des quatre saisons pour le retrouver. Mais voilà déjà de nombreux jours qu’ils sont partis et toujours rien. Boule a été abandonné.

Ce jour-là, ils jouaient avec des papillons lorsqu’un grognement les fit se retourner sur un énorme ours. Celui-ci, passant par là, a été attiré par l’odeur du morceau de porc séché. Boule et Rain étaient dans l’arbre, spectateur de pillage de leurs réserves par l’ours. Boule voulait l’attaquer, mais la jeune fille l’en empêcha, il était bien trop gros. Résultat, ils décidèrent de camper dans l’arbre pour éviter que cet incident ne se reproduise.

Cela fait exactement deux mois que Boule a été bannie de l’Arbre. L’hiver est là et la neige tombe en abondance ces derniers temps. Ils ont froid, en particulier Rain qui est plus pâle que d’ordinaire. Ses lèvres autrefois couleur des roses, sont presque comme le ciel quand il fait beau. Boule ne se sent pas bien en voyant son amie, il se rend compte qu’elle commence à être malade. Il se souvient de Lizzy, de comment elle était avant de mourir et il n’a pas envie que Rain parte. Qu’elle meurt. Il ne se le pardonnera jamais si ça arrive, seulement il ne peut rien faire de plus : la réchauffer avec un feu ou une couverture supplémentaire. Peut-être qu’elle serait mieux dans une maison, avec une famille pour prendre soin d’elle ? Boule n’est qu’un enfant à peine capable de s’entretenir alors comment peut-il veiller sur Rain ? Elle est jeune et elle ne résistera pas à l’hiver. C’est en l’entendant tousser que Boule prend une décision déchirante pour lui, mais vitale pour son amie. Le jeune garçon lui apporte un peu d’eau et elle sourit, mais cela semble douloureux, car aussitôt, son sourire est remplacé par une grimace : « Merci…tu sais…je ne voudrais être nulle part ailleurs qu’avec toi, Boule. Tu es mon grand frère…et je t’aime… » Boule remue de la tête. « Tu n’iras nulle part ailleurs, de toute façon… » Il sait que la jeune fille est butée, il lui a déjà proposé de l’emmener en ville pour lui trouver une famille il y a de ça un mois, mais elle a refusé d’une manière tellement forte que Boule n’a jamais osé reparler du sujet. Pourtant aujourd’hui, il va le faire sans lui dire, parce que sinon, elle va mourir. Il s’assoit à côté d’elle en glissant son bras autour de ses frêles épaules, il dépose un baiser sur sa tempe. Lorsqu’il sent la tête de Rain tomber contre lui, il soupire en essuyant une larme qui glisse sur sa joue. Il n’a pas le choix. Il préfère être seul pour qu’elle vive, plutôt que de la voir s’éteindre. Alors, il soulève son corps pour la déposer sur le traineau de fortune qu’ils ont construit ensemble en riant, il y a plusieurs semaines.

Boule descend de leur cabane et dépose toutes ses affaires dans un sac en toile. Il vérifie une dernière fois qu’il n’a rien oublié et tire la jeune fille pour l’emmener vers la ville afin de lui trouver une famille. Derrière lui, près du feu, reste la petite poupée qu’il lui a offerte et qu’ils ont tous les deux appelée Lizzy en mémoire d’une amie chère à leurs cœurs. Certainement que Rain aurait aimé l’avoir avec elle, mais Boule ne l’a pas vu. Il renifle bruyamment tout au long du chemin, seulement quand ils sortent de la forêt des âmes, il remarque plusieurs roulottes en halte sur le bord de la route. Il fronce des sourcils et observe rapidement les gens. Il s’arrête sur un couple qui discute avec une vieille femme et s’approche d’eux. « Bonjour… » La jeune femme se retourne et se lève de son siège en voyant Boule aussi pâle que la neige qui tombe, le visage humide des larmes qui ne cessent de tomber depuis qu’il a pris cette décision. Puis il y a Rain derrière, sous une couverture qui dort sans savoir ce qu’il se passe. « Elle est malade… Vraiment malade et… je ne peux pas la soigner ! » La vieille femme observe Boule tandis que les deux autres vont près de Rain. L’homme la soulève pour l’emmener à l’intérieur de la roulotte, accompagnée par sa femme. Boule inspire longuement avant de déposer ses affaires près de la vieille : « Je ne peux pas m’occuper d’elle… Elle va mourir, si elle reste avec moi… » La vieille femme pose sa main sur l’épaule du petit rond : « Tu as veillé sur elle jusqu’à présent et tu peux en être fier ! » Boule étire un sourire, hoche de la tête en essuyant ses larmes. La femme sort de la roulotte : « Est-ce qu’elle va mourir ? » Elle remue de la tête avec un sourire. « Non, on va la soigner comme il faut. Tu dois avoir froid toi aussi, entres à l’intérieur… » « Non… Je dois repartir ! » La jeune femme s’approche, mais Boule recule : « Dites-lui simplement que je suis désolé, mais que je ne peux pas m’occuper d’elle ! » Et il repart en courant, ignorant l’appel de la femme qui tente de le faire revenir. Il se retourne qu’une fois près de la forêt, observant la roulotte dans laquelle il vient d’abandonner ce qu’il lui restait de sa famille. Le cœur lourd, il retourne à la cabane pour empaqueter ses affaires et trouver un autre endroit. Il sait que Rain reviendra ici quand elle se sentira mieux alors, il doit partir. Quand il tombe sur la petite poupée, le jeune garçon la ramasse et caresse ses boucles blondes : « Je suis tellement désolé… » Il la sert contre lui et l’emmène avec ses affaires vers une nouvelle aventure.


a promise is a promise
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Rainbow Luyana
Beware, I'm starving
Rainbow Luyana
ζ Inscris le : 23/11/2015
ζ Messages : 409
ζ Avatar : Amanda Seyfried
ζ Localisation : Camp des Piccaninny
ζ Occupations : Tisseuse de filets de pêche
ζ Âge : 25 années en apparence, mais a bien plus d'années derrière
ζ Statut : Ne sait plus ce qu'elle doit faire
Coming back for you | Rainbow [terminé] 391207tumblrm4sh34Cb8h1ru5a86o1500



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Re: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] EmptySam 20 Fév 2016 - 19:08

coming back for you




Mon ami me réconforte, me promettant que je n’irai nulle part ailleurs, je ne laisserai pas faire, je tiens bien trop à lui pour m’en séparer et même si cela était une question de vie ou de mort. Rassurée, mais faible, je me laisse aller, je ne sens pas mes yeux se clore, pas même le mouvement de Boule qui me soulève. Je suis bien trop malade pour me rendre compte de ce qu’il se trame pendant ce sommeil de plomb qui m’a prise par surprise.

Une odeur de plante me chatouille les narines, mes paupières tremblent un peu avant que je n’arrive finalement à les ouvrir en totalité. J’ai la tête comme dans un étau, j’ai chaud, j’entends au lointain des voix d’adultes et je me redresse d’un seul coup. Une main chaleureuse se pose sur mon torse et je mire la femme près de moi, qui semble bienveillante, elle me demande de me calmer, voulant que je me recouche. « Où suis-je ? Où est Boule ?! » La femme s’assoit sur le rebord de ce lit très confortable, cela fait longtemps que je n’ai pas dormi dans une telle couche. La femme brune aux yeux aussi bruns que sa chevelure vient me caresser la tête et je la repousse sans doute un peu méchamment. « Ne me touchez pas ! Où et mon ami ? BOULLLLEEEE BOULLLLEEE ! » Je m’égosille pour le faire accourir et me rassurer, voyant qu’il ne vient pas, je bondis du lit, bousculant la dame et les choses dans la tente pour sortir. Je regarde apeurée autour de moi, il n’y a que des visages inconnus ici et je m’enfuis dans les bois tout proches. Je cours pieds nus à travers la forêt, me blessant, pleurant, mais appelant Boule, comme si au fond de moi, je savais qu’il n’était pas absent pour rien. « BOULLLLEEEE !!! » Mes larmes glissent sur mes joues, le trajet est long, mais lorsque j’arrive à notre cabane, il n’y a plus rien. Si ce n’est les restes de notre campement. Je me tourne dans toutes les directions, cherchant un indice, est-ce qu’il se cache. Je sens mon ventre se contracter, j’ai mal. « Boulllle….Boullle… » Mes petites jambes encore faibles me lâchent et je me retrouve dans le froid de ces feuilles craquantes, à genoux seule au milieu de cet endroit si important pour moi. Je sanglote ne voulant pas admettre qu’il m’a laissé, qu’il m’a abandonné, tout comme mon père. Suis-je vouée à cela ? Soudain, un craquement et je redresse le visage pour mirer devant moi, un homme et la femme de la tente. Je passe mon bras sur mon nez qui coule, la femme vient vers moi et j’ai un geste de recul. « Il est venu avec toi, il y a plusieurs jours, un petit garçon un peu plus grand que toi et assez rond…c’est lui que tu voulais retrouver » Je remue de la tête pour confirmer. « Il s’est enfui une fois qu’il t’a confié à nous, il a demandé à ce qu’on veille sur toi, qu’on te soigne…il n’a pas voulu rester » Mon cœur se brise, je peux l’entendre et la douleur de cette brûlure se répand dans mon sang, me glaçant tout entière. « Mais…il m’avait promis qu’on serait toujours ensemble, qu’il ne m’abandonnerait jamais ! Il a promis ! » De nouveau les sanglots envahissent ma gorge et je me mets à tousser fortement. La femme s’approche, délaissant son châle pour le poser sur mes épaules. « Tu es encore faible, ma chérie…viens… » L’homme s’approche et me soulève, caressant ma chevelure avant de quitter l’endroit. Mes yeux se perdent vers ce lieu si important pour moi, je pose ma joue sur l’épaule large de l’homme tout en pleurant en silence. J’ai mal, si mal. Ce n’est que plusieurs semaines après que je prends conscience que Boule l’a fait pour me sauver pour me protéger. Mais…pourquoi est-ce qu’il n’est pas resté, on aurait pu…continuer ensemble. Il me manque tellement, trop pour que mon cœur puisse un jour l’oublier. Si bien que pour éviter que l’île ne me joue des tours, j’écris des pages et des pages sur lui, racontant tout ce qui se rapportent à lui pour ne jamais qu’il soit un fantôme dans mon âme.



L’impossible ne semble pas exister en amour, seul existe des possibles quand nous avons traversé nos peurs et nos résistances, ou renoncer à des projections erronées sur l’autre. Mais parfois un choix est utile pour pouvoir vivre ne serait-ce qu'un semblant de vie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty
Message Sujet: Re: Coming back for you | Rainbow [terminé] Coming back for you | Rainbow [terminé] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Coming back for you | Rainbow [terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-