AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie)
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Empty
Message Sujet: The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) EmptySam 6 Mai 2017 - 0:33


The worst mistake is not asking for help
Minnie & Owen

Depuis sa dernière rencontre avec Mélusine, Owen était troublée. Son sommeil se faisait de plus en plus rare, de plus en plus agité. Il était énervé, souvent en colère, souvent tendu. Il ne savait que penser des derniers événements et sa seule certitude était sa peur. Plutôt que de disparaître, elle s'était amplifiée. Il craignait davantage pour sa fée, car maintenant il la sentait vulnérable. Il avait peur pour elle. Il y pensait jour et nuit, angoissant sans arrêt, autant pour sa sécurité qu'à propos du truc étrange qu'y commençait à grandir en lui. Plus qu'un simple désir de protection, il souhaitait la posséder. Il la voulait pour lui seul, sans trop savoir pourquoi. Il voulait pouvoir la serrer dans ses bras autant qu'il le désirait, mais il avait peur de la briser tellement elle était frêle. Il voulait être auprès d'elle, tout le temps, mais il avait peur de l'ennuyer. Il voulait discuter avec elle, mais il avait peur de la blesser avec ses paroles. Il voulait être là pour elle et ça le terrifiait. Jamais il n'avait ressenti de telles choses et ça le troublait. Il ne voulait pas s'abandonner à cette passion. Il ne voulait plus y penser, tout simplement. Alors, pour oublier temporairement sa belle, il partait à la chasse chaque matin. Et, malgré la haine qu'il portait pour ce mot, c'était devenu une routine. Chaque jour il se levait aux aurores, avec ou sans gueule de bois, et il se sauvait dans les bois. Il pouvait parfois marcher pendant des heures sans s'arrêter, parce que bouger l'empêchait de réfléchir. Il pistait les animaux de façon machinale, presque absente, et il ne rentrait pas tant qu'il n'avait pas abattu une proie.

Aujourd'hui, il faisait pareil. Il marchait sans relâche et sans même penser aux gestes qu'il faisait. Il progressait de façon mécanique, peu attentif à son environnement. Trop concentré sur les empruntes de lièvre qu'il suivait depuis déjà quelques heures, il ne remarqua pas le sanglier qui l'observait depuis un moment. Et, lorsque ce dernier s'élança vers lui, il fut pris par surprise. Owen, il fut forcé de revenir brutalement à la réalité. Sursautant malgré lui, il échappa accidentellement son arc. Il aurait voulu le ramasser pour s'occuper de la bête avant qu'elle n'arrive à sa hauteur, mais le temps manquait. Il se redressa donc en vitesse, puis se mit à courir en direction opposée de l'animal. Mais il marchait depuis longtemps et l'alcool ingérée la veille lui causait une atroce migraine à chaque pas. Alors, au bout d'un moment, il finit par s'épuiser. Il n'avait plus la force de courir, alors il s'arrêta, puis se positionna face au sanglier, les pieds encrés au sol et les genoux légèrement fléchis. Il était en position d'attaque, prêt à commettre une grosse bêtise. Ce qu'il s'apprêtait à faire était idiot , mais ça lui était égal.

Une fraction de seconde plus tard, la bête chargea et il s'élança à son tour après avoir dégainé le petit couteau de chasse qu'il trainait toujours à sa ceinture. L'impact fut violent. Owen fut projeté au sol par le poids de l'animal. Mais, dans sa chute, il parvint à planter sa lame dans son poitrail. Une blessure profonde, tellement que la bête s'effondra, s'affalant lourdement sur le chasseur qui eut à nouveau le souffle coupé. Mais, dans un élan d'adrénaline, il arriva à repousser l'animal, puis à rouler sur le côté pour se dégager. Il se redressa alors légèrement pour observer l'ampleur des dégâts. Ils n'étaient pas nombreux, mais certains étaient plus gênants, comme cette blessure au mollet causée par les dents de la bête lorsqu'il l'avait chargé. Celle-là lui causait bien du tort, car elle l'empêchait de se redresser complètement. Il resta donc assis un moment, jusqu'à ce qu'il entende des pas. Il aurait préféré se débrouiller seul, mais les résidus d'alcool dans son corps rendait la tâche plus difficile. Il appela donc la personne avant de reprendre son couteau en main, au cas où l'individu en approche aurait de mauvaises intentions.
© HELLOPAINFUL


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Empty
Message Sujet: Re: The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) EmptyMer 24 Mai 2017 - 10:44

The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Post-40923-0-26066400-1401980390
The worst mistake is not asking for help
Owen


Assise devant ma coiffeuse, je brossais ma longue chevelure avec soin tandis que ma nourrice défaisait les draps avec tendresse. L'obscurité s'était abattue sur Londres depuis déjà quelques heures, et l'enfant que j'étais ne pouvait se permettre de veiller plus tard encore. Et alors que je gagnais ma couche, ma nourrice me conta une de mes histoires préférées avant que mes paupières ne se ferment pour sombrer dans les bras de Morphée...

Je rêvais souvent du passé ces derniers temps, comme si certains aspects de mon ancienne vie me manquaient. Comme si le fait que l'on ne s'occupe plus de moi était devenu une souffrance dont je ne parvenais pas à me défaire, et ce, même avec le temps. Me balançant dans mon hamac à l'aide de mon pied nu, frôlant avec délice la terre fraîche de ma nouvelle maison, je me réjouissais de sentir la chaleur des rayons du soleil éclore sur mon visage tel une caresse tendre d'un être aimé. Coco titillant une mèche de ma chevelure emmêlée de son bec, je me décidais enfin à ouvrir les yeux. "On va aller cueillir des fruits aujourd'hui Coco." Je me redressais tandis qu'il se posait sur mon épaule, ses serres griffant quelque peu ma peau, mais la douceur que l'animal me donnait, et cet amour inconditionnel qu'il me portait, me faisait oublier l'infime souffrance physique qu'il pouvait également me procurer. L'arbre semblait encore plongé dans le sommeil, à moins que certains ne soient déjà partis chasser.

Pour ma part, je laissais mes pas me porter loin dans la forêt, mon corps se mouvant entre les branches et les feuillages fous, dans cet enchevêtrement de nature mystérieuse. A force de vivre sur l'île, je suis parvenue à ne plus sentir la douleur du sol sous mes pieds, la corne le faisant paraître plus soyeux, comme le sable fin d'une plage ensoleillée. Et bientôt je grimpais sur un arbre afin de pouvoir m'allonger sur ses branches solides, qui parfois me faisaient penser à la puissance des bras de mon père, lorsque petite, il me prenait dans ses bras afin de m'enlacer. Quand j'étais encore trop jeune pour devenir un objet de convoitise qu'il fallait absolument éduquer à l'image d'une société que je n'appréciais guère. Mais alors que je perdais dans mes pensées bercée par le chant du vent s’immisçant dans les branchages, les hurlements d'un animal et l'agitation entre les feuillages attirèrent mon attention. "Que se passe t-il Coco ?"

Je sautais de mon perchoir, avançant avec lenteur, accroupie au sol, m'aidant de mes mains afin de pouvoir me glisser entre les feuilles d'un buisson moins dense. Mes yeux clairs scrutèrent alors la scène. Un homme déjà marqué par les épreuves luttant pour sa vie, tandis qu'une bête aussi majestueuse qu'inquiétante se jetait sur lui. L'issue du combat en serait forcément fatale pour l'un des deux protagonistes, la même lueur dans leurs yeux, la rage de vaincre, l'agressivité. Je m’aplatissais au sol. Je ne serais que spectatrice de ce massacre. Et intérieurement, je me mise à espérer que la bête soit vainqueur, me rappelant soudainement la haine que les adultes portaient aux enfants perdus sur l'île imaginaire.  Mais alors que les secondes passaient, le dénouement fut autre, tant et si bien que je me redressais d'un bond, optant pour la fuite discrète. Mais mon pas fut lourd et bientôt, une branche au sol craqua sous mon poids.

La voix autoritaire de l'homme brisa le silence la seconde d'après, m'ordonnant de me révéler, hésitante, je mis un instant à me décider. Et puis, je me rappelais que la vie était bien trop précieuse pour que je ne le laisse périr entre ces arbres. Je me dévoilais à lui lentement, écartant les feuilles qui se trouvaient sur mon passage, Coco venant se poser sur mon épaule, mon regard d'abord sur sa jambe, puis enfin sur l'arme qu'il tenait en main. Je m'arrêtais net. Mes yeux bleus rivés sur les siens, je tâtais mon corps recouvert d'une robe improvisée tombant presque en lambeaux, je n'avais pas d'armes, et même si je m'enfuyais, il pouvait toujours m'atteindre.  Aussi, je prenais mon courage à deux mains et avança d'un pas mal assuré afin de m'agenouiller auprès de lui. "Je peux soigner votre jambe."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Empty
Message Sujet: Re: The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) EmptyVen 26 Mai 2017 - 16:25


 
The worst mistake is not asking for help
Minnie & Owen

 
Il s'était mis dans la merde, encore une fois. Ces temps-ci, il multipliait les conneries, encore plus qu'à l'habitude. Il buvait de plus en plus tard et de plus en plus tôt, pour endormir toutes ces craintes qu'y venaient le hanter dans son sommeil. Ces terribles cauchemars qui rendaient ses nuits difficiles... Il n'en avait parlé à personne, parce qu'il était hors de question d'admettre ses faiblesses, mai il était terrorisé. Il avait du mal à rejoindre son lit, alors il l'évitait du mieux qu'il le pouvait. Il se rendait à peine passé midi à la taverne et il n'en ressortait qu'aux petites heures du matin. Puis, après une courte sieste, il se rendait toujours dans la forêt pour chasser un peu. Ça l'aidait à oublier ses craintes, alors il ne se souciait pas du danger. Il agissait sans trop réfléchir, traquant les animaux, les abattant et les dépeçant de façon machinale. Ça avait commencé quelques jours plus tôt, alors qu'il s'était abandonné à sa Mélusine. Il s'était ouvert pour l'une des premières fois dans sa vie et si ça lui avait fait du bien sur le coup, ça lui causait plus de mal maintenant. Parce qu'il se sentait terriblement coupable et qu'il craignait encore plus qu'avant de blesser sa fée. Et, à force de tenir ce rythme, l'épuisement commençait à se faire ressentir, d'où l'accident qu'il venait de subir. Encore un peu assommé, autant par l'alcool que par le manque de sommeil, il avait failli ne pas s'en sortir. L'animal aurait pu causer sa perte, ce qu'il avait évité, sans pour autant être tiré d'affaire.

Étendu sur le sol, la peau du mollet écorchée, il se sentait con. Il aurait du se montrer plus raisonnable et rester coucher encore un peu. Ça lui aurait évité autant d'embarras, surtout que maintenant, sa seule option était de faire confiance à une gamine. Elle venait de quitter sa cachette et elle se tenait devant le chasseur, l'air effrayée devant l'arme qu'il tenait. Pourtant, elle fit preuve de courage. S'avançant lentement, elle vint s'accroupir près de lui avant de lui proposer son aide. Owen, il aurait aimé refuser et se débrouiller seul, mais il savait que ce n'était pas possible. Pas dans son état. Alors, il se contentant de baisser sa lame, tout en la gardant à portée de main, juste au cas. Puis, il lui adressa un simple hochement de tête pour l'informer qu'il était d'accord. Il espérait seulement qu'elle se dépêche, car il n'avait pas envie de passer le reste de sa matinée ainsi. Il espérait, avec un peu de chance, pouvoir retourner boire un coup en ville d'ici une heure ou deux. Mais pour ça, il faudrait que la petite accomplisse un miracle, car il peinait à se lever à cause de sa jambe. Pour cette raison, il se doutait aussi qu'il ne pourrait trimballer le sanglier mort à ses côtés à travers les bois, ce qui le désolait. Premièrement, parce qu'il perdait beaucoup de viande et deuxièmement, parce que, aussi étonnant que ça puisse paraître, il n'aimait pas tuer pour rien.

« Attends. » Ordonna-t-il à la perdue. Il voulait faire une dernière chose avant qu'elle commence à soigner sa blessure. Il se doutait que ça ne ferait pas du bien, alors il sortit une petite flasque de sa besace. Il l'ouvrit rapidement pour en boire une grande gorgée. Avec un peu de chance, l'alcool l'engourdirait assez pour camoufler la douleur. « T'en veux un peu? » Proposa-t-il ensuite avant de tendre le récipient à la brunette, juste avant de se rétracter. « C'est vrai. Les enfants boivent pas. » Il rangea donc son précieux liquide, avant de lever les yeux vers le ciel, croisant les doigts pour que ça ne prennent pas trop de temps, puis il reporta son attention sur le perroquet qui suivait la gamine. Ça lui ferait au moins un truc intéressant à regarder pour passer le temps.
© HELLOPAINFUL


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Empty
Message Sujet: Re: The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) EmptyMar 6 Juin 2017 - 23:56

The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Post-40923-0-26066400-1401980390
The worst mistake is not asking for help
Owen


Mais alors que je m'apprêtais à entamer la lourde tâche de soigner la jambe de l'adulte, celui-ci m'ordonna d'attendre. Je l'observais un moment, de sa main il attrapa sa flasque qu'il s'empressa de mettre à la bouche. Un silence s'installa, tandis que je l'entendis déglutir avec panache, pour enfin me tendre l'objet en me demandant si je souhaitais boire. Je fis la moue, lorsqu'il se rétracta. Au moins, il savait ce qu'un enfant ne faisait pas. Personnellement, je n'avais jamais eu la chance de connaître le goût de l'alcool, trop habituée au thé anglais adouci par une goutte de lait. Et quelque part, j'en étais heureuse, me souvenant des effets de cette boisson, mettant les hommes plus bas que terre, ressemblant à des porcs et se roulant sur le sol tellement l'ivresse les avaient gagné. Je repensais aux pirates, qui passaient le plus clair de leur temps à boire du rhum et à empester à des kilomètres, leur enlevant toute once d'intelligence. Mais quelque part, ça m'arrangeait qu'ils soient ainsi, ces pirates... Trop stupides pour pouvoir nous attraper, nous, enfants perdus. Et je préférais cela qu'être poussée au bout d'une planche, ou embrochée au bout d'une épée. J'étais une fille, une fille qui ne savait se défendre autant que les garçons perdus. Pour tout dire, je ne savais que fuir, et mon ancienne vie ne m'avait permis qu'à devenir celle que j'étais aujourd'hui, une enfant sage plus ou moins éduquée. Je soufflais tout en observant le pantalon à demi déchiré de l'homme. De ma main, j'attrapais le couteau afin de déchirer le tissu, puis le posa afin de tendre la main vers la flasque et la saisir. "En fait si, monsieur, j'en voudrais bien un peu." Je soufflais un instant, la plaie paraissait peu profonde, mais il fallait agir afin qu'elle ne puisse s'infecter. J'ouvrais la flasque avant d'humer le liquide qui me brûla les narines, je fis la grimace. "Je me dois de vous prévenir, ça ne fera pas du bien." Sur ces paroles, je versais de l'alcool sur la plaie ensanglantée, une fois, deux fois, puis une troisième fois. La dernière. Coco s'agita quelques instants sur mon épaule avant de s'envoler faire le tour de la clairière puis revenir se percher sur mon crâne. "Arrête Coco, laisse moi cinq minutes." De la poche de ma robe, je sortis un petit écrin en vieux métal afin d'en sortir un nécessaire à couture que j'avais trouvé dans une épave il y avait de cela quelques temps. Ustensiles dont je ne me séparais jamais, au cas où un enfant perdu se blesserait non loin de moi, ailleurs de l'arbre du pendu. Je soufflais tout en attachant le fil d'une solidité déconcertante, puis attrapa de nouveau la flasque afin de verser quelques gouttes d'alcool sur l'aiguille, histoire de la désinfecter quelques peu. La douleur serait féroce, je m'en doutais, l'homme ne serait pas anesthésié, il sentirait alors mon aiguille passer sous sa chair. Les enfants perdus hurlaient et pleuraient, mais je ne savais pas comment un homme réagirait à mes soins. Et s'il me frappait ? Ou encore pire ! S'il me grondait ? "Je vais commencer maintenant..." Posant deux doigts autour de la chair, j'entamais la fermeture de ses plaies.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Empty
Message Sujet: Re: The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

The worst mistake is not asking for help (Ft. Minnie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-