AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 discovery - tankred
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


discovery - tankred Empty
Message Sujet: discovery - tankred discovery - tankred EmptyMer 28 Oct 2015 - 13:18

Elle est revenue. La veille, Kishi a fait entendre sa voix à un autre. Quelqu’un d’autre a aujourd’hui conscience de son existence sans même l’avoie aperçue. Elle y a pensé toute la nuit, veillant au coin du feu, bien incapable de trouver le repos. C’est qu’un tas d’images et d’idées se bousculent dans sa tête – plus que d’habitude. Il y a d’abord le problème de l’île en elle-même : que peut-il bien lui arriver ? Pourquoi change-t-elle ? Vers quoi se transforme-t-elle et par quel processus exceptionnel y parvient-elle ? Que va-t-il arriver à ses habitants de toute forme ? Des mystères. Encore des mystères. Kishi n’en a parlé à personne, et Cheyenne n’est pas présent pour lui prêter une oreille attentive. Elle ne veut pas se confier à Acacia. Son ainée ne pourrait de toute façon rien lui confirmer et Brise ne veut pas l’inquiéter. Il faudra pourtant bien qu’elle parle. Et puis il y a cet homme qu’elle a sauvé, celui qui a failli gouter au fruit empoisonné. Elle n’aurait jamais fait entendre le son de sa voix si sa vie n’avait pas été en danger, et voilà qu’en commettant ce tout nouvel acte, une nouvelle âme avait conscience de la sienne. C’était une ouverture à un champ de possibilités infini : Kishi ne pouvait décemment pas rester inactive. Cette nouvelle expérience en appelait de nombreuses autres. C’était aussi prendre des risques inconsidérés. Ha ! L’indienne tenait bien trop rarement compte de ce facteur lors de ses prises de décision. Elle savait qu’aucun des membres des Piccaniny n’approuverait son choix. Qu’à cela ne tienne, ce ne serait pas la première fois. Mais cette âme qui avait échangé avec la sienne pouvait bien être un pirate. Il avait brandi son arme, rien de bien encourageant. Mais rien de suffisant pour que Kishi abandonne. Qui est-il ? D’où vient-il ? Comment fonctionne-t-il ? Son mode de vie est-il si différent de celui qu’elle connait ? Tant de questions à poser : elle ne pouvait accepter l’idée de les savoir sans réponse. Il fallait lui demander. Aux premières lueurs de l’aube, l’indienne a quitté le village sans bruit, se dirigeant vers le lieu de rencontre, à quelques heures d’une marche rapide. Arrivée sur place, il n’y a plus qu’à suivre les traces laissées par l’homme. Kishi est une indienne, pister fait partie de ses capacités. Toujours aussi silencieuse, mais non sans une bonne dose d’excitation, Brise remonte sa trace. Son affaire prend plusieurs heures ; chaque seconde la rapproche de l’homme, chaque seconde son cœur bat plus fort. Elle a peur, elle veut savoir. Et comme toujours, c’est ce melting pot d’envies contradictoires, ce cocktail de saveurs différentes qui lui prend les tripes. L’appréhension et l’excitation se mélangent, l’une prenant le pas sur l’autre tour à tour dans une valse étourdissante. Chaque seconde est une lutte pour continuer d’avancer et chaque seconde, Kishi se refuse à retourner sur ses pas. Jusqu’à ce qu’elle l’entendre à nouveau. Crac. Le pas est sûr. Son ouïe précède sa vue. Elle l’aperçoit enfin. L’indienne prend une grande inspiration, puis décide de le suivre pendant un moment. Quand bien même il se sentirait observé, l’homme ne verrait rien d’autre qu’une végétation fournie. Brise est aussi bruyante que le silence et apprivoise merveilleusement l’obscurité. L’homme s’arrête enfin dans une clairière. Kishi l’imite, se dissimule dans les fourrés et attend, décortique à nouveau. Il a toujours son arme sur lui mais elle peine à déterminer ce qu’il peut bien être. Comment reconnaitre un pirate d’un occupant ? A ses yeux, il n’y a que la mer et les navires qui fassent la différence. A contrario, il est beaucoup plus simple de distinguer une sirène d’un enfant perdu, ou un indien d’un occupant ou d’un pirate. Elle n’a pas encore cette nuance. Peu importe : il va bien falloir y aller. Cette simple idée lui donne envie de détaler comme la veille. Son cœur s’emballe à nouveau. Mais elle a tant de questions, et si peu de réponses ! Que peut-il lui faire avant qu’elle n’ait le temps de fuir ? Brise est rapide. Brise est légère. Brise connait chaque centimètre de cette partie de Neverland. Que risque-t-elle, sinon la déception ? Peut-être est-il plus rapide. Mais encore faudrait-il le considérer comme un ennemi. Et elle lui a sauvé la vie : l’homme serait bien mort s’il avait croqué dans le fruit. Kishi se redresse. Kishi quitte l’obscurité et sort dans la lumière. Son cœur bat à tout rompre, elle semble malgré tout sereine. « Je suis contente que vous m’ayez écoutée hier, » déclare-t-elle. Sa voix est douce, amicale mais sur la réserve. Un fin sourire étire ses lèvres. Oui, Kishi est contente. L’homme serait mort et cette rencontre ne se serait jamais produite. L’indienne en serait toujours au même point. Pire : elle aurait cette vie évanouie sur une conscience qu’elle sait fragile. « Je suis Kishi Natane, des Piccaninny. Mais on m’appelle Brise. Je vous ai suivi jusqu’ici parce que je voulais vous parler. » Et ses questions ? Elles sont toujours là, désordonnées, se bousculant les unes les autres jusqu’à la porte de sortie. Si Kishi les laisse déjà s’échapper, elles n’auront pas le moindre sens et l’indienne n’aura pas les réponses tant désirées. A son sens, il faut d’abord se présenter, laisser le dialogue s’installer. Elle ne sait pas : c’est sa première fois.
Revenir en haut Aller en bas
Tankred Snørrisón
Beware, I'm starving
Tankred Snørrisón
ζ Inscris le : 01/08/2015
ζ Messages : 2874
ζ Avatar : Travis Fimmel
ζ Localisation : Oscille entre One-Eyed Willy et Blindman's Bluff
ζ Occupations : Second sur le Poséidon - Ancien maître Charpentier du Queen
ζ Âge : Trente ans
ζ Statut : Célibataire au coeur de pierre
ζ Signes distinctifs : Nombreux tatouages sur le corps et le crâne, bouffe ses mots quand il parle
discovery - tankred KToEQ4on



discovery - tankred Empty
Message Sujet: Re: discovery - tankred discovery - tankred EmptyMer 28 Oct 2015 - 14:32

discovery

Le temps est plus que menaçant ces derniers jours. Je repense à mon court séjour sur les flots pour rapatrier une donzelle en détresse de l’îlot des exilés à terre. Nous avons été secoués dans tous les sens, sans parler de cette pluie intempestive : froide et violente qui donnait l’impression de se faire planter à plusieurs reprises par de fines lames. J’ignore ce qu’il se passe sur Neverland mais ce temps tempétueux ne présage rien de bon. Cela me ferait presque penser à l’introduction du Ragnärok. Toujours est-il que je n’imagine pas Barbe Noir nous ordonner de reprendre les flots et c’est la raison pour laquelle je m’octroie quelques escapades en solitaire sur l’île. J’ai entendu dire qu’une fée peut rapporter énormément de pièces d’or, voilà le but ultime qui me traverse l’esprit depuis deux jours. Je me retrouve dans la forêt des chants, bravant la tempête qui secoue Neverland pour espérer trouver une boule brillante et volante. C’est que finalement, ça ne se trouve pas facilement une fée et c’est plus agile que je ne le suis. Son avantage, c’est de pouvoir voler et ainsi échapper à mes sombres desseins la concernant. Je peste dans ma barbe, maudissant toutes ces créatures qui me font envisager une caisse d’or. Ce n’est pas seulement l’or que je vise, puisqu’une fois la fée vendue : je compte la récupérer en tuant les acheteurs. Mais, Barbe Noir sera certainement ravi que je rapporte une de ces bestioles protectrices des Enfants Perdus. Dans l’espoir de survivre, peut-être nous guidera-t-elle jusqu’à leurs habitations. Ou mieux encore, dans leur repaire au cœur de la vallée des fées ?! Je me vois déjà élevé dans les rangs sur le navire, je finirai bien par devenir ce que j’aurai toujours dû être : Capitaine de mon bâtiment. Je passe par-dessus un arbre dont les racines ont cédé aux vents violents. Le temps n’épargne personne, pas même la nature. Je fais halte dans une clairière, me penchant vers une source d’eau alimentée par la pluie dans le creux d’une feuille épaisse. Je bois quelques gorgées, me rince le faciès souillé par mes pérégrinations sylvestres. « Je suis contente que vous m’ayez écoutée hier, » Je me retourne tout de go, hache brandit en direction de la voix inconnue. Face à moi, une belle jeune femme à la peau basanée et aux traits fins, désarmée. Mes mirettes la décomposent de bas en haut, sa tenue est légère et me fait penser aux aborigènes : mais sa voix me fait revenir un jour en arrière, lorsque j’étais sur le point de déguster un fruit et qu’elle m’a déconseillé de le faire tout en prenant la fuite immédiatement. J’ai bien tenté de la rattraper, en vain.

Je peux ainsi mettre un visage sur ma sauveuse, bien que je ne sois pas certain que ce fruit soit empoisonné. Peut-être souhaitait-elle simplement s’amuser avec moi. Les pirates et les Indiens sont en guerre, et ce, depuis des décennies. « Je suis Kishi Natane, des Piccaninny. Mais on m’appelle Brise. Je vous ai suivi jusqu’ici parce que je voulais vous parler. » Une indienne. Mon poing se referme avec plus de force sur mon arme, prêt à intervenir au moindre signe menaçant en provenance de la sylphide. Mes sourcils se redressent sur mon front : me parler à moi ? Et qu’escompte-t-elle obtenir ? Un fugace instant, je mire les alentours pour m’assurer qu’aucun de ses congénères ne patiente dans les fougères pour m’attaquer. Je me méfie de cette race d’Hommes comme de la peste. « Que veux-tu femme ? J'devrai te tuer sur le champ, mais puisque tu as eu pitié pour moi hier en m’évitant une mort certaine : peut-être que j'vais faire de même avec toi. » Une manière de la remercier, bien que le dire m’écorchera la gorge. Mes mirettes l’observent un moment, tandis que je replace ma hache à ma taille : bien que je reste aux aguets. Elle a eu à plusieurs reprises, l’occasion de me tuer, mais ne l’a fait pas, pour autant cela ne me rend pas plus confiant en sa présence et son innocence. Mais je suis curieux de nature et j’aimerai bien savoir ce qu’elle attend de moi, ou plutôt, ce qu’elle a à me dire. « Parle maintenant femme, que voulais-tu me dire ? »


i'm not a good man and i'm not a bad man
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


discovery - tankred Empty
Message Sujet: Re: discovery - tankred discovery - tankred EmptyJeu 29 Oct 2015 - 13:16

L’homme a la peau claire, les cheveux blonds. Ses yeux sont d’un bleu glacial, profond. Kishi a la peau brune et les cheveux corbeau. Ses yeux sont brillants, amicaux. Il se méfie : son arme est à nouveau brandie devant lui. L’indienne a un mouvement de recul ; elle ne se démonte pas. Elle n’a rien de menaçant, vouloir la blesser ou la tuer relèverait de l’insensé. C’est en tout cas ce qu’elle pense, ou ce qu’un membre de sa tribu penserait. Mais qu’en est-il de lui ? Il est différent. On ne peut pas anticiper sur la différence, il faut tenter de jongler avec. « Que veux-tu femme ? J'devrai te tuer sur le champ, mais puisque tu as eu pitié pour moi hier en m’évitant une mort certaine : peut-être que j'vais faire de même avec toi. » Les premiers mots ne résonnent pas franchement amicaux à ses oreilles, mais comment savoir ? Il ne semble pas vouloir la tuer, ce qui semble plutôt… Positif ? A priori, l’homme n’aime pas beaucoup les indiens. Mais son arme retourne s’accrocher à sa taille, et ça sonne comme une première petite victoire pour Brise. Son sourire s’élargit un peu plus, l’indienne est moins sur la défensive, malgré tout prête à filer. Elle peut analyser la situation, décortiquer les réponses de l’homme sans craindre un mauvais coup – du moins pour le moment. « Parle maintenant femme, que voulais-tu me dire ? » Plusieurs éléments sont à relever. L’homme la tutoie : sa coutume veut donc que le vouvoiement ne soit pas d’usage lors d’une rencontre. Peut-être vient-il après ? Toujours est-il que Kishi doit probablement calquer son comportement sur le sien. Il est aussi agressif : si elle ne l’avait pas sauvé la veille, l’inconnu aurait cherché à la tuer. Elle a aussi noté qu’il ne semblait pas porter les indiens dans son cœur… C’est un pirate ! Ou quelque chose qui s’en rapproche. Seuls les pirates sont les ennemis des indiens. Les Piccaniny sont trop pacifiques pour en avoir d’autre. Certes, mais il ne l’a pas tuée, a rangé son arme et semble plus ou moins ouvert à la conversation. De quoi remettre en question ce qu’on a bien pu lui raconter sur ses congénères – à moins que Kishi ait eu la chance de tomber sur une exception. Ensuite… Il l’appelle « femme. » L’indienne s’est pourtant présentée et lui a donné son nom, information plus commode pour échanger lors d’une conversation. A-t-il malentendu ? Ou est-il coutumier pour les pirates de ne pas nommer leurs femmes et leurs hommes ? Pourtant, elle connait des noms. Barbe Noire, Crochet… « Je m’appelle Kishi, vous… tu peux m’appeler par mon prénom, » lance-t-elle finalement. Le ton est toujours aussi doux, quoique teinté d’une légère incompréhension. Rien de bien anormal en soi : on l’aura déjà dit, c’est sa première fois. L’homme se rend-il seulement compte de son importance ? Non. Evidemment que non : elle ne lui a pas encore fait cette confidence. Peut-être ne le lui avouera-t-elle jamais – encore que pour parler au futur, il faille être sûre qu’il y aura bien une prochaine fois. Et point final : l’inconnu ne s’est pas présenté. Chez elle, la présentation de l’un appelle celle de l’autre. Un nouveau point de divergence apparait, mais peut-elle être certaine face à un homme qui considère son peuple comme son ennemi, d’autant plus lorsque la réciproque est toute aussi vraie ? Indiens et pirates ne s’aiment pas – et s’il ne fait pas le moindre doute qu’elle aurait tout de même sauvé sa vie en sachant que l’inconnu était un pirate, lui n’aurait apparemment pas hésité à lui ôter la sienne si elle n’avait pas commis cet acte. Quoiqu’il n’aurait pas pu puisqu’il serait mort. Mais là n’est pas la question. « Comment t’appelles-tu ? » finit-elle par demander. Avant d’ajouter : « … Homme ? » Elle est maladroite, Kishi, comme les premiers pas d’un enfant. L’indienne s’assoit finalement par terre, en tailleurs, invitant l’inconnu à en faire de même. Il lui a demandé ce qu’elle voulait : eh bien voilà. Elle veut cela. Une conversation. Elle lui montre qu’il n’a pas à se méfier : Brise est complètement désarmée. Elle n’a que ses jambes pour filer. L’homme semblait de toute façon vouloir faire une pause dans ses … Elle ne savait quoi. Alors l’indienne ne devait pas déranger ses plans plus que cela. Peut-être pouvait-elle même l’aider ? « Je voulais savoir qui est l’homme que j’ai sauvé hier. Tu es un pirate. Mais tu n’es pas que ça et je voudrai savoir. » Il a un nom, une histoire. Des choses à raconter. Et Kishi a les oreilles pour écouter. Elle n’y croit toujours pas : les mots sont sortis le plus naturellement du monde et pourtant, en son for intérieur, c’est la tempête. Elle parle avec un étranger ! Elle découvre, provoque la rencontre, va chercher les réponses ! C’est un pas de réalisé, une nouvelle étape de franchie, une barrière qui s’effondre. C’est aussi un risque pris, que chaque membre de sa tribu désapprouverait fermement – ils n’ont pas à l’apprendre. Et Kishi n’y pense pas vraiment. Son regard chaleureux reste fixé sur le bleu de glace, ancré dans les eaux profondes de l’océan de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Tankred Snørrisón
Beware, I'm starving
Tankred Snørrisón
ζ Inscris le : 01/08/2015
ζ Messages : 2874
ζ Avatar : Travis Fimmel
ζ Localisation : Oscille entre One-Eyed Willy et Blindman's Bluff
ζ Occupations : Second sur le Poséidon - Ancien maître Charpentier du Queen
ζ Âge : Trente ans
ζ Statut : Célibataire au coeur de pierre
ζ Signes distinctifs : Nombreux tatouages sur le corps et le crâne, bouffe ses mots quand il parle
discovery - tankred KToEQ4on



discovery - tankred Empty
Message Sujet: Re: discovery - tankred discovery - tankred EmptyDim 1 Nov 2015 - 13:58

discovery

Curieux de nature, avide de connaissance pour me forger un savoir au-delà de tous les autres brigands des mers. Beaucoup ne s’intéressent qu’aux richesses comme je l’ai bien souvent fait, mais je suis également un homme avec des ambitions profondes. J’observe l’Indienne en face de moi, sans toutefois me délester de ma méfiance : on ne sait jamais comment vont réagir ces gens-là galvanisés par toute la haine qu’ils éprouvent envers les pirates. À juste titre, puisque nous avons massacré un bon nombre de leurs tribus. « Je m’appelle Kishi, vous… tu peux m’appeler par mon prénom, » Je lève les yeux vers la donzelle, arquant un sourcil. Je n’ai pas pour habitude de me comporter amicalement avec les femmes que je ne connais pas. D’ailleurs, il est rare que j’emploie leur prénom, sauf Sif. Mais elle est importante à mes yeux et je la respecte, je la considère comme égal à ma personne. Bien évidemment, ce serait une faute que de considérer l’indienne comme inférieur, ce sont des guerriers tout aussi puissants que je le suis. Bien meilleur que les pirates fourbes et cruels, ils se battent avec la même fougue et agilité que les Valkyries. Je pense que si les Vikings s’opposaient dans une bataille aux Indiens de Neverland, je ne pourrais pas savoir à l’avance, qui l’emportera. Je respecte bien plus que je ne le montre, son peuple. « Comment t’appelles-tu ? » Elle ajoute rapidement : « … Homme ? » Mes prunelles cobalt suivent le mouvement lorsqu’elle prend place sur le sol, comme une invitation muette à un échange cordial entre nous. « Tankred Snørrisón ! » Pour autant, je ne m’installe pas sur la terre comme elle vient de le faire. Je reste debout, tournant autour d’elle comme un animal en cage qui attend le moment propice pour s’élancer sur sa proie. Je ne suis pas menaçant, mais, curieux et impatient de savoir ce qu’elle me veut. Pourquoi est-ce qu’elle m’a sauvée hier, alors que je suis son pire ennemi. « Je voulais savoir qui est l’homme que j’ai sauvé hier. Tu es un pirate. Mais tu n’es pas que ça et je voudrai savoir. » Agit-elle toujours ainsi avec les personnes qu’elle interpelle ? Nous ne sommes pas tous aussi souples que je le suis. Je n’imagine pas Crochet avoir ce type de conversation avec l’Indienne, encore moins Barbe Noire.

« En quoi cela t’intéresse-t-il, Kishi ? J’suis un pirate, j’fais partie d’ceux qui exterminent ton peuple lorsqu’il ose s’mettre en travers d’notre chemin. Tu n’sembles ni méfiante, ni inquiète de t’retrouver face à moi. » C’est une simple observation. Je penche légèrement la tête sur le côté, alors que je me retrouve devant elle. Pour autant et uniquement attisé par la curiosité, je plie les genoux pour me retrouver assis en face d’elle, glissant ma hache juste à côté de moi : une menace muette au cas où elle essaierait de tenter quoi que ce soit envers moi. « Tu as d’la chance de tomber sur moi. Mes autres camarades n’sont pas aussi magnanimes et… » Je fronce des sourcils en cherchant le mot adéquat pour cette situation cocasse : « …charitables. J’comprends pas c’que tu veux, qu’est-ce que c’la va t’apporter d’connaître mon histoire ? » Le seul Indien qui connaît mon passé, c’est Cheyenne. Cet homme que j’ai pris pour un démon de Helheim lorsque de notre première rencontre, alors que je débarquais sur Neverland. Des hommes à la couleur aussi basanés, je n’en avais jamais vu auparavant. C’est durant notre combat à force égal, que je lui ai appris mes origines. Peut-être que la sylphide se doute également que je ne ressemble pas à tous les pirates ? Que j’ai quelque chose de particulier ? J’aime me sentir aussi élevé, cela conforte mon égo un peu démesuré, par moment. « Je n’viens pas d’ce monde. J’ai été créé par un de ces enfants qui ne veulent pas grandir, Barbe Noir voulait des guerriers bien plus puissants que les pirates pour exterminer votre race. Capable de se battre sans crainte, de rester debout au combat, et ce, malgré la fatigue, les blessures. Nous les Vikings, nous ne baissons jamais les bras dans la guerre. On se bat jusqu’à mourir, ou gagner. Pas de repos, pas de pitié. Si nous étions aussi nombreux qu’à notre arrivée, il ne resterait plus rien de ton peuple ! » Bien évidemment, la donzelle sauf si elle connaît Cheyenne et qu’il en a parlé, va se demander ce qu’est qu’un Viking à mon plus grand désespoir. Mes origines méritent d’être connues, d’être estimées et craintes. Comme jadis.


i'm not a good man and i'm not a bad man
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



discovery - tankred Empty
Message Sujet: Re: discovery - tankred discovery - tankred Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

discovery - tankred

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-