AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyLun 17 Oct 2016 - 3:51


Juste nous… sans prétention
Égéon & Isis

Le soleil brillait sur l’île, rayonnait sur les flots des mers du sud. C’était un bel après-midi chaud, ensoleillé et tranquille. Une journée parfaite pour se faire dorer au soleil. En quête d’un moment de solitude, Isis avait lentement nagé vers le Lagon des Sirènes où elle aimait s’asseoir sur les rochers pour brosser, tresser et orner ses longs cheveux de ses nouveaux bijoux. Lorsqu’elle arrangeait ainsi sa longue chevelure dorée, Isis se sentait parfaitement en paix. Elle se plongeait dans ses pensées. Contrairement à l’habitude, le Lagon était totalement désert. Pas une âme qui vive aux alentours. Pas une nageoire à l’horizon. Ça n’était pas pour lui déplaire. Même si elle appréciait la compagnie des Sirènes et des Tritons, Isis appréciait les moments qu’elle passait avec elle-même. Aussi la Sirène s’assit-elle sur un rocher, sa longue nageoire céruléenne trempant dans l’eau salée du lagon, elle ouvrit le petit sac qui pendait à son poignet et le déposa sur le rocher, défaisant ses longs boucles qui cascadaient gracieusement entre ses reins.

Depuis qu’elle avait retrouvé Aodren, Isis ne savait plus trop sur quel pied danser. Il lui avait tendu la main. Il l’avait laissé sceller leur destin, sceller le sort de leur relation fraternelle. Et elle l’avait saisie. Elle décidé que son demi-frère, peu importe les erreurs – ou les horreurs – qu’il ait pu commettre dans la passé, en valait la peine. Maintenant qu’elle l’avait retrouvé, elle ne pouvait se résoudre à le laisser partir. Elle avait décidé de rester. Pour lui. Mais surtout pour elle.

Au fil des journées qui passaient, Isis avait eu le temps de penser à toutes ces choses que son frère pouvait avoir faire, quelles vies il pouvait avoir détruites… mais elle le lui pardonnait. Elle savait comme la vie était difficile chez les humains. Sous l’océan, la vie était facile. Les ressources étaient illimitées. Les Sirènes et les Tritons, bien qu’ils soient nombreux, ne connaissaient pas la richesse ou la pauvreté. Son frère avait quitté la vie sous l’océan pour rejoindre les hommes. Il avait ainsi adopté leur mode de vie. Mais Isis sentait qu’il était prêt à s’améliorer. Elle sentait qu’à ses côtés, Aodren changerait.

Mais depuis qu’elle avait saisi cette opportunité de tisser des liens avec Aodren, c’était son identité à elle qu’elle ne pouvait s’empêcher de remettre en question. Malgré les tares de son demi-frère, Isis ne pouvait s’empêcher de constater à quel point elle avait changé depuis leur rencontre précédente. Bien sûr, plus de cent années étaient passées, mais elle ne pouvait s’empêcher de blâmer sa mère et son beau-père pour l’avoir gâtée à ce point…

Isis soupira profondément. Elle sortit un petit peigne de nacre de la pochette mouillée qui gisait sur le rocher et le glissa entre ses longues mèches dorées en chantonnant. De ses immenses prunelles bleu pâle, elle scrutait la plage aux abords du lagon, inconsciemment à l’affût d’une présence hostile.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyJeu 10 Nov 2016 - 15:16

Juste nous ... sans prétention

ft. Isis Stonehems


« Parfois le hasard fait bien les choses, et parfois même, il les embellies  »
Depuis que le soleil est revenu, j'essaye de me prendre quelques minutes pour moi, pour fuir mon quotidien, mais ce n'est pas toujours facile. Le simple fait que le soleil soit de retour a fait beaucoup de bruit dans le royaume et je dois passer tout mon temps auprès de mes parents dans leurs affaires royales. Alors cet après midi, vu que j'ai quelques minutes à moi, j'en profite pour m'échapper et faire ce que bon me semble de tout ce temps, même si je devais rentrer il y a bien une demie heure. Le soleil m'a beaucoup manqué, son souffle chaud sur ma peau m’apaise tout autant qu'avant et je sens que ces bains sur un rocher au bord des plages de galets n'a pas que manqué à mon mental mais également à mon corps. Quelques tensions disparaissent peu à peu tandis que je laisse filer le temps comme une anguille le ferais entre les mailles trop grandes d'un filet de pêcheur.

Je crois bien que je me suis assoupis, cela m'arrive souvent durant mes bains de soleil. Un mouvement dans l'eau me sort de am torpeur, heureusement cela vient du large alors ce n'est sûrement pas un pirate. Cela m'étonnerait que ce soit une de mes connaissances terrestres, May est très taquine et pleine de surprise, mais je la vois mal passer volontairement par l'eau et nager tout ce chemin juste pour me prendre par surprise. Intrigué, je me glisse le long du rocher pour atterrir délicatement dans l'eau. Ainsi dissimulé, je tente de voir qui arrive. En y réfléchissant bien, on est au Mermaid Lagoon, il y a de fortes chances pour que ce soit un de mes congénères, et je dois avouer que je n'ai pas tellement envie de voir du monde aujourd'hui. Si je me suis échappé du palais, c'est pas pour rien. Je sais que des jeunes sirènes et tritons viennent souvent ici en bande pour passer du bon temps, faire des farces aux humains malchanceux qui se promènent dans les environs, ou juste colporter des ragots toute l'après-midi. Alors si c'est ce genre de visite, je n'ai pas vraiment envie qu'ils me voient, me reconnaissent et aille raconter à qui veut l'entendre que le prince fuit ses responsabilités pour une lézarder à rien faire au soleil. Certes, c'est ce que je fais, mais je préférerais que la vérité n'atteigne pas les oreilles de ma mère qui, la plupart du temps, me croit enfermé dans ma serre au palais avec Merphy.

En tout cas, qui que ce soit, ça se rapproche. Je tente de regarder furtivement pour au final constater qu'il n'y a qu'une seule et unique personne. Ouf, ce n'est pas une bande de joyeux fanfarons. En m'attardant à regarder la jeune sirène qui vient de se hisser sur un rocher, je constate que je la connais. Je connais du monde au royaume, il est vrai, mais son visage ne m'est pas inconnu, si je ne me trompe pas, elle fait partit des amies de ma sœur, c'est Isis je crois, oui je crois qu'elle s'appelle Isis. Je dois avouer que je n'ai jamais vraiment fait attention aux amies de ma sœur, pour moi, si elles côtoient Valone, déjà elles ont un truc qui cloche. Ok elle est jolie et c'est la princesse, mais parfois elle peut-être si agaçante, si froide, si capricieuse, que s'en est difficile de la supporter, même pour moi qui suis son frère, alors je me demande comment de simples amies le peuvent. Bon oui, il a déjà le simple fait de pouvoir dire qu'on est l'amie de la princesse, mais tout de même. Maintenant que je la reconnais, je vois tout à fait qui c'est, elle fait même partit du cercle très privé des bonnes amies de Valone, elle est très souvent avec elle, du coup pas étonnant que je la reconnaisse, je dois la croiser au moins une bonne dizaine de fois par jour sans m'en rendre compte. Il faut dire qu'au palais, je ne fais pas vraiment attention aux gens que je croise, j'ai tellement de choses à faire et à penser que j'ai toujours la tête ailleurs.

Plus je m'attarde à la regarder et plus je la trouve jolie, je me rends compte que je n'y avait pas fait attention jusque là, sûrement parce que mon esprit était aussi tout occupé par Aaliyah ... Mais tout ça est derrière moi, je dois persévérer et finir de me la sortir de la tête. Je vois bien que quelque chose la préoccupe, elle a l'air de réfléchir activement à quelque chose d'important, son petit nez se fronce d'une manière tout à fait charmante et une légère ride de contrariété apparaît peu à peu entre ses deux sourcils. Finalement elle pousse un soupir avant de sortir un peigne de son petit sac pour se brosser ses jolis cheveux bouclés. Non vraiment je ne me comprend pas, je ne sais pas comment j'ai fait pour ne pas remarquer une si jolie sirène dans mon entourage jusqu'à aujourd'hui. Bon il fallait peut-être mieux, au moins elle m'a vu quelque peu naturel jusque là et pas, comme je vais l'être à compter de ce jour, complètement coincé par ma timidité.

Au final je finis par prendre mon courage à deux mains, je vais pas rester coincé derrière ce caillou pendant des heures à attendre qu'elle s'en aille pour que ma couardise reste intacte. Je sors doucement de ma cachette pour m'approcher d'elle. J'essaye de ne pas être trop discret pour ne pas l'effrayer. Je sais pas bien ce que je suis en train de faire et ce que je vais bien pouvoir lui raconter, mais maintenant c'est trop tard pour faire marche arrière, elle a dut m'entendre et si elle me voit prendre mes jambes à mon coup je risque la honte de ma vie à chaque fois que je la croiserais au palais. " Hum ... Salut ? Égéon, tu dois sûrement voir qui je suis ... Non pas que je sois content d'être connu hein, loin de moi l'idée, c'est plus que tout le monde me connait au royaume maintenant, y a pas moyen d'avoir un peu d'anonymat ... Ah ben bravo, super intervention, maintenant elle va croire que tu te la pète à mort avec ton super titre de prince. Enfin voilà ... Tu t'appelle Isis c'est ça ? Ça te dérange si je reste un peu ici ... Avec toi ... Enfin oui puisque de toute façon on est tous seuls ... " Ok, je vais arrêter là le carnage, elle doit me trouver tellement pathétique maintenant. Pourquoi fallait-il que je sois aussi timide, j'aurais pas pu être un prince imbus de ma personne et carrément dragueur ? Comme ça au moins cela m'aurait pas gêné ce genre de situation, j'aurais su quoi dire pour pas avoir l'air idiot.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyDim 13 Nov 2016 - 20:44


Juste nous… sans prétention
Égéon & Isis

Perdue dans mes pensées, la tête à mille lieues d’ici, je regardais au loin, vers l’embouchure de Mermaid’s Lagoon. Mes premières minutes à la surface me rendaient toujours assez nerveuse. Je n’entendis pas le triton s’avancer lentement vers moi dans l’eau qui était plutôt calme malgré le fait qu’on soit dans la mer. Sa voix brisa le silence, me faisant sursauter légèrement. Je portai ma main à mon coeur. Momentanément, Aodren sortit de mon esprit.

« Hum… salut? Égéon, tu dois sûrement voir qui je suis… » Bien sûr que je savais qui il était. Notre prince bien aimé. Égéon Thelxiope. Le magnifique triton à la chevelure dorée et à la mâchoire volontaire. Ses bras semblaient puissants et son regard bleu transperçait ses interlocuteurs comme une lame acérée. De nombreuses sirènes qui l’avaient déjà croisé en personne se pâmaient devant lui. Je le dévisageai de mes prunelles d’azur. Il poursuivit : « Non pas que je sois content d’être connu, hein. Loin de moi l’idée, c’est plus que tout le monde me connaît au royaume maintenant. Y’a pas moyen d’avoir un peu d’anonymat… »

Ma première réaction en rencontrant le prince des océans aurait été de me confondre en paroles cérémonieuses, mais cette dernière phrase me fit réfléchir. Je ne crois pas que j’aurais aimé devenir princesse de l’océan d’une journée à l’autre. Bien sûr, Valone semblait se plaire dans ce rôle, mais je ne crois pas que j’aurais apprécié être entourée constamment de gens qui s’adressent à moi avec délicatesse parce qu’ils craignent de me froisser. « Enfin voilà… tu t’appelles Isis, c’est ça? Ça te dérange si je reste un peu ici… avec toi… enfin oui, puisque de toute façon, on est tous seuls… »

J’étais surprise qu’il connaisse mon prénom. On ne s’était jamais adressé la parole en public. Pas même un regard. J’avais toujours cru que j’étais invisible à ses yeux. Après tout, n’étais-je rien d’autre qu’une des suivantes de sa sœur? Chaque fois qu’on s’était croisés au palais, j’étais en compagnie de Valone et il semblait feindre un désintérêt soigneusement étudié à notre encontre. Il ne croisait que rarement le regard de la princesse avec qui il échangeait un bref sourire avant de disparaître – sans doûte pour vaquer à ses occupations et ses responsabilités. Valone m’avait dit que son frère n’était pas cet homme froid et désintéressé qu’il montrait aux gens, mais jamais je n’avais vu ce vrai visage dont elle m’avait parlé.

« Comment pourrais-je ne pas connaître le visage du prince de l’océan alors que je passe la majeure partie de mes journées avec sa sœur? lui demandai-je d’un ton léger en riant. Je ne pensais pas que vous connaissiez mon prénom, pour être totalement honnête avec vous. Oui, pas de problème, je serais honorée de passer un moment en votre compagnie. »

Je l’observais en souriant. Je n’étais pas sûre si j’étais censée le tutoyer. Il m’avait bien dit qu’il n’appréciait pas l’attention constante que lui conférait son titre, mais je ne voulais pas non plus lui manquer de respect. Je remis le peigne de nacre dans ma besace, lui laissant le temps de se hisser sur le rocher près de moi. Mon demi-frère venait de se ré-inviter dans le creux de mes pensées, et mon regard se porta au loin. Mermaid’s Lagoon avait toujours été un endroit magnifique. Encore plus lorsque les nageoires colorées des sirènes l’envahissaient, mais je n’aurais pas aimé que des dizaines de sirènes et tritons l’envahissent aujourd’hui. J’avais toujours admiré la couleur bleu sombre de la nageoire du prince. Les écailles dorées qui parsemaient les autres bleues comme les profondeurs marines comme le soleil perce les flots à certains endroits. Je me rembrunis en constatant que je ne me rappelais plus de la couleur de la nageoire d’Aodren. Je ne lui avais pas encore demandé de venir nager avec moi. Je ne voulais pas le brusquer. Nous venions tout juste de nous retrouver. Si je parvenais à oublier autant de détails en seulement deux siècles, je n’osais même pas imaginer ce que ce serait si j’avais vécu plus longtemps.

Moi qui n’aimais pas trop avoir des jambes, je rabattis brusquement ma nageoire dans l’eau salée pour éviter de devenir humaine. L’eau éclaboussa Égéon, faisant monter le rouge à mes joues. « Oh! nom d’une anémone, je suis désolée, j’avais peur de sécher, je ne voulais pas vous éclabousser! Je déteste mes jambes, elles sont si… je suis désolée, je parle trop quand je suis nerveuse. » Si j’avais pu, j’aurais disparu sous le rocher tellement je me sentais gênée.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyMer 23 Nov 2016 - 23:23

Juste nous ... sans prétention

ft. Isis Stonehems


« Parfois le hasard fait bien les choses, et parfois même, il les embellies  »
Plus je la regarde, plus je la trouve jolie. Ses yeux bleu clairs me scrutent dans les moindre détails, je suis quand même un peu gêné, mais je commence à m'y habituer. Je veux dire, de très belles sirènes me font ouvertement la court et je commence tout juste à ne pas m'esquiver à chaque fois que j'en vois une qui me regarde avec un peu trop d'insistance. Je vois dans son regard qu'elle me reconnais, je vois aussi qu'elle est étonnée de me voir là, je pense que le peuple s'imagine que je reste tout sagement au palais 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Que ma vie serait triste si c'était le cas, je veux dire, je suis honoré de passer du temps avec mes parents à apprendre le rôle de prince et futur roi, même si je n'avouerais jamais que je préférerais que mon frère revienne prendre sa place pour que je sois seulement et simplement le prince, que j'ai plus de liberté. " Comment pourrais-je ne pas connaître le visage du prince de l’océan alors que je passe la majeure partie de mes journées avec sa sœur? " Arf, je ne m'y attendais pas à celle là, me comparer à ma sœur. Il est vrai qu'on se ressemble un peu, on a des gènes communs après tout, on a les mêmes parents, mais je sais pas, c'est sûrement ma susceptibilité qui vaut ça, je suis incapable de comprendre les gens qui me disent que je ressemble à ma sœur, parce que au fond de moi, j'espère ne pas ressembler à cette petite enfant pourrie gâtée qui fait tout le temps des caprices. Mais bon, elle a ses bons côtés aussi. C'est ma sœur, si il n'y avait pas un peu de chamailleries entre nous ce serait bizarre.

C'est vrai ça, pourquoi j'ai retenu son prénom à elle, je ne connais pas la moitié des prénoms des membres du personnel du palais, alors pourquoi elle ? Ça m'est venu tout naturellement, je sais pas pourquoi. Peut-être qu'au fond je l'avais déjà remarqué depuis longtemps et que je la gardais caché dans un petit coin de ma mémoire, au creux de mon cœur, sans vraiment me rendre compte qu'elle m'a toujours plu. " Oui, pas de problème, je serais honorée de passer un moment en votre compagnie. " Cette réponse m'enchanta plus que je ne l'aurais cru, peut-être que je veux vraiment rester avec elle, plutôt que de rester seul. C'est assez rare ces derniers temps, je suis plus à vouloir rester seul que d'avoir de la compagnie lorsque je m'échappe de mon quotidien. " Merci. " Je souris timidement, je ne sais pas trop comment réagir avec elle alors je monte juste simplement sur le rocher à ses côtés. Je crois que je n'aurais pas dû, maintenant que je suis là si proche d'elle, je suis encore plus mal à l'aise. Ses longs cheveux descendent en cascade sur ses épaules et le long de ses formes. Elle est vraiment magnifique, une parfaite incarnation de ce que les humains doivent se figurer des sirènes.  

J'étais en train de me perdre dans mes pensées à la regarder quand des goûtes d'eau me sortirent de ma réflexion. Elle venait de rabattre sa queue dans l'eau un peu trop violemment et nous avait éclaboussés tous les deux. Certes j'ai été surpris, mais je ne vais pas me mettre dans tous mes états pour quelques goûtes, surtout qu'au final cela ne me dérange pas tant que ça, j'aime le contact de l'eau avec ma peau et je commençais à sécher alors c'est avec plaisir que je savoure le contact frais de l'eau sur ma peau chauffée par le soleil. Elle se mis à se confondre en excuses, vraiment, je déplore le fait d'être prince, si je ne l'avais pas été, elle n'en aurait pas fait autant, c'est vraiment pas grand chose. Ce que je trouve plutôt mignon par contre c'est ce rouge qui lui est monté aux joues, ça rajoute quelque chose de tout à fait délicat à son visage de nacre. Un rire m'échappa en la voyant aussi gêné, c'est vrai qu'elle est bavarde quand elle est mal à l'aise, c'est plutôt séduisant, surtout quand on sait que moi je suis plus du genre muet comme une carpe quand je suis dans l'embarras. " Y a pas de soucis, ne t'en fais pas. Je te comprends d'ailleurs, je suis plutôt mal à l'aise sur mes jambes moi aussi. Oh et tu peux me tutoyer bien-sur. Enfin, si tu préfère tu peux me vouvoyer au palais, mais là on est que entre nous alors ... Pas de chichis. " J'ose un nouveau sourire pour la rassurer, je sais pas comment elle va le prendre. Je ne veux pas la draguer non plus, je suis pas de ce genre là, enfin je crois ... Je veux dire, elle est plutôt belle et je suis pas indifférent à ses petits charmes. Je vais me contenter de me dire que je ne la drague pas pour éviter de me retrouver de nouveau comme un poisson hors de l'eau, complètement incapable de parler ou de la regarder dans les yeux. " Tu ... Hum, tu viens souvent ici ? " C'est pas terrible comme début de conversation mais j'avais que ça en tête alors, autant tenter le coup.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyMar 6 Déc 2016 - 0:18


Juste nous… sans prétention
Égéon & Isis

Je ne pus m’empêcher de sourire largement lorsqu’il mentionna que je pouvais le tutoyer. L’héritier de la famille royale de notre peuple m’invitait, moi, Isis Stonehems, une dame de compagnie de sa soeur parmi tant d’autres, à le tutoyer. Je n’aurais jamais le courage de m’adresser aussi familièrement à lui dans l’enceinte du palais royal ou même devant qui que ce soit d’autre. Après tout, même les membres de la famille royale, lorsqu’ils se trouvaient sous le regard de la cour sous-marine, s’adressaient l’un à l’autre en se vousvoyant. À vrai dire, je ne pouvais me souvenir avoir vu Valone et son frère – ou tout autre membre de sa famille – se tutoyer. Je n’en avais jamais conclu qu’ils n’étaient pas aussi proches que les membres de ma propre famille. À la cour, on utilisait beaucoup d’artifices pour bien paraître. Mais comme nous n’étions que lui et moi, pourquoi s’embarrasser de titres et de manières inutiles? N’étions-nous pas qu’un homme et une femme? Un triton et une sirène comme tous les autres? Ne pouvions-nous pas être seulement Égéon et Isis juste le temps d’une conversation? Ne pouvions-nous pas n’être que nous, sans prétention, le temps de ce moment volé entre nos responsabilités respectives? Pourquoi pas?

Je laissai glisser mon regard vers lui. Je lui avais toujours trouvé un charme hors du commun, mais je ne m’étais jamais laissée l’observer d’aussi près… Je ne pus m’empêcher de penser que peu d’humains – parmi ceux que j’avais rencontré dans les derniers mois – pouvaient se vanter d’être d’une telle beauté, d’avoir une telle présence, de dégager une énergie aussi… indescriptible. Larges d’épaule, Égéon avait une musculature ferme et bien découpée, des bras qui semblaient à la fois solides et réconfortants, des bras dans lesquels n’importe quelle femme – ou sirène – rêverait de se glisser. Son visage était anguleux, ses pommettes finement dessinées, sa mâchoire volontaire se crispait quand il réfléchissait. Ses lèvres étaient pleines et semblaient douces et délicieuses comme un fruit bien mûr. Leur couleur était on ne peut plus captivante, d’un rose tirant sur le rouge, comme une fraise bien tendre. Laissant aller mes pensées fantasques, je ne pus m’empêcher de penser à leur goût… Ses iris bleu foncé transpiraient la sincérité, la gentillesse et l’humilité. Ces yeux ne semblaient pas pouvoir dissimuler quelque sombre secret. Son sourire dévoilait des dents bien droites et blanches. Lorsqu’il l’esquissait, une fossette se creuse sur son menton et son regard brillait d’amusement, ou parfois de timidité. Ses cheveux blonds et lisses tombaient sur son froid de façon tout à faire charmante, effleurant ses soucils.

Soudain, je réalisai que je l’avais fixé beaucoup plus longtemps que les convenances ne le permettaient. Mes joues rosirent alors que je baissais les yeux vers les vagues qui effleuraient ma nageoire. Je dévisageais rarement les gens ainsi. À vrai dire, je ne regardais pas souvent une autre personne aussi directement dans les yeux. Mais comment ne pas admirer la beauté d’un tel individu? Comment aurais-je pu m’empêcher de le regarder de mes grandes prunelles bleu pâle? Cette beauté surnaturelle semblait courir dans la famille. La princesse Valone affichait un visage expressif, des yeux pâles qui brillaient de plaisir chaque fois qu’elle riait. Je ne cessais de m’extasier devant la blondeur presqu’argentée de sa chevelure chaque fois que je la coiffais. Inutile de commenter l’apparence du roi et de la reine qui n’avaient rien à envier à leurs enfants.

Détaillant les vagues de mon regard pâle, mes yeux passèrent de ma nageoire à celle du triton qui me côtoyait. Contrairement aux miennes qui affichaient une couleur d’un bleu très clair parsemé de quelques touches de turquoise, s’apparentant aux flots de la mer du sud sous les rayons du soleil, les écailles du prince, elles, faisaient plutôt penser à l’océan sous les rayons de la lune. Sa nageoire, bleu foncé comme le ciel nocturne, était parsemée de petites écailles dorées qui me faisaient drôlement songer aux étoiles dans le ciel bleu nuit. Il interrompit le cours de mes pensées. « Tu… Hum, tu viens souvent ici? » demanda-t-il d’une voix qui se voulait probablement calme et détendue.

J’esquissai un sourire timide : « Non, pas vraiment… Je n’aime pas beaucoup la surface. Je n’y venais pas jusqu’à tout récemment… ma famille est persuadée que nous devrions rester loin des humains, qu’ils ne nous veulent que du mal. Je n’osais pas m’y aventurer… » lui répondis-je en observant le large, surveillant la présence d’autres représentants de notre race. J’étais surprise qu’il n’y ait personne d’autre par un aussi bel après-midi. « Et toi, tu viens souvent par ici? Je sais que c’est un coin que beaucoup de sirènes et de tritons aiment fréquenter… »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyDim 11 Déc 2016 - 19:21

Juste nous ... sans prétention

ft. Isis Stonehems


« Parfois le hasard fait bien les choses, et parfois même, il les embellies  »
Je regardais le ciel, toujours assis près d'elle. Mes pensées se dispersèrent au fur et à mesure que les nuages passaient doucement au dessus de nos têtes. Je ne sais plus trop ce qui me passa par la tête, le seul truc que je sais c'est que quand ma tête fut complètement vide à force d'imaginer des forces dans ces grosses boules de coton duveteux et blanc, j'ai tout naturellement tourné le regard vers ma voisine. Elle était justement en train de me regarder et quand nos yeux se croisèrent elle détourna le regard, le rouge aux joues. Cela me fit sourire, parce que normalement c'est moi qui ai ce genre de comportement en présence d'une femme. Je me demande à quoi elle pense, j'aimerais pouvoir savoir ce qu'elle pense de moi à cet instant, parce que bon, j'ai beau la trouver très belle voir envoûtante, si elle me trouve repoussant, ce serait juste un des échecs de ma vie, encore. Et me revoilà en train de la détailler sous toutes les coutures. Le bleu de sa queue s'accorde à merveille avec ses jolis yeux en amande. Je trouve que nos nageoires ainsi à côté s'accordent parfaitement, comme si elles étaient chacune une face d'une pièce. La mienne fait penser aux profondeurs marines et à leur ténèbres, tandis que la sienne évoque plutôt les eaux paradisiaques des plages de l'île, plus ensoleillés. Je me plait à penser que la couleur de la queue d'une sirène (ou d'un triton) traduit quelque peu son caractère et son tempérament. La sienne m'évoque une belle journée baignée de lumière, pleine de fraîcheur, je me dit qu'elle doit être une personne très douce au fond, et du coup je me demande encore plus pourquoi elle passe autant de temps avec ma cruelle petite sœur.

L'envie me pris soudainement de m'allonger. Les bras derrière la tête, ainsi étalé sur le dos, ma touffe de cheveux blonds n'étaient plus qu'à quelques centimètres de sa queue de sirène. Je ne sais pas trop comment elle va le prendre, mais moi bizarrement je suis très détendu, ça faisait longtemps que cela n'avait pas été le cas en présence d'une femme.  "Non, pas vraiment… Je n’aime pas beaucoup la surface. Je n’y venais pas jusqu’à tout récemment… ma famille est persuadée que nous devrions rester loin des humains, qu’ils ne nous veulent que du mal. Je n’osais pas m’y aventurer… " Sa réponse m'étonna, je la regarde fixer le large de ses yeux clairs et je me dis qu'au final on est pas si différents, on a dû avoir une éducation relativement similaire. Je sais que l'idée des humains tous méchants et sanguinaire est très répandue au royaume, après tout elle est déjà bien encré dans ma famille, mon père pourrait lancer une véritable vendetta si il en avait le droit, et si ma mère le laissait faire. " C'est drôle, c'est aussi ce que ma famille pense, dans sa majorité. Moi aussi j'ai mis du temps à oser mettre un pied sur la terre ferme. " Je la regardais toujours, contemplant son si joli profil. On dirait une apparition éphémère, de celles que l'on ne peut toucher du doigt malgré le fait de nager à toute vitesse vers elle. Comme un mirage, elle me semblait si loin mais pourtant si près. " Et alors, quelle est ta première impression sur le monde des hommes ? "

Je me remis à contempler les nuages en repenser au monde des hommes que je venais moi même d'évoquer. Je repense à Aaliyah, ma grande faiblesse de ces derniers mois, puis à ma virée pleine de rebondissement avec Ephyra et à cette femme pirate dont je voulais me venger mais qu'au final j'ai aidé dans une situation inconfortable, sans vraiment le vouloir. J'étais bien perdu dans mes pensées quand elle me demanda à son tour si je fréquentais régulièrement les lieux. " Haha, non je ne viens que très rarement ici. Je profite des moments de calme plat comme aujourd'hui, sinon j'ai mes petits endroits fétiches pour m'isoler. C'est pas très évident de prendre du temps pour soi quand on voit la foule qu'il y a d'ordinaire ici. J'aurais bien trop vite fait de me retrouver accaparé par des mondanités et ça, j'en ai déjà bien assez au palais. " C'est vrai que c'est étonnant qu'il n'y ai personne aujourd'hui. J'aurais pensé qu'avec le retour du soleil et des beaux jours, les habitués des lieux se serraient rués avant quel'hiver n'arrive et que cela soit beaucoup moins agréable de sortir. " Ça va avec ma sœur, elle est pas un peu trop ... Exigeante et dure ? Je sais qu'elle peut parfois être difficile à supporter ... "Je sais pas si c'est le meilleur changement de sujet de conversation au monde, mais j'ai rien trouvé d'autre.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyJeu 15 Déc 2016 - 4:49



Juste nous… sans prétention
Égéon & Isis

Gênée par le regard insistant que je lui avais porté pendant de trop longues secondes, je détournai le regard, feignant de regarder au large alors que je m’imaginais plutôt à quoi pouvaient ressembler ses jambes et ses pieds sous ces écailles bleu nuit. La première fois que j’avais vu mes orteils avait été un véritable choc en soit. J’avais trouvé mes jambes… blanches et potelées. J’avais néanmoins entendu dire que beaucoup d’hommes aimaient les rondeurs chez une femme. Lorsque je m’étais retrouvée debout, à côté d’un homme sur la plage quelques temps plus tôt, j’avais remarqué à quel point j’étais petite. J’imagine que ma nageoire me donne l’impression d’être plus grande que je ne le suis réellement. Parce que chez les humains, du haut de mon mètre cinquante, je ne suis guère plus grande qu’une enfant. Je disais donc que je tentais de m’imaginer les jambes qui pouvaient se cacher sous les écailles du prince. Étaient-elles aussi finement découpées que les muscles de ses bras et de son torse? Étaient-elles aussi brunes? Je n’aurais pas osé le lui demander, mais j’aurais mal imagine qu’Égéon puisse avoir de petites jambes toutes blanches. Cette pensée fit naître l’ombre d’un sourire sur mes lèvres. Heureusement que les tritons ne lisent pas dans les pensées, cingla ma petite voix intérieure, je ne crois pas qu’il serait toujours assis sur ce rocher, si c’était le cas.

De sa voix chaleureuse et calme, il remarqua que sa famille ne semblait pas si différente de la mienne. Je n’avais jamais eu l’occasion de converser avec le roi ou la reine, mais le traumatisme qu’avait vécu Valone ne devait pas rendre les humains très chers à leurs cœurs. J’osais à peine songer à l’intensité de la colère qui m’aurait assaillie si ma petite sœur ou ma mère avaient été mutilées de la sorte. J’aurais probablement décimé l’île et tous ses habitants sur mon passage. Je serais sûrement devenue le genre de furie qu’imaginaient les pirates lorsqu’ils pensaient au peuple de la mer. Meurtrir une personne comme la princesse de l’océan l’avait été… c’était inconcevable. Après être entrée à son service, un peu après les aveux de ma mère lors du couronnement des Thelxiope, j’avais longuement hésité à me lancer dans ma quête, effrayée par cette image que je me faisais des humains à la surface. Oh! bien sûr, il m’était déjà arrivé de m’aventurer plus près de côtés. Toutefois, je ne m’étais jamais laissée aller à marcher sur le sable de la plage. Et si ma mère l’avait découvert? Je n’aurais pas voulu lui manquer de respect. Mais cette échappatoire que me donnaient ces journées auprès de Valone étaient la seule chose qui faisaient un peu de sens dans mon existence à ce moment-là, et je ne pouvais me résoudre à m’en contenter. Je vivrais éternellement si j’en avais envie. Et au stade où je me trouvais, découvrant après près de deux cent ans d’existance que ma vie n’avait été qu’un mensonge – que l’idée même que je m’étais faite de mon géniteur n’était que foutaises –, j’avais presque eu envie de me laisser vieillir. Sauf que j’étais trop égoïste pour renoncer à ce beau visage. Je craignais de finir par la pardonner dans quelques années et de me retrouver condamnée dans la peau d’une vieille femme. Oh! ça, il n’en était pas question.

Il me demande ce que je pensais des humains jusqu’à maintenant. Je me mordis la lèvre inférieure, tentant de saisir les mots pour décrire mes sentiments vis-à-vis des personnes que j’avais recontré. D’abord, il y avait eu Sissy, cette petite enfant perdue et inoffensive à qui j’avais commencé à apprendre à nager. Puis j’avais rencontré Grace, que j’avais menacé de tuer avant qu’on s’entende pour qu’elle m’aide à retrouver mon demi-frère en échange des bijoux que j’avais fabriqué. Il y avait aussi eu Jud, un pirate que j’avais sauvé des griffes de sirènes en colère et avec qui j’avais longuement philosphé au sujet de la vie éternelle et des valeurs humaines versus celles du peuple de la mer sur une place de l’île. Évidemment, j’avais rencontrée d’autres humains, mais ces trois rencontres m’avaient particulièrement marquée. Finalement, même si n’était pas humain, j’avais retrouvé Aodren. Après plusieurs mois de recherche, après plusieurs âmes généreuses qui avaient accepté de m’apporter leur aide, j’avais retrouvé mon frère… Je déclarai finalement : « Je pense… je pense qu’ils ne sont pas tous comme ce que nos familles ont voulu nous laisser croire. Je pense que, même si notre peuple refuse de se l’avouer, les humains nous ressemblent à bien des égards… Il y a de bonnes et de mauvaises personnes parmi tous les peuples. »

Il m’indiqua qu’il ne fréquentait pas très souvent Mermaid’s Lagoon, parce qu’il y avait souvent beaucoup trop de monde. Sensiblement les mêmes raisons pour lesquelles je me démotivais fréquement d’y aller aussi. Sa mention des mondanités me fit rire. Je n’aurais pas aimé être une princesse. Je ne pouvais que m’imaginer ma façon de constamment mesurer mes paroles avant de m’adresser à Valone; cette peur de la froisser qui m’habitait presqu’à chaque seconde passée à ses côtés. Je n’aurais pas aimé que les gens sentent le besoin de toujours prendre des pincettes avant de s’adresser à moi. Et si quelqu’un avait quelque chose à me reprocher, je préfèrerais largement que la personne en question me le dise directement plutôt que de se retenir. Les relations interpersonnelles d’un prince devaient toujours être teintées de prudence et de mensonge.

Égéon me demanda alors comment ça allait avec la princesse, la qualifiant d’exigeante et difficile à supporter. Je me maudis intérieurement en sentant un énorme sourire me fendre le visage, retenant le ricanement qui menaçait de sortir de ma groge à tout instant. Je n’aurais pas qualifié la princesse d’insupportable. Elle avait des caprices, tout comme moi. Elle avait parfois ses froideurs, tout comme moi, j’imagine. J’avais toujours peur de l’offenser sans en avoir l’intention, mais je me serais probablement sentie de la même façon avec n’importe qui que j’aurais dû assister comme je le faisais avec elle… « Je te mentirais si je te disais qu’elle toujours de bonne humeur. Elle a ses humeurs, comme toutes les femmes que je connais. La plupart du temps, ça va. Je crois que j’ai réussi à l’apprivoiser avec les cadeaux que je lui apporte. Je ris avec un peu de nervosité. Elle m’a raconté plusieurs trucs à propos de toi… À ce qu’il paraît, tu aurais fréquenté plus d’humains que la plupart d’entre nous… » Je sentis le rouge monter à mes joues, mordant l’intérieur de ma joue en m’invectivant de ma grande gueule. « Excuse-moi, je n’aurais pas dû faire allusion à ça. Je ne devrais pas écouter toutes les rumeurs qui circulent au palais… Je crois que je ferais mieux de partir.»

Les mains tremblantes, je me redressis sur le rocher, glissant sur la surface de pierre pour me laisser immerger dans l'eau de la mer, embarrassée par cette curiosité qui était mienne.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyMer 11 Jan 2017 - 23:50

Juste nous ... sans prétention

ft. Isis Stonehems


« Parfois le hasard fait bien les choses, et parfois même, il les embellies  »
Je suis plutôt ravis de l'entendre dire ces mots parce qu'ils montent que nous avons tous les deux le même avis sur les hommes, c'est si rare chez les miens. Il est vrai que comme eux, nous sommes bons et mauvais à la fois, tout comme il y a de mauvais hommes, comme les pirates, des hommes qui tuent sans vergogne, il y a aussi des mauvais tritons et sirènes. Certains des nôtres se permettent, comme ma sœur et sa bande meurtrière, de traquer et persécuter des humains qui peuvent tout à fait être innocents. J'ai toujours eu honte de cela, la barbarie dont a pue faire preuve mon peuple pour se venger. C'est fou parce que se venger ainsi, c'est juste s'abaisser au même niveau que les ordures qui nous ont fait souffrir. Alors je sais bien qu'il ne faut pas se laisser faire, que l'indifférence ne résout rien, que le pacifisme total ne paye pas toujours, mais je me plaid à croire qu'un jour on sera plus en paix avec les hommes. Je n'ai pas de solution miracle, je ne sais pas ce qu'il aurait fallut faire et puis les choses sont ainsi, c'est le passé n'en parlons plus, mais il nous faut immanquablement avancer maintenant, il faut que le sang cesse de couler.

Le sujet de ma très charmante sœur fut très vite abordé, faut dire elle est pas toute tendre la blondinette. Elle semblait s'y faire, j'espère que Valone n'est pas trop dure, je la connais elle est pas toujours tendre, surtout quand elle a ses humeurs. Alors comme ça ma petite sœur se fait offrir des cadeaux par ses dames de compagnies, tout ça pour qu'elle soit plus aimable envers elles. Je trouve ça petit de la part de Valone, on ne devrait pas avoir à acheter une amitié ou une quelconque considération. Mais bon, c'est ma petite sœur, je la connais, pour elle c'est comme une marque d'affection quand on fait tout pour lui faire plaisir. C'est parce qu'elle a été pourrie gâtée depuis son accident. Je peux comprendre mes parents de l'avoir sur-protégé, surtout mon père avec tout ce qu'il a vécu, mais ils ont peut-être un peu trop poussé, ils s'en rendront compte trop tard certainement. Mais elle reste ma petite sœur, je l'aime et je l'aimerais quoi qu'elle fasse, c'est ainsi, les liens du sang, et puis je me rappelle de comment elle était avant également, cela m'aide à la supporter.

Elle fit allusion à ma fréquentation des hommes, visiblement ma sœur s'étend en conclusions hâtives et en bavardages incessants. Ce n'est pas parce que j'ai aimé une humaine que je les ai tous fréquenté. La belle sirène en face se moi sembla rougir de sa remarque et s'empressa de se glisser délicatement dans l'eau. Je fut déboussolé de la voir si gêné, il est vrai que dans la cours, on ne s'adresse pas à moi d'une manière aussi franche, mais j'avais cru comprendre que nous, ici, dans cette petite intimité toute à nous, nous pouvions nous permettre ces quelques franchises. D'autant plus que je n'ai même pas été offusqué. Comme je m'en veux un peu de l’embarrasser, je m'empresse de la suivre pour la rattraper, en réalité j'aime notre conversation, j'aime sa présence, je sens qu'elle ne fait pas tout pour me plaire parce que je suis Prince. Une fois dans l'eau je lui attrape délicatement la main. " Je ne pourrais jamais empêcher les rumeurs de courir tu sais et puis, je suis pas le dernier à les écouter quand elles ne me concernent pas ! " Un petit rire pour détendre l'atmosphère, c'est vrai que j'aime bien écouter les ragots, c'est drôle d'apprendre certaines choses et d'en entendre d'autres quand on sait qu'elles sont pas vraies. " Je t'en pris, reste, je te dirais même la vérité si tu le souhaite. " Je sais que c'est osé, je ne serais pas très glorieux si elle me demande de tout lui raconter, mais j'ai comme l'impression que si je dévoile enfin ces secrets à quelqu'un qui ne fait pas partit de la famille, mon cœur s'en retrouvera plus légers, comme si tous ces sentiments qui me hantent, comme par magie s'échapperaient à jamais.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptySam 14 Jan 2017 - 19:15



Juste nous… sans prétention
Égéon & Isis

Si Valone aimait bien vanter la beauté et les mérites de ses frères devant ses dames de compagnie, elle se plaisait également à lancer toutes sortes de rumeurs sur eux. La plupart des ragots saugrenus qui finissaient pas courir sur Cyd et Égéon sous la mer et à Mermaid’s Lagoon étaient savamment concoctés à partir des bobards qu’elle avait raconté à l’une ou l’autre de ses amies. Tous savaient que ces ouï-dires commençaient souvent petits avant de prendre des proportions démesurées en passant d’une bouche à l’autre. Je n’aurais pas aimé que ma sœur ou mes copines fassent courir de telles rumeurs sur moi… À vrai dire, je leur en aurais probablement beaucoup voulu. Il faut dire que le pardon n’avait jamais été une de mes plus grandes qualités.

Ma fréquentation des humains depuis le couronnement des Thelxiope n’était pas quelque chose que je criais sur tous les toits… Je n’avais presque pas abordé le sujet, même avec ma meilleure amie. S’il avait fallu que Valone apprenne que j’avais sauvé un homme qui aurait dû mourir aux griffes de ses amies chasseresses, j’aurais probablement perdu ma place près d’elle. Malgré les supplications que m’avait faites Aodren, malgré sa demande de faire des efforts pour pardonner la trahison de ma mère, je ne pouvais encore me résoudre à retourner vivre auprès d’elle. Cette position que j’avais acquise auprès de Valone me permettait d’avoir un petit endroit au palais où j’avais un pied à terre… où je servais à quelque chose et où ma vie avait un but. Je n’avais pas envie de perdre cet endroit. Aussi, je ne m’étendais pas trop dans les détails en ce qui concernait mes escapades sur l’île de Neverland. Les autres dames de compagnie croyaient que j’aimais me faire dorer au soleil et que j’étais plus à l’aise à la surface pour fabriquer mes bijoux.

Depuis un bon moment que le mot courait à la cour des Thelxiope que le prince héritier était amoureux d’une humaine. Un triton avait même raconté qu’il l’avait aperçue avec lui et qu’elle avait les cheveux très noirs, les yeux gris et clairs comme la lune et la peau aussi blanche que les nuages. Il prétendait qu’elle travaillait dans une auberge ou une taverne et que sa beauté était à couper le souffle. Enfin… pour une humaine. Que ce fut vrai ou non, je n’y avais pas vraiment porté attention avant aujourd’hui. Je m’en rappelais parce que ça m’avait fait sourire.

Embarrassée par mes paroles trop vite déblatérées et me rappelant devant qui je me tenais, je m’étais laissée glisser dans l’onde fraîche, présentant mes excuses au prince et m’apprêtais à quitter les lieux. Je m’éloignais rapidement, mais il ne tarda pas à me rattraper, sa main se glissant dans la mienne. Sa peau était chaude et douce. Quelque chose au creux de mon estomac rebondit à son contact, qui semblait tellement familier, tellement normal. Il me rassura rapidement en me disant que les rumeurs à son sujet l’amusaient et qu’il ne pouvait pas les empêcher d’aller de bon train. Ses derniers mots firent naître un sentiment étrange en moi… quelque chose que je n’avais jamais ressenti. De sa voix calme et feutrée, il me dit : « Je t’en prie, reste. » J’aurais eu du mal à décrire ce que je ressentais. C’est comme si tous mes organes étaient en chute libre. C’était une sorte de fébrilité au cours de laquelle mon cœur menaçait d’exploser dans ma poitrine. Il me proposa même de me raconter la vérité si je le souhaitais.

Tirallée entre mon envie de prendre ma nageoire à mon cou pour retourner sous la mer et celle de rester là avec lui, je posai mon regard clair dans le sien. Je me doutais que ma moue devait trahir ce combat intérieur. Sa main dans la mienne, son regard saphir soutenant le mien avec sincérité, mon corps tourné vers le sien alors que mon hésitation demeurait, ma nageoire effleurait ses écailles et je savais… J’avais envie de rester. Pourquoi me priver de ce moment simple ? Pourquoi partir alors que je me sentais si bien pour une fois depuis plusieurs mois ? « D’accord. Je reste. Excuse-moi, j’ai les nerfs à fleur de peau depuis quelques jours… » J’espérais qu’il ne pose pas trop de questions sur le pourquoi de cette nervosité, de cette intensité qui était mienne. Personne au palais n’était vraiment au courant de cette révélation faite par ma mère lors du couronnement des nouveaux souverains. Tout le monde savait que Noam n’était pas mon véritable géniteur, qu’Ophélie n’était que ma demi-sœur. Personne n’avait posé de questions par rapport à mon père, et ça m’était égal. Il n’était plus là. Ça ne servait à rien de ressasser les vieilles histoires du passé.

Je retirai mes doigts des siens avec regret et reculai de quelques centimètres. Ma tête était toute embrouillée à cause de cette proximité. Je ne pus m’empêcher de sourire : « On ne choisit pas les personnes qui nous attirent, tu sais… Parfois, c’est inexplicable. Je le sais mieux que quiconque. » La culpabilité par rapport à ces sentiments bizarres que j’avais ressenti pour Aodren pendant notre jeunesse, puis avant qu’il ne me révèle qui il était réellement ne me lâchait pas. « J’ai rencontré quelques humains… Même s’ils sont bien différents de nous, ils ne sont pas si mal. Mais je m’imaginerais mal être attirée par l’un d’eux. » J’étais tellement mal à l’aise dans des jambes et sur la terre ferme… Je me serais très mal imaginée abandonner mon habitat pour vivre sur l’île. Même pour une personne très chère à mes yeux… Même si Aodren m’avait demandé de quitter la mer pour vivre auprès de lui, parmi les humains, jamais je n’aurais pu m’y résoudre. « Je ne suis jamais vraiment tombée… amoureuse. C’était comment, avec elle ? Tu n’es pas obligé de répondre si ça te gêne, hein… »

Ma curiosité et mes questions étaient parfois invasives. Ma sœur me l’avait laissé savoir à plusieurs reprises. Parfois, j’étais tellement intriguée par quelque chose que je poussais les gens à m’en parler alors que ça risquait de les mettre plutôt mal à l’aise. Je ne voulais pas gâcher ce moment d’intimité avec Égéon en le bousculant…


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon EmptyLun 23 Jan 2017 - 19:54

Juste nous ... sans prétention

ft. Isis Stonehems


« Parfois le hasard fait bien les choses, et parfois même, il les embellies  »
Le simple fait de tenir sa main dans la mienne fit sauter mon pauvre petit cœur. Je me remet juste de cet amour interdit et voilà que je commence à ressentir tous les signes d'une attirance pour une sirène. J'espère juste que ce n'est pas un amour pansement comme certains le disent, mais je pense que si cela avait été le cas il serait apparut plus tôt, quand j'éprouvais encore de la honte pour les sentiments qui occupaient mon cœur bien que l'histoire soit finie. " D'accord. Je reste. Excuse-moi, j’ai les nerfs à fleur de peau depuis quelques jours… " Je vois que je ne suis pas le seul à avoir les sentiments à vif dernièrement,je me demande ce qui peut bien tracasser une jeune sirène comme elle, elle doit avoir une vie bien remplie et elle semble plutôt bien supporter les journées avec Valone alors j'aurais cru que rien ne pouvait l'ébranler. J'aurais bien creusé un peu la question mais je vois à son expression qu'elle n'a pas vraiment l'air de vouloir en parler alors passons là-dessus. Si je dois être le seul à me confier aujourd'hui soit, c'est pas comme si cela ne faisait que la dixième fois que je parle de cette histoire, à peut près hein. " Aucun soucis, je te pardonne. " Un petit clin d’œil pour ponctuer ma bêtise, j'essaye de détendre l'atmosphère mais je sais pas trop si c'est la meilleure méthode.

Quand elle ôta sa main de la mienne ce fut comme un déchirement, je m'étais habitué à la chaleur de ses doigts délicats contre ma pomme. Pendant quelques secondes c'est comme si cette chaleur était toujours là, comme si cette main venait d'apposer son emprunte au creux de la mienne. Et puis un sourire vint illuminer son sourire et me réchauffer le cœur. J'ai l'impression de lui faire de l'effet mais je n'ose pas vraiment y croire, je n'ai jamais cru à ce charme que l'on m'attribue, je ne me trouve pas si irrésistible, voir même carrément pas exceptionnel. Ça me gène même un peu à vrai dire, je préférerais parfois passer totalement inaperçue.  " On ne choisit pas les personnes qui nous attirent, tu sais… Parfois, c’est inexplicable. Je le sais mieux que quiconque. " Ouh, alors là je suis encore plus curieux de savoir de quoi elle parle. Je meurs d'envie de lui poser des questions mais ce ne serait pas correct, j'ai toujours su me vanter d'être un homme galant et courtois, ma mère m'a élevée dans le respect des femmes et de leur intimité, jamais je ne pourrais me permettre d'être indiscret avec une d'entre elle, surtout pas à une jeune sirène aussi charmante. " J’ai rencontré quelques humains… Même s’ils sont bien différents de nous, ils ne sont pas si mal. Mais je m’imaginerais mal être attirée par l’un d’eux. " C'est vrai que les humains sont différents, mais quand on les connait on peu mieux, ils le deviennent un peu moins. La suite de sa phrase me poignarda en plein cœur, je sais qu'elle ne pensait pas à mal en faisant remarquer qu'elle ne pensait pas être capable d'être attirée par un humain, mais ça me fait quand même un petit pincement. Une petite grimace m'échappa sans le vouloir, ce fut fugace mais j'ai peur qu'elle l'ai remarqué alors quoi qu'il en soit je vais essayer de faire diversion. " Hum oui, c'est vrai que c'est, différents ... "

J'allais essayer de rebondir sur autre chose quand elle enchaîna elle même sur une autre révélation qui me fit tilter. " Je ne suis jamais vraiment tombée… amoureuse. C’était comment, avec elle ? Tu n’es pas obligé de répondre si ça te gêne, hein… " Je sais qu'elle m'a posé une question mais c'est la première partie de ses paroles qui me fit réagir. " Attends, tu viens de dire que tu n'étais jamais tombée amoureuse ? Tu veux dire jamais jamais ? " Si c'est vrai c'est triste parce que l'amour apporte quelque chose de tellement unique, ça ravis la vie, ça éclaire tous les moments de doute et de déprime et même si parfois ça fait souffrir, toutes les merveilleuses choses que cela donne compense largement. " Euh pardon, tu m'as posé une question, euh. Avec elle c'était ... Je saurais pas trop comment le décrire, je dirais comme un lever de soleil permanent, j'étais juste heureux de pouvoir partager une seconde avec elle, c'était comme si je flottais dans les airs, tous mes tracas s’envolaient quand son sourire illuminait son visage. " J'ai eu envie de dire "un peu comme quand tu souris" mais cela aurait été déplacé, on ne se connait pas vraiment et tout ce que je sais d'elle, c'est que son sourire fait remonter en moi des sentiments que j'aurais voulu croire enfouis.

code by ORICYA.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty
Message Sujet: Re: Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Juste nous... sans prétention ♦ avec Égéon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» [UploadHero] Le Grand Blond avec une chaussure noire [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-