AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 I know I can count on you | Sissy
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptyLun 12 Sep 2016 - 22:12



I know I can count on you

Sissy & Bryn
Pas un bruit ne résonnait, la brume les enveloppait totalement. Au milieu de ce paysage, ils paraissaient n’être que deux fantômes errant sur une terre dépeuplée. Pourtant, un simple coup d’oeil sur ces deux petites silhouettes suffisait à démystifier la situation. Le garçon portait une coiffe indienne qu’il exhibait fièrement, avançant le dos droit et le menton haut. Sur ses joues, avaient été peintes des marques rouges avec de la terre rougeâtre. Bryn avait encore été faire la fête avec les indiens la veille et il s’était tellement amusé qu’il avait refusé de redevenir un enfant perdu le jour suivant.

Sur sa droite, une petite silhouette aux longues mèches blondes avançaient. Elle paraissait frêle, fragile, presque trop pour l’endroit saugrenu dans lequel ils se trouvaient. Bryn avait emmené son amie Sissy dans les marais Kisipère. Idée saugrenue au premier abord mais l’enfant perdu connaissait bien les lieux. Pas comme sa poche mais largement assez pour pouvoir s’y balader sans risquer de perdre ses points de repère. Le garçonnet tâchait de toujours rester proche de Sissy car seule, elle finirait par se noyer, se faire dévorer ou se perdre. Cet endroit n’était pas le plus accueillant de Neverland mais il avait une particularité !

Bryn fit signe à Sissy de se baisser pour se cacher dans les feuillages. Il lui désigna du doigt des petites tâches qui dépassaient de la verdure, à quelques mètres plus loin. Les crodoudous étaient comme des mascottes pour les enfants perdus. Mascotte dont ils ne s’approchaient jamais, ne connaissant que trop bien la fâcheuse habitude de la bestiole a leur sauter dessus et vouloir les dévorer. Bryn doutait que Sissy ait encore eu le temps de venir observer les crodoudous encore endormis avant leur réveil. De loin, recroquevillés sur eux-mêmes, avec leurs petites pattes devant leur grands yeux clos, ils ressemblaient à des boules tachetées et velues. N’importe quel enfant aurait eu envie d’aller câliner pareille créature … sauf s’il s’agissait d’un crodoudou.

- Tu as vu comme ils sont mignons ? Mais attention, ils sont très méchants si on les réveille !

Parce qu’après tout, endormis, ils ne causaient de mal à personne. Bryn fit signe à Sissy de l’accompagner car la brume commençait à légèrement s’estomper et le soleil se levait de plus en plus haut dans le ciel. Bientôt, les cieux se mélangeraient de mauve, d’orangé et de bleu puis laisseraient place à un azur intense. Avant que cela ne se produise, les deux enfants devaient repartir car les marais kisipère étaient plus dangereux encore en pleine journée. Les bestioles les plus loufoques sortaient de leur cachette lorsque leur ventre criait famine.

Ils marchaient depuis quelques minutes, des images de crodoudous ronronnant dans leur sommeil plein la tête, quand Bryn repéra une paire d’yeux globuleux qui les fixait. Il savait déjà à quoi il avait affaire. Son visage perdit son sourire et il coula un regard à Sissy. Mieux valait filer et vite ! Mais les jambes de la fillette ne la porteraient peut-être pas assez vite pour échapper à la langue de la créature. Avant qu’il n’ait le temps de pousser plus avant sa réflexion, quelque chose émergea de l’eau. Bryn eut juste une seconde pour s’avancer et interposer son mollet entre la langue du glob et Sissy.

Le garçon serra les dents car il savait ce qui allait suivre. D’autres enfants perdus avaient déjà été mordus par des globs et ils avaient raconté que c’était affreusement douloureux ! Bryn en fit l’expérience quelques secondes plus tard quand la bestiole rétracta sa langue et vint s’accrocher au mollet du gamin. Celui-ci retint un cri de douleur, serrant les doigts sur son pantalon, pour éviter de réveiller les crodoudous. Les dents du glob entrèrent dans sa chair, provoquant en lui comme la sensation d’une toute fine lame qu’on aurait glissé dans son mollet. Bryn glissa avec dégoût les doigts sur les flancs de la créature et dut les lui malaxer. C’était une technique que Rufio leur avait apprise pour dépêtrer de ce genre de situation. Le glob eut alors un renvoi qui le força à se décoller de la peau de l’enfant perdu. En sortant de son mollet, ses dents picotèrent fortement son épiderme et Bryn ne put retenir son hurlement cette fois.

Aussitôt qu’il fut libéré, il shoota violemment dans la créature qui voltigea jusqu’au marais. Ni une ni deux, il attrapa la main de Sissy et se mit à courir avec elle à en perdre haleine. Ils avaient probablement une armée de globs à leurs trousses et mieux valait ne pas même s’imaginer que les crodoudous aient entendu le cri sinon, ce serait encore pire. Bryn tourna la tête vers la fillette, il aurait pu la porter sur son dos mais sa jambe était très douloureuse et il n’était pas sûr de ne pas tomber. Cela les aurait encore plus ralenti. Ils quittèrent le marais et continuèrent à courir. Ils ne s’arrêtèrent qu’en arrivant dans la forêt des quatre saisons. Là-bas, Bryn fit une pause pour respirer et savoir si Sissy allait toujours bien.

- Je ne veux pas rentrer à l’Arbre … pas tout de suite.

Bryn avait honte. Terriblement honte. Les autres allaient rire de sa morsure mais dans l’immédiat, elle lui faisait si mal qu’il ignorait s’il supporterait les moqueries. Alors, il opta pour un autre endroit. Un lieu féérique, un lieu enchanteur. Bryn proposa à Sissy de l’accompagner à Pixie Hollow, le territoire des fées. Un endroit où il se sentait en sécurité et où tout respirait le bonheur.

Une chaleur écrasante les accueillit dans la vallée de l’été. Bryn adorait les parfums fruitier qui se dégageaient de cet endroit. Sissy allait être heureuse, il y avait littéralement des fruits partout ! Elle qui était un mini estomac sur pattes. Le garçonnet pour sa part, alla s’asseoir près d’une rivière et remonta son pantalon pour observer la blessure. Ce n’était pas très joli à regarder. De petits trous apparaissaient sur son mollet et de minces filets pourpres en suintaient. La zone avait légèrement gonflé. Bryn ôta sa chaussure et plongea la jambe jusqu’au genou dans la rivière. Son visage s’adoucit et il poussa un soupire de soulagement en sentant le liquide frais lui caresser la plaie.

- J’adore venir ici.

Il tourna ensuite la tête vers Sissy, souriant de toutes ses dents comme s’il ne s’était rien passé d’horrible quelque secondes plus tôt.

- Tu as aimé les crodoudous ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptyMer 14 Sep 2016 - 2:52

Pour une fois, Sissy ne se baladait pas toute seule de façon insouciante. Insouciante, elle l’était toujours, mais au moins elle n’était pas seule dans cette entreprise. La petite blonde était accompagnée par un adolescent qui pouvait passer pour un indien avec son accoutrement et les peintures qui le recouvrait. Mais en fait, sous ce déguisement ce cachait son ami Brynár, un enfant perdu, comme elle. Ce garçon avait une place particulière dans le cœur de la gamine, tout d’abord, c’était lui qui avait pris soin d’elle à son arrivée et ils avaient partagé la cabane du garçon jusqu’à ce que la plus jeune ait la sienne. Il était toujours gentil avec elle, lui montrant pleins de choses amusantes. Lui-même pouvait être amusant d’ailleurs!

Une chose qui plaisait bien à Sissy, c’était que Bryn ne se préoccupait pas de leur différence d’âge. Il y avait beaucoup d’adolescents qui n’auraient pas voulu trainer avec elle à cause de cela, disant qu’elle n’était qu’un bébé! Alors qu’en fait c’était tout à fait faux, elle n’était pas un bébé! Non mais vous en avez vu souvent des bébés qui causent autant qu’elle? Et puis elle s’occupait d’elle tout seule, comme pour trouver à manger. Elle partait presque à tous les jours afin de trouver des fruits à manger pour elle et les autres. Ses recherches n’étaient pas toujours fructueuses, mais au moins elle essayait!

La petite blonde avait été surprise de l’endroit où son ami l’avait entraînée. Jamais elle n’avait été attirée par ce lieu. On racontait bien des choses à propos du marais Kisipère! Il y avait toutes sortes de créatures plus ou moins sympathiques, qu’il était facile de s’y perdre… Avec son sens de l’orientation défaillant, jamais Sissy ne se serait risqué ici seule! Même avec Lily, elles ne seraient pas venues ici toutes les deux. D’ailleurs, la décision de visité cet endroit ne plaisait pas à la fée, même avec un adolescent pour défendre la fillette. La petite créature bougonnait donc dans la poche de la robe de l’enfant, ce qui était normal au final. La petite lumière rose avait parfois mauvais caractère, mais malgré leurs désaccords, restait toujours proche de sa protégée.

Alors que la petite tâchait de ne pas s’éloigner de Bryn, tout en essayant de ne pas mettre les pieds où il ne fallait pas, elle se questionnait sur leur venue ici. Mais qu’est-ce qu’il pouvait bien vouloir lui montrer? Ce devait être un truc de garçon bien dégoutant! Qu’est-ce qu’il y aurait eu d’autre dans cet endroit nauséabond et vaseux, autre qu’un truc gluant et puant? Sissy pu le découvrir lorsque le garçon lui fit signe de se cacher… C’était d’adorables boules de poils! Ça semblait tellement improbable de trouver de telles créatures ici! Par contre, aux dires de l’autre enfant, l’apparence de ces animaux ne reflétait pas leur caractère! Comme elle ne voulait pas se faire attaquer, elle resta bien silencieuse, malgré les questions qui lui venaient. Il serait toujours temps plus tard de les poser!

Sissy aurait passé toute la journée à les regarder, mais il était temps de partir avant qu’elles ne se réveillent. Tentant de ne pas tomber alors que ses pieds s’enfonçaient dans l’eau vaseuse, la petite ne se rendit compte de la présence du glob que lorsque Bryn s’interposa, subissant l’attaque à sa place. C’était la première fois qu’elle en voyait un, mais la description que les enfants lui en avait faite, elle reconnaissait la bestiole et savait aussi que son ami allait souffrir de cette attaque. Elle voulait l’aider, mais ne se souvenait plus de ce qu’il fallait faire! Lui avait-on déjà dit? En voyant son ami faire, elle se rappela vaguement d’une leçon que Rufio avait donnée aux enfants.

Le cœur de Sissy sembla s’arrêter lorsqu’elle entendu le hurlement de douleur de l’adolescent. Il  botta violement la bête et ils partirent à la course avant qu’un glob, ou toute autre créature ne vienne leur faire un petit coucou. La gamine courait le plus vite qu’elle pouvait, surement aidé par l’adrénaline et la peur. Lorsqu’ils s’arrêtèrent enfin, elle se laissa tomber sur le sol afin de reprendre son souffle. Elle avait les poumons en feu et avait l’impression que son cœur allait sortir de sa poitrine.
Elle pensait bien qu’ils retourneraient à l’arbre, mais non…  Pourtant, Bryn aurait eu besoin de se reposer avec sa vilaine blessure! Pouvait-on parler d’orgueil? Ce devait être parce que c’était un garçon, parce qu’elle savait que si ça avait été elle qui avait été blessé, il l’aurait ramené à l’arbre sans attendre! Peut-être même qu’on l’aurait un peu cajolé? Bon, certains lui auraient surement fait la morale… Et puis quand c’était les garçons qui se blessaient, ils s’embêtaient entre eux!

Sissy suivit donc son ami, autant pour surveiller son état que par curiosité de ce qu’il voulait lui faire découvrir. En espérant que cette fois il n’y ait pas de vilaines bestioles! Alors qu’ils marchaient, le discourt de Lily passa de « je vous avais dit de pas aller jouer dans le marais » à « Enfin une destination de choix! ». La fée arrêta donc de bougonner afin de voleter dans la forêt des fées. C’était un endroit magnifique, calme et sécuritaire. Ici, ils seraient tranquilles, les fées veilleraient sur eux. Peut-être qu’elles guériraient Bryn? Quoique la petite ne savait pas si elles auraient ce pouvoir ou non. Elle fit une grimace en voyant la blessure… c’était moche et ça avait vraiment l’air douloureux. La blondinette détourna les yeux de la morsure pour regarder le visage du brun lorsqu’il parla.

- C’est vraiment un bel endroit. J’avais jamais pu venir avant. Il faut dire que la noirceur avait diminué mes sorties. Oh les petites boules de poils étaient trop mignonnes! Peut-être même plus que des chatons! Par contre, des chatons, c’est plus gentil je crois. Est-ce que les crodoudous ils vivent dans les marais parce qu’ils sont sale à l’intérieur? Parce qu’il sont méchants?

Elle hésita un moment avant de se décider à poursuivre d’un air piteux :

- Merci de m’avoir sauvé du glob… Ça a du faire très mal… c’est ma faute, il aurait fallu que je marche plus vite…

Sissy s’assit sur le bord du ruisseau, enlevant ses chaussures afin de se tremper un peu les orteils dans l’eau. Elle frissonna de tout son corps, jusqu’à ce qu’elle s’adapte à la température de l’eau. C’était amusant de laisser ses pieds dans le courant. Elle les leva, les descendit dans le courant de façon alternative et de plus en plus brusque, tellement qu’elle commença à faire des éclaboussures avec ses battements. C’était surement ridicule, mais ça l’amusait beaucoup de voir l’eau qui s’envolait pour retomber un peu partout… sur elle… sur Brynár…

Réalisant cela, elle arrêta tout mouvement pour regarder son ami avec un mélange de surprise et de gêne. La gamine n’avait pas vraiment réalisé sur le coup qu’elle risquait aussi de l’éclabousser… allait-il se fâcher? Elle tentant donc de l’amadouer avec son plus magnifique sourire. Mais ça ne serait pas drôle que ça en reste là, n’est-ce pas? Alors elle lui envoya encore un peu d’eau, utilisant ses mains cette fois. Elle s’enfuit ensuite essayant d’éviter les représailles, courant jusque dans une petite clairière. Il y avait des fleurs partout! C’était tellement un bel endroit qu’elle en fut saisit. Des papillons voletaient ici et là. Elle cru aussi voir des scintillements passés, probablement des fées! Ou peut-être seulement les rayons de soleil qui passaient entre les branches.

- C’est tellement beau, c’est plus merveilleux que dans mes rêves…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptySam 17 Sep 2016 - 13:44



I know I can count on you

Sissy & Bryn


La course effrénée, la douleur dans sa jambe, la sensation du corps gluant du glob sous ses doigts. Tout, absolument tout, avait un goût d'aventure. C'est sans doute pourquoi, fuyant à toutes jambes une armée animale d'ennemis, Bryn avait un énorme sourire aux lèvres. Il n'était qu'une proie pourtant, une cible qui, si elle était atteinte, serait dans une situation dangereusement délicate ! Pourtant, le jeune garçon s'amusait. Cette adrénaline qui s'emparait de lui faisait vibrer son corps, ses pieds s'abattaient avec force sur le sol, ses bras s'envolaient dans les airs comme les ailes d'un oiseau sauvage. Parfois, incapable de retenir son euphorie, le gamin pouffait de rire en trébuchant sur un grosse racine. L'aventure, la vraie, il l'avait trouvée ce matin.

Sissy était plus petite, elle peinait davantage à garder un bon rythme de course. Quand ils prirent une pause, elle se laissa littéralement tomber à la renverse. Cela fit rire Bryn qui l'observa un instant avant de grimacer de douleur en sentant les picotements dans son mollet. Les deux enfants sentirent alors leur coeur se calmer, l'adrénaline retomber. Les ennemis étaient loin, le territoire des fées étaient désormais sous leurs pieds. En ces lieux, Bryn se sentait atrocement bien. C'était le meilleur endroit pour se reposer, pour panser ses blessures.

Ils s'assirent dans la verdure et plongèrent les pieds et les mollets dans l'eau fraîche. Bryn soupira d'aise, c'était vraiment une bonne idée. Sissy vint le rejoindre et eut du mal à observer la morsure. Elle préféra relever les yeux et s'adresser à lui avec sa candeur et sa gentillesse habituelle. Elle lui expliqua pourquoi elle n'était pas encore allée bien loin de l'Arbre et Bryn ne put que le comprendre. Plongés dans une nuit sans fin, ils avaient bien eu du mal à aller s'amuser ! Heureusement, le soleil était revenu pour les protéger. Sissy lui parla alors des crodoudous en lui demandant pourquoi d'aussi adorables créatures vivaient dans des contrées aussi affreuses. Bryn haussa vaguement les épaules puis répondit en souriant :

- Je ne sais pas ... mais je suis heureux qu'ils ne vivent pas trop près de l'Arbre !

Un rire naïf s'éleva dans les airs, flottant parmi les fées et les papillons de la vallée de l'été. Ces crodoudous étaient adorables mais voraces. Tous les enfants perdus rêvaient d'en apprivoiser un mais autant tenter de donner un bain à un pirate ! Autrement dit, impossible.

Légèrement mal à l'aise, Sissy s'excusa à propos de la morsure du glob. Bryn avait assez mal au mollet mais il refusait de le laisser paraître. En digne enfant perdu, il avait connu de plus horripilantes batailles ! Il adressa un large sourire à son amie, lui dévoilant toutes ses petites dents dont certaines étaient encore des dents de lait !

- Ne t'en fais pas, ça ne fait pas si mal.

Sissy vint tremper les pieds à son tour puis éclaboussa les alentours en battant des jambes. Le garçon en reçut plusieurs grosses gouttes. Cela le fit beaucoup rire. Il faisait chaud dans la vallée de l'été et un peu de rafraîchissement était toujours bon à prendre. Sissy l'observa un instant puis précipita la main dans l'eau et l'aspergea allègrement en lui jetant des éclaboussures. Bryn fut bientôt couvert d'eau et éclata d'un grand rire tout en tentant d'éclabousser Sissy à son tour.

La fillette avait pris la poudre d'escampette, filant dans la vallée et s'émerveillant devant la faune et la flore. Bryn ne se laissa pas avoir, il plongea l'une de ses chaussures dans la rivière et courut vers son amie. L'attrapant d'un bras, il lui fit un câlin tout en vidant le contenu de la chaussure au-dessus de leur tête. Les deux gamins se retrouvèrent trempés, hilares. Bryn abandonna ensuite sa chaussure et se laissa tomber au sol, sa tête alla rejoindre les tiges des fleurs qui dansaient sous ses yeux. D'une voix calme, dans un quasi-chuchot, il dit :

- Si tu écoutes bien, tu peux peut-être entendre les fleurs chanter.

La vallée de l'été avait ceci de magique que chacune de ses particules était animée de cette étincelle d'imaginaire. Plus que nulle part ailleurs sur Neverland, cette contrée respirait le féérique. Les couleurs explosaient aux yeux, les fleurs entonnaient des airs agréables, les fées volaient en tous sens, les animaux semblaient presque danser en virevoltant dans les airs ou en créant leur terrier. Bryn se sentait bien, si bien.

- Tu vois cet arbre ?

Bryn s'était redressé pour désigner un saule immense, titanesque. Il se dressait au milieu du territoire tel un gardien veillant avec amour sur sa famille. Ses longues branches, s'incurvant légèrement sur elles-mêmes, faisaient penser à un million de petits bras se repliant sur ses enfants. Telle une mère enlaçant ses petits et les berçant. Le gamin perdu aimait à imaginer cet arbre comme le parent de l'île toute entière. Une mère, un père en qui chacun d'eux pouvait avoir confiance. Sa force, sa beauté, sa prestance. Tout en cet être était resplendissant.

- Je l'aime beaucoup ! Mais on ne peut pas s'en approcher. Il n'y que les fées qui peuvent.

Le gamin haussa les épaules. Maurice et lui en avaient souvent parlé car Bryn aurait aimé alors jouer là-bas à escalader les branches et à observer Neverland depuis le sommet du saule. Sur ce point cependant, son fidèle compagnon était catégorique : même les enfants perdus, pourtant uniques êtres acceptés au sein de Pixie Hollow, n'avaient pas le droit de s'en approcher. Par respect pour Maurice et son peuple que le garçonnet aimait profondément, il ne bafouerait jamais cette règle.

- Tu penses qu'il y a des maisons dedans ? Moi, j'imagine qu'il y a un village tout entier où les fées dansent toute la journée, elles font des feux de joie comme les indiens et aussi des bals comme les habitants de Blindman's Bluff !

Bryn s'émerveillait de cet univers qu'il créait dans son esprit, ignorant la vérité et ne désirant pas réellement la connaître.

- Maurice me dit toujours que j'exagère mais moi, je suis sûr de mon coup.

Il se laissa retomber dans les fleurs et les feuilles vertes, glissant les mains sous la tête et observant ce beau, cet immense et infini, ciel bleu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptyLun 19 Sep 2016 - 19:47

L’adolescent s’était montré rassurant à propos de sa blessure, ce qui aidait à diminuer la culpabilité de Sissy. Elle était aussi très rassurée qu’il n’y ait pas se genre de bestioles près de l’arbre! Les enfants étaient en relativement bonne sécurité près de l’arbre. Et puis s’il y avait un danger imminent, il ne restait plus qu’à courir se cacher! L’option de combattre était toujours envisageable, mais pour la blonde, se cacher était le premier choix, sauf si un de ses amis se retrouvait en danger! Les enfants perdus étaient sa famille, la seule qu’elle ait jamais eue, alors hors de question d’en abandonner un! La seule raison pour laquelle la petite s’éloignerait d’un ami un péril, serait pour aller trouver de l’aide… ou pour trouver un meilleur angle d’attaque face à un ennemi!

Trop émerveillée et distraite par la beauté du paysage, la gamine oublia de se méfier de Bryn. En fait, elle ne pensait pas qu’il pouvait encore considérer une menace, si loin du cours d’eau. Elle fut contente qu’il lui fasse un câlin… jusqu’à ce qu’elle sente l’eau froide sur sa tête. Comment avait-il réussit ce tour de magie? Oh en fait l’eau était dans sa chaussure! La petite rit de bon cœur devant la victoire de son ami. Il était ingénieux mine de rien! Elle n’y aurait sans doute pas pensé! Il était vraiment intelligent et drôle!

Sissy se laissa tomber à côté du garçon. Elle écouta, tentant d’entendre les fleurs chanter comme l’autre enfant lui disait. Il y avait quelque chose, mais était-ce les fleurs, ou les fées? Peut-être les deux? Elles fredonnaient toutes ensembles dans un doux chœur! Peut-être que les papillons et autre créatures s’étaient joints à elles aussi? Pourquoi essayer d’analyser alors qu’il était possible de juste profiter de ce moment? C’était calme, beau, magique, mais surtout c’était un endroit protégé par les fées. Ça faisait du bien d’être dans un lieu sécuritaire, autre que l’arbre du Pendu.

L’a petite regarda le grand arbre que lui indiquait Bryn. Bien sur qu’elle le voyait, il aurait fallu qu’elle ait les yeux fermés pour ne pas l’apercevoir! Tout semblait converger vers lui, comme s’il était la chose la plus importante de la forêt, peut-être même de l’île. Ce devait être là que Feisty et les autres élus avaient du se rendre pour les sauver tous. Cet arbre était tellement énorme qu’il imposait le respect. Probable que même sans les avertissements de son ami, elle ne s’en serait pas trop approchée. Il y avait quelque chose de fort qui s’échappait du saule. Et puis c’était en le touchant que son amie avait pris deux années… et si quelque chose arrivait à la blonde en frôlant l’écorce? Hors de question de prendre ce risque! Et puis la gamine ne voulait pas que les fées soient fâchées contre elle! Ou encore risquer de faire de la peine à Lily!

Sissy regarda l’arbre en réfléchissant à la déclaration de l’adolescent. Il avait sans doute du y penser souvent pour lui raconter son idée avec tant de détails. Elle analysa les éléments, plus ce qu’elle savait déjà, avant de lui répondre :

- Je pense pas que les fées fassent des feux de joies comme les indiens, ça risquerait de mettre feu à l’arbre! Mais elles ont surement pleins de lucioles apprivoisées pour faire de la lumière! Peut-être aussi de la lumière magique? Mais tu as surement raison que ça doit ressembler à un village là-dedans. Avec de toutes petites maisons! Elles doivent surement faire des fêtes très souvent. Parce que les fées sont joyeuses et puis c’est amusant des fêtes et des bals!

Sissy prit une petite pause, remettant encore un peu d’ordre dans ses esprits. Ils ne sauraient sans doute jamais ce qui se passe réellement dans cet arbre magique, mais ça n’avait pas vraiment d’importance. Les enfants pouvaient s’imaginer pleins de choses merveilleuses à propos des fées, et qui sait, peut-être que leurs rêveries deviendraient réelles un jour? Neverland était née d’un songe, alors l’imagination des enfants continuait de la façonner peu à peu.

- Sauf pour le feu, je crois que tu as raison! Ça doit être vraiment beau! Avec plein de fleurs multicolores! Un peu comme ici, mais à l’intérieur de cet arbre!

Une petite part d’elle aurait voulu savoir s’ils avaient raison, mais d’autre part, la gamine préférait sans doute rester avec ses illusions, car se serait terriblement décevant de découvrir que ce qui se cache-là n’était pas si merveilleux! C’était les fées, donc ça se devait d’être beau et magique!

Alors que Sissy était couchée sur le dos, observant le ciel bleu au dessus de leur tête, son estomac grogna. Comme ils étaient partis tôt ce matin, elle n’avait pas eu le temps de manger beaucoup. Et puis toutes ces aventures, ça creusait l’appétit! Et il faut dire que la gamine était parfois un estomac sur pattes! Elle se leva donc discrètement pour ne pas déranger son ami, s’approchant de ce qui lui semblait un prunier. Cueillant un fruit, elle mordit dedans à pleine dents, savourant sa chair juteuse. Ce fruit n’étant pas bien gros, elle en mangea quelques autres. Satisfaite, elle nota qu’il lui faudrait revenir avec son panier afin d’en ramener pour les autres enfants… Et peut-être en donner à Grace lorsqu’elle la reverrait? La dame serait sans doute heureuse de pouvoir en faire des tartes!

De petits scintillements attirèrent son attention. Elle s’approcha doucement, curieuse de voir quelle chose merveilleuse pouvait se cacher de l’autre côté du buisson. Il y avait des fées, mais aussi de petits chevaux ailés! Ils étaient si minuscules qu’il n’y avait que les fées qui pouvaient les chevaucher! Ils avaient tous une corne, de différente couleur. Lily lui en avait un peu parlé, mais elle ne se souvenait plus vraiment de leur nom… Lora? Sora?... chora! Comme ils étaient mignons! La petite cueillit quelques fleurs et s’approcha des petites créatures, les laissant approcher. Plusieurs vinrent butiner le pollen des fleurs qu’elle tenait. C’étaient de gourmandes petites créatures, un peu comme la blondinette!

- Bryn... viens voir mes nouveaux amis!

Sissy n’avait pas crié, de peur d’effrayer les choras, mais la joie transperçait sa voix. Elle rit un peu, extrêmement heureuse que l’adolescent l’ai amené à Pixies Hollow. Elle aurait vraiment du venir ici avant! C’était sans doute le plus bel endroit de Neverland!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptySam 1 Oct 2016 - 16:50



I know I can count on you

Sissy & Bryn


Malgré la douleur dans son mollet, ce moment était privilégié. Bryn aimait beaucoup Pixie Hollow, l'endroit le plus beau de tout Neverland. Et eux seuls, les enfants perdus, pouvaient s'y balader sans risquer de se faire virer par les fées. En effet, les petites créatures ailées se fichaient éperdument que les gamins jouent sur leur territoire. Après tout, l'île leur appartenait. Ils étaient ses enfants, ses petits, ses protégés. La preuve, telle la mère aimante et dévouée qu'elle était, Neverland exauçait leurs souhaits à mesure qu'ils en formulaient. Les fées le savaient et, respectueuses de leur terre natale au plus haut point, elles acceptaient cela pleinement. Chacun avait son rôle sur Neverland et selon Bryn, le rôle des pirates étaient de servir de cible pour les enfants. Aucune histoire n'est drôle s'il n'y a pas d'ennemis. Quant à tous les autres, ils étaient tous leurs alliés. Bien évidemment, eux, ils étaient les héros qui sortiraient vainqueurs à la fin du conte.

Sissy avait une interprétation différente de la réalité. Selon elle, le feu risquait de dévorer l'Arbre mais Bryn réfutait cette théorie. Pour être si beau, si fort, si majestueux, l'Arbre ne pouvait se laisser abattre par de simples flammes. La magie le protégeait, le gamin en était sûr. Il apprécia cependant l'idée des toutes petites maisonnettes et des fêtes quotidiennes. Sissy marquait un point, le peuple des fées était une peuplade joviale et distillant l'amour et la bonne humeur autour d'elle. C'était forcé, ils devaient bien s'amuser tous ensemble ! Cela le laissait rêveur, les yeux plein d'étoiles et la tête emplie de rêveries féériques.

Ils finirent par se redresser et s'asperger allègrement d'eau. Déployant tous leurs éclats de rire sur la vallée de l'été en se pourchassant et s'envoyant des gouttelettes. Bryn vit quelques fées s'arrêter dans leur tâche pour jeter un regard attendri vers le spectacle. Elles reprirent leur travail ensuite mais désormais, avec un infime sourire aux lèvres. Les deux gamins continuèrent à jouer jusqu'à ce que Sissy soit intriguée par quelque chose qui se déroulait un peu plus loin. Elle se déplaça donc et alla voir. Bryn, pour sa part, resta un instant le nez en l'air, à observer les nuages et les fées voler. Pxie Hollow était un cocon dans lequel on se sentait divinement bien.

Après avoir gloussé toute seule dans son coin, Sissy appela Bryn pour qu'il vienne voir le spectacle. Il se rapprocha lentement et découvrit quelques choras. Ces créatures faisaient partie des plus attendrissantes et amusantes de l'île. Le garçon gloussa à son tour et observa ces tout petits chevaux ailés voleter de-ci de-là telles des abeilles allant de fleur en fleur. Sissy paraissait émerveillée, ses yeux étaient brillants d'émotion et son visage exprimait la joie et la stupéfaction.

- Je suis content que ça te plaise.

Bryn était heureux d'avoir emmené Sissy jusqu'à Pixie Hollow. Désormais, elle aurait un endroit à visiter, elle qui n'aimait pas trop se balader dans des lieux dangereux. Ici au moins, la petite pourrait venir s'amuser tout en sachant qu'elle ne risquait rien. Bryn appréciait aussi venir dans cet endroit, c'était comme faire une pause dans leur existence. Mettre leur vie entre parenthèse le temps d'une visite dans ce pays féérique pour ensuite la reprendre quand ils repartiraient.

- Tu te plais ici à Neverland ? Tu ne regrettes pas trop l'endroit où tu vivais avant ?

Bryn ne se souvenait de rien avant Neverland. Il n'avait jamais rien connu d'autre que cet endroit. Et les enfants perdus avaient, de toute façon, la fâcheuse habitude d'oublier d'où ils venaient. La plupart avait déjà perdu tous ces souvenirs et ne se rappelaient de rien d'autre que de leur vie actuelle à l'Arbre.

- Si tu t'en souviens encore je veux dire ...

Il esquissa un sourire et haussa les épaules. Sissy lui avait glissé quelques mots au sujet de son ancien lieu de vie lors de leur première rencontre, plutôt sous-entendu que dit réellement mais bon. Elle lui avait laissé entendre qu'elle n'était pas bien nourrie là-bas et qu'on ne lui démontrait que peu d'affection. Chez les enfants perdus, c'était bien différent. Tout le monde riait, jouait et courait en permanence. C'était une vie faite de petits plaisirs insignifiants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptyLun 3 Oct 2016 - 3:16

Sissy était émerveillée devant autant de nouveautés, mais aussi devant autant de beauté. Tout était magnifique à Pixie Hollow. Elle songea à se faire un petit abri et vivre là pour toujours! Mais elle s’ennuierait trop des autres enfants. Et puis peut-être que les fées n’aimeraient pas qu’elle soit toujours là? De toute façon, l’emplacement de l’arbre du Pendu était idéal pour ce qui était de partir à l’exploration de l’île. Certes, la gamine évitait les zones dangereuses, mais elle aimait bien se promener en forêt, rencontrer de nouvelles personnes. Il n’y avait pas que des méchants pirates à Neverland, il y avait aussi des personnes vraiment très gentilles, comme Grace ou Isis la sirène! L’enfant aimait faire ce genre de rencontres, inattendues, mais aussi juste au bon moment! Ces deux là étaient arrivées juste au bon moment pour sauver la blondinette.

Autre que des rencontres fortuites avec des adultes, les environs de l’Arbre étaient le meilleur endroit pour jouer avec d’autres enfants! Il y avait le train et la forêt des jeux! Et puis Sissy était tellement contente d’avoir sa cabane, il était hors de question qu’elle l’abandonne! Vivre parmi les fées étant sans doute amusant un temps, mais il était certain que le contact humain lui manquerait bien assez vite. La gamine aimait sa vie avec les autres enfants, alors elle resterait parmi eux! Et rien ne l’empêchait de revenir voir les fées et les choras quand bon lui chantait! Elle souriait encore à pleines dents lorsque les petites montures s’éloignèrent après avoir finit le pollen des fleurs qu’elle tenait. Ils étaient tellement mignons! La petite aimerait bien en avoir un, mais emprisonner un animal la rendait triste, ils étaient mieux libre, un peu comme elle…

Sissy fut surprise des questions de Bryn. Ils avaient peu parlé de leur passé. Peut-être qu’elle en avait un peu parlé à son arrivé, alors que c’était encore frais, mais elle avait commencé à oublié certains trucs. Les détails devenaient flous, ce qui n’était sans doute pas mal, car mieux valait ne pas penser aux moments souffrants de son existence. Quoique ça lui arrivait parfois quand elle était triste, ça lui remontait presque le moral instantanément de se rappeler qu’elle avait déjà eu une vie bien plus difficile.

- Oui, je m’en souviens encore… c’est pour ça que je suis heureuse ici! On est libre. Je commence à oublié un peu, mais je sais que les autres enfants n’étaient pas tous gentils avec moi, pas comme ici. Je devais travailler tout le temps, pour des gens méchants, presque aussi mauvais que les pirates! J’aime pouvoir jouer, pouvoir manger quand je veux! Et puis quand je ramène des fruits pour tout le monde, les autres enfants sont contents.

La gamine se tue un peu, elle n’osait pas parler plus, de peur que ça ennuie son ami. C’était des choses un peu triste, enfin en partie, parce que d’un autre côté, elle avait souligné la joie d’être arrivé sur l’île. Une chose qui lui restait en tête, c’était le manque de reconnaissance qu’il y avait dans sa vie d’avant. Elle travaillait et la seule chose à laquelle elle avait droit, c’était de se faire crier dessus. Un jour viendrait où elle oublierait sans doute tout cela, mais comme elle était là depuis à peine plus d’un an, c’était sans doute normal qu’il lui reste encore quelques souvenirs. Il y avait des enfants qui étaient là depuis des centaines d’années, voir peut-être même plus! Depuis tellement longtemps qu’on ne pouvait pas le compter sur les doigts!

- Avant, j’étais malheureuse, j’étais toujours triste. Je ne pouvais pas être une enfant… Depuis que je suis ici, je peux vivre! J’ai pleins d’amis! J’aurais jamais crus pouvoir en avoir autant! Pardon, je parle trop, c’est des sujets ennuyants… Mais toi, tu te rappelle de ta vie d’avant? Ça doit faire longtemps que tu es ici, pour savoir tout ce que tu sais!

L’adolescent connaissant sans doute mieux Neverland que le fond de sa poche! Sissy adorait quand son ami lui parlait de tout ce qu’il savait! Le mieux c’était quand il lui montrait de nouvelles choses, comme ce jour-là! Personne d’autres n’avait eu l’idée de lui montrer des Crodoudous avant lui, pareil pour la vallée des fées! Les autres étaient peut-être trop occupés à autre chose pour penser au fait qu’elle n’était pas là depuis longtemps et qu’elle avait besoin parfois qu’on lui montre un peu la voie. Pas qu’elle n’explorait pas par elle-même, mais c’est de les autres connaissaient déjà les plus beaux coins du pays, alors pourquoi ne pas partager avec elle?

La gamine regarda brynár un moment, ne pouvant s’empêcher de remarquer une nouvelle fois qu’il était plutôt vieux pour un enfant. Allait-il les quitter un jour et ils ne se reverraient pas? Parfois elle se le demandait. Il avait choisit de se laisser vieillir, alors peut-être qu’un jour, il partirait? Cette idée inquiétait la blonde, elle ne pu se retenir de poser une question à ce propos :

- Est-ce que tu as déjà pensé à quitter les enfants perdus? Devenir un adulte? On raconte que ça arrive parfois, certains en ont marre d’être des enfants et s’en vont vivre avec d’autres adultes, se trouvent un amoureux ou une amoureuse et ne reviennent pas… t’as déjà eu une amoureuse toi?

Indiscrètes, les questions de la gamine l’étaient! Mais c’était sans malice, car Sissy était l’innocence même, elle se contentait de parler sans réfléchir, c’était ça la spontanéité de l’enfance!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptyDim 23 Oct 2016 - 19:44



I know I can count on you

Sissy & Bryn


La vallée de l'été respirait la magie. Tout Neverland respirait la magie, sauf peut-être One-Eyed-Willy qui se contentait simplement d'empester. Jamais Bryn n'avait trouvé d'endroit aussi enchanteur que Pixie Hollow, les fées étaient douées pour se créer un cocon confortable. Mais attention à ne pas les sous-estimer ! Ces petites créatures avaient leurs propres guerriers et pouvaient mener un assaut mortel si des adultes malintentionnés s'approchaient de leur territoire. D'ailleurs, même les forbans n'osaient mettre le pied dans le coin. Ils savaient à quels sévices ils s'exposaient s'ils défiaient ces petites lueurs étincelant dans la nuit. Pour l'heure, elles brillaient surtout sous les rayons solaires. Bryn les observait en souriant et ne pouvait s'empêcher de saluer chacune d'elle lorsqu'elle volait au-dessus de sa tête. Sissy était, pour sa part, tombée en amour avec les montures des fées. Elle fondait comme un flocon de neige de la vallée de l'hiver sous le soleil de la vallée de l'été.

Le garçon se surprit à questionner son amie, lui demander si elle se souvenait de sa vie d'avant. Lui, il n'en gardait aucun souvenir. Pas même une toute petite bribe. D'ailleurs, Bryn s'était parfois demandé s'il y avait eu un avant. Bien sûr, tous les enfants perdus sont amenés à Neverland par les fées mais dans sa tête, cette île était sa seule maison. Sissy lui raconta alors comment auparavant, son existence était loin d'être magique. On la traitait mal apparemment et on ne lui offrait ni amitié ni amusement. Bryn fronça les sourcils. Aurait-il pu vivre, lui, dans un tel environnement ? Lui qui n'avait jamais connu que la lberté et les rires ? Enfin ... sauf quand il avait été fait prisonnier par Barbe Noire. Là, adieu les rires et bonjour l'obscurité et le son répétitif des coups de pioche sur les parois de la mine.

Le visage de Sissy avait perdu son sourire, Bryn s'en voulait d'avoir lancé le sujet. Elle ne paraissait plus aussi heureuse que quelques minutes auparavant. D'ailleurs, elle clôtura son histoire. Quelques mots qui franchirent ses lèvres choquèrent au plus profond de son être le garçon. Ne plus être un enfant. Comment pouvait-on ne plus être un enfant ? C'était la base de leur existence. Ils n'étaient et ne seraient jamais que des enfants. Cependant, il décida de ne pas relever car Sissy avait l'air triste et il détestait la voir aussi mal. La petite lui retourna alors la question et le garçonnet haussa les épaules en écartant les mains de chaque côté en signe d'ignorance.

- Je suis là depuis toujours. Enfin, mon toujours ... tu vois ? Avant, y a rien eu pour moi.

Si Bryn avait su qu'on l'avait abandonné et laissé mourir de froid sur le parvis d'une église, aurait-il eu une vision différente de son existence ? Sans doute. Fort heureusement, Neverland avait guéri toutes ses blessures mentales et lui avait offert l'oubli. Le renouveau. Aujourd'hui, Bryn se sentait parfaitement bien. Et puisqu'ils en étaient venus à discuter à coeur ouvert, Sissy se permit de poser à son tour des questions plus personnelles. Elle mit le doigt sur des instants douloureux de l'existence du garçon. Bryn baissa la tête et ferma les paupières. Durant quelques millièmes de seconde, il se retrouva à nouveau dans les mines de Barbe Noire. Son visage était sale, il puait la transpiration, son ventre hurlait famine, la lumière du jour était un lointain souvenir et ses yeux s'étaient dès lors habitués à l'obscurité la plus totale.

Et puis là, brusquement, au milieu de la crasse et de la solitude, une lueur. Elle n'avait rien d'une fée, elle n'avait rien même d'une enfant perdue. Elle devait avoir son âge quand elle était arrivée là-bas, ensemble, ils avaient piochés durant des années. Ensemble, ils avaient dérobé quelques rires derrière le dos des pirates qui les surveillaient. Ils avaient inventés des chansons pour se remonter le moral, avaient trouvé tous les stratagèmes possibles pour s'évader de leur prison souterraine dans leurs pensées. Bryn ignorait ce qu'était l'amour et jamais il ne le connaîtrait mais elle, elle, il l'avait aimée. Anya resterait à jamais dans son coeur. Elle y brillait telle la seule étoile de son ciel. Elle prenait tellement de place dans son petit coeur qu'elle n'en laissait aucune pour les autres. Alors oui, il avait eu une amoureuse. Et oui, il avait déjà eu envie de quitter les enfants perdus. Sissy avait le droit de le savoir. Bryn coinça une fleure entre ses phalanges et la fit danser en douceur sans l'arracher du sol.

- Bien avant que tu n'arrives, j'ai été capturé par des pirates. Ils m'ont emmené sur leur bateau et ils m'ont jeté dans des mines.

Bryn marqua une pause. Sissy était jeune, saurait-elle encaisser ce qu'il avait à dire ? Bizarrement, le garçon sentait que oui. Bien que plus petite que la plupart de ses camarades, Sissy avait une sorte de gentillesse qui la poussait à écouter même lorsqu'elle ne comprenait pas tout.

- Là-bas, il faisait sombre toute la journée. Quand on était difficile, on nous fouettait et ceux qui arrêtaient de piocher ... on ne les revoyait jamais. J'ai longtemps espéré que Rufio et les autres viennent me sauver mais ils ne sont jamais venus. Alors oui, là-bas, j'ai voulu quitter les enfants perdus. Je me suis même laissé vieillir de quelques années, ce qui explique pourquoi je suis si grand aujourd'hui.

Il pouffa d'un rire nerveux. Aujourd'hui, Bryn n'avait plus aucune envie de quitter ses amis ou encore pire ... de vieillir ! Pourtant, dans les mines, il n'avait rien souhaité de plus que de devenir un adulte. Un homme assez fort pour se libérer par lui-même de son triste sort et s'enfuir loin des mines et du calvaire.

- J'ai rencontré Anya là-bas. Ensemble, on a trouvé tous les moyens possibles pour ne pas tomber sous la fatigue ou la douleur. Je l'aimais beaucoup.

Bryn haussa vaguement les épaules, ses joues avaient rougi quelque peu. Anya resterait la personne la plus importante à ses yeux car elle seule savait ce qu'il avait enduré dans les mines. Le gamin avait mis du temps à pardonner à Rufio et aux autres de l'avoir abandonné. Au final, le garçon s'était résolu à se dire qu'ils n'étaient pas de taille à l'époque face aux forces de Barbe Noire. Tout de même, une infime rancoeur resterait à jamais dans son coeur.

- Voilà, tu sais tout. J'espère que je ne t'ai pas trop déçue ? Et que je ne t'ai pas trop effrayée aussi ? Si c'est le cas, sache que Barbe Noire est mort et que les mines sont sûrement désertes maintenant.

En tous cas, il l'espérait ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptySam 29 Oct 2016 - 20:42

Peut-être que Sissy aurait du se taire, ne pas poser de questions de la sorte… mais c’était Brynár qui avait commencé à lui parler de son ancienne vie! S’il n’avait pas abordé ce genre de sujets, elle n’aurait pas continué avec ce genre d’interrogations. Elle se mordit la lèvre en observant ce qui se passait autour d’eux… les fées qui voletaient autour et les oiseaux qui chantaient. On pouvait dire que c’était un endroit magique. Peut être que c’était cette atmosphère qui poussait à la confidence? Parce que ce n’était pas le genre de sujets dont ils discutaient en temps normal. Tous les enfants perdus avaient connu des moments difficiles, parfois horribles, mais ils avaient la formidable faculté de mettre leur passé de côté pour continuer à vivre… mais surtout continuer de s’amuser.

Il n’y avait rien pour lui avant Neverland? Cette déclaration laissa la gamine perplexe. Avait-il seulement oublié ou il était juste apparut comme ça, à l’arbre du Pendu? Si la fillette se fiait à ce qu’elle savait, on ne pouvait pas se souvenir de quand on était bébé ou en trop bas âge. Elle-même ne savait pas trop ce qui c’était passé avant ces 3-4 ans… Sinon ce n’était que des souvenirs flous qu’il valait sans doute mieux oublier. Il devait avoir été abandonné ou s’être perdu sans être réclamé… parce que c’était ce qu’on disait, les enfants non-réclamés après sept jours étaient amenés sur l’île par les fées. C’est ce qu’on racontait, mais est-ce que tout était vrai? Difficile à dire, car leur arrivés avait toute quelque chose de flou. Comme la blonde qui s’était en quelque sorte endormie, au seuil de la mort, avant de se réveiller en forme dans les bois, près de l’Arbre.

Sissy écarquilla les yeux lorsque son ami lui parla de sa capture par les pirates. Cet évènement avait dus se passer bien avant qu’elle arrive, mais ce traumatisme restait frais à la mémoire de l’adolescent. Les mines… On racontait d’horribles histoires à propos de ces trous dans la terre qui avalaient les enfants pour les faire travailler toute la journée, voir même la nuit. Elle frissonna légèrement à l’idée de ne plus voir la lumière du jour… Ne plus voir le soleil, c’est une chose, mais ne plus le voir parce qu’on est enfermé, ça devait être terrible. Elle n’avait pas vécu une situation aussi terrible que le brun, mais elle avait assez d’imagination pour saisir que ce n’était certes pas agréable. Elle savait aussi que jamais son imagination ne serait à la hauteur de celle des pirates lorsqu’il était question de torturer…

La gamine essaya bien de comprendre, mais certaines choses lui échappait… ce qui était sans doute mieux pour elle, déjà qu’elle comprenait le sens de fouetter… par contre elle ne comprenait pas ce qui arrivait aux enfants qui arrêtaient de piocher. Ils n’étaient certainement pas relâchés? Elle passa outre, essayant plutôt de comprendre la suite. Surement qu’elle aussi se serait laissé grandir pour pouvoir se défendre. Comme elle n’avait pas eu trop de confrontation, elle n’avait pas essayé de prendre quelques années… De peur de ne plus pouvoir s’arrêter de grandir si elle commençait! Bryn avait faillit quitter les enfants en voulant devenir plus fort!

Quand il parla d’Anya, Sissy se senti mal d’avoir posé la question. C’était un sujet très triste, avec toute son innocence, elle n’avait pas pensé pas que ça le serait autant. Elle s’approcha donc de son ami, lui faisant un câlin, ce qui selon elle était un des meilleurs remèdes contre la tristesse. La gamine ayant manqué de ce genre d’attention dans son ancienne vie, elle en profitait maintenant. Elle se sentait triste pour son ami, elle ne pouvait peut-être pas tout comprendre, mais elle savait ce que ça faisait d’être malheureuse et d’avoir besoin d’un peu de chaleur humaine.

- C’est bien fait pour ce méchant! On dit que les gens comme lui finissent par avoir ce qu’ils méritent! Je suis pas vraiment certaine de ce que ça veut dire… Qu’il arrive des mauvaises choses aux personnes mauvaises? Quoiqu’il arrive aussi des mauvaises choses à des gens bien… Sauf que maintenant c’est finit et ont peut jouer! Mais les mines… si il n’y a plus d’enfants qui disparaissent, c’est qu’il n’y a plus d’activité là-bas? Je vois pas pourquoi je serais déçu? Je suis triste que tu sois triste, c’est tout.

Les différentes émotions se mélangeaient dans la tête de Sissy. Elle avait eu quelques frissons, mais puisqu’elle n’avait jamais vécut cela, il y avait peu de chances qu’elle en fasse des cauchemars. Une question brûlait les lèvres de la gamine, mais elle n’arrivait pas à se résoudre à demander ce qui était arrivé à Anya… Devenue adulte? Morte? Bryn avait trop de peine pour qu’elle remue le fer dans la plaie, s’il voulait en parler, il pouvait, mais elle ne le forcerait pas. Elle se sentait un peu coupable d’avoir posé des questions, mais il était trop tard maintenant.

- Je m’excuse, j’aurais pas du demander. On ferait mieux de plus parler de choses comme ça pour l’instant. Parler ça peut faire du bien, mais aujourd’hui c’est peut-être pas le bon jour. On est là pour s’amuser et explorer, non? À moins que tu ne puisses plus marcher?

Il ne restait plus qu’à faire comme toujours et se changer les idées, c’est un peu pour cela que Sissy parlait de la jambe de son ami. Elle préférait passer à des sujets qu’elle pouvait comprendre, parce que quand ça devenait trop sérieux, du genre de discussions plus adultes, elle avait de la difficulté à suivre. Pas qu’elle ne voulait pas, c’est seulement qu’elle était parfois distraite.

Après avoir parlé autant, la petite commençait à avoir soif, elle s’approcha donc d’un petit ruisseau pour y boire. L’eau y était fraiche et délicieuse, probablement la meilleure qu’elle n’est jamais bu. Ce qui lui fit penser à la pire eau à boire… celle de mer. Allant d’une réflexion à une autre, elle se mit à penser à Isis.

- Je t’ai déjà dit que c’est une sirène qui m’a appris à nager? Je suis tombée dans la mer et elle m’a sauvé, puis elle m’a appris à nager. Je suis pas très douée, mais je risque moins de me noyer. Quand je la reverrai, il faudra que je lui montre Pixie Hollow! Elle est super jolie, alors elle devrait aimer les beaux endroits!

Elle allait continuer son babillage lorsque quelque chose attira son attention l’espace d’un instant. Elle se frotta les yeux, elle avait du halluciner. Lorsqu’elle regarda de nouveau, tout semblait normal :

- Je dois être fatiguée, j’ai crus voir un arbre bougé… est-ce que c’est possible ou j’ai mangé un truc qui ne passe pas? Non mais si ça arrive pour vrai, j’espère que L’Arbre du pendu ne fera pas ça! Il faudrait vérifier qu’il ne se sauve pas à la course, sinon on va se retrouver sans maison!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptyDim 27 Nov 2016 - 10:58



I know I can count on you

Sissy & Bryn


Replonger dans son passé le déstabilisait et adoucissait paradoxalement son humeur. Bryn revivait des épisodes difficiles de sa vie mais durant lesquels il avait observé quelques étincelles fébriles de bonheur. Tout cela lui avait appris que même au fond du trou, il pouvait trouver la force et la ressource de trouver du positif à sa situation. Sissy était encore jeune pour comprendre toutes les nuances de ce récit, le garçon s'en rendait bien compte. Et c'était d'ailleurs bien mieux comme ça. La fillette souleva un point, les enfants ne disparaissaient plus. Tout du moins plus comme avant et cela signifiait forcément que les mines n'étaient plus. Neverland avait été purifiée d'un démon mais il en restait encore des centaines, planqués dans les soutes de leur navire. Le rêve de tout bon enfant perdu qui se respecte étant d'éliminer la piraterie de leur terre adoptive.

Sissy partageait la peine de Bryn mais le jeune garçon n'en ressentait plus autant qu'auparavant. Ses souvenirs lui étaient forcément douloureux mais la souffrance s'était largement estompée. Fut un temps où il était incapable d'en parler, incapable de s'approcher des pirates voire même des adultes. Tout ça appartenait au passé, le cartographe improvisé s'en était remis. Sissy lui fit un câlin pour le réconforter et lui témoigner son soutien. Bryn la serra contre lui et lui adressa un large sourire pour lui prouver que la discussion un peu profonde qu'ils venaient d'avoir ne l'avait pas laissé nostalgique. Au contraire, Bryn se sentait bien en cet instant.

- Bien sûr qu'on est là pour s'amuser ! Et ma jambe va déjà beaucoup mieux. Regarde.

Le garçon se mit à exécuter quelques pas de danse improvisé, sautillant d'une jambe à l'autre sans difficultés. Il acheva sa petite représentation bras tendus de chaque côté du corps et mains tremblantes volontairement tel un artiste après une scène. Pouffant de rire, il observa Sissy qui allait boire un peu d'eau. Cela sembla lui rappeler quelqu'un car tout à coup, elle lui parla d'une sirène. Bryn fronça les sourcils quand la fillette parla d'amener la créature à Pixie Hollow. A vrai dire, il ignorait si les fées et les sirènes étaient amies ! C'était une question qu'il ne s'était jamais posée. Peut-être étaient-elles en guerre froide les unes contre les autres ? Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée mais cette perspective l'amusait.

- Tu crois que les fées et les sirènes s'apprécient ?

L'air et l'eau étaient deux éléments tellement différents. Mais après tout, il y avait bien des fées des eaux ... donc pourquoi pas ? Bryn haussa vaguement les épaules. Maurice allait sans doute pouvoir le renseigner à ce sujet ! Maintenant qu'il y pensait, le garçon n'avait jamais vu sa fée protectrice s'approcher d'une sirène. Déjà, le gamin se faisait des films dans lesquels les créatures féériques et les créatures sous-marines se menaient une guerre sans merci.

Soudain, Sissy sembla frappée par un élément du décor. Bryn explosa de rire face à son incrédulité et sa réflexion sur l'Arbre du pendu. Pensait-elle vraiment que leur fidèle maison pouvait prendre ses jambes à son cou ? Le garçon garda un large sourire aux lèvres et décida de se jouer de la naïveté de Sissy pour la faire marcher.

- Il parait que c'est une chose qui arrive une fois tous les cent ans ! Notre Arbre se met à courir, ses racines sortent de terre et se répandent un peu partout. Tous les enfants doivent courir pour le rattraper mais beaucoup n'y parviennent pas ...

Il prit un visage dramatique comme si ce récit était la pire des tragédies. Enfin, il explosa de rire et perdit toute crédibilité. Bryn n'était finalement qu'un gosse comme les autres même si physiquement, il avait grandi.

- Mais non, je te charrie ! Ce sont des créatures dont j'ai oublié le nom. Ils sont comme des gardiens de la nature et ressemble à des arbres. On dit qu'ils sont presque aussi vieux que Neverland elle-même.

Bryn avait appris leur nom un jour mais celui-ci lui était sorti de la tête. Ces créatures étaient profondément pacifiques et gentilles envers les enfants perdus. Les indiens aussi les appréciaient beaucoup puisqu'ils représentaient la nature.

- Tu veux qu'on aille lui dire bonjour ?

Sans attendre son consentement, Bryn se mit à courir en direction de la forêt. Il tourbillonna sur lui-même au passage. Pixie Hollow était un endroit où il se sentait bien et en sécurité. Ici, il pouvait vagabonder naïvement sans se soucier de rien.

- Alors, tu viens ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy EmptySam 3 Déc 2016 - 21:41

Sissy était bien contente que Bryn se sentent un peu mieux, Autant physiquement que psychologiquement. Elle ne comprenait peut-être pas tout, mais elle faisait toujours de son mieux pour que ses amis se sentent bien. S’ils étaient heureux, la petite l’était aussi. La blonde n’avait pas le bonheur bien compliqué! La gamine était la simplicité même, pourquoi se compliquer la vie? Tant qu’elle avait à manger, un toit sur la tête et des amis pour s’amuser, tout allait bien! Et le plus important, ils étaient libres! La lumière étaient revenue sur Neverland et les pirates étaient plutôt calme, que demander de plus, autre que ça continue d’être ainsi?

L’adolescent souligna une question tout de même important à la venue d’une sirène à Pixie Hollow : Les créatures de l’eau et les fées faisaient-elles bon ménage?

- Je pense pas qu’elles se détestent à la base… par contre Lily aime pas trop Isis parce qu’Isis elle l’a attrapée  car elle était curieuse de voir une lueur rose se promener au dessus de l’eau. Elle n’avait jamais vu de fée!  

Lorsque le garçon parla que l’Arbre du Pendu pouvait s’enfuir à la course, Sissy le cru vraiment l’espace d’un instant. Elle fut bien inquiète de risquer de perdre sa maison! Quoiqu’il devait bien revenir au bout d’un moment, parce que jamais les plus anciens enfants perdus avaient parlé qu’ils avaient du déménager… La gamine savait bien qu’elle n’avait aucune chance de le rattraper, elle ne courait pas assez vite! Peut-être ferait-elle mieux de se trouver un nouvel endroit où vivre? Cette révélation semait l’inquiétude dans le cœur de l’enfant.  Heureusement, bien vite, Bryn avoua à la petite que ce n’était qu’une plaisanterie, leur maison n’allait pas s’enfuir et ce qu’elle avait cru voir était en fait une créature gardienne de la forêt. Elle ressemblait à un arbre sans en être un… utile pour se cacher!

Aller le voir? Mais il semblait vraiment grand! Et si lui, n’avait pas envie de les voir? Est-ce qu’il pouvait être violent? Sissy n’avait pas trop envie qu’un gardien de la nature lui en veule, surtout qu’elle ne connaissait pas sa force ou s’il avait des pouvoirs! Elle en était donc à hésiter lorsque son ami lui redemanda si elle venait. Lui, il avait déjà pris sa décision à ce qu’il semblait. La gamine ne voulait pas trop rester seule là et se leva donc pour suivre son ami. Comme la petite était craintive, elle attrapa bien vite la main du garçon tout en marchant vers l’endroit où elle avait vu la créature.

Malgré sa crainte, la gamine était tout de même curieuse. Et puis comme les enfants ne faisaient rien de mal et respectaient la nature, ils n’avaient sans doute rien à craindre. Après un moment de marche, la blonde commençait à s’impatienter de ne rien voir.

- Monsieur le gardien de la forêt? On veut juste vous voir. On vous fera pas de mal! De toute façon vous êtes bien trop grand pour ça! … Bryn, je crois qu’il ne veut pas nous v…

Sissy s’interrompit fixa une forme humanoïde à quelques mètres d’eux. S’il n’avait pas bougé, jamais elle n’aurait pu le repérer. Il devait bien faire trois fois à taille d’un homme normal, ce qui était gigantesque aux yeux de la petite. Il grinça et un craquement plus loin sembla lui être donné en réponse. L’enfant pencha la tête sur le côté, dévisageant cette créature qui ne devait pas parler la même langue qu’eux. En même temps, il n’y avait pas tant de créature qui parlaient le langage des humains, certaines le comprenaient, mais ne pouvaient pas reproduire les mots.

Après que les enfants et le Darmas se soient observés un moment, ce dernier repartit lentement, s’enfonçant dans la forêt. Sissy sourit à son ami, puis se frotta les yeux en baillant. Il n’était pas tard, mais comme ils s’étaient levé super tôt ce matin là, la petite commençait à être fatiguée et puis, il y avait eu pas mal d’actions! Dire qu’il y avait des journées où il ne se passait rien et il y en avait d’autres où il était possible de découvrir tant de nouveautés!

- On peut rentrer? Il faut nous laisser des aventures pour un autre jour, sinon le reste de l’année sera ennuyante si on les fait toutes aujourd’hui! On retrouve tes chaussures et on retourne à l’Arbre? On va pouvoir raconter plein d’aventures aux autres enfants! Tu pourras leur dire comment tu as été brave quand on s’est fait attaqué dans les marais!

Toute souriante, la blondinette rebroussa donc chemin pour retrouver les chaussures du garçon, ensuite, ils pourraient rentrer. Elle avait déjà hâte de revoir ses amis et narrer ses aventures de la journée, c’est qu’on ne s’ennuyait jamais avec Bryn!


Edit: la fin... pour le moment :D
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



I know I can count on you | Sissy Empty
Message Sujet: Re: I know I can count on you | Sissy I know I can count on you | Sissy Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I know I can count on you | Sissy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-