AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Emporté par le courant
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  - Page 3 EmptyVen 23 Déc 2016 - 15:29

Emporté par le courant
Anne & Freya
You who wish to conquer pain, you must learn what makes me kind, the crumbs of love that you offer me, they're the crumbs I've left behind. Your pain is no credential here, it's just the shadow, shadow of my wound ▬ AVALANCHE Leonard Cohen


Penchant la tête, l’indienne observa cet être humain si différent des autres. Elle l’était des pirates indubitablement. Rien à voir avec ces forbans sans foi ni loi, écumant les mers de l’or plein les prunelles. Des lingots lestant leur corps et leur cœur. Mais elle l’était aussi du reste des habitants de cette île. Elle avait la main sûre et guerrière des Unamis et la bonté des Picanninny sans pourtant avoir le profond attachement aux siens des deux tribus. Elle était un électron libre, agissant de son propre chef et suivant ses propres règles. Soit au final, pas si différente de Freya. Mais il lui manquait une ancre, une attache autour de laquelle se lier, un centre de gravité autour duquel tourner.

Perdue dans ses réflexions elle ferma les yeux quelques secondes, trop épuisée physiquement pour les garder ouverts alors que son esprit lui, continuait de tourner. Anne Bonny. Un nom de pirate, il n’y avait pas de doute là dessus. Il ne reflétait pas ce qu’elle était. Trop lisse, trop court, trop plat.

▬  Tu es une femme-feu, une warulubra. » C’était un nom ancien, venu des racines des deux tribus indiennes à l’époque où elles ne formaient qu’une, à l’époque même où elles n’étaient pas encore de Neverland, mais de l’Autre Monde, celui dont venait Anne Bonny des siècles avant sa naissance.

▬  Mon nom est Freya Alcheringa, guerrière Unami ». Elle avait répondu calmement mais avec fierté. Pour les autres habitants de l’île, le nom n’était qu’une étiquette apposée dont on pouvait changer continuellement. Les enfants perdus venaient avec une identité qu’ils oubliaient par la suite, s’en reformaient un pour le changer de nouveau en grandissant, inconstants. Il en était tout autre chez les indiens pour qui le nom retraçait l’illustre passé de leurs ancêtres, rappelaient leurs racines, les maintenaient à la terre quand leurs aïeux s’en décrochaient.

Acquiesçant avec un demi sourire aux paroles de la jeune femme, Freya posa une main sur le front brûlant de la pirate.

▬ Personne ne viendra te chercher ici. Dors maintenant, je veille sur toi. » Après tout, ce n’était pas elle qui avait du affronter un crocodile géant à l’arme blanche. D’ailleurs, si elle le pouvait, elle irait dès le lendemain en dépecer et en cacher la carcasse éviter à des petits malins de s’en approprier la gloire.

Dans un demi sommeil, Freya laissa son corps récupérer par courtes tranches, profitant de sentir ses forces revenir pour changer les bandages de la rouquine et les siens. Plus tard encore, elle réussit à avaler des morceaux de viandes séchées qui lui donnèrent assez de force pour concocter un onguent à base d’argile qu’elle apposa sur le front de la blessée. Plus tard encore elle tenta de faire boire un bouillon d’herbes médicinales à Anne, elle n’était pas guérisseuse mais fit du mieux qu’elle pu pour faire baisser la mauvaise fièvre de sa protégée. Et ainsi de suite jusqu’à sentir l’aube pointer le bout de son nez.

Un sifflement aigue de chouette parvint à ses oreilles et elle fronça les sourcils. Un non habitué aurait laissé filer, mais Freya aurait reconnu entre mille les appels des guerriers Unamis entre eux. Puis les chouettes, ça ne chantaient pas au petit matin ce que ce jeune indien avait encore du mal à assimiler. D’une courte réponse imitant le geai, Freya signala sa zone sans risque, dissuadant par la même une approche indienne sur son terrain. Elle expliquerait ses blessures plus tard et la raison pour laquelle elle n’avait pas demandé de renforts. Se redressant hors de la grotte, la guerrière entama une série d’exercices hebdomadaires avec douceur cette fois, essayant d’utiliser le moins possible son épaule blessée qui cicatrisait plutôt bien. Freya finit par se poster juste au dessus de la grotte, sur la roche de granit, profitant du soleil sur son visage perclus d’ecchymoses.



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  - Page 3 Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  - Page 3 EmptyDim 25 Déc 2016 - 22:37


Emporté par le courant

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Freya & Anne


Une femme feu ? Elle ignorait ce que cela voulait dire mais l’idée lui plaisait bien, après tout elle multipliait les appellations après Bonny Blood, cela lui donnait un peu plus de cachet et ce n’était peut être pas plus mal. Anne n’en fit cependant pas de remarque, du moins pas pour le moment parce qu’elle était trop fatiguée et qu’elle venait de lui donner son prénom pour clore les présentations. Freya, une guerrière Unami, Anne se promettait de retenir ce prénom et de conserver en sa mémoire les traits de son visage dans le cas où un jour elle la recroise. Anne étira un fin sourire, hochant doucement la tête comme pour lui dire finalement qu’elle était « enchantée », c’était un grand mot, parce que Anne n’était pas le meilleur exemple de sociabilité mais cette dernière lui permettait de ne pas mourir et c’était vraiment important pour le coup. Dire qu’elles avaient commencé par se taper dessus et qu’au final, elle avait usé de ce qu’il lui restait comme forces pour la trainer dans cette cachette et l’aider à se remettre de sa blessure…Si un jour on lui aurait raconté cela, elle n’y aurait probablement pas cru et pourtant. La pirate devait cesser d’être surprise en fin de compte, car cette île regorgeait de choses et de hasards tout à fait improbables.

Anne grimaça de douleur en ayant voulu esquisser un mouvement de tête, la fièvre commençait à taper si fort dans ses tempes que la voix de l’indienne semblait provenir depuis des kilomètres plus loin. Elle lui proposait alors de dormir, pendant qu’elle veillait sur elle. La pirate n’avait de toute façon pas le choix, alors elle ne se fit pas prier et sombra très vite dans un sommeil lourd et profond dans lequel elle fut prise de tremblements et de sueurs froides. Un repos sans rêves, sans rien, il était de ce genre où l’on avait surtout l’impression d’avoir quitté son corps et d’errer dans un néant glacial. De base, Anne Bonny ne dormait que très peu, le moindre bruissement de feuilles suffisait à lui faire ouvrir les paupières, mais à cet instant même le tonnerre n’aurait pu la perturber. Finalement, elle se réveilla a un moment pour s’abreuver du bouillon que lui avait préparé l’indienne et qui lui fit le plus grand bien, dès lors Anne resta somnolente, sentant que son état s’améliorait d’heures en heures le temps que le choc passe. Elle aurait quelques séquelles sans doute sur les jours à venir mais le plus gros passerait manifestement suffisamment vite pour qu’elle puisse retrouver son navire toute seule.

La jeune femme continua de se reposer, respirant doucement, sentant sa migraine peu à peu s’estomper sous les effets du remède que la guerrière lui avait donné. Et, au bout de quelques heures peut être, Anne se réveilla complètement, dans sa torpeur elle sentait qu’elle avait retrouvé assez d’énergie pour se redresser mais avait cette affreuse sensation comme un lendemain de cuite sauf que cette fois-ci elle ne pouvait pas se dire « j’arrête de boire ». La jeune femme observa la grotte en fronçant les sourcils pour se concentrer, la vision devint alors plus claire et elle se rendit compte que sa protectrice n’était pas dans le coin. Etirant le bras une fois assise, Anne attrapa sa gourde d’eau pour ne plus avoir la bouche sèche et tenter de se mettre un coup de fouet - Cela lui fit le plus grand bien. La pirate en portant sa main au niveau de sa tête pu ainsi découvrir qu’elle avait un bandage qui l’empêcherait de perdre du sang le temps que cela cicatrise.

Entreprenant de se lever, elle fut vacillante sur les premiers pas, en quête de trouver sa sauveuse et de filer le camp avant que Silver ne la pense morte et se casse des côtes. En sortant de la grotte, les rayons du soleil couchant vinrent l’éblouir, elle avait été surprise, trop habituée à porter un chapeau pour éviter cela. C’est en levant le nez qu’Anne vit sa sauveuse là, comme en train de monter la garde. Alors elle avait tenu parole : elle avait veillé sur elle pour un temps au lieu de s’affairer a plus intéressant.

« J’vais mieux, j’te r’mercie Freya. J’te proposerai bien mes services pour te rendre la pareille mais j’crois qu’tu t’défends plutôt bien…. »Fit Anne en étirant un fin sourire rieur.

La pirate déposa son regard sur l’horizon après s’être habituée à la clarté crépusculaire, le temps était toujours favorable à la navigation, alors il lui fallait rejoindre le Walrus au plus vite. La jeune femme demanda alors à Freya de la rejoindre, afin qu’elle puisse la saluer une dernière fois.

« J’vais y aller sinon j’vais m’retrouver dans l’coin toute seule et j’voudrais pas prendre plus de ton temps. J’te r’mercie encore, j’espère qu’on aura l’occasion de se recroiser mais dans d’autres circonstances ! »





hj: Je pense qu'on peux clôturer là du coup ♥ t'en penses quoi ?





Revenir en haut Aller en bas
 

Emporté par le courant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-