AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Emporté par le courant
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
PNJ
Beware, I'm starving
PNJ
ζ Inscris le : 18/04/2016
ζ Messages : 79
ζ Avatar : //
ζ Localisation : Là ou vous êtes
Emporté par le courant  1483305726-tumblr-lfk0vbqnik1qb56xno1-500



Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyLun 1 Aoû 2016 - 15:54

Emporté par le courant


Freya & Anne


Sachez que vous êtes complètement libre sur la continuité de cette aventure et sur le dénouement. Nous vous offrons un sujet, maintenant à vous de l’interpréter et d’écrire la suite de cette histoire. Vous pouvez vous arrangez pour que l'un de vous soit le noyé ou qu'aucun ne le soit et réagir tout les deux face à la situation. Il n’y aura pas d’intervention PNJ sur ce sujet. Bon amusement Emporté par le courant  3235645488

Citation :
emporté par le courant
Une promenade qui ne devrait pas mal tourner, et pourtant quelqu'un chute et est emporté par le courant. C'est soudainement la panique, le courant est fort, beaucoup trop fort. Il faut sortir cet être de là, il faut réussir à l'attraper, avant que le pire n'arrive. Personne n'ose se jeter à l'eau, de peur d'être emporté par les eaux. Il faut choisir, tenter le tout pour le tout, au péril de sa propre vie ou laisser les eaux emporter cet être qui cri à l'aide, qu'il soit inconnu ou non ?



NE JAMAIS MP CE COMPTE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyMer 3 Aoû 2016 - 13:51


Emporté par le courant

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Freya & Anne


Anne se sentait particulièrement dérangée par cette nature envahissante, elle qui avait l’habitude d’avoir l’horizon dégagé par une vaste étendue bleutée. Ne pas pouvoir avoir le champ de vision libre était perturbant pour un pirate, d’autant plus lorsque l’on s’éloignait des côtes. Il y avait un trésor par ici paraissait il, Anne s’était proposée d’y aller, ouvrant le chemin, son sabre tranchait la végétation lui obstruant le chemin en restant sur ses gardes. Le matelot qu’elle avait désigné pour l’accompagner la suivait, gardant un œil sur leurs arrières et le sabre en main. On avait hésité à lui laisser plus d’hommes mais Anne avait fait le choix de rester en duo, tout simplement parce qu’elle savait qu’ils n’étaient pas loin des indiens et que son but n’était pas de tomber dans une embuscade. Au mieux la majorité de l’équipage était épargné, au pire ils perdaient leur second et encore elle avait tendance à penser que cela serait une bonne nouvelle pour les ambitieux. Ils évoluèrent doucement entre les larges buissons et les arbres dont les cimes semblaient toucher le ciel. Le bruit de la nature assourdissant les forçait parfois à s’arrêter lorsque le moindre bruissement de feuille pouvait être interprété comme une approche ennemie ou d’un animal sauvage. Anne gardait son sang froid, même en territoire inconnu ; les pirates ont l’habitude de se faufiler là où on ne les attend pas et là où ils ne pensent pas aller jusqu’au dernier moment. L’aventure, l’exploration, la prise de risque faisait parti de leur quotidien et toute personne craignant la mort n’avait rien à faire sur un navire pirate. C’était de cette façon qu’elle voyait les choses, que son défunt mari le lui avait appris il y a fort longtemps. Elle ne se souvenait plus dans quelles circonstances elle avait fini par ne plus craindre de marcher sur des clous, cela lui importait peu, ce qui comptait le plus c’était le présent et l’avenir.

Pour un pirate, l’or fait parti de ces choses qui font avancer cet avenir, pour Anne c’était surtout un moyen de faire perdurer cette liberté en l’usant dans les améliorations du navire, faire vivre l’équipage. Silver ne partageait pas toujours sa vision des choses mais de tous les capitaines pirates qu’elle avait rencontré, il était sans doute celui pour lequel ça l’emmerdait pas de bosser. Il avait eu la décence de ne pas croire en la folie de barbe noire qui allait jusqu’à s’en prendre à des enfants ou des indigènes n’ayant pas les mêmes forces armées qu’eux. Lâcheté, avarice, cela avait beau être les grands défauts des pirates, s’en prendre à des gens comme eux était complètement idiot. Là-dessus, Silver était d’accord avec elle et c’était aussi pour cela qu’il avait accepté sa requête de n’y aller qu’à deux. Ils marchaient dans un lourd silence entre eux, ou seuls leurs coups d’épée venaient trahir leur présence, s’enfonçant dans l’inconnu. Anne gardait sa boussole à con cou en y jetant parfois quelques coups d’œil afin de ne pas perdre la route, se dirigeant vers une grotte où devait être caché le trésor d’un capitane pirate qu’ils n’aimaient pas beaucoup. La concurrence était dure ces temps-ci, Barbe noire avait été décimé, détrôné et certains en avaient profité pour se tirer dans les pattes. La dure loi du plus fort s’appliquait souvent dans cet univers, elle-même en avait fait les frais à ses débuts, frêle créature comme elle qui avait dû batailler pour s’imposer parmi les hommes.

Un vol saccadé et soudain d’oiseau s’extirpant des buisson les fit s’arrêter soudainement tandis qu’ils traversaient d’outre en outre une rivière au fort courant. Son camarade perdit l’équilibre dans l’effet de surprise et dans un geste empressé, Anne tenta de le rattraper en vain. Il tomba dans l’eau dans un cri d’effroi et emporté dans les mâchoires colériques des rapides.

« Merde ! » Cracha t-elle en tapant du poing.

Anne avait glissé sur le bois humide, manquant elle aussi de tomber et de se faire emporter. La panique la prit au cœur lorsqu’elle vit son camarade s’éloigner à vitesse affolante dans les flots. En aval de la rivière se trouvait une grande cascade au bas de robe aiguisé, la mort l’attendait sur ces rochers taillés par l’eau et le temps. Anne s’empressa de se lever, se précipitant de l’autre côté de la rive afin d’aller à son secours et le sortir de ce cauchemar.

« Accroche-toi à quelque chose Buck !! » Hurla Anne.

Elle poursuivit le courant, quitte à s’en brûler les poumons, dévalant la pente en tranchant la végétation sur son passage elle réussi à rattraper son mousse et entreprit d’aller plus bas. Un pied dans l’eau, s’accrochant à un rocher pour ne pas se faire emporter par le courant, elle tendit le bras, prête à le rattraper lorsqu’il passerait près d’elle. Elle serra les dents, ils avaient quelques kilomètres avant la chute d’eau, mais la pirate n’avait pas le droit à beaucoup d’essais et craignait fatalement de devoir rentrer seule.

« Par là !! Par là !!! Attrape ma main !!! »

Quand on souhaite devenir matelot sur un navire, en tant que recruteuse, la première question qu’elle posait à ces gens là c’était « savez-vous nager ? » Etant une qualité rare pour des chiens galeux élevés et éduqués dans a boue se vouant à la piraterie, majorité d’entre eux répondait non. Buck était l’un d’entre eux et alors, l’homme paniquait lorsqu’il finissait la tête immergée dans l’eau à plusieurs reprises. Ce qui forcément, ne lui facilitait pas la tâche.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptySam 6 Aoû 2016 - 14:30

Emporté par le courant
Anne & Freya
You who wish to conquer pain, you must learn what makes me kind, the crumbs of love that you offer me, they're the crumbs I've left behind. Your pain is no credential here, it's just the shadow, shadow of my wound ▬ AVALANCHE Leonard Cohen


Depuis quelques temps les esprits s'échauffaient. Attisés par les derniers évènements, les braises de la rébellion et de la haine semblaient prêts à s'enflammer. Les enfants perdus devenaient nerveux, les sirènes se retranchaient dans leur royaume aquatique et les pirates osaient tout. De tous les peuples de Neverland c'était bien cette espèce de dégénéré cupide qu'elle haïssait le plus. Ils ne savaient faire autre chose que voler, piller, tuer. Se servir de leur cerveau pour autre chose que cela leur était hors de portée. L'ingéniosité des autres peuples, ils se l'accaparaient par la force, la vie qui naissait ailleurs, ils la fauchaient par plaisir, les territoires occupés, ils les foulaient sans respect...

Le feuillage tendre de la canopée s'écarta sur le passage de Freya. Accroupie, ses jambes s'étendant et se dépliant tel un insecte géant, la guerrière progressait en parallèle de ses proies. Elle les avaient repérées dès qu'ils avaient franchi la limite des montagnes de l'Imaginaire. Certes ces terres n'appartenaient à personne, mais elles étaient bien trop proches de la forêt des Âmes et du clan Unami pour laisser n'importe quel vagabond s'y aventurer. Son rôle de guerrière au sein de la tribu, acquis avec force l'amenait à quitter régulièrement le camp pour patrouiller aux alentours. Cette fonction lui plaisait, lui permettant de retrouver une communion avec la nature, lui rappeler son importance, lui faire oublier ses récentes pertes, dont celle de sa meilleure amie. Il n'y avait bien que la chef Kaâ pour la faire tenir immobile à ses côtés lorsqu'elle avait besoin d'un garde du corps.

Les Montagnes de l'Imaginaire était l'endroit parfait pour surveiller les horizons sans être vus. Le dénivelé naturel en faisant un point de mire sur des kilomètres à la ronde. Le visage peint de noir, seuls les yeux clairs de l'indienne perçaient à travers le maquillage tribal, accrochant chaque mouvement, chaque intrus à cette nature sauvage qu'elle connaissait par cœur. La plupart du temps, lorsqu'elle identifiait des pirates, elle les tuait sans bruit. Se glissant dans leur dos pour leur ôter la vie froidement. Elle ne cherchait jamais à savoir ce qu'ils venaient faire ici, n'était pas curieuse de leurs motivations. Ils n'en avaient que peu après tout. L'or. L'or et l'or.
Mais la silhouette féminine du duo l'intriguait, l'empêchant de s'abattre sans réflexion sur les deux inconnus pourtant seuls. Freya n'avait jamais rencontré de femme pirate. Et cette dernière loin d'être prisonnière semblait être à la tête de leur petite expédition. Les lèvres charnues de la guerrière se mouvaient, indécises. Les suivre, avait semblé la meilleure des solutions sur le moment. Mais plus ils se rapprochaient, et plus la décision était claire. Elle ne les laisserait pas passer cette rivière.

Un perroquet coloré choisi cet instant précis pour se poser devant son champs de vision et la guerrière le chassa d'un geste rageur. L'oiseau s'envolla dans un cri outragé dans la direction des deux pirates, faisant perdre l'équilibre à l'homme qui tomba dans les rapides, apparemment piètre nageur. Un sourire reptilien étira le visage de Freya. Un de moins et sans avoir rien fait. La réaction de la femme cependant tiqua sa curiosité lorsqu'elle se précipita au secours du noyé. S'élançant à sa suite la guerrière la vit se placer en travers de la rivière, tendant sa main pour sauver le malheureux pirate. Et ça... il n'en n'était pas question. L'attention de la pirate tout accaparée par son compagnon, la guerrière se glissa en dehors des buissons, à moitié rampante et ses mains encerclèrent les chevilles de la pirate, les tirant d'un coup sec à elle et faisant perdre tout appui à son adversaire.

Le pirate passa devant les deux femmes dans un cri que les vagues avalaient déjà et disparu dans la cascade. S'il survivait, les monstres qui l'attendaient en bas se chargeraient d'en finir. Ne restait plus que cette étrange pirate. Se reculant pour être hors de portée d'un coup de pied bien placé, Freya se ramassa sur elle-même, à moitié accroupie pour se tenir prête. La laisser se relever pouvait être fatal, et pourtant la guerrière ne pu s'en empêcher. Que ses démons puissent porter le visage d'une femme lui semblait inconcevable.
Elle ne put s'empêcher de cracher à l'adresse de son adversaire.

« Vous les pirates vous ne savez pas quand il est l'heure de mourir. Mais nous sommes là pour vous le rappeler! »



© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyLun 22 Aoû 2016 - 13:44


Emporté par le courant

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Freya & Anne


Le pirate continuait sa course dans le torrent, beuglant au quartier maitre de se dépêcher de le sauver alors que cette dernière s’était positionnée en contrebas afin de l’intercepter. Mais alors qu’elle allait enfin l’attraper, elle se sentit soudainement tirer en arrière. Anne trébucha, ployant le genoux dans la terre meuble en poussant un juron. Elle avait juré sentir des mains humaines emprisonner ses chevilles et alors, la pirate s’empressa de se lever et voir qui lui avait fait cet affront. Dans un réflexe de défense, elle dégaina son arme pour la pointer sur son agresseur et vit alors une indienne ayant visiblement perdu l’équilibre, à sa merci. Elle n’était pas étonnée de la voir ici, après tout ils étaient tout proche d’une réserve et pour ce fait elle ne s’était pas retrouvée seule dans cette jungle pour aller chercher le trésor.

Bonny Blood lui aurait bien tiré une balle en pleine tête à cette femme si seulement elle n’était pas pleine de conviction concernant ces peuples qui n’avaient rien demandé et qui avaient vu leur tranquillité troublée par l’arrivée des pirates. C’était un fait, Anne est une femme impitoyable et insatiable qui se nourrit du sang de ses victimes et qui ne laisse aucun affront contre elle impuni. Qu’est ce qui la retenait alors ? La jeune femme n’était pas comme la majorité de ces simples d’esprits heureux avec une bière à la main et une femme sur les genoux. Elle savait que c’était un cycle de haine, un cercle vicieux, mais elle refusait d’y contribuer. La colère certes l’avait poussée dans ses retranchements et à priori elle avait eu envie de repeindre le sol de sa cervelle. Mais Anne rangea son arme, elle n’en fit rien et le comptait pas la tuer même si cette dernière venait de nouveau à l’agresser.

« Merci mais on t’a rien demandé. » Répondit-elle avec nonchalance.

Elle aurait pu lui dire quelque chose de bien plus positif comme « on ne laisse pas tomber un ami ». Mais sur le coup, la pirate était beaucoup trop exaspérée pour avoir eu envie de dégouliner d’espoir et de messages de paix. La jeune femme laissa l’indigène dans son coin, ne daignant pas savoir si cette dernière avait quelque chose à ajouter et continua sa course contre les rapides. Elle continua de courir, apercevant son collègue au loin. Si elle ne se dépêchait pas même en réussissant à le sortir de là il ne serait plus à l’abri d’une noyade sèche avec la quantité d’eau qu’il ingurgitait. Anne dévala la pente, ayant en un rien de temps oublié cette petite rencontre dont elle se serait bien passée. Puis la jeune femme parvint à se jeter au bord du cours d’eau, attrapant son collègue par le col de sa blouse. Avec la force de l’eau elle usa de persévérance pour l’en extirper, serrant les mâchoires, priant pour que son vêtement ne cède pas, elle tira et quelques secondes plus tard il fut enfin tiré d’affaire.

Anne se laissa choir sur le bord pour reprendre son souffle, dos sur la terre humide, ses vêtements trempés. Elle se faisait la réflexion que boire le soir en festoyant altérait à ses capacités physiques et que pour le coup elle était carrément épuisée. Son compagnon à quatre pattes recrachait ce qu’il avait dans les poumons. Bien sûr il ne la remercia pas mais Anne n’attendait jamais rien en retour de ses efforts ou de ses services rendus. Après tout il s’était fait sauver par une nana, et le côté macho de ces hommes aurait tendance à croire que c’est la honte. Anne se contenta de reprendre son souffle, se demandant si l’indienne l’avait suivie ou si cette dernière avait entreprit de s’en aller dans un élan de raison. Anne l’avait épargnée mais son collègue lui n’en ferait pas de même s’il se retrouvait face à elle et ça elle ne pourrait certainement pas le laisser faire.

Anne se redressa, assise au sol et observa le pirate tousser comme s’il en sortait encore.

« T’as une sacré chance de cocu moussaillon, j’s’rais toi j’me méfierais. » déclara t-elle dans un rire.
« J’maitrisais la situation. »
« Aye, t’as sans doute raison… »Répondit Anne en levant les yeux au ciel.
« T’aurais pu m’chopper plus haut, qu’est ce que tu foutais ? »
« Une indienne préférait te voir crever, elle avait p’tet’ raison ! D’ailleurs on devrait pas trainer avant qu’elle appelle ses p’tits copains… »










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyMer 7 Sep 2016 - 13:40

Emporté par le courant
Anne & Freya
You who wish to conquer pain, you must learn what makes me kind, the crumbs of love that you offer me, they're the crumbs I've left behind. Your pain is no credential here, it's just the shadow, shadow of my wound ▬ AVALANCHE Leonard Cohen


Avec circonspection, la jeune indienne observa la pirate ranger son arme. Elle plaisantait n'est-ce pas? Elle n'allait pas juste s'éloigner comme ça, après une déclaration évidente de combat? Le visage de Freya se crispa et un pli d'incompréhension se dessina au dessus de ses sourcils. Soit son adversaire voulait à tout prix sauver l'autre stupide noyé, soit elle ne la considérait pas comme une menace et ce déni était d'un mépris évident. Quoi que fut la réponse, Freya, le prit mal, très mal, et vit aussi rouge que le dicton fait sur sa peau. La réponse de la pirate avait été lâchée avec tant de lassitude que la jeune guerrière en reçu chaque langueur comme une insulte.

En une seconde elle fut partie. Une seconde plus tard et Freya prenait sa suite. Femme ou pas, elle allait lui montrer qu'on ne passe pas son chemin devant une Unami, et encore moins une Alcheringa. Dévalant la pente en accrochant la moindre aspérité du terrain, la jeune femme dégaina son poignard au moment où la pirate sortait son acolyte de l'eau et se laisser lourdement tomber au sol. Les pirates n'avaient aucun droit sur ces terres. Ils venaient juste piller et tuer. Les faire fuir ne suffisait, ne lui suffisait plus, elle avait besoin de les voir morts. Pire que des lapins, ils se reproduisaient sans échelle de taille humaine. Ceux qui les ralliaient venaient souvent d'autres mondes et, perdus sur Neverland, préféraient s'affranchir totalement des règles plutôt que de s'en voir appliquer de nouvelles.

D'un geste sûr elle lança son poignard cranté qui vint se ficher dans l'épaule du mâle pirate avec une précision certaine, l'affranchissant de son bras droit, ayant remarqué que c'est de cette main qu'il effectuait les gestes les plus automatiques.

« Je n'ai besoin de personne pour vous faire la peau à tous les deux.» répondit la guerrière aux dernières paroles de la rouquine. Se plaçant face à la pirate, Freya fit rouler dans ses mains deux nouveaux poignards courbés, le regard frondeur.

« Et maintenant j'ai ton attention la rouquine? »



© Gasmask


Dernière édition par Freya Alcheringa le Mer 7 Sep 2016 - 19:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyMer 7 Sep 2016 - 14:13


Emporté par le courant

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Freya & Anne


Ses vêtements trempés lui collaient à la peau, amplifiant la lourdeur des couches qu’elle portait déjà. M’enfin, elle avait sorti le pirate de là et ils pourraient rapidement reprendre leur route. La jeune femme en profita pour porter sa gourde d’hydromel à ses lèvres et s’en abreuver un peu. C’est à ce moment là que le cri strident de son collègue vint la faire sursauter. L’indienne avait attaqué le pirate, d’un coup de couteau profondément enfoncé dans sa peau alors que celle-ci revenait à la charge. Visiblement elle avait pris son manque de réaction comme un affront, ce qui n’avait pas réellement été son objectif mais elle aurait sans doute pu se montrer un peu plus bavarde histoire d’arranger les choses et qu’ils puissent continuer leur exploration sans plus de problèmes.

Elle pouvait comprendre son agressivité, ils devaient se tenir tout proche de leurs frontières et la présence pirate n’avait jamais été autorisée. Anne aurait sans doute fait pareil s’il s’agissait de son territoire et ne pouvait donc pas considérer son comportement comme un pur acte de sauvagerie comme l’aurait fait certains de ses camarades, y compris l’homme qui l’accompagnait qui poussait des cris d’agonie. Alors qu’Anne s’était levée pour aller repousser l’indienne, son camarade fit l’erreur de retirer le poignard planté dans son épaule d’un coup sec et provoqua l’hémorragie.  Anne fit volte face, fronçant les sourcils., revenant vers lui.

« Espèce de crétin !! » Hurla t-elle.

La jeune femme vint lui arracher un morceau de sa chemise et lui ordonna de comprimer le tissu contre la plaie afin d’éviter qu’il ne se vide de son sang. Puis la pirate se leva de nouveau, dégaina son sabre, l’air grave et d’autant plus agacé par la situation. Si cette indienne continuait à lui poser problème elle n’aurait d’autre choix que de la tuer même si cela allait contre ses principes. Elle fit quelques pas de côtés, ne la lâchant pas du regard, tenant fermement son sabre en serrant les dents

« On vient pas vous chercher des noises, si tu m’laisses tranquille, j’te laisse tranquille. » Lâcha t-elle sans toutefois s’abaisser.

Il était primordial de calmer le jeu avant que d’autres indiens ne viennent à les rejoindre et que la situation ne finisse par lui couler entre les doigts. Elle gardait son sabre en main mais ne l’attaquait pas, elle n’en userait que pour se défendre si la guerrière venait à l’attaquer et pour le moment elle attendait juste une réaction de sa part, préférant des paroles pour le coup.

« Qu’est’c’tu dis ?! Tue la cette immonde sauvage ! » Beugla son camarade toujours en train de geindre comme un bambin.

Anne serra les dents, manqua de l’insulter pour qu’il la ferme. Mais face à son manque de réplique il comprit aussitôt qu’elle ne comptait pas la réduire en charpie. Pourtant, Anne restait sur le qui-vive, ses appuis bien dans la terre, genoux fléchis, prête à lui bondir dessus si elle lançait les hostilités.










Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyMer 7 Sep 2016 - 19:49

Emporté par le courant
Anne & Freya
You who wish to conquer pain, you must learn what makes me kind, the crumbs of love that you offer me, they're the crumbs I've left behind. Your pain is no credential here, it's just the shadow, shadow of my wound ▬ AVALANCHE Leonard Cohen


Ses vêtements imbibés d'eau alourdissaient la pirate, Freya le savait. Elle en tiendrait compte, en tirerait même l'avantage au combat car après tout n'est-ce pas le jeu? Trouver les faiblesses, faire fi des forces et atteindre le point de rupture, celui qui briserait les os et qui fendrait les chairs. Elle n'en tirerait aucune gloire cependant, et aurait préféré même ne pas affronter un tel handicap qui ternissait sa propre victoire.
Le cri du pirate tira soudain un sourire asymétrique à Freya, l'homme se replia sur lui-même, les mains ensanglantées posées sur le manche. Vas-y, tire, tire mon petit humain. Sur les eaux ils étaient peut-être bons, mais sur ses terres, près de la rivière qui l'avait vu naitre, ils n'étaient rien que de vulgaire bambins aveugles et vulnérables, des proies faciles. D'un coup sec il retira la lame et les crans meurtrirent ses muscles. Le regard clair de la guerrière s'agrandit à mesure que l'homme perdait son précieux liquide vital et sa main se crispa quand la pirate lui tourna le dos pour panser temporairement sa plaie. Elle aurait pu l'attaquer, lui trancher la gorge et en finir avec celui qui devait apparemment plus compter à ses yeux qu'elle ne l'avait imaginé. Elle qui pensait que les pirates ne connaissaient l'entraide, la loyauté que lorsqu'elle leur était imposée par la force, les réactions de la femelle pirate la déconcertaient.

Enfin elle lui fit face, se relevant, sabre au poing. A chaque pas fait Freya accordait son angle au sien, ne laissant pas un pan de sa défense à son emprise. Ses yeux fixés aux siens, elle tenta quelques approches, testant les répliques de son adversaire, ses positions de pied, le mouvement de son sabre, sa vitesse. Sa vitesse... son point faible.

« Chaque pas que vous faites sur cette terre est une insulte pour mon clan. Si tu veux la tranquillité, tu la trouveras dans la mort, et seulement dans la mort. »

Dans un hurlement sauvage, Freya engagea le combat, ses deux lames ricochèrent contre le sabre de son adversaire et elle fit un pas lest de côté, utilisant la force de la pirate contre ses armes pour la dévier. D'un fort coup d'épaule elle la déséquilibra, comptant sur ses tuniques lourdes pour la faire chuter.

[pour le combat je m'arrête là je ne veux pas trop jouer ton perso' non plus, dis moi si ça te va Wink ]



©️ Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyMer 7 Sep 2016 - 20:18


Emporté par le courant

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Freya & Anne


La jeune femme ne fut pas surprise de la voir attaquer, Anne se mit donc en garde, se protégeant contre les premières attaques de ses lames bien aiguisées. A bien les regarder, elle n’aurait pas voulu que ces dernières viennent à se planter dans sa peau ou bien les saignements auraient été très conséquents. La jeune femme serra les mâchoires, repoussant son attaque et tenta de la faire reculer. Elle se montrait agressive, elle avait visiblement l’intention de la tuer et d’un coup d’épaule bien placé alors qu’elle n’eut pas le temps de bien se replacer pour l’empêcher de l’approcher, Anne vint à être déstabilisée et chuta lourdement au sol. Son dos rencontra la terre meuble, des vives douleurs s’imprimèrent dans son bassin sous la douleur. Bien sûr elle était loin d’avoir l’avantage ainsi et Anne donna un violent coup de pied dans les mollets de l’indienne pour la faire tomber à son tour.

Pour Anne, il n’était toujours pas question de la tuer, mais cette dernière se pressa vers son adversaire pour l’attraper par les épaules et la plaquer au sol afin de la bloquer de ses mouvements. Ho ; il n’était pas certain qu’elle puisse tenir, Anne avait beau être forte et robuste, l’indienne l’était sans doute plus au vu du bon nombre d’entrainements qu’elle avait eu au cours de sa vie pour qu’ils résistent autant aux pirates. A côté de ça tirer les cordages et monter sur les mats n’était pas suffisant pour tenter de se mesurer à elle au corps à corps. La jeune femme savait qu’il lui faudrait donc user de vitesse à défaut d’avoir de la force afin de garder le dessus sur elle et faire en sorte qu’il n’y ait pas plus de sang.

Anne n’approuvait pas ce qu’avaient fait les pirates aux indigènes, c’était d’ailleurs l’une des raisons pourquoi elle avait très vite haït Barbe Noire qui au final lui rappelait un lointain royaume contre une certaine petite république pirate mais dont elle ne se souvenait plus des détails. En fin de compte il ne valait pas grand-chose que ceux contre qui les pirates s’étaient révoltés. Les quelques Indiens qu’elle avait pu croiser au cours de sa vie ici avaient mis longtemps à comprendre qu’elle ne leur serait jamais hostile tout comme pour les enfants perdus. Toutefois elle craignait que la situation n’aille trop loin pour le coup puisque cette guerrière semblait aussi bornée qu’elle. De plus, elle n’était pas sûre que lui jurer qu’elle ne lui ferait rien et qu’ils n’étaient pas ses ennemis puisse suffire. Bien des pirates usaient de cette ruse pour ensuite les massacrer de la plus sournoise des manières - C’était un grand classique en fin de compte.

« Tu vas te calmer oui ?! » Grogna t-elle en la fusillant du regard.

Anne porta son poing dans le visage de l’indienne, se disant que si elle essayait de l’assommer et la laisser reprendre tranquillement ses esprits dans un coin, ça  leur donnerait le temps de filer en douce. La boue sous son genou la fit glisser et le coup qu’elle lui porta ne fut donc pas assez conséquent pour la plonger dans une semi-conscience mais sans doute suffisante pour lui faire mal et surtout attiser sa colère. Avec cela elle ne manquerait pas de croire qu’effectivement elle cherchait à la tuer. Et que faire dans ces cas là ? Anne aurait voulu lui porter un coup mais dans le déséquilibre du sol mou elle tomba maladroitement sur le côté, se rattrapant en posant les mains dans la boue.







HJ: t'en fais pas c'était parfait !!! Mais au pire ça me dérange pas quand c'est en combat, hésite pas à blesser Anne aussi !! Emporté par le courant  3982562865
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyJeu 8 Sep 2016 - 13:46

Emporté par le courant
Anne & Freya
You who wish to conquer pain, you must learn what makes me kind, the crumbs of love that you offer me, they're the crumbs I've left behind. Your pain is no credential here, it's just the shadow, shadow of my wound ▬ AVALANCHE Leonard Cohen


La voir chuter fit exulter l'indienne qui d'un nouvel élan, voulu se jeter sur elle. Mais c'était sous estimer la répartie de la pirate qui faucha ses jambes d'un habile coup de pied. L'indienne entrainée par son élan, mordit la poussière et cracha la terre entre ses lèvres. Elle jouait le jeu, enfin. A peine se retournait-elle que son adversaire était sur elle, la repoussa brutalement en arrière pour la maintenir au sol. Plaquant ses mains au niveau du creux de ses coudes pour la faire lâcher prise, Freya se démena comme un diable pour échapper à la pirate. Ses pieds battaient le sol, faisant tourner les deux jeunes femmes dans un rodéo furieux. Son expression, volontairement terrible était accentuée par les peintures guerrières et sombres dont elle se badigeonnait à chaque expédition. Plusieurs avaient déjà fui devant son visage de démon.

Pour les indiens, c'était une arme, l'intimidation. Pas si éloignée des pirates d'ailleurs qui usaient de ce même stratagème pour effrayer leurs proies. On disait qu'un capitaine accrochait même les têtes décapitées de ses ennemis sur le pont de son navire. Et qu'ainsi, la plupart du temps, ses adversaires se rendaient avant même d'avoir combattu. La peur, était une arme puissante... Mais à bien y regarder, à plonger son regard dans celui de la jeune femme, Freya n'y décelait aucune peur. Non, juste la sagesse fatale de faire ce qui doit être fait, de défendre sa vie, de tuer pour se sauver. Était-elle si sûre de vaincre ? Ou bien pensait-elle encore pouvoir échapper au combat? Le coup de poing justement placé lui envoya une myriade d'étoiles droit dans les pupilles. Ok, elle était là pour se battre, aucun doute là dessus. Mais Freya avait connu bien pire et elle chassa d'un cri rageur la douleur, clignant fortement des paupières pour retrouver une vision nette. Cherchant du regard son adversaire elle sentit son poids sur elle la quitter alors qu'elle glissait sur le côté, à quatre pattes.

Sans attendre elle se précipita sur elle dans un combat de lutte à l'illusion gréco-romaine tant elles étaient couvertes de boue à force d'y perdre leurs coups. D'un geste vif, la guerrière intercepta la gorge de la pirate entre son bras et sa poitrine, ajustant l'autre main de manière à garrotter la respiration de la jeune femme dans une emprise mortelle.

« Tu veux que je me calme? » susurra t-elle la forçant à se relever au même rythme que le sien, soufflant bruyamment pour reprendre une un battement cardiaque normal. Sa prise actuelle ne lui permettait pas de faire usage de ses poignards sauf si elle lâchait sa proie. Ce qu'elle fit. D'un mouvement fluide elle écarta ses bras, libérant la pirate et la poussant en avant. Mais au moment où elle allait sortir de son champs d'attaque, les poignards de Freya glissèrent le long des côtes de la pirate, y laissant sans s'enfoncer, de fines entailles sanguinolentes.

« Je ne me calmerais pas avant d'avoir vengé mon peuple. Pirate ! Et toi, pourquoi tu te bats ? Pour de l'or ?»




© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  EmptyJeu 8 Sep 2016 - 22:05


Emporté par le courant

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Freya & Anne


Anne senti une vive douleur au niveau de ses côtes, sentant sa peau se déchirer sous le passage des lames de l’indienne. Elle avait bien visé, elle lui avait fait mal, Anne posa ses mains au niveau de ses blessures, pouvant percevoir le sang coulant au travers du tissu sèchement découpé. La pirate écouta son flux de paroles dans un discours plein de haine envers les pirates. Ca ne l’étonnait pas, elle ne pouvait pas non plus lui en vouloir de stigmatiser puisque rares étaient les pirates avec quelques principes en totale contradiction des idées de Barbe Noire.

« Et toi tu m’connais ptet ? »

Anne repoussa violemment l’indienne, se jetant sur elle tout en continuant leur lutte alors que le sol ne leur permettait plus d’avoir de bons appuis pour continuer le duel debout sur leurs pieds. Elles roulèrent ensemble jusqu’à rencontrer un arbre qui cessèrent leur descente en roulé boulé. Là, Anne parvint ensuite à plaquer l’indienne contre un arbre pour continuer de lui porter des coups. Serrant les dents, ses pulsions sauvages et sanguinaires auraient pu la pousser à profiter de ce moment pour la tuer et lui arracher les yeux. La respiration saccadée, elle avait toujours cette impression de se transformer en monstre et de ne plus rien contrôler dans ces moments là. Mais la pirate continuait de se retenir, puis elles glissèrent de nouveau sur un côté et Anne s’empara d’une des mains de son adversaire alors qu’elle tenait ses lames pour la lui porter près de sa propre gorge en n’ayant pas eu le temps de le faire avec ses armes à elle.

« Tu vas rester gentille, je vais t’attacher là et on va continuer not’ ch’min. »

Anne serra les dents, plantant son regard dans celui de son adversaire alors qu’elle peinait quand même à la maintenir.

« Buck apporte une corde !!! » Cria Anne à l’attention de son camarade pirate.

Ce dernier s’exécuta, elle l’entendit se relever difficilement, toujours en train de geindre et vit son ombre grandir à côté d’elle. Mais aussitôt qu’il fut tout près, elle vit le canon de son arme à feu braqué sur l’indienne.

« J’ai plus rapide.. »

Anne relâcha instantanément l’indienne pour se jeter sur son ami. Le coup de feu parti, la balle se planta dans le tronc de l’arbre et fit fuir la faune environnante. Elle ne pouvait décemment pas laisser cette menace de la part de son collègue pirate impuni sous peine de se retrouver capturés et tués par des indiens alors que depuis le début elle avait tenté d’éviter toute bavure avec cette indigène. Anne attrapa l’homme par le col de sa chemise, fit quelques pas dans l’eau là où le courant n’était pas suffisamment fort pour être emporté et força l’homme à se mettre à genoux de sorte que la guerrière voie son visage. Sous ses yeux et afin de prouver qu’elle n’était pas là pour lui apporter des problèmes, elle força l’homme à plonger la tête dans l’eau dans le but de l’humilier face à l’indienne. Anne essuya le sang qui coulait encore de son nez, mais serrait les dents tout en remontant la tête de son comparse avant de la replonger de nouveau dans l’eau.







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Emporté par le courant  Empty
Message Sujet: Re: Emporté par le courant Emporté par le courant  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Emporté par le courant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-