AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 La Chasseuse et le Pirate [Nayana]
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 EmptyJeu 19 Mai 2016 - 9:59

     

Nayana ♦ Exekiel

Rencontre dans la forêt
E
xekiel voyait très bien que cette jeune femme qu'il venait de rencontrer était dans le même état que lui et qu'elle avait envie tout autant que lui d'apprendre à le connaitre lui mais aussi son peuple et sa culture. Rien ne devait être plus intéressant que son peuple à elle tandis que lui n'avait pas vraiment de peule à part ses frères d'armes qui vivaient avec lui sur le bateau. Les gens étaient libre et c'est pour cela qu'ils ne se connaissaient pas tous comme devait le faire celui de Nayana. L'observant au moment ou elle posa sa question le jeune homme laissa un sourire s'installer sur son visage. Il ne connaissait pas bien les règles de vie des gens qui vivaient sur terre étant donné qu'il n'y avait vécu qu'étant petit et que sa mère n'avait pas prit le temps de lui apprendre ce genre de truc qui ne lui servirait pas plus tard. "La règle principal et de ne pas tuer mais je ne connais pas vraiment les autres. Nous n'avons pas tous les mêmes règles, pour moi une autre règle vital est de ne jamais faire de mal à une femme mais comme tu as put t'en rendre compte certain ne font pas attention à cette règle." Il laissa son regard se poser sur elle se demandant comment les hommes pouvaient ils faire ce genre de chose à une femme?  Comment pouvoir la regarder dans les yeux tout en la frappant comme si elle était un vulgaire objet? Sa mère lui avait toujours apprit à traiter les femmes comme des Reines et étant né dans une maison de plaisir il avait grandit au côté de ces créatures qui étaient toute des précieux qu'il fallait bien traiter à ses yeux et même si cette femme venait de la forêt elle en restait une et il ne comptait pas l'abandonner dans cet état. Il ne comprenait pas vraiment comment cette jeune femme arrivait à le rendre dans un état comme celui ci, c'était comme ci il retombait en enfance et qu'il redevenait l'enfant timide qu'il avait toujours été. Ses yeux l'absorbait complétement et il ne pouvait quitter ce regard une seule seconde sans avoir peur de la perdre alors qu'il savait très bien qu'elle repartirait très vite dans cette vaste forêt. Cette femme qui était en face de lui était intrigante aux yeux du Pirate qui ne connaissait que les femmes qui vivaient dans la ville et qui n'était pas aussi intéressant que celle qu'il venait de rencontrer dans cette forêt, elle avait un passé qui faisait qu'elle était courageuse et avait un caractère fort ce qui n'était pas donné à toutes les femmes étant donné qu'elles disaient oui à tout ce que les hommes demandaient.

Alors qu'il continuait à l'écouter en essayant de ne pas planter son regard trop longtemps sur elle le jeune homme cherchait les bottes pour essayer de river son regard sur autre chose que ses yeux en amande. L'écoutant parler le jeune homme laissa un sourire en coin s'installer sur son visage ne pouvant pas s'empêcher encore une fois d'être d'accord avec elle. "Et pourtant si tous les hommes arrivaient à respecter la femme vos vies seraient tellement plus facile." Exekiel avait sortit cette phrase d'entre ses lèvres sans vraiment s'en rendre compte mais c'était le fond de sa pensée et rêveur il aimait croire en un avenir meilleur pour tous. Un avenir ou les hommes n'essayeraient pas de violer les femmes ou des le frapper, un avenir ou les gens prendraient tous soin des autres mais ce ressenti le jeune homme ne le ressentait que quand il était en mer, au côté des ses frères d'armes. Essayant de ne plus penser à ce qu'il aimerait bien faire de ce monde le jeune homme laissa son regard une fois de plus se porter sur la verdure qui était en train de l'entourer pour essayer de découvrir ces fameuses bottes qui l'empêcherait à nouveau de pouvoir la porter même si l'envie de le refaire lui venait à l'esprit. Non il ne devait pas penser à ce genre de chose et essayer de calmer son esprit qui était en train de s'enflammer à chaque parole échangée avec elle. Alors qu'il sentait son visage virer au rouge petit à petit le jeune homme essaya de ne pas le montrer, après tout c'était une faiblesse d'être légèrement timide en compagnie des femmes et il ne voulait pas qu'elle voit ce défaut. Tout en continuant à marcher le jeune homme reprit la parole pour répondre à ce qu'elle venait de dire. "Alors je suis content que tu ne l'ai pas fait et que tu sois resté pour que je puisse t'aider." Retournant son regard vers elle il laissa un sourire illuminer son visage tout en reprenant à nouveau la parole. "Je ne pouvais pas te laisser te faire attaquer par des bandits et ça même si tu es une étrangère!"  Son sourire était en train de s'agrandir petit à petit alors qu'il laissait les phrases sortir petit à petit de ses lèvres mais la question qui suivit le fit rire. Elle voulait savoir si la femme en question avait été moche est ce qu'il aurait accouru comme il venait de le faire pour elle, sa mère lui avait toujours apprit à aider les gens, qu'ils soient petit, gros, moche ou même vieux c'était dans sa nature et avant même qu'il ne sauve la personne il ne regardait jamais qui il allait sauver. C'était perdre du temps et il savait que dans ce genre de situation il n'avait pas le temps. "J'aide tout le monde et même si ca te parait étrange ca aurait même put être un homme je l'aurais tout autant aidé." Replongeant à nouveau son regard dans ses yeux en amande le jeune homme aurait bien voulu savoir ce qu'elle était en train de penser à ce moment là.

Au moment ou Exekiel remarqua le visage de Nayana se transformer en étonnement il laissa un doux rire raisonner dans cette forêt si vaste. Il se doutait bien qu'elle ne connaissait pas les pirates et vivre sur mer devait être pour la jeune femme quelque chose qu'elle ne comprenait pas mais ca le faisait rire de voir cette petite lueur dans ses yeux scintiller petit à petit. Alors qu'il ouvrit la bouche pour répondre il s'arrêta net en voyant le doigt de la jeune femme se lever tout en approcher d'un truc marron au sol. Les bottes. Voilà qui était fait au moins, elle allait pouvoir marcher et ils allaient pouvoir se rendre en ville. Attendant qu'elle remette les bottes à sa place pour ensuite se relever le jeune homme lui offrit un sourire avant de prendre la parole. "Tu vas donc pouvoir marcher et me suivre pour manger." Exekiel avait dit ça d'une voix taquin mais il ne comptait pas la laisser ici même si elle avait retrouvé ses bottes et qu'elle allait pouvoir marcher. Se remettant en marche vers la ville cette fois tout en faisant signe à la jeune femme de la suivre le jeune homme décida de répondre à ses questions. "Je vis sur mer oui, sur un bateau entouré d'autre homme comme moi. On appelle ça des Pirates chez nous et j'en suis un bien sur." Laissant son regard se perdre sur cette verdure qu'il aimait tant il continua d'une voix toujours aussi douce. "Artilleur ce sont les hommes qui s'occupe d'attaquer d'autre bateau à distance lors d'une attaque. Nous sommes un peu comme des guerriers mais sur mer."


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 EmptyJeu 19 Mai 2016 - 18:18

Le Pirate et la Chasseuse.

Ma curiosité me poussait à toujours poser plus de questions à l’homme. Moi qui pourtant étais à l’habitude quelqu’un de très discret et surtout silencieux. Mais je n’arrivais pas à freiner ce besoin au fond de moi, qui me poussait a en vouloir toujours plus, il avait l’air d’avoir eu une vie plus intéressante que la mienne, son peuple était libre et semblait pouvoir aller où il veut, lorsqu’il en a l’envie. Chez moi, c’est une chose impossible, comme je l’ai dit un peu plus tôt, on ne quitte pas les Unami et on y revient encore moins, sinon c’est la dernière chose que vous ferez ! Leur règle première est de ne pas tuer. Je plisse le front, n’est-ce pas une évidence ? N’est-ce pas cruel et absurde de pouvoir ôter la vie des gens sans raison ! Mais après tout, mon ancienne tribu était-elle vraiment meilleure de ce point de vue là ? Après tout, j’étais condamnée à ne plus jamais retrouvé les miens pour être partie, mais le sors réservé aux étrangers n’était pas tellement mieux, puisque mon peuple n’avait aucune pitié pour les étrangers. « Vous n’avez pas le droit d’ôter la vie aux étrangers non plus ? » Demandais-je toujours aussi curieux, partagée entre des sentiments différents, les contrecoups de la découverte, mais aussi de la comparaison de nos deux cultures, visiblement très différentes. « Chez les Unami, les étrangers sont fuis comme la peste, malheur à celui qui s’approche trop prêt de nos forêts, il risque de ne jamais retrouver les siens. La tribu Piccaniny est bien plus ouverte à ce sujet, enfin je crois ! » Après tout, je ne connais que trop peu la tribu ennemie de la mienne, enfin... de celle qui avait été la mienne. Parce qu’aujourd’hui, je n’appartenais plus à aucun peuple. Je n’étais plus qu’une Indienne sans attache, accompagnée de sa jument, même les êtres chers à mon cœur n’avaient pas réussi à comprendre mon départ et ce qui m’avait poussé à être ici aujourd’hui.

La discussion allait bon train, nous échangions d’ailleurs sur plusieurs sujets différents, ce qui était fort intéressant. J’avais l’impression qu’avec cet homme, il était impossible de s’ennuyer. Il avait l’air d’avoir un avis sur toute chose et m’en faisait part aussi spontanément que moi ! La dernière personne avec laquelle j’avais vécu cela, n’était autre que Freya, celle qui avait été ma sœur jusqu’au jour de mon départ, jusqu’à notre confrontation, l’incompréhension, mais aussi la blessure qu’avait provoqué ma fuite de cette tribu qui m’avait peut-être vu naitre, mais n’avais rien en commun avec moi. J’étais certes triste d’avoir perdu autant, mais au moins je n’avais plus ce sentiment permanent d’être la vilaine brebis dans un troupeau de mouton blanc. Je faisais part de mon avis sur la difficulté d’être une femme seule dans ce monde à l’homme et sa réponse me faisait sourire. Je levais mes yeux émeraude sur lui, lui trouvant encore un je ne sais quoi d’attachant. « Ne serait-ce pas être un doux rêveur que d’espérer une telle chose ? » J’étais peut-être naïve sur les choses qu’il se passait dans ce monde, et surtout du côté de ce que je ne maîtrisais pas ou ne connaissais tout simplement telle que la ville et de sa population, de ses règles... mais il fallait être réaliste, les femmes resteraient plus faible qu’un homme physiquement, ce qui donnerait toujours l'impression à certains d’entre eux, que nous ne sommes que leurs choses... Et il fallait avouer que j’étais peu optimiste sur le fait que ce détail change. Au cours de notre marche en quête de mes bottes, et de notre conversation, mon regard voyageait entre le sol et le visage du jeune homme. Je remarquais alors que ses joues se teintaient une fois encore de rouge. C’était une chose étrange pour moi, pourquoi est-ce qu’il avait ce genre de réaction ? Qu’est-ce que cela pouvait bien dire ? J’avais l’impression d’être un nouveau-né qui ne connaissait aucun langage... Et c’était des plus frustrant ! Il me fait part de son sentiment par rapport à mes aveux, sur l’idée de ma fuite, que je n’ai finalement pas faits. Au final, qu’est-ce que cela aurait changé si j’avais pris la fuite un peu plus tôt ? J’avais du mal à comprendre, mais c’était visiblement quelque chose de nouveau et récurant depuis qu’il était entré dans mon champ de vison et dans ma vie, par la même occasion. Mes yeux se posèrent sur ses lèvres, qui étiraient un peu plus à chacun de ses mots, ce sourire qu’il avait. Alors que la puissance de ses mots employées pour me qualifier raisonnait encore en moi et provoquait une sensation de plaisir qui me réchauffait le cœur, je lui demandais si la femme n’avait pas été jolie, est-ce qu’il en aurait fait de même. Sa réponse est sans appel, et je suis partagée à présent, entre l’admiration, face à cet homme qui semble doté d’une gentillesse et d’une des plus belles âmes qui soient, mais aussi par la déception, de me dire qu’au finale, je ne suis qu’une personne de plus sur sa route, qu’il en a surement rencontrée d’autre avant moi, tout comme je ne serais surement pas la dernière. Si j’avais caressé l’espoir d’être ne serait-ce que quelques secondes, un peu plus intéressante qu’une autre, l’espoir venait de fondre comme neige au soleil !

Après un petit quiproquo, nous en étions venus à parler de notre lieu de vie, j’avais fait par à l’homme que la ville n’était surement pas un endroit pour moi, du moins pour y vivre en permanence, j’étais bien trop attaché à la nature et à ses arbres pour cela. Mais la chose la plus intrigante, était que lui non plus semblait ne pouvoir vivre dans une ville, qu’il ne vivait même par sur terre d’ailleurs ! Sur cette réponse, une seule idée me venait, il était impossible d’être vivant et de vivre dans le ciel, il ne restait donc plus que la mer. Je levais le doigt en direction d’une tâche marron dans les herbes vertes, je savais que c’était enfin mes bottes et j’avais espéré qu’il ne s’interromprait pas, il m’était forcé de constater qu’il n’avait plus dit un mot jusqu’à ce que mes deux pieds soient plantés bien au fond de mes bottes et que je lui affirme de vive voix, que les choses étaient enfin revenues dans l’ordre. Même la douleur dans mon nez avait diminué de moitié, ou bien c’était peut-être le fait de discuter avec lui qui m’avait fait oublier la douleur, je n’en savais trop rien, toujours est-il, que j’étais enfin dans tous mes vêtements, et surtout que je n’avais plus à me balader en redoutant marcher sur une chose pointue ou dure. Il faisait alors demi-tour et d’un signe, me demandait de le suivre. Je savais où était la ville, visiblement moins bien que lui, mais il devait venir bien plus souvent dans cette partie de la forêt, que moi. L’autre extrémité était mon terrain de jeu, seulement je n’y étais plus la bienvenue. Nous marchions de nouveau côté à côté, et l’homme répondait enfin à mes questions, sur sa vie, sur ce qu’il faisait et surtout sur sa vie sur l’eau. Lorsque le nom de pirate sortait de sa bouche, je relevais le nez aussitôt sur lui. Dans ma tribu, les pirates étaient qualifiés des personnages vils et peu recommandables. Des voleurs sans scrupules, des grossiers personnages et surtout, tout un tas de noms d’oiseaux qui se trouve surtout une insulte envers les oiseaux eux-mêmes qui n’ont pas mérité qu’on utilise leur nom de cette façon ! « Tu ne ressembles pas du tout à ce que l’on raconte des pirates. » Dis-je alors qu’il venait de m’expliquer aussi ce qu’était sa place au sain de son bateau. Un guerrier, pourquoi est-ce que cela ne m’étonnait pas le moins du monde ? Sa façon de combattre sans le moindre effort n’était pas due qu’à sa taille imposante, il y avait évidemment la maitrise des gestes dans le moindre de ses mouvements. Mes iris vertes descendaient sur ses bras, musclé et puissant, tout semblait être une évidence à présent qu’il venait de me donner quelques pièces du puzzle qu’était sa vie. « N’est-ce pas dur de vivre en permanence sur un bateau avec les mêmes hommes ? » Je levais le menton pour glisser mes yeux dans les siens. « Je veux dire, je n’ai jamais réellement vu de bateau. Enfin, de prêt ! » Je réfléchissais à mes souvenirs en même temps que je lui parlais. « Mais cela doit être petit, non ? » Je ne savais pas si cela pouvait se voir, mais j’étais toujours aussi fascinée et curieuse de savoir comment il vivait. J’avais du mal à comprendre comment il pouvait aimer vivre sur l’eau, toujours avec les mêmes hommes autour de lui ! Avait-il des liens avec eux, comme j’avais pu en avoir avec Freya ou même Set ? Est-ce les mêmes liens qui pouvaient lier des parents à leurs enfants, des frères et des sœurs, ou était-ce simplement de liens d’amitié ? Cette vie me semblait si irréaliste... J’avais du mal à imaginer une vie loin des arbres, de la nature, des feuilles et des bêtes...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 EmptyDim 22 Mai 2016 - 18:55

     

Nayana ♦ Exekiel

Rencontre dans la forêt
E
xekiel sentait le regard de la jeune fille se poser sur lui et sans comprendre vraiment pourquoi il ne se sentait pas à l'aise comme il l'était habituellement. Tout ça était nouveau pour lui et c'était comme ci il réapprenait à découvrir les femmes sans arriver à savoir à quoi elles pensaient. Il n'arrivait pas à savoir si il lui faisait peur ou bien si elle restait là juste pour pouvoir manger, il ne la connaissait et pourtant il sentait au fond de lui que cette jeune femme était sincère et qui si elle restait à ses côtés au lieu de fuir c'était tout simplement parce qu'elle voulait en savoir un peu plus sur ce Pirate. "Pourquoi ôterions nous la vie aux étrangers? Ils sont des êtres vivants comme nous alors à part si ils essayent de nous attaquer nous n'avons pas non plus le droit de les tuer juste pour le plaisir." Au moment ou elle lui avoua ce qu'il devenait de l'étranger qui s'approchait un peu trop près de leur clan le jeune homme l'observa sentant très bien qu'elle n'était pas en train de rire. Il ne comprenait pas vraiment ce monde, pourquoi les gens n'arrivaient ils pas à vivre tous ensemble? Pour cette envie de tuer prenait toujours le dessus sur tout? Mais il respectait tout de même le choix des gens et après tout il ne pouvait pas comprendre une vie qu'il n'avait jamais vécu. Laissant ses yeux se plonger dans son regard essayant de ne pas s'y perdre pour une fois le jeune homme laissa un doux sourire apaiser son visage avant de reprendre la parole. "Je respecte le choix des tiens même si je ne comprend pas vraiment à quoi sert de tuer des étrangers sans savoir ce qu'ils veulent." Il laissa son sourire illuminer encore un petit peu son visage pour montrer à la jeune femme qu'il n'était pas en train de critiquer, bien au contraire il aimait beaucoup en apprendre un peu plus sur elle et sur son ancienne vie.

Parler avec cette jeune femme lui faisait beaucoup de bien, c'était comme ci tout sortait tout seul sans qu'il réfléchisse alors qu'il était un jeune homme assez timide habituellement avec les femmes mais c'était tout le contraire avec celle ci qui venait d'arriver dans sa vie sans qu'il ne s'en rende compte. Alors qu'il venait d'avouer ce qu'il aimerait voir dans ce monde il laissa son regard se perdre sur ce sourire qui venait d'égayer ce visage. Certes il était un rêveur qui croyait qu'un monde meilleur pouvait arriver mais il ne s'en cachait pas. Qui ne rêvait pas d'un monde meilleur? Lui si en tout cas mais malheureusement il ne pouvait rien faire pour changer tout ça. "Je dois avouer ma faiblesse d'être un rêveur mais ne serait ce pas magique? Ne rêve tu pas non plus d'un monde ou tu n'aurais pas peur d'être dans une forêt aussi près d'une ville?" Il savait très bien au fond de lui qu'elle avait tout autant envie d'un monde comme ça même si elle ne venait pas du même monde. En partant sur un bateau en tant que Pirate le jeune oubliait tout ce qui se passait sur terre mais il abandonnait en même temps la forêt qu'il aimait tant. C'était un bien pour un mal et il savait que le capitaine lui laissait toujours du temps pour rester en ville et au lieu d'en profiter avec les femmes il en profitait avec la nature. Mais cette fois ci était spéciale car il en profitait pour découvrir un univers qu'il ne connaissait pas et une femme qui l'envoutait totalement. Exekiel était content de ne pas être resté sur le bateau, de ne pas avoir accepté de suivre ses amis et d'être venu ici même si il était fatigué par le voyage qu'ils avaient fait. En dévoilant qu'il était un Pirate le jeune homme savait qu'elle aurait put partir sachant très bien ce qu'on racontait habituellement des Pirates mais il ne ressemblait à rien à cette description. A vraie dire peu d'homme ressemblaient vraiment à ce genre d'individu c'était surtout pour faire peur aux gens qu'ils racontaient ce genre d'histoire mais le jeune ne s'en plaignait pas, au moins personne ne lui cherchait des ennuies et à vrai dire du haut de ses 2m le jeune homme n'avait que très rarement des emmerdes qui lui tombait dessus. Alors qu'il l'observait en silence cette jeune femme qui venait d'arriver dans sa vie il se demandait ce qu'elle pensait des Pirates, ce qu'elle avait entendu et si elle les aimait bien ou non mais il se retint ne voulant pas casser ce petit moment amusant qu'ils c'étaient crée en se racontant la vie qu'ils avaient. "J'espère que c'est un compliment alors." Toujours le même petit sourire aux lèvres le jeune homme n'arrivait pas à ôter ses yeux de ce visage qu'il connaissait à peine mais qu'il avait envie de retenir pour ne sait on qu'elle raison!

Écoutant les questions qu'elle venait de poser le jeune homme laissa un sourire se poser sur ses lèvres avant d'y répondre. " On s'y habitue à force et tant qu'on aime les gens avec qui on est notre vie est pas mal." Beaucoup avaient du mal à vivre sur le bateau avec les mêmes hommes mais c'est surtout parce que sur les bateaux il n'y avait pas de femmes qu'ils avaient du mal alors qu'Exekiel vivait très bien sans femme, il profitait de chaque nouveau voyage pour enregistrer la vue qu'il avait. Sa vie pour lui, était parfaite et c'était le principal. Tout en continuant à avancer vers la ville le jeune homme continuait à lui jeter des petits regards pour être sur qu'elle continuait à le suivre. Laissant un rire raisonne en entendant sa dernière question le jeune homme se tourna vers elle. "Au contraire mais ne t'inquiète pas je vais te montrer ou je vis et tu pourra dire par toi même si un bateau est petit ou grand." Avançant un peu plus rapidement pour arriver dans la ville le jeune homme lui lança un petit sourire rassurant au moment ou ils arrivèrent au bordure de la ville. Il savait que pour elle c'était la première fois qu'elle allait dans un endroit comme celui ci mais le soir il y avait peu de gens dehors et il ne comptait pas l'enfermer dans une auberge pour manger. Lui faire découvrir un nouveau monde était le but de tout ça. "Je suis là ne t'inquiète pas, suis moi on va chercher à manger mais je t'enfermerais pas entre quatre murs promis."

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 EmptyLun 23 Mai 2016 - 16:23

Le Pirate et la Chasseuse.

Mes pieds nus fouettaient l'herbe grâce en cet abord du cours d'eau. Je n'étais pas des plus à l'aise sans mes bottes, mais c'était loin d'être ma préoccupation première en cet instant. L'homme c'était immiscé dans ma tête, j'avais l'impression qu'il n'y avait plus que lui sur cette terre, plus que nous dans une espèce de bulle. Je ne comprenais pas tous les signes que son corps m'envoyait et c'était peut-être la seule chose qui me déplaisait pour le moment. Car chaque fois qu'il parlait, je trouve ce qu'il avait à dire très intéressant. J'avais comme l'impression de ne jamais pouvoir me lasser de faire la conversation avec un homme comme lui. J'étais à la fois étonnée, mais également ravie de la réponse qu’il me donnait. Bien que je doutais pouvoir un jour m'intégrer entièrement aux gens de la ville, le fait qu'ils acceptent les étrangers étaient à mes yeux l'une des plus belles choses possibles. Je l'écoutais donner son avis sur les miens, tout en levant le regard vers lui, alors que je plongeais une fois encore mes iris dans son regard océan. « Crois-tu vraiment que je serais tranquillement à tes côtés si je partageais l'avis de ceux qui ont été les miens ? » Je regardais devant moi, pour cacher une fois encore cette tristesse dans le fond de mon cœur, lorsque j'évoquais mon ancienne tribu. La douleur était encore bien vive, trop vive... Mais il allait bien falloir qu'un jour je passe outre ! « J'avais envie de voir ce monde qui m'entoure, de connaître la vie de personnes comme toi. » Je lève doucement mon regard vers lui pour répondre à ce doux sourire qui prônait sur ses lèvres. « Bien que tu te trompes sur les intentions des Unami vis-à-vis des étrangers. Ils ne le font pas par plaisir, ils le font pour se protéger et protéger la tribu. Ils sont réticents et ne veulent pas s'ouvrir sur le monde qui les entoure. » Un soupir s'échappait de ma gorge alors que mon regard était posé sur l'herbe. « C'est bien pour cela que je suis partie, laissant tout ce que j'avais derrière moi, sans aucune chance de les retrouver. » J'avais un pincement au cœur, il m'était impossible de dire ses mots, sans voir le visage de Freya dans mes pensées. Elle était mon pire regret. Le choix n'avait pas été facile, mais le fait qu'elle pense avant tout à elle en restant m'avait fait penser avant tout à moi en partant !

Il était un rêveur, mes ses idées me donnaient l'envie, à moi aussi de rêver. Je devais l'être aussi dans un certain sens. J'aurais aimé un monde où ma tribu n'aurait pas été aussi hostile envers les étrangers, où j'aurais pu voir le monde jusqu'à ce que j'en fasse le tour, pour revenir à ma vie d'Unami en rentrant dans les rangs. Seulement ce monde n’existait pas, où peut-être pas encore, mais j’avais du mal à imaginer un changement, tans que Kââ serait notre chef. « Est-ce une faiblesse de vouloir un monde meilleur ? » Le rêve pouvait être pris pour une faiblesse en effet, mais pas aux yeux de tous. « Bien que je n’ai pas peur d’être dans une foret si près d’une ville, mais plutôt méfiante des rencontres que je pourrais y faire. Elles peuvent être mauvaises, mais bonnes également. » Dis-je le levant une fois encore mon regard vers sur le visage de l’homme, un sourire malicieux se dessinant sur mes lèvres. Je ne connaissais peut-être pas l’homme depuis longtemps, pourtant il m’inspirait confiance, j’avais la sensation de le connaitre depuis des années, qu’il était l’épaule que toute femme recherchait. Était-il comme cela avec tout le monde ? Et par tout le monde, j’entendais toutes les femmes. Je sais qu’il m’a dit aider toute vie et toute personne, mais était-il vraiment pareil quand il était avec quelqu'un d'autre. Parlait--il de lui, comme il était en train de le faire avec moi en cet instant ? Lorsqu’il m’avouait qu’il était un pirate, j’avais relevé vivement le visage sur lui, ne le croyant pas vraiment, pourtant il ne semblait pas plaisanter ! Il ne ressemblait pas à ce que ma tribu pouvait dire de ses hommes vivant en mer, pillant et tuant tout sur leur passage. N’est-ce pas dans leur quotidien alors qu’il venait de m’avouer qu’ils ne devaient pas tuer ? Décidément, mon peuple avait l’air de se tromper sur ce qu’il se trouvait à l’extérieur de nos murs. Et je commençais à trouver un avantage d’avoir tout quitté, je commençais à avoir des réponses et elles semblaient ne pas être ce à quoi je m’attendais ! Je ne faisais plus attention à notre route, le suivant naturellement, c’était peut-être un tort, après tout, est-ce que je pouvais vraiment lui faire confiance, n’était-il pas en train de baisser ma pour mieux me piéger plus tard ? Il n’en avait pourtant pas l’air, et si c’était le cas, j’étais en train de tomber littéralement dans ses filets. C’était peut-être une ruse de pirates après tout ? « Sauf si tu me mens et que ton unique but est de me faire du mal. Je pense que c’est un compliment. » Mes yeux parcouraient encore une fois son visage, qui malgré sa taille imposante et la musculature dont il faisait preuve, semblait des plus angéliques, il inspirait la confiance, et non la violence et la fourberie.


Ma curiosité me piquait encore et toujours, et nous en venions à un sujet qui m’attirait tout particulièrement, puisque nous parlions enfin de son mode de vie. Sur un bateau, parmi d’autres hommes comme lui. « Choisissez-vous vos hommes à bord ? Vous connaissez vous pour si bien vous entendre une fois en mer ? » Je n’osais lui demander s’il y avait des femmes à bord, elles devaient être bien courageuses si telle était le cas, seule au milieu de tous ces hommes. Bien que s’ils étaient tous aussi gentils que lui, peut-être est-ce possible, mais j’avais du mal à croire que tans d’homme en un seul lieu soit tous aussi bon. Je lui faisais part encore une fois de mes pensées, me demandant quelle taille pouvait bien avoir un bateau, j’imaginais ça plutôt petit, il fallait dire que de loin, ils l’étaient toujours. Il se mit alors à rire, ce qui me faisait relever le nez aussitôt sur lui, ne comprenant pas vraiment. Je plissais les yeux, à l’idée de voir un bateau de près, mais allait-il me faire monté à bord ? Est-ce une ruse encore une fois pour me faire prisonnière ? Étais-je vraiment prête à découvrir autant de choses en si peu de temps ? Et pourquoi est-ce que je me posais autant de questions à son sujet... Pour toute réponse, je hochais la tête. Je sentais que cet homme me réservait encore bien des surprises ! Le soleil commençait à décliner dans le ciel, annonciateur de la nuit en approche. Un frisson parcourait mon échine, non pas à cause de la nuit imminente, mais plutôt parce que les portes de la ville étaient enfin face à nous et que j’avais une certaine appréhension a y pénétré. Plus mes pas m’en approchaient, plus j’avais envie de reculer, sentant cette boule dans mon ventre monter peu à peu. Et comme une réponse à mes doutes intérieurs, il prenait la parole, se voulant rassurant, il me promettait alors de ne pas m’enfermer entre quatre murs. Bizarrement, ce n’était pas ce qui m’inquiétait le plus dans cette nouvelle expérience ! J’avançais, regardant droit devant moi, regardant ces portes que je n’avais encore jamais osé franchir. J’avais l’impression qu’en le faisant, j’allais changer de temps, de lieu, peut-être changé moi-même... Je ne savais pas ce qu’il m’attendait réellement derrière ces portes, et pourtant j’avançais toujours. S’en m’en rendre compte, je m’étais rapproché de l’homme, je pouvais sentir sa chaleur prête de moi, presque derrière même, mais mes yeux et mon esprit étaient occupés a regardé partout à la fois, sur ces maisons que je voyais pour la première fois à taille réelle et surtout d’aussi prêt. Les odeurs étaient moins fortes que le matin, pourtant des odeurs inconnues me parvenaient quand même et enivraient mes narines. Je pouvais cependant reconnaitre l’odeur des chevaux entre mille, sans parler de celle de cochon juste derrière nous, à l’entrée des habitations. Il y avait peut-être moins de choses à voir à cette heure, mais c’était peut-être aussi le mieux pour moi, moins de monde, moins de chance de faire une erreur avec leurs codes que je ne connaissais pas. « Où aime tu allais lorsque tu es ici ? » Après tout, il doit bien y avoir un endroit dans cette ville où il aime se réfugier ? Je lève les yeux sur lui, il semble heureux, pourquoi je ne sais pas, mais il me donne envie de lui sourire. Ce que je fais. « J’aimerais vraiment que tu me montres ton monde ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 EmptyJeu 26 Mai 2016 - 9:35

     

Nayana ♦ Exekiel

Rencontre dans la forêt
E
xekiel sentait que cette femme avec qui il était en train de raconter son univers était différente des gens de sa tribu et si elle était arrivée jusque là cela voulait dire qu'elle était une femme très courageuse. Aucune femme qui vivait en ville n'osaient mettre les pieds dans la forêt alors la traverser comme l'avait fait Nayana c'était impossible. Il respectait encore plus cette jeune femme qui n'avait pas la vie facile mais restait debout quoi qu'il arrivait mais il savait que son corps ne ressentait pas juste du respect et ce regard qu'il n'arrêtait pas de poser sur ce visage si doux et en même temps fort voulait dire autre chose mais quoi précisément ça il ne savait pas. L'écoutant lui répondre à tout ce qu'il venait de dire le jeune homme laissa son sourire s'agrandir pour répondre à sa question. "Je pense que tu es la plus courageuse des tiens pour avoir réussi à voir plus grand et penser autrement que les autres." Il voyait très bien que parler de son passé faisait du mal à la jeune femme et il comprenait très bien, Exekiel ne pouvait pas parler de son enfance. C'était trop dure pour lui et n'avait pas envie de craquer devant tout le monde alors il faisait toujours en sorte de changer de sujet dès que quelqu'un essayait d'en savoir plus sur sa vie d'avant. "Un jour ils comprendront et ouvriront les yeux sur ce qui doit changer et peut être que c'est une femme comme toi qui a osé partir qui pourra leur ouvrir les yeux." Il avait envie de la prendre dans ses bras pour essayer de la réconforter, la refaire sourire et lui faire oublier tout ce qu'elle avait dut endurer pour en arriver jusque là mais le jeune homme n'osait pas. Il ne voulait pas qu'elle parte et décida donc de garder ses distances tout en continuant à parler. "Il y a toujours une chance dans la vie Nayana." Exekiel était quelqu'un qui restait le plus souvent positif pour ne jamais sombrer comme il l'avait fait étant petit et aimait penser que la chance existait bien et que tout était possible. Le Pirate était bel et bien un rêveur, après tout ce qu'il était en train de dire et tout ce qu'il pensait de ce monde n'importe qui aurait put le traiter de simplet mais il s'en fichait totalement car c'était comme ça qu'il était et ne changerait pour rien au monde ca façon de penser.

"Et bien c'est une très jolie faiblesse si jamais s'en est une." Laissant un sourire en coin illuminer son visage le jeune homme ne la quitta pas une seule seconde du regard comme si il était en train d'absorber chaque parole qui sortait d'entre ses lèvres. "J'espère faire parti des bonnes rencontre alors." Exekiel n'en doutait pas une seule seconde sinon pourquoi serait elle encore là à l'écouter parler de tout et de rien? Il l'avouait au plus profond de lui qu'il était très content d'avoir put faire la rencontre de cette femme qui venait de changer sa soirée en une magnifique leçon de vie et de découverte. La soif d'en apprendre encore plus sur elle, sur sa vie et sur tout ce qu'elle connaissait était grande mais il n'avait pas envie de l’inonder de question, surtout qu'il avait encore toute la soirée pour en apprendre un peu plus. Toute la soirée à pouvoir la regarder, l'observer pour essayer d'imprégner chaque petit détail de ce visage qui l'envoutait totalement. Ils marchaient sans vraiment regarder ou ils mettaient les pieds, sans regarder non plus si c'était la bonne direction. Non tout ce qui comptait était les paroles de l'un et de l'autre qui résonnaient dans cette vaste forêt. Rester dans cet endroit border de verdure à discuter avec elle toute la nuit et même toute la semaine ne lui aurait pas déplu bien au contraire. Il savait que demain allait être un autre départ mais que celui là ne serait pas pareil car il quitterait une jeune femme qui lui avait fait découvrir des choses sublime. Alors qu'Exekiel était totalement perdu dans ses pensées il reprit le court de la discussion au moment ou elle reprit la parole. Tournant le visage vers elle pour savoir si elle était sérieuse de croire qu'il pouvait très bien mentir le jeune homme ne pouvait pas savoir ce qu'elle pensait vraiment même si elle aussi était en train de l'observer. "Le temps te prouvera que je suis une homme honnête alors." Laissant toujours ce petit sourire rassurant éblouir ce visage le jeune homme reprit sa marche sentant très bien que son estomac criait famine et qu'il avait hâte de faire découvrir la ville à cette femme qui n'y était jamais entrée.

Alors qu'ils se rapprochaient toujours un peu plus de la ville le jeune homme écouta la nouvelle question qui sortait d'entre les lèvres de Nayana et reprenant la parole d'une voix douce le jeune homme répondit en toute franchise. "Sur le bateau il y a un capitaine qui est comme un chef de village pour chez toi. Il commande et bien sur il choisit les hommes qu'il va prendre sur son bateau et si l'homme n'est pas capable de faire ce qu'on lui demande il a aussi le droit de le rejeter. Mais au début personne ne se connait, on apprend à s'entendre et si on ne s'entend pas avec quelqu'un on essaye de l'éviter mais la plupart du temps on s'entend quand même tous très bien." Exekiel aimait bien répondre à ses questions pour lui en apprendre un peu plus sur la vie de Pirate qu'il aimait temps. Voyager, découvrir des nouveaux horizons et bien sur découvrir aussi des nouvelles personnes à chaque fois qu'ils s'arrêtaient en ville mais Exekiel savait très bien que la plus belle rencontre était surement cette jeune femme qui le faisait sourire à chaque phrase qu'elle sortait. Alors qu'il n'arrêtait pas de penser à cette femme qu'il venait de rencontrer et qui marchait à ses côtés le jeune homme fut heureux de passer les portes de la ville pour enfin pouvoir lui montrer ce qu'était ce monde si différent du siens. Heureusement les rues étaient assez calme étant donné que la nuit tombait et que la moitié des hommes se trouvaient dans une Auberge ou bien auprès des femmes qui étaient là pour ça, les quelques personnes qu'ils croisaient ne faisaient pas vraiment attention au duo qui venait de faire son apparition dans cette ville assez silencieuse. Ils continuèrent à marcher sentant que la jeune femme se rapprochait de lui, surement pour se sentir en sécurité dans un endroit qu'elle ne connaissait pas mais il ne s'en plaignait pas bien au contraire. Continuant à avancer tout en l'observant tourner la tête de droite à gauche le jeune homme laissa son sourire figer sur ses lèvres au moment ou elle reprit la parole. Ce sourire qui venait de se former sur son visage irradiait le bonheur et il fut content d'entendre ce qu'elle venait de dire. "Le premier endroit et celui ou l'on c'est rencontré et le deuxième reste le port, là ou je peux admirer la mer encore et encore. Je ne suis pas quelqu'un qui aime s'enfermer dans une ville pour regarder des murs." Posant son regard sur elle il continua. "Un peu comme toi je suppose." Continuant de s'enfoncer dans la ville tout en s'assurant qu'elle le suivait pour ne pas qu'elle se perde seule dans un endroit comme celui ci le jeune homme laissa sortir cette phrase comme un murmure. "Moi aussi j'aurais aimé découvrir l'endroit qui était chez toi Nayana et qui sait peut être qu'un jour tu pourra me le montrer." S'arrêtant soudainement le jeune homme attrapa doucement sa main sans vraiment réfléchir avant d'entrer avec elle dans une petite auberge qu'il aimait beaucoup. Les alcooliques ne venaient pas vraiment dans cet endroit qui était plutôt réputé pour manger et non pour boire et c'était donc l'endroit parfait pour essayer de manger quelque chose avant d'aller lui montrer ce qu'était un bateau. Laissant son regard se poser sur les gens qui étaient déjà dedans le jeune homme ne quitta pas son regard tout en amenant Nayana vers une petite table ou il lâcha enfin sa main se rendant compte de ce qu'il venait de faire. La gêne prit le dessus et ses joues recommencèrent à rougir mais avant qu'elle ne puisse voir quelque chose le jeune homme s'asseya faisant comme ci de rien n'était tout en appelant l'aubergiste pour commander à manger. "De quoi as tu envie pour manger et boire?"


GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 EmptyMer 8 Juin 2016 - 16:18

Le Pirate et la Chasseuse.

Il parait que les choses changent avec le temps, alors pourquoi n’avais-je pas changé ? Mon père m’avait toujours dit que ce besoin de partir finirait pas s’estomper, que ce n’était qu’une passade. Pourtant aujourd’hui, j’était toujours moi, même bien plus qu’avant, dû moins, jusqu’à ce que cet homme entre dans ma vie, puisqu’il venait déjà de me faire changer sur un point : ma méfiance ! J’arrivais pourtant à me livrer avec une telle facilité, face à lui. J’abordé les raisons de mon exil avec lui, non pas sans tristesse, mais avec plus de facilité que je ne l’aurais cru ! J’étais troublée par ses mots. Étais-je vraiment si courageuse que cela ? Pour moi cette vie était tout à fait normale, enfin, dans le sens où j’avais toujours su me nourrir et me débrouiller seule en forêt. Penser autrement que les miens ne faisait-il pas de moi, la brebis noire dans ce troupeau de mouton blanc justement ? Il avait l’air de le voir comme une qualité, alors que de mon point de vue et celui de ceux qui avaient été les miens, c’était le pire des défauts ! Notre échange était fluide, mélangeant question et réponse, de la part de chacun. Nous échangions parfois des regards aussi, d’autres fois non, nous concentrant à la foi sur l’autre, mais aussi sur notre marche en direction de la ville. Qui se rapprochait, mais elle était pourtant, encore loin dans mon esprit. Celui-ci, était plutôt en train de se torturer, à savoir qui avait raison, était-ce cet homme de voir en moi, une différence positive, ou mon clan qui me voyait comme la pire chose qu’il soit ? Pourtant les nouvelles paroles d’Exekiel me donnaient du baume au cœur ! J’aimais l’idée qu’une femme telle que moi puisse faire changé l’avis de mon peuples envers les étrangers, que tout n’était peut-être pas bon, comme me l’avait prouvé les deux hommes qui m’avait agressé, mais tout n’était pas si mauvais que cela nous plus, Exekiel en été la preuve. Il transpirait la douceur, malgré sa forte carrure et sa taille de géant. Un nouveau sourire naquit sur mes fines lèvres closes, avant de s’ouvrir, s’étirant toujours dans ce même sourire. « J’aime cette idée. » Je marquais une courte pause, levant mes yeux verts sur le visage de l’homme. « J’aime l’idée d’être peut-être un exemple un jour, plutôt qu’une simple traite face aux miens. Mais cela ferait de moi une rêveuse aussi, les Unami ne sont pas prêts pour cela, je me demande même s’ils le seront un jour... » J’aimais le côté positif du grand homme, j’en manquais surement, où peut-être que j’étais plus terre à terre que lui, je ne saurais trop dire... Après tout, peut-être que ma vie n’avait pas été écrite pour que je vive auprès des miens ? Ma destinée était peut-être d’avoir quitté mon clan, peut-être était-elle d’avoir rencontré cet homme, peut-être étais-je destiné à toute autre chose encore... Je ne pouvais le savoir...

Exekiel me fixait, tout en souriant, ne quittant pas ses yeux de moi. Un trouble s’installait en moi, il me faisait détourner les yeux et reporter mon regard sur notre route. J’espérais resté le plus naturel possible, comme si de rien n’était, mais j’avais du mal à comprendre moi-même les agissements de mon corps. Pourquoi, est-ce que j’avais l’impression d’être une simple idiote, moi qui ne m’étais jamais soucié de ce que les autres pouvaient penser de moi, j’en venais à vouloir être différente à ses yeux, mais surtout a ne pas me reconnaitre ! Mais outre cela, je voulais en savoir plus sur lui, voir ce qu’il pouvait m’apporter comme connaissance sur ce monde, dont je ne connaissais rien et dont il venait de promettre de m’ouvrir les portes. Mon sourire ne quittait plus mes lèvres, je n’avais d’ailleurs pas souvenir d’avoir autant souri avec quelqu’un d’autre que Freya dans ma courte vie. Est-ce un signe qu’il allait lui aussi devenir une personne importante dans ma vie ? Comment cela pouvait être possible, puisqu’il ne vivait même pas sur terre. Je ne savais même pas combien de temps il pouvait rester en mer, combien de jours il passait sur l’eau. Je ne connaissais rien à la vie des Pirates, et ce que l’on m’avait dit d’eux, été visiblement faux ! Je levais une énième fois mes yeux sur lui, alors qu’il m’avouait que le temps me prouverait qu’il était un honnête homme. Comptait-il vraiment me revoir après ce repas pris avec lui ? La vie ferait-elle que nos chemins allaient se croiser de nos après cette soirée ? Si telle était le cas, je faisais entièrement confiance en les esprits pour replacer cet homme sur ma route, bien que de façon moins désagréable pour moi, je l’espère ! Je n’avais pas envie de devoir me remettre un membre en place à chaque rencontre. Je ne répondais pourtant pas à cette affirmation, prête à laisser le temps me prouver les choses, comme il le suggérait ! En cet instant sans un seul mot de notre part, l’estomac d’Exekiel en profitait pour se manifester. Un rire s’échappait alors de ma gorge. « Il semble que l’un de nous deux a plus faim que l’autre ! » Poussé par mon espièglerie je plissais le nez, bien que le regrettant aussitôt, mais je passais pourtant outre la douleur de mon nez. D’un bon, je passais devant lui, marchant à reculons, face à lui, jetant tout de même un œil par-dessus mon épaule pour être sur de ne pas me prendre les pieds dans quelque chose, qui pourrait me faire chuter. « Avoue donc tout ! Cette envie de m’offrir un repas était avant tout pour rassasier ton estomac, Hanska ! » Ce nouveau surnom m’était venu très naturellement, après tout, il lui correspondait plus que bien au vu de sa taille de géant.

Je revenais dans le bon sens de marche, ce sourire ne me quittant toujours pas. Je lui posais de nouvelles questions, je voulais qu’il me parle de son bateau, de la vie sur celui-ci et des hommes qui partageaient son quotidien. Chose qu’il faisait, je l’écoutais, buvant ses paroles, essayant d’en imprimer le plus possible dans mon esprit pour n’oublier aucun détail des informations qu’il me fournissait. Alors qu’il terminait son explication, une nouvelle question me venait. « Mais, s’il y a un homme avec lequel tu ne t’entends pas, comment fait tu pour l’éviter, puisque vous être sur un bateau ? » Joignant les gestes à la parole, j’essayais de mimer la taille d’un bateau, que j’imaginais plutôt petit avec une quantité considérable d’hommes dessus. L’image que je m’en faisais devait surement être faussée, mais je ne le saurais que bien plus tard. J’avais tout de même du mal à imaginer la possibilité d’éviter quelqu’un lorsque l’on est sur un espace définis et limites, au milieu des océans qui entourent notre terre. Mon imagination fut cependant stoppée et mon esprit se tournait vers la ville dont nous venions de franchir les portes. Mes iris verts se posaient partout, sur ce qui été à porté de vue, sur les objets dont je ne connaissais même pas le nom, ni l’utilité d’ailleurs. Sans m’en rendre compte, je m’étais rapproché de l’homme, pourtant je n’avais pas bougé, j’étais resté près de lui. Je lève enfin les yeux sur lui pour lui demander qu’il me montre les endroits qu’il préfère ici. Je suis frappé par le bonheur que son visage dégage, ce qui me donne envie de lui sourire. Je n’arrive à savoir pourquoi, mais lorsqu’il m’avoue que l’un de ses endroits favoris n’est autre que la foret, dans un sens, j’avais l’impression de déjà le savoir, mais en avoir la confirmation réchauffe encore une fois mon cœur, me procurant une joie indéfinissable. Le second endroit qu’il préfère est le port, je ne sais pas du tout à quoi cela ressemble, je comprends que l’on peut y voir la mer de prêt, sans vraiment réaliser vraiment la chose. Il tourne son regard sur moi lorsqu’il suppose que moi non plus je n’aime pas être enfermé entre des murs, je lui souris et hoche la tête, pour toute réponse. Sa nouvelle phrase, il la prononce tellement bas, que si je n’avais pas été si près de lui, j’aurais très bien pu passé à côté. Encore une fois, sans savoir pourquoi, ces mots me touchent, et j’ai soudain le regret de ne pouvoir rentré chez moi, pour lui faire découvrir mon monde. Mais si je venais à faire ça, ce serait au détriment de sa vie, chose que je ne voulais pas et qui m’enlevait aussitôt les regrets. Exekiel, qui était repassé devant moi, se stoppa soudain. Je me percutais alors contre lui, me demandant ce qu’il pouvait bien y avoir pour que son arrêt soit si soudain ! Mais ce n’était pas ma seul surprise puisqu’il enfermait ma main dans la sienne, m’entrainant alors je ne sais où. Je ne regardais même pas, totalement troublée par ce contact, la chaleur de sa main était en train d’envahir mon corps et mon esprit n’arrivait pas à penser à autre chose que se contact. Je ne regardais autour de moi, qu’à partir du moment où il lâchait ma main, découvrant une table face à nous, ainsi que le monde autour de nous. Certains avaient d’ailleurs les yeux rivés sur moi, ce qui me donnait l’envie d’être aussi petite qu’une souris en une fraction de seconde. Je l’imitais, lorsqu’il s’asseyait à table, me trouvant à présent face à lui. Il levait alors la main, tout en me demandant ce que je voulais boire et manger. Je froncer les sourcils, me posant la question à moi-même. De quoi avais-je envie ? Mais comment pouvais-je le savoir, avaient-ils la même alimentation que mon peuple ? J’avais de gros doutes sur ce point. « Je ne sais pas, qu’est-ce que vous mangez et buvez dans ce genre d’endroit ? » Je tentais de regarder les autres tables, dans l’espoir de voir, à quoi pouvais bien ressembler leur nourriture.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty
Message Sujet: Re: La Chasseuse et le Pirate [Nayana] La Chasseuse et le Pirate [Nayana] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

La Chasseuse et le Pirate [Nayana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-