AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Confidential (Ma'Lila Zïhnâ)
★ second star to the right and straight on till morning ★

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyJeu 21 Avr 2016 - 21:39

xx Elle le sent, battant à tout rompre. Son cœur s'accorde en harmonie avec son souffle. Aya sent ses muscles qui se tétanisent, ombre chaude glissée dans un bain gelé, elle n'aurait cru voir un reptile rampant en fin d'hiver. Elle les haï. On peut croire que les enfants aiment tout le monde, qu'une enfant qui a grandi avec la nature sait l'apprécier, mais elle ne sait pas adorer ces choses-là. Elle n'a besoin que de ses oreilles pour reconnaître le son discret du glissement sur la terre boueuse. Elle n'a besoin que de ses yeux pour en reconnaître les mouvements vifs et lisses. Serpents sont-ils nommés. Comment Mère Nature a t-elle pu porter une telle abomination au portes du monde ? Aya les imagine aux portes des enfers, rampant contre les flammes pour venir tourmenter les âmes pures des enfants. Se glissant chaque nuit dans leur couche, assiégeant les pierres et les eaux, brûlants d”un feu sans fin pour faire exploser le cœur des vivants. Aya ne sait plus qui elle est. Son esprit se transforme en fourmi, tapant contre les murs de sa prison pour fuir cette chose, cette peur, petite bête qui veut s'enfuir et trouver un autre corps loin de cette abomination. Comme si elle ne l'avait jamais vue, jamais connue.

Elle a passé le premier choc. Elle ne sait plus ce qu”elle fait, elle court peut-être. Oui, elle court Aya. Ses jambes se dirigent d”elles-mêmes. Elle perds le cheminement de la boussole. Elle connaît ces lieux surement, mais elle ne les reconnait plus. État de crise qui fausse toutes les perceptions du monde qui l'entoure. Elle voit une porte, sortie de son enfer. Elle ne sait même plus où est la bête. Elle ne sait plus où même elle était. Cervelle embrouillée par la peur, ce sentiment rapide et foudroyant. Aya passe la porte d'une habitation. Oui, c'est ça. Elle s'arrête, dans la cacophonie de son corps qui petit à petit se dissipe. Elle reprends une respiration normale, appuyée sur les murs qui l'entourent. Elle devrait s'excuser, d'être entrée ainsi par effraction. Par la porte, certes, mais la courtoisie n’autorise personne à passer une porte sans invitation. Elle se calme, Aya. Elle reprend possession de ses moyens. Lentement, les idées reprennent leur chemin, égarées hors des sentiers par une course folle qui a tout bousculé. Elle se détourne de son appui. Elle jette des regards autour d'elle. La jeune fille n'a pas décidé de sa destination, et pourtant elle est là où elle aime être. " Ma'Lila. ", elle souffle. Aya s'est dirigée chez elle, naturellement. Peut-être était-elle près de sa porte, peut-être que dans la cohue c'est le seul chemin qui lui a semblé facile. Aya s'avance, lentement, dos à la porte. Elle glisse une main sur le bras opposé, gênée d'entrer sans demander. " Est-ce qu'il y a quelqu'un ? " Aya s'arrête. Elle observe son amie. Aya prend un sourire gêné. " Excuse-moi, je ne voulais pas passer la porte aussi violemment. Un serpent, j'ai croisé. Tu connais mon aversion pour ces... trucs. " Maigres excuses. Mais a t-on à s'excuser devant un ami ? Aya ne veut pas déranger la jeune femme, et pourtant elle est heureuse d'être là. Elle s'avance vers elle, gracieuse et lui tend les bras. Amie qui s'improvise en visiteur.
Revenir en haut Aller en bas
Ma'Lila Zïhnâ
Beware, I'm starving
Ma'Lila Zïhnâ
ζ Inscris le : 07/11/2015
ζ Messages : 429
ζ Avatar : Eleanor Tomlinson
ζ Localisation : Réserve des Indiens
ζ Occupations : Guérisseuse zélée
ζ Âge : Vingt-deux ans
ζ Statut : Amoureuse éplorée - Maman d'une petite Snanna
ζ Signes distinctifs : Une cicatrice sur la joue
Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Tumblr_nn3om95k1x1ql3i4oo6_250



Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyDim 24 Avr 2016 - 19:33

confidential

Mes doigts graciles font tourner, encore et encore, le verre en terre cuite entre mes doigts tandis que j’entends dehors mon père couper du bois. Ma mère elle, frotte un vêtement avec une brosse pour retirer la terre qui s’accroche. Je ferme les yeux un court instant, écoutant Mère Nature chanter dans les bruissements des feuilles à la cime des arbres, cette mélodie douce me provoque un certain réconfort et une chaleur au niveau de mon cœur. Ces dernières semaines n’ont pas été les plus faciles pour moi – ainsi que le reste du clan – par ce climat glacial et les chutes abondantes de neige. Que pouvons-nous faire de plus que prier les esprits pour que nous survivions à cette colère silencieuse de l’île ? Sommes-nous capables d’entendre, de comprendre le message qu’elle tente de faire passer ? Je lâche un soupir pour la énième fois, glissant une main sur mon ventre dont je peux à présent sentir une petite excroissance. Dans quel monde vais-je donner vie à mon enfant ? Le climat sera-t-il toujours aussi déclinant ? Pourra-t-il grandir ? Ou... serais-je encore là pour mener ma grossesse à son terme ? Tant de questions, aucune réponse. Je suis frustrée de ne pas savoir, mais surtout d’être impuissante et de simplement attendre et subir. « Lila ? » J’ouvre les yeux pour croiser le regard inquiet de ma mère, debout devant la tête avec sa brosse dans une main. Son visage ridé par l’inquiétude me renvoie toute la fatigue que nous avons tous, mais aussi toute la peur qu’une mère possède pour son enfant. Aujourd’hui je le comprends. « Cesse de t’angoisser ainsi, tu te fais du mal et plus encore, tu lui en fais. Nous sommes tous dans l’incertitude, mais nous avons foi en les esprits. Ils nous donneront, tôt ou tard, un signe à suivre et nous saurons alors, quel chemin nous devrons prendre. » Je passe une main dans ma tignasse bouclée, remuant de la tête. « J’ai peur maman ! Peur de le faire naître dans un monde de folie, dans un monde incertain… » Ses lèvres s’étirent et elle s’approche de moi, pliant les genoux tout en posant ses paumes fraîches sur mes joues. « Tu ne serais pas une bonne mère, si tu ne t’inquiétais pas ainsi mon enfant. J’ai eu les mêmes inquiétudes et pourtant, Neverland n’était pas aussi… sombre. » Un simulacre de sourire éclaire un court instant mes sombres pensées. « Va donc t’occuper l’esprit d’une quelconque manière, mais ne reste pas inactive à broyer. » Elle a raison. D’un mouvement de tête, je me redresse pour quitter le tipi familial afin de regagner ma petite cabane, légèrement en retrait de toutes les autres habitations et qui colle la lisière de la forêt des âmes.

Le temps Neverlandais n’est pas le seul tourment qui anime mon esprit, il y en a un autre également. Le père de cet enfant, l’homme dont je suis tombée amoureuse sans le savoir et qui est incapable de m’aimer. Il ignore qu’en mon sein, pousse le fruit de nos nombreuses nuits et il ne mérite pas de le savoir. Il préfère papillonner entre les donzelles, alors il ignorera sa paternité. Je rentre dans ma demeure, frappant mes pieds – recouvert d’une peau d’ours en forme de chausse – afin de faire tomber la neige qui s’accroche aux poils. Le feu dans ma cheminée continue de consumer les bûches et cela donne une chaleur appréciable après la morsure du froid extérieur. Pour éviter une énième conversation avec moi-même, je m’agite pour confectionner un onguent contre les brûlures. Je sais qu’avec le temps, certains Indiens s’empressent de réchauffer les demeures et se brûlent. Avoir plusieurs pots de prêt sera plus pratique et cela me permettra de m’occuper. J’attrape mon sac en toile pour fouiller dedans, j’ai besoin de plantes particulières puis je les dépose sur la table. Je mets de l’eau dans le chaudron pour qu’elle bouille et je commence à tailler les feuilles à l’aide d’une pierre taillée. Lorsque la porte de ma masure claque, je sursaute en reconnaissant la silhouette d’Ayanna, appuyer contre l’encadrement qui semble reprendre son souffle. Mes mirettes l’observent. Silencieuse, j’attends une explication sur cette entrée fracassante sans m’avertir par un frappement, de sa présence. Elle se retourne, le visage aussi blanc que la neige qui recouvre le sol, agitant ses yeux sombres partout dans la pièce. Je suis légèrement dissimulée derrière une poutre, ce qui fait qu’elle ne me remarque pas au premier regard. Pourtant, lorsqu’elle s’avance tout en demandant s’il y a quelqu’un, je m’écarte légèrement pour lui faire face avec un sourire.

« Excuse-moi, je ne voulais pas passer la porte aussi violemment. Un serpent, j'ai croisé. Tu connais mon aversion pour ces... trucs. » Un serpent. Cela explique donc cette intrusion en grande pompe. La voir me fait un point au cœur. Elle ressemble tant à son frère, même s’ils sont complètement différents. Ayanna n’a pas peur d’exprimer ses émotions, elle est capable d’aimer. J’essuie mes mains sur ma robe avant de l’étreindre doucement, fermant à demi les paupières avant de m’écarter avec un sourire tendre sur les lèvres. « Tu es toujours la bienvenue ici, Ayanna, encore plus lorsque tu croises une de ces créatures… » Je pose une main sur sa joue, comme le ferait une mère. « Tu tombes bien, je suis en pleine confection d’un onguent, tu veux m’aider ? » De plus, il faudra certainement que nous allions chercher un peu de sève et j’ose espérer que l’essence des arbres est toujours là. « Comment te sens-tu ? » La question stupide, personne n’est en forme totalement et les inquiétudes sont communes. Mais la belle Ayanna, si insouciante parfois, pourrait l’être aussi dans ces instants. Je ne veux pas parler de Set et pourtant, j’en crève d’envie. Son prénom est là, sur le bout de ma langue et prêt à jaillir avec virulence. Il fait son chemin de lui-même et pourtant ma raison parvient à l’intercepter, pour n’en sortir qu’un : « Et ton frère ? »


truth is, i miss you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyDim 24 Avr 2016 - 23:51

Le sourire de la jeune fille donne chaud au cœur. Aya aime cette amie. Elle sait qu’elle la soutiendra et qu’elle sera toujours là pour elle. Une phrase qui pourrait être tirée d’un livre d’histoires. Un livre où le héros vit de grandes aventures accompagné de ses amis. Comme Aya aimerait le faire, même si l’aventure seule ne lui fait pas plus peur. Aya, elle rêve. Il est beau de rêver traverser des champs de coquelicots dans son imagination, s’imaginer être aspirée par le vent et s’envoler loin. Mais elle ne vole pas, Ayanna. Elle est bien trop lourde, son poids ne lui permettrait pas. Elle n’est pas un oiseau. Si elle été née oiseau, elle aurait eu des serres ou un bec pour éventrer ces horribles bestioles qui lui font horreur. D’un coup de patte, ou d’un coup puissant d’aile, ameutant tous les vents alentours, elle aurait pu les faire disparaître de Neverland. Oh, elle aurait aimé être un oiseau des fois. Alors qu’elle desserre son étreinte avec la jeune fille, elle se demande encore comment cette bête à pu sortir en plein hiver. Il faisait un temps à attraper la gangrène, et pourtant elle a réussi à croiser cette chose. Elle frissonne encore à l’idée de cette rencontre. Aya est incapable de se souvenir ne serait-ce que de la couleur de l’animal. Elle n’a besoin que de savoir qu’elle aurait pu y laisser la vie. Ces choses-là ne sont que rarement dénuées de poison. Il aurait pu lui prendre la vie en un éclair. Comme le feu s’éteint sous la pluie, comme une flèche quitte la corde, comme le sang jaillit d’une plaie. Aya est loin de souhaiter avoir une fin comme ça. Elle ne le souhaite à personne, c’est inhumain. La chaleur du corps de son amie qui l’embrasse l’a réconforté. Son cœur s’est déjà calmé, mais cette proximité avec une personne qu’elle adore lui est comme un baume qui guérit la peur. La jeune fille sourit à son tour. Elle ne peut que sourire, Aya. C’est une fille peine de vie, qui peut perdre un sourire quelques instants et le retrouver toujours. Elle voit la lumière dans les moments les plus sombres, pour elle, un mauvais moment n’est rien de plus qu’un moment qui est mauvais. Elle en ressortira toujours la tête haute. Si elle ne tombe pas, bien évidemment, parce qu’elle est très douée pour les chutes, la petite Aya.

La chaleur de la main de Ma’Lila fait renaître les couleurs sur le visage de la jeune Quachegan. Elle rougit, même, Aya. Elle se sent comme une petite fille qu’on essaie de rassurer. Mais… C’est ce qu’elle est. Petite fille perdue dans un monde trop cruel et dangereux pour elle. Tout le monde essaie toujours de la protéger, de la maintenir entre les limites qu’on lui a posé. Petite fille en manque de liberté, mais qui croulerait sous un trop-plein de cette liberté. Au final, sa situation n’est pas mauvaise. Elle ne s’en est jamais plainte, mais elle commence à se sentir oppressée. Sauf quand elle est avec Ma’Lila, elle ne l’est pas. Partir en cueillette avec elle lui permet de s’évader, discuter de tout et de rien. Malgré le petit écart d’âge qui les sépare, Aya sait qu’elle sentirai un grand vide sans elle. Il y aurait une place à prendre, qui aurait pu rester indéfiniment mise de côté. Elle n’a pas deux amis comme elle. La jeune fille croise les yeux de l’autre, « Merci » elle souffle.

Ma’Lila propose à Aya qu’elle l’aide à fabriquer un onguent. Activité qui lui est aussi passionnante que de fabriquer des bijoux auprès de sa mère. Aya aime partager des activités créatives avec n’importe qui. Elle n’est pas réellement douée de ses mains, elle est bien trop maladroite pour ça. Elle serait capable d’échapper un pot rien qu’en le déplaçant entre deux chaises. Ce n’est pas réellement sa faute, en général, ce sont ses pieds qui s’emmêlent, ou ses mains qui s’embrouillent. Peut-être est-elle née avec un problème de coordination, elle l’ignore. « Avec plaisir, j’adore t’aider. Ca… Ca change de mes habitudes. » Vie monotone qui aime être brisée comme on brise un silence, Aya voit le monde se répéter tous les jours. Chaque jour faire les mêmes actions, les mêmes gestes. Elle a du mal à trouver de nouvelles choses à faire chaque jour. Chaque activité finit par un jour s’insérer dans le graphique de la monotonie si elle est trop répétée. Aya aime les parties de cache-cache avec sa petite cousine, elle aime les moments où elle pose un pied sur la limite, elle aime lorsqu’elle regarde les autres indiens s’entraîner, elle aime quand elle colle aux jambes de celui qui veut épouser son amie, mais les choses deviennent bien trop vite habituelles. Elle a besoin de changements dans sa vie cette petite. Elle a besoin de voir autre chose, de faire autre chose. Elle ne veut pas que ses mains gardent toujours les mêmes rides à cause des mêmes gestes répétés. Comme sa mère, qui fabrique des bijoux. Elle veut que sa peau soit marquée de l’adrénaline de chaque moment, elle veut que ses rides jamais au même endroit ne se dessinent. Mais pour l’heure, elle n’as pas vraiment le droit, elle doit d’abord apprendre à aimer sa routine, et peut-être un joue aura-t-elle le droit de la fuir.

Le sourire d’Aya s’étend lorsque la jeune fille lui demande comment elle va. Bien sûr qu’elle va bien, aussi ben qu’elle peut aller après une frayeur pareille. Elle va surement mieux que son interlocutrice, aimant à ennuis. Aya acquiesce de la tête, avant de lui répondre. « Bien. Aussi bien que je peux aller après avoir vu ce… truc. Il m’a plus frigorifiée que le froid. Et Dieu sait qu’il fait froid. » Elle rit doucement. Sortir les manteaux de fourrure chaque matin n’est pas des plus agréables. Aya elle aime bien le froid, mais elle préfère sans conteste la chaleur. Lorsqu’elle peut s’étendre dans l’herbe et regarder le ciel. Regarder passer les étoiles ou les nuages. Elle se dit que plus tard, lorsqu’elle aura le droit d’aimer quelqu’un, elle aimera partager avec cette personne des moments comme ceux-là. Elle a beau déjà aimer, elle n’a pas réellement le droit de le montrer. Pourtant, elle adorerait pouvoir l’exposer au monde entier. Montrer que l’homme beau est à elle. Trêve de flatteries.

« Et ton frère ? » La question fait tiquer la jeune fille. Ma’Lila s’inquiète réellement de savoir comment son frère va. Peut-être que la cause entre les deux n’est pas perdue. Après tous les efforts qu’Aya a fournis dans sa cause, elle serait déçue que son rêve de réunir son amie et son frère ne se réalise jamais. Elle a tellement donné à tenter de faire voir à l’un et l’autre qu’ils s’aiment. Parce qu’elle n’en doute pas un seul instant. Mais ils sont têtus comme des mules et aucun des deux ne veut l’avouer. Pourtant, elle sait qu’ils le pensent. Elle y croit. Croire est le début. Tout commence par croire et rêver. Il n’y a plus qu’à se lever et aller réaliser ses rêves. Et Ayanna s’est bien levée ce matin. Elle a vu son frère. Elle est aux côtés de Ma’Lila. Peut-être peut-elle encore plaider sa cause. Elle sait que la jeune fille l’écoutera. Mais même si Aya est franche, et qu’elle ne sait pas mentir, elle ne peut pas l’attaquer de but en blanc. « Il va surement bien. Toujours à crapahuter à droite à gauche, au moins il peut se promener lui, à se demander s’il ne fuie pas la maison à être toujours en train de chasser. » Elle soupire. Elle envie vraiment son frère, qui a le droit de crapahuter avec son arme dans les bois et plus loin encore. Des fois, elle le suit un petit peu en cachette. Comme un enfant qui épie ses parents quand ils s’en vont travailler. Son frère, elle l’admire et l’aime tellement. Et elle aimerait bien que Ma’Lila partage un petit peu plus ce sentiment avec elle. Ca ne lui ferait pas grand mal. Aya rit un peu et continue : « Pourquoi ? Tu aurais aimé que je l’emmène avec moi ? » Elle se moque gentiment Aya. Elle cherche à voir comment réagit Ma’Lila quand on parle de son frère, même si c’est elle qui a lancé le sujet, elle a un petit peu cherché. « Tu sais, il est un peu encombrant dans un rendez-vous improvisé de filles. » Aya… Tenir sa langue ne fait pas partie de ses préoccupations apparemment. Elle n’a jamais su le faire. Elle a souvent dit les choses comme elle le pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Ma'Lila Zïhnâ
Beware, I'm starving
Ma'Lila Zïhnâ
ζ Inscris le : 07/11/2015
ζ Messages : 429
ζ Avatar : Eleanor Tomlinson
ζ Localisation : Réserve des Indiens
ζ Occupations : Guérisseuse zélée
ζ Âge : Vingt-deux ans
ζ Statut : Amoureuse éplorée - Maman d'une petite Snanna
ζ Signes distinctifs : Une cicatrice sur la joue
Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Tumblr_nn3om95k1x1ql3i4oo6_250



Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyDim 8 Mai 2016 - 9:48

confidential

« Bien. Aussi bien que je peux aller après avoir vu ce… truc. Il m’a plus frigorifiée que le froid. Et Dieu sait qu’il fait froid. » J’étire un sourire tout en lançant un regard sur la belle et jeune Indienne. Chacun possède ses propres peurs, moi ce sont les crocodiles et de toute manière, vu ce que le dernier à fait de moi lorsque j’étais plus jeune, je pense que ma peur est légitime. Une balafre sur la joue, d’autres sur le corps sans parler d’une blessure grave qui me cause une démarche claudicante. Au moins, je n’ai jamais été de nouveau confronté à cette bête et ça ne risque pas de se reproduire. C’est bien la seule créature avec laquelle je suis prudente, je fais des rencontres avec des loups, des ours, mais pas de reptiles de ce genre. Tant mieux. « Il va surement bien. Toujours à crapahuter à droite à gauche, au moins il peut se promener lui, à se demander s’il ne fuie pas la maison à être toujours en train de chasser. » Je grimace, portant sans le vouloir une main sur mon ventre dont je peux déjà sentir la petite boursouflure. « Pourquoi ? Tu aurais aimé que je l’emmène avec moi ? » Je tourne le regard vers la jeune Ayanna avec un sourire, elle enchaîne rapidement avant que je ne puisse répondre : « Tu sais, il est un peu encombrant dans un rendez-vous improvisé de filles. » Je ris légèrement, lui tendant le pot pour qu’elle puisse écraser les herbes que je mets dedans. « Non, je ne veux pas voir ton frère. Nous… Disons qu’on a décidé de ne plus se fréquenter du tout, nous ne sommes plus amis. » J’imagine déjà les questions d’Ayanna et je sais pourquoi, puisque cette petite coquine essaye tant bien que mal depuis des années à faire en sorte que je sois amoureuse de Set. Et c’est déjà le cas. « Avant que tu ne demandes pourquoi et bien que j’ai envie de te dire que ça ne te regarde pas.. Tu es mon amie et je pense que tu mérites d’apprendre la vérité. » Je contourne la table pour remplir un bol en terre cuite avec l’eau chaude qui bouillonne sur le feu de l’âtre puis je reviens sur la table pour y faire infuser de nombreuses herbes. « On s’est disputé pour quelque chose de stupide, je me suis rendu compte que ton frère était un incapable et… je ne veux plus avoir affaire à lui. »

Bien évidemment, cette réponse ne lui suffira pas, mais est-ce que je peux lui dire ? Ne va-t-elle pas s’empresser d’en informer Set dans l’espoir que cela nous réunisse ? Je ne veux pas prendre ce risque. C’est in incapable des sentiments, alors il n’aura aucun droit sur mon enfant. C’est égoïste, mais c’est comme ça. Je ne vois pas pourquoi il partagerait cela avec moi, puisqu’il ne peut pas m’aimer comme moi je l’aime. Je soupire, passant une main sur mon visage et je tourne le regard vers Ayanna qui n’a pas l’air convaincu ou alors, en pleine réflexion. Je déchiffre mal son expression. « Ce n’est pas que ça… » Je croise ses mirettes aussi sombres que celle de son frère et je vais m’asseoir sur une chaise. « Viens t’asseoir, mais avant, je veux que tu me promettes, que tu me jures sur ce que tu as de plus cher que ce que je vais te raconter ici, ne sortira pas de cette maison ! » Lorsque j’ai sa promesse, je soupire pour la énième fois, ce n’est pas facile ce que j’ai à dire. La jeune fille va certainement sauter de joie, parce qu’elle avait raison, mais, la fin n’est pas heureuse. « Tu avais raison. Je suis et je pense que j’ai toujours été amoureuse de ton frère. Seulement.. Lorsque je lui ais dit, il a été incapable… Il ne m’aime pas lui. Il est incapable d’aimer une femme, il veut juste… profiter d’elle une nuit ou deux mais, ça n’ira jamais plus loin. » Je prends mon visage dans mes mains. « J’aimerai que… tu n’essayes plus rien parce que ça me fait mal. Mal de le voir batifoler ailleurs, mal de savoir qu’il ne m’aime pas comme moi. » Je me penche sur la table pour prendre un fruit dans ma corbeille. « Ce n’est pas ça que je veux que tu gardes pour toi, il le sait déjà… par contre, il ignore que je porte son enfant… » Je lève les yeux pour croiser le regard de mon amie. « Et je ne veux pas qu’il le sache. Il ne mérite pas cet enfant, je n’ai pas envie de le partager avec un handicapé des sentiments, alors promet-moi de ne rien lui dire ! »


truth is, i miss you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyMar 31 Mai 2016 - 23:05

Son sourire moqueur se retire instantanément lorsqu’elle entend Ma’Lila lui annoncer ne plus être amie avec son frère. Comment ? Aya, elle déraille à ces mots, elle ne comprend plus, qui diable a fait sortir le train des rails ? Elle les avait si bien rapprochés son frère et son amie. Aya, elle s’est battue pour ça, beaucoup. Trop d’années elle a passé à tenter de les rapprocher au plus possible. Trop d’années elle y a cru. Mais elle n’a pas envie de ne plus y croire Aya, elle a envie d’y croire encore et toujours. Les questions se pressent déjà à ses lèvres. Trop d’un coup, elle en a. Elle ne sait pas par quoi commencer. Et puis, finalement, c’est son amie qui coupe court à sa dispute avec elle-même. Ma’Lila la coupe dans ses réflexions. « Avant que tu ne demandes pourquoi et bien que j’ai envie de te dire que ça ne te regarde pas... Tu es mon amie et je pense que tu mérites d’apprendre la vérité. » Elle acquiesce Aya, elle veut comprendre la petite. Elle ne saurait pas par où commencer de toute manière. Elle aurait comprit si on lui avait dit que ça ne la regardait vraiment pas. Enfin, non. Elle n’est pas du genre à abandonner une cause comme ça Aya. Elle l’aurait suppliée chaque jour pour comprendre comment et pourquoi ils ne voulaient plus se voir. Comment et pourquoi ils tentaient de réduire ses efforts à néant. Elle se sent privilégiée Aya, parce que son amie accepte de lui donner la vérité quand même. Parce qu’elle est son amie. Ses yeux se portent lentement sur Ma’Lila qui contourne la table et revient. Ne va-t-elle donc pas annoncer la suite ?

Une dispute bien sûr. Mais les morceaux se recollent toujours, elle le sait Aya. Elle a passé des années sur un puzzle compliqué. Ce n’est pas un coup de vent qui pourrait détruire son travail. L’enfant a trop longtemps joué a son jeu, elle n’a pas encore gagné, mais la partie n’est jamais terminée. Elle grimace Aya quand on lui dit que son frère est un incapable. Elle n’aime pas vraiment entendre ça. C’est son frère quand même. Elle ne sait pas quoi penser. Elle ne sait pas quoi dire. La reine a rendu son maître du jeu muet, elle s’est prise de folie et a cru être tombée dans une partie dirigée par  un maléfice qui aurait donné vie aux pièces. « Un incapable… » Elle ne comprend pas Aya. On ternie une image si belle d’un homme fort et qu’elle croit responsable. Elle soupire Aya. Pour elle, ce n’est que le fruit d’une dispute, sans incidence. Peut-être lus violente et destructrice que d’habitude, mais ce n’est rien. Aya, elle est là, elle recolle toujours les morceaux. Elle recréé les relations Aya, elle est un bon ours en peluche qu’on câline et à qui on parle. Peut-être parce qu’elle est une éponge qui a besoin d’être câlinée et écoutée quand elle déborde. Et elle déborde souvent l’éponge Aya. Oursonne qu’on a cloitré au fond de la grotte. Mais elle a de la peine Aya, elle a de la peine parce qu’elle a l’impression de voir une amie exténuée qui raconte à contrecœur ses aventures. « Ce n’est pas que ça… » Elle l’entend bien, ça, la petite Quachegan. Elle croise les yeux de son ami. Elle se tait Aya. Elle se tait l’enfant qui devrait parler. Elle parle beaucoup Aya, sans vraiment filtrer ce qu’elle dit. Mais elle se tait, elle se tait en sentant la détresse de son amie. Elle suit les ordres la petite Aya. Elle s’assoit. « Oui. » Elle se tait. Et elle promet, elle jure. « Je te promets ». Elle n’est pas grandie dans une famille de menteurs, du moins elle ne croit pas. Elle a grandit dans une famille qui lui a appris à tenir ses promesses. Elle est de confiance Aya. Même avec sa langue aussi déliée.  

Elle ne dit rien. Elle regarde son amie bouger et lui expliquer. Elle encaisse silencieusement. Puis, elle se sent coupable quand son amie a terminé. N’est-ce donc pas de sa faute ? Ma’Lila pose tout le blâme sur son incapable de frère. Parce qu’Aya elle a envie d’aller le pendre par les pieds, elle a envie de lui donner des coups de bâtons dans la tête pour lui faire rentrer l’idée qu’il est stupide d’abandonner son amie comme ça. Comment diable peut-on rejeter une femme qui nous dit qu’elle nous aime ? Elle ne comprend pas Aya. Elle devrait se réjouir que son amie lui avoue enfin être amoureuse de son frère. Mais elle n’y arrive pas. Les pièces du jeu lui échappent. Aya elle est perdue, elle ne maîtrise plus rien. Elle tombe à la renverse. Un bébé… ? Elle ne peut pas y croire. Ses yeux cherchent inconsciemment le ventre de la jeune fille. Bien sûr, qu’il n’est pas encore enflé. Et pourtant, elle sait qu’elle ne ment pas. Aya, elle brûle. Parce que tout son travail a été gâché depuis longtemps au final. C’est terminé maintenant. Elle a l’impression que tout s’écroule. Comment est-elle censée faire ? Se taire, la réconforter en lui disant que son frère est un imbécile ? Elle manque d’air Aya. Tout lui échappe.

« Je suis désolée… » Elle n’a pas à l’être, mais elle l’est quand même. Elle est assez adulte pour comprendre les enjeux, elle est assez enfant pour se dire que on amie ne mérite que du réconfort et de retrouver un sourire. « Handicapé des sentiments… », elle murmure. Elle n’aurait jamais cru. Elle ne le voyait pas comme ça. Ma’Lila fracture le miroir qui renvoyait à Aya l’image de son frère. Elle ne l’aurait pas cru fuyard comme ça. « Il ne le saura pas. Ce n’est pas à moi de lui dire. » Il ne mérite rien… Elle a raison la jeune fille. Aya, elle pose sa main sur celle de Ma’Lila. Elle se penche vers elle, elle la prend dans ses bras. « Je te promets que je ne chercherais plus à le rapprocher de toi… » Elle a mal au cœur en le disant, mais elle pense que son amie a besoin de se l’entendre dire. « Il est stupide… » Elle a beaucoup moins mal en disant ça… Elle n’aurait jamais cru que son frère était aussi dénué de sentiments… Très bien, il a probablement brisé pas mal de choses chez son amie… Mais à quel point peut-on être aussi fuyard ? Fuir devant la femme qui nous dit nous aimer…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ma'Lila Zïhnâ
Beware, I'm starving
Ma'Lila Zïhnâ
ζ Inscris le : 07/11/2015
ζ Messages : 429
ζ Avatar : Eleanor Tomlinson
ζ Localisation : Réserve des Indiens
ζ Occupations : Guérisseuse zélée
ζ Âge : Vingt-deux ans
ζ Statut : Amoureuse éplorée - Maman d'une petite Snanna
ζ Signes distinctifs : Une cicatrice sur la joue
Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Tumblr_nn3om95k1x1ql3i4oo6_250



Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyMar 7 Juin 2016 - 10:31

confidential

Le dire à quelqu’un d’autre que ma mère n’est pas facile, surtout avec le lien que possède Ayanna. C’est sa sœur, la petite dernière, la petite fauve prisonnière qu’on retient avec une corde pour éviter qu’elle s’éloigne. Mais un jour, l’oiseau prendra son envol et d’avoir été trop enchaîné, elle s’éloignera plus qu’ils ne le voudront. « Je suis désolée… » J’étire un sourire. Elle n’a rien à se faire pardonner, si ce n’est d’avoir voulu nous rapprocher pendant des années. Mais si avant, cela me fait sourire ou rire, je le prendrai un peu plus mal aujourd’hui. Maintenant elle sait, elle est suffisamment mature pour savoir qu’il faudra éviter. « Il ne le saura pas. Ce n’est pas à moi de lui dire. » Je suis soulagée, même si je n’avais pas spécialement de doute. Elle aurait pu insister sur le fait que son frère doit savoir, que c’est aussi son enfant. Mais, ce qu’il ignore ne peut pas lui causer de tort. Sa main se pose sur l’une des miennes et ce simple geste me provoque une chaleur dans le ventre. Cette jeune fille est bien plus mature que son frère parfois. Elle finit par me prendre dans ses bras et je ferme les yeux dans son étreinte. « Je te promets que je ne chercherais plus à le rapprocher de toi… » Je soupire doucement : « Merci Ayanna ! » « Il est stupide… » Je m’écarte doucement d’elle pour croiser ses yeux avec un sourire au coin des lèvres. « Ton frère est ce qu’il est. Stupide, ça oui. Mais il est comme ça et malheureusement, ni toi ni moi ne pourrons rien y faire. » Malheureusement. J’aimerai croire que je suis spéciale, plus que n’importe quelle autre fille qu’il a eue dans ses bras et donc, que j’ai le pouvoir de le faire tomber amoureux de moi. Qu’il ne veuille plus que moi. Mais, je crains que ce ne soit pas le cas. Tant pis. Je m’en remettrai, j’en suis certaine.

« Enfin bon ! N’en parlons plus Aya’, mais je te rassure… je tiens à notre amitié et ce n’est pas mon éloignement, ma rancœur voir même ma colère envers ton frère qui fera entrave à nous deux, d’accord ?! » Je lui fais un sourire tout en prenant sa main que je sers dans la mienne. « Et puis, j’espère que tu accepteras d’être présente pour cet enfant. Mon père m’a dit que dans les coutumes des autres, il existe une sorte de marraine. Une personne qui sera là pour veiller sur l’enfant, qui sera une seconde image importante, après celle des parents. Je sais que cela ne se fait pas dans notre culture, mais… j’aimerai que tu sois comme cette personne ? » J’étire un sourire. Je connais Ayanna depuis des années – toute la famille Quachegan en fait –, mais Aya est comme une petite sœur pour moi. Et je ne peux que comprendre son étouffement par rapport aux chaînes que sa famille lui enroule autour d’elle pour l’empêcher de sortir du camp. Par peur… peur que cela recommence comme avec Oneida. Mais on ne peut pas tout prévoir ! Je suis sortie plusieurs fois du camp, j’ai été attaqué par des pirates et puis, j’ai été plus d’une fois tranquille. En étant dans la réserve, je me suis faite pourchasser par des loups, comme quoi, on est à l’abri nulle part même si la réserve offre un certain confort... celui d’avoir les guerriers à proximité. J’étire un sourire : « Ce bébé sera une bonne excuse pour toi, de sortir de la maison pour venir avec moi. Je t’emmènerai plus loin encore que la dernière fois. » Je pose ma paume sur sa joue avec tendresse avant de me lever de la table pour mettre fin aux échanges émotionnels.


truth is, i miss you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyMar 21 Juin 2016 - 21:54

Ayanna, elle sait qu’elle ne peut rien y faire. Il a été stupide à ce moment-là, et elle est convaincue qu’il a parfois un tambour de monté à l’envers, mais il l’épate, la petite Aya. Elle ne savait pas que son frère pouvait être un idiot à ce point, au point de laisser une femme enceinte sur le bas-côté (même s’il l’ignorait), de laisser une fille qui lui disait être amoureuse de lui sur le bas-côté ; elle ne le croyait même pas coureur de jupons ! Mais tant pis, Ma’Lila a raison, il est ce qu’il est. Elle se tait Aya, elle acquiesce silencieusement. Elle a toujours ce petit sourire aux lèvres, parce qu’elle est contente tout de même. « Enfin bon ! N’en parlons plus Aya’, mais je te rassure… je tiens à notre amitié et ce n’est pas mon éloignement, ma rancœur voir même ma colère envers ton frère qui fera entrave à nous deux, d’accord ?! » Oui, bien sûr. Son frère, c’est son frère. Son amie, c’est son amie. Elle sent la main de Ma’Lila serrer la sienne. La chaleur lui brûle les doigts. Son cœur a repris depuis sa rencontre avec la bête de malheur, mais il accélère à nouveau face à cet élan de tendresse. Des fois, la petite fille sans-liberté à l’impression d’avoir une autre grande sœur. Différente, bien différente. Sa sœur à elle, Oneida, Aya lui en veux un peu, puisque c’est à cause d’elle que tout ça tourne de cette manière. C’est à cause d’elle qu’Aya ne peux poser les pieds loin de sa maison. Est-ce que le sable des plages du Nord est le même que celui des plages qu’elle connaît ? Est-ce que l’eau a le même reflet à l’est du pays ? Aya, elle ne le saura peut-être jamais. Parce que sa sœur a eu des ennuis loin de sa maison, et qu’on a passé à Aya la même bride qui a été passée autour du cou de sa sœur. Alors elle lui en veut, un peu. C’est pour ça qu’elle aime à penser que Ma’Lila fait partie de sa famille également, qu’elle est une sœur qui la pousse vers la liberté, et qui n’est pas un des acteurs de cet enfermement. « Oui, bien sûr. »

Aya, elle boit les paroles de Ma’Lila quand celle-ci lui demande d’être présente pour son enfant. Cette coutume… Elle n’en savait rien. Elle ne la connaissait pas, mais elle l’aime déjà. Elle sait que son amie aura du mal à supporter seule le poids de cet enfant. Si seulement son frère… Malheureusement, il risque de ne jamais être considéré comme père. Peut-être sera-t-il jaloux, de penser qu’un autre homme à eu cet enfant avec elle, ou peut-être qu’il n’en aura rien à faire. Ayanna aimerait être dans sa tête, et comprendre ses agissements. Mais elle n’a pas le droit de lui en parler, et elle respecte. « Au diable la culture, bien sûr que je serais là. » Elle hoche la tête. « Qui de mieux que sa tante pour t’aider à t’en occuper, pour veiller sur ce bébé. » Elle rit, et se fige. « Oh, pardon… » Elle se sent un peu coupable, alors elle se tait. Elle a tendance à laisser échapper les mots. Aya, c’est la petite fille joyeuse qui ne verra la ligne d’arrivée qu’après l’avoir passée une seconde fois. Elle ne filtre que rarement ce qu’elle dit. Elle a le mérite d’être honnête, certes, mais elle devrait apprendre à se taire un peu plus souvent.

Elle reprend son sourire, quand Ma’Lila lui dit que cet enfant sera une bonne excuse. Aya, elle n’en est pas si sûre, mais elle la croit. Si la jeune fille le dit, c’est que ce sera surement possible. Elle a hâte, Aya. Hâte de voir ce bébé, hâte de sortir du campement, hâte d’atteindre cette liberté d’agir dont elle rêve depuis longtemps. « J’ai hâte ». Elle regarde son amie se lever, elle attend. « Tu as besoin d’aller chercher quelque chose pour terminer l’onguent ? » Elle ne sait même plus ce qu’elles font. Leur conversation a pris le pas sur leurs actions.  Elles ne peuvent pas discuter éternellement de ce sujet, et Aya a l’impression que la jeune fille a déjà coupé court à la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Ma'Lila Zïhnâ
Beware, I'm starving
Ma'Lila Zïhnâ
ζ Inscris le : 07/11/2015
ζ Messages : 429
ζ Avatar : Eleanor Tomlinson
ζ Localisation : Réserve des Indiens
ζ Occupations : Guérisseuse zélée
ζ Âge : Vingt-deux ans
ζ Statut : Amoureuse éplorée - Maman d'une petite Snanna
ζ Signes distinctifs : Une cicatrice sur la joue
Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Tumblr_nn3om95k1x1ql3i4oo6_250



Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyVen 24 Juin 2016 - 21:49

confidential

« Au diable la culture, bien sûr que je serais là. … Qui de mieux que sa tante pour t’aider à t’en occuper, pour veiller sur ce bébé. » J’étire un sourire avant de lever la main lorsqu’elle s’excuse. « Ne t’excuse pas, tu es sa tante effectivement. » J’aimerai que toute cette histoire se termine bien, que Set se rende compte qu’il est amoureux de moi et qu’il veut que je devienne son épouse. Je lui dirais alors que l’enfant que je porte est le sien, nous serions heureux et je pourrais vivre cet amour au grand jour. Je crois que je suis utopique, surtout en mêlant Set et sentiments. Je soupire, étirant un sourire devant la hâte de la jeune Ayanna, prisonnière de sa famille trop craintive. Mais à force de l’enfermer, ils vont finir par provoquer chez Ayanna une rébellion qui l’éloignera, qui fera d’elle une voyageuse qui voudra découvrir Neverland, trop longtemps cloitrée. « Tu as besoin d’aller chercher quelque chose pour terminer l’onguent ? » Je sens, derrière cette demande, l’envie de ma chère amie. Elle veut sûrement s’éloigner un peu du campement malheureusement, j’ai tout ce qu’il me faut et avec la nuit permanente, les animaux qui rôdent… je préfère éviter une attaque. Je ne suis plus toute seule maintenant et je veux protéger ce trésor qui grandit en mon sein. « Non, je n’ai besoin de rien, j’ai tout ce qu’il faut… » Je croise son regard un court instant. « Par contre, on pourra partir en cueillette demain si tu veux et je demanderai à Liwanu de nous accompagner. Avec la nuit, j’ai entendu dire que les animaux sauvages sont plus agressifs. Tes parents t’interdiront les visites s’ils apprennent que je t’ai mis en danger… » Une prison encore plus étroite pour Ayanna, je m’en voudrai de lui infliger ça pour quelques plantes.

« D’ailleurs, en parlant de Liwanu… Je viens de penser à quelque chose. » Effectivement, en mentionnant son nom, cet homme protecteur et présent dans ma vie depuis quelques années pourrait… J’étire un sourire en posant ma main sur mon ventre. « Tu crois que si… je fais croire à ton frère que je vais épouser Liwanu, qu’il est le père de mon enfant… ça pourrait le faire réfléchir ? Je veux dire, toutes les fois où il a démontré sa jalousie envers les hommes qui m’approchent… peut-être qu’il ressent quelque chose pour moi, mais qu’il l’ignore ? » J’ai envie d’espérer, j’ai envie d’y croire soudainement. Un besoin. Je me berce d’illusions, certainement, mais qui ne tente rien n’a rien. Est-ce qu’il acceptera ? Parce que Liwanu est comme un père pour moi, toujours présent et rassurant même s’il n’est pas toujours loquace. « Et puis si ça ne fonctionne pas, alors tant pis, j’aurais au moins essayé quelque chose. Mais s’il réagit, alors ça voudrait dire… qu’il tient à moi ? » Je me prends la tête entre les mains. « Je ne sais pas quoi faire… J’ai ton frère dans la peau et l’idée de devoir l’oublier, me séparer complètement de lui m’est insupportable, pourtant, je dois le faire si je veux pouvoir… avoir une vie. » Je me laisse tomber sur ma chaise, frottant mon ventre tendrement. « Qu’est-ce que tu ferais, si tu étais à ma place Ayanna ? »




truth is, i miss you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyMer 17 Aoû 2016 - 14:46



Elle est un peu déçue, Aya. Elle aurait aimé sortir du campement. Son sourire revient cependant bien vite lorsque Ma'Lila lui annonce qu'elles pourront sortir demain, et que Liwanu les accompagnera surement. L'adolescente, elle ne le connaît pas trop cet indien là. Mais elle l'aime bien, alors ça va. Et si ça peut lui permettre de s'éloigner du campement... Elle accepte tout le monde. Son sourire s'orne d'un regard triste quand la jeune fille lui parle d'animaux dangereux. C'est bien trop risqué pour elle de sortir, encore... Elle en a marre Aya. Mais elle se tait, elle ne dit rien. Elle n'a pas le pouvoir d'y changer quelque chose de toute façon, pour l'instant... « D'accord... » Elle repose ses yeux sur son amie. « Au moins, je sortirai enfin ! » Jolie joie qui s'empare d'elle, c'est tellement rare pour Aya de s'éloigner de chez elle.

Aya écoute le discours de la jeune fille perdue. Elle se tait et bouillonne en secret. Les propos de Ma'Lila n'aident pas le changement d'avis pour Aya. Mais quel idiot celui-là... Elle approche doucement une main de son amie, et la lui pose sur l'épaule. « Rien ne te coûte d'essayer, mais... Oh ! Mais je n'aurais jamais crû ça de lui... Je suis sûre qu'il a des sentiments pour toi. C'est juste qu'il... Il est idiot.  » Aya, elle s'égare. Et elle ferait mieux de faire attention à ce qu'elle dit aussi, où elle pourrait ne faire qu'empirer les choses. « Une histoire avec Liwanu... » Elle réfléchit. « Ça me paraît plausible... Peut-être que son petit cœur aura mal et qu'il reviendra vers toi. » Elle baisse les yeux, et chuchote presque. « Je l'espère... »

Aya, elle ne sait plus quoi dire. Cette histoire... C'est difficile à croire ! Elle sait qu'il va être compliqué pour elle de parler correctement à son frère en sachant ça. Et en même temps, elle n'a pas le droit de lui en parler. Aya, elle n'aime pas mentir. Elle ne sait pas mentir. A un inconnu, encore, c'est possible. Mais à son propre frère... Et en même temps, elle comprends son ami qui n'a pas envie d'annoncer ce bébé à son frère. Elle a tout à fait raison, il ne le mérite pas. Mais de là à le faire passer pour un autre... C'est trop gros comme mensonge. Les choses pourraient plus qu'empirer. Aya n'a pas envie de voir son frère devenir fou. « Quoi que tu décides, je suis avec toi. » Elle ne s'improvise pas en grand sage, et pourtant, elle ajoute : « Mais fais attention, ça pourrait causer plus de dégâts que ça en réparerait... »

L'adolescente a envie de secouer la tête et de s'éloigner de cette histoire. Elle a besoin de réfléchir pour eux... A propos de son frère. La chute vertigineuse qu'il vient de faire de son piédestal fait mal à Aya. Mais elle s'en remettra... Quand elle en aura parlé avec lui. Mais pas tout de suite. Elle va surement se refuser à lui adresser la parole pour l'instant. Et elle avisera.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ma'Lila Zïhnâ
Beware, I'm starving
Ma'Lila Zïhnâ
ζ Inscris le : 07/11/2015
ζ Messages : 429
ζ Avatar : Eleanor Tomlinson
ζ Localisation : Réserve des Indiens
ζ Occupations : Guérisseuse zélée
ζ Âge : Vingt-deux ans
ζ Statut : Amoureuse éplorée - Maman d'une petite Snanna
ζ Signes distinctifs : Une cicatrice sur la joue
Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Tumblr_nn3om95k1x1ql3i4oo6_250



Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) EmptyMar 23 Aoû 2016 - 11:34

confidential

« Quoi que tu décides, je suis avec toi. » Je n’en avais aucun doute, même si elle aurait pu se mettre plutôt du côté de son frère, il est lui aussi responsable de sa prison, alors forcément, l’adolescente se rebelle. « Mais fais attention, ça pourrait causer plus de dégâts que ça en réparerait... » Je grimace. C’est ce que je crains justement, mais, à la fois, je n’ai pas envie d’y penser. Je vais partir sur ça et je m’adapterai aux conséquences, à ce que cette histoire va semer. Je soupire, caressant une nouvelle fois mon ventre arrondit. Nous voilà embarquer dans une sacrée histoire bébé. Entre ton père qui n’ose pas avouer ses sentiments, s’il en a… moi qui refuse de lui apprendre qu’il est ton papa, puisqu’il ne se décide pas à prendre la bonne décision. Je crains qu’on soit que tous les deux, au final. Mais on s’en sortira bébé, tu auras la meilleure vie qui soit. Si tu es un garçon, alors tu deviendras un guerrier encore plus puissant que l’est ton père. Et si tu es une fille, alors je t’apprendrais la guérison et tu deviendras toi aussi, une guérisseuse accomplie. Ton nom sera aussi connu que ta maman, tu iras toi aussi dans la cité pour soigner les malades. Nous irons voir l’ancien et tu apprendras toutes nos histoires sur les Pawnee, mais tu apprendras aussi tout ce que je sais de nos ancêtres natifs. Je ferais de ta vie des merveilles bébé, je ferai tout pour toi, pour que tu ne souffres pas des dégâts que ta maman va causer dans les prochains jours. Je caresse mon front avec un sourire, me perdant dans mes échanges muets avec ce petit être avant de revenir à la réalité et à Ayanna qui semble tout aussi pensive que je le suis. « Je suis un peu fatiguée Aya… Je crois que je vais plutôt aller me coucher, je finirai cet onguent plus tard. Ne m’en veut pas ma belle, tu comprendras lorsque tu porteras un enfant… » J’étire un sourire, prenant mon amie dans mes bras pour une étreinte. « On se retrouve demain matin pour partir en cueillette ? » Je fronce des sourcils : « Tu diras à tes parents que tu viens m’aider à construire le lit de mon enfant, comme ça, ils ne se poseront aucune question sur la durée de ta visite. » Je souris.

Je viens lui ouvrir la porte pour la laisser repartir et lorsqu’elle passe le seuil de la porte, je la retiens : « Surtout Ayanna, je te fais confiance hein… » Je passe une main sur mon ventre pour qu’elle saisisse de quoi je parle : « Tu ne dis rien sur le bébé, promis ?! » Je souris, touchant sa joue tendrement avant de la laisser me quitter tandis que je vais m’effondrer sur ma couche. Comme le craint Ayanna, cette histoire va sûrement faire plus de dégâts que de réparer ce qui a été cassé.


Spoiler:
 


truth is, i miss you
⊹ lumos maxima

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty
Message Sujet: Re: Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Confidential (Ma'Lila Zïhnâ) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Confidential (Ma'Lila Zïhnâ)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-