AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle}
★ second star to the right and straight on till morning ★

AuteurMessage
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty
Message Sujet: Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} EmptyDim 6 Mar 2016 - 16:52


 
Nous ne nous parlerons pas

 
Avigaëlle & Jeremiah
«Je n'avais jamais ôté mon chapeau devant personne. Maintenant je rampe et je fait le beau quand elle me sonne. J'étais chien méchant, elle me fait manger dans sa menotte. J'avais des dents d’ loup, je les ai changées pour des quenottes.» G. Brassens

Il n'aurait pas du céder à cette provocation stupide. Vraiment pas. Mais les types était sorti de l'ombre, à peine son pied posé sur le ponton et excédé comme il l'était, Jeremiah n'avait même pas cherché à savoir pour quelle raison ils l'invectivaient de la sorte, parant le coup du revers de sa lame. S'il avait dans un premier temps cherché à se rappeler de ce qu'il avait bien pu faire pour mériter pareille attaque, le marin avait vite rangé ses réflexions pour envoyer au tapis ses deux agresseurs dans une bourrade. Une feinte avait rapidement envoyé son sabre valser à quelques mètres, le privant de son arme fétiche. Qu'à cela ne tienne. Son poing rencontra le métal d'un plastron, l'impact venant mourir sur un craquement douloureux et une vague de douleur qui lui remonta le long du bras avant qu'une riposte bien placée ne l'envoie valser dans l'ombre d'une pile de caisses. Difficile de parer efficacement dans ces conditions. La nuit éternelle recelait de ténèbres menaçantes, dissimulant les uns et les autres derrière un filtre d'obscurité.

Se relevant de justesse, il évita prestement une attaque, se saisissant au vol du bras de son assaillant. Le membre céda dans un craquement de mauvaise augure et son adversaire tomba au sol dans un grognement douloureux tandis que sa main droite se saisissait d'un poignard pour d'un pivotement adroit l'enfoncer dans la main de celui qui tentait vainement de le saisir par l'arrière . L'inconnu s'effondra dans un gémissement qui répondit à celui de son compagnon d'infortune tandis que Jeremiah prenait quelques secondes pour observer les traces de son forfait, lèvres pincées et regard sombre. A peine arrivé au port que les ennuis lui tombaient déjà dessus et son humeur plus que funèbre n'avait pas aidé à ce qu'il se sente le bienvenu en ville. Après plusieurs semaines au nord, le Queen Anne's revenge était de retour à quai et l'esprit plein de ce qui était arrivé les jours précédents, le forban avait quitté le pont sans trop savoir s'il souhaitait réellement se mêler à la foule ces derniers temps. Sa mauvaise humeur lui donnait presque des tendances à la misanthropie et ces deux imbéciles venus lui chercher querelle avaient constitué l'excuse parfaite pour dépenser son trop plein de colère.

Il avait horreur de céder à ce genre d'exactions et l’élancement douloureux de sa main gauche lui laissait déjà deviner qu'il ne pourrait s'en servir durant quelques jours. Relativement fâcheux puisqu'il était loin d'être ambidextre. Il lui semblait que la moitié de cette île était déterminée à lui chercher querelle ces temps-ci et avec les menaces de Crochet qui pesaient sur ses épaules, Jeremiah était loin d'avoir envie de négocier avec quelques brutes avinées tout juste décidées à chercher la bagarre pour s'occuper un peu. D'un geste méprisant il cueilli deux pièces de cuivre dans la bourse accrochée à sa ceinture avant d'en lancer une à chacun d'entre eux.

« On est quittes, payez vous un verre à ma santé. » Grogna-t-il avant de s'éloigner

La petite silhouette familière qui l'observait depuis le haut des quais lui fit marquer un temps d'arrêt. Que faisait-elle là ? Ils s'étaient quittés sur un précédent désaccord que son absence longue de plusieurs semaines ne lui avait pas permis d'arranger. Et le forban que sa culpabilité latente n'avait cessé de tenailler des jours durant n'était pas certain d'avoir le courage nécessaire pour tout régler. Était-ce donc cela que les regrets ? Il avait vécu bien longtemps sans en éprouver le moindre et il aurait juré que depuis qu'elle était entrée dans sa vie elle n'avait cessé de provoquer chez lui des choses nouvelles dont il s'était passé jusque là. Et parfaitement conscient de son air échevelé et de sa lèvre tuméfiée qui saignait encore, Jeremiah se doutait qu'elle ne se priverait pas pour se fendre d'un commentaire réprobateur.

« Tu ne devrais pas te trouver là. » Lança-t-il d'un air lasse

Il n'avait cessé de se poser la question au court des dernières semaines, sentant confusément que les gens qui gravitaient autour de lui ces temps-ci risquaient de subir les conséquences de sa situation plus que précaire. Il était de notoriété publique que la maître canonnier de Barbe Noire fréquentait plus que nécessaire la petite tavernière de l'Aigrefin et il aurait hait l'idée que son maître d'équipage puisse se servir de cette information pour on ne savait quel chantage sournois. Mais elle n'aurait pas et n'allait pas apprécier une telle chose et Jeremiah misait une petite pièce sur le fait que la petite brune prendrait sa tentative maladroite de la protéger comme un rejet de sa part.
 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty
Message Sujet: Re: Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} EmptySam 2 Avr 2016 - 14:24


 
Nous ne nous parlerons pas

 
Avigaëlle & Jeremiah
«Je n'avais jamais ôté mon chapeau devant personne. Maintenant je rampe et je fait le beau quand elle me sonne. J'étais chien méchant, elle me fait manger dans sa menotte. J'avais des dents d’ loup, je les ai changées pour des quenottes.» G. Brassens

Cela faisait maintenant des années que la belle Avigaille travaillait sur l’île de Neverland et même si elle avait vu un grand nombre de choses étranges, elle ne pouvait pas s’empêcher d’être intriguée et terrifiée par cette nuit sans fin, par ce soleil qui ne semblait plus vouloir se lever. Et depuis que Blindman’s Bluff était plongée dans les ténèbres, une ambiance pesante pesait sur la ville, comme si l’obscurité avait réveillée les pires crapules de la création. C’était pour cela que la jeune française ne sortait que très rarement, mais ce jour là son patron lui avait demandé d’aller remettre un papier important à un client qui se trouvait sur les quais. Pas franchement rassurée, la brunette décida de dissimuler un petit poignard dans sa robe - histoire de ne pas se retrouver sans défense - puis rangea la fameuse lettre dans une petite sacoche avant de quitter l’Aigrefin au pas de course. Comme poursuivit par quelque chose ou quelqu’un, elle se faufila entre les passants et se dirigea assez rapidement en direction du port. La demoiselle  avait vraiment hâte de rentrer à la maison. Car cette atmosphère angoissante n’était vraiment pas pour elle.

Une fois arrivée à destination elle aperçue un pavillon pirate, celui de la Queen Anne’s Revenge. Il y a encore quelques mois, cela l’aurait sans doute fait sourire. Mais désormais la tavernière avait réalisé que Jeremiah n’était rien d’autre qu’un paria, égoiste et beaucoup trop bavard. Du coup le fait d’apercevoir le navire de Barbe Noire ne fit que renforcer sa crainte, alors elle se dépêcha de trouver ce client et de lui remettre la mystérieuse missive. Après cela elle soupira un bon coup avant de tourner les talons et de marcher en direction de l’auberge. Et c’est sur le chemin du retour que “Sunny” aperçue un groupe de crapules. Ces voyous étaient en train de chercher des crosses à quelqu’un que la jeune femme connaissait bien et qui comme prévu ne se laissa pas faire. L’irlandais n’était pas du genre fragile et il mis les crapules en déroutes avant de se tourner vers l’intruse. Cette dernière sentie son coeur battre la chamade, au fond elle était heureuse de le revoir, de voir qu’il n’était pas à l’origine de cette empoignade… mais elle ne voulait pas abdiquer, elle n’avait aucune envie de lui pardonner ses mots déplacés de la dernière fois. Alors la petite brune se contenta de le fixer et de s’approcher lentement de lui. Mais la phrase qu’il lui lança la fit entrer dans une colère noire…

« Ha parce que maintenant je dois te demander la permission pour sortir ? Ha oui c’est vrai ça éviterait peut-être aux gens de penser des choses à mon propos c’est cela ? Je suis ici parce que j’avais des affaires sur le port, ne vas pas t’imaginer des choses imbécile. »

Elle s'arrêta un instant, posant ses deux mains sur ses hanches et observa le gaillard de haut en bas, franchement pour qui se prenait-il pour lui parler ainsi ? Au fond il n'était rien d'autre qu'un pauvre ivrogne. Alors que diable pouvait-on attendre d'un pilier de comptoir ? D'un gosier sur pattes ? « D'ailleurs tu sais j'ai vécu plusieurs dizaines d'années sans toi et je m'en suis très bien sortie. » S'exclama-t-elle comme pour lui montrer que non elle n'avait pas besoin de sa condescendance et de sa présumée protection. Après quelques secondes la demoiselle s'approcha encore un peu de son ancien ami et comme elle n'était pas une diablesse, mais plutôt une jeune fille adorable elle décida de lui "tendre la main" en soupirant.

« Tu saignes ? C'est plutôt toi qui a besoin de protection apparemment. Viens à l'Aigrefin, je demanderais au patron de te soigner... »

 
fiche codée par shirosaki
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty
Message Sujet: Re: Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} EmptyLun 18 Avr 2016 - 9:15


 
Nous ne nous parlerons pas

 
Avigaëlle & Jeremiah
«Je n'avais jamais ôté mon chapeau devant personne. Maintenant je rampe et je fait le beau quand elle me sonne. J'étais chien méchant, elle me fait manger dans sa menotte. J'avais des dents d’ loup, je les ai changées pour des quenottes.» G. Brassens


Peut-être qu'il aurait pu se laisser aller à sourire tant il s'était attendu à sa réaction. Mais un étrange sentiment de lassitude s'était emparé de Jeremiah et sa main le faisait souffrir, une douleur sourde qui irradiait le long du bras, impossible à oublier. Sans compter qu'esquisser un sourire lui paraissait une mauvaise idée avec sa lèvre tuméfiée. Il devait avoir un drôle d'air dans un état pareil. Mais il savait qu'Avigaëlle l'aurait mal pris. Comment pouvait-il en être autrement ? La brunette était trop indépendante pour accepter ce genre de manœuvres et lui pas décidé à exposer ses motivations. Bien que prompt à la plaisanterie et aux pitreries en tout genre, le pirate se montrait toujours particulièrement réservé à propos de certains sujets qu'il jugeait trop personnels. Et non, il n'irait pas expliquer de but en blanc qu'il tentait de protéger sa petite personne en ne la mêlant pas à ses histoires. Et de toute façon, après leur dernière dispute, les réticences de la jeune femme étaient à prévoir. Ils ne s'étaient jamais vraiment expliqués et lui pas véritablement excusé de cette drôle de nuit où il s'était montré trop stupidement bavard et léger.

« Je pensais moins aux commérages et plus au fait qu'avec la nuit éternelle la racaille a tendance à pulluler sur le port ces temps-ci, répondit-il en fronçant les sourcils, je ne doute pas du fait que tu ai su te défendre seule toutes ces années, en attendant c'est un fait que tu ne peux pas ignorer. Et avant que tu saisisses l'occasion pour te moquer de moi, il y a bien pire racaille sur ces quais que je ne le serais jamais. »

C'était peut-être un peu trop vif pour l'occasion. Et son regard avait tourné à l'orage d'être ainsi accusé alors qu'il se montrait réellement de bonne foi. Il s'était penché vers elle, quelque peu vexé, même si une petite voix lui soufflait qu'il ne s'agissait peut-être pas du meilleur moyen de faire la paix. Mais le pirate n'avait jamais été particulièrement bon pour écouter sa conscience et ces dernières semaines avaient quelque peu ébréché sa bonhomie légendaire. Il était toujours le même au fond, mais moins prompt à pousser la plaisanterie. Pas quand les problèmes s'accumulaient. Et Avigaëlle était loin de se douter que partout où il allait, le fantôme de Crochet semblait s'être posé sur son épaule telle une ombre menaçante, tout disposé à saisir la moindre occasion de le prendre au piège. Et la petite tavernière constituait une cible parfaite qu'il entendait tenir hors de sa portée le plus longtemps possible. De là à penser que sa fréquentation constituait un danger pour la petite demoiselle, il n'y avait qu'un pas qu'il aurait facilement franchit si cela ne ressemblait pas tant à l'un de ces résumés que le retrouvait dans les feuilletons à l'eau de rose des journaux de son Irlande natale.

« Oublies ça, veux-tu ? Ajouta-t-il fataliste, je n'aurais pas du... »

Sa réponse lui arracha un regard stupéfait et à la fois incertain. Elle avait semblé tirer un trait temporairement sur tous ses griefs et l'homme s'était laisser entraîner à sa suite avant d'avoir trop compris ce qui venait de se passer. Il semblerait que la petite tavernière soit toujours capable de le surprendre lorsqu'il s'y attendait le moins.

« Je me protège assez bien tout seul mais les ennuis ont l'art de me trouver malgré tous mes efforts. Moi qui pensais que tu me laisserais à mon sort, avoua-t-il avec un brin d'étonnement dans la voix, pourquoi ce changement d'avis ? »

Pas de trace de surnom où de tentative d'attendrissement de sa part, le marin avait mis de côté son théâtralisme habituel pour un ton un peu plus sérieux. Il avait l'impression d'évoluer sur une piste bien tortueuse à présent, comme si les choses ne s'étaient jamais vraiment réparées entre eux. Il n'avait pas oublié la pointe de remord qui l'effleurait lorsqu'il repensait à cette soirée, tout en ne sachant pas comment arranger ça. Il aurait pu en parler tout simplement, mais ça n'était pas le genre de chose qu'on abordait comme ça, pas avec elle et pas pour lui qui maîtrisait l'art de discuter de tout et de rien pour éviter d'avoir à se pencher sur ce genre de sujet très personnel.

 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty
Message Sujet: Re: Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} EmptyDim 24 Avr 2016 - 12:58


 
Nous ne nous parlerons pas

 
Avigaëlle & Jeremiah
«Je n'avais jamais ôté mon chapeau devant personne. Maintenant je rampe et je fait le beau quand elle me sonne. J'étais chien méchant, elle me fait manger dans sa menotte. J'avais des dents d’ loup, je les ai changées pour des quenottes.» G. Brassens

Avigaille était une fille extrêmement rancunière, elle n'avait évidemment pas pardonné à Jeremiah de s'être comporté comme un immonde goujat avec elle. Cela dit elle avait beaucoup de mal à se séparer de ses amis hors le bon Dieu avait voulu que la petite tavernière de l'Aigrefin s'attache énormément au maître artilleur de la Queen Anne's Revenge.. De plus, la demoiselle commençait à bien connaître le bonhomme et elle comprit assez rapidement qu'il n'était pas lui-même, qu'il lui cachait quelque chose. Mais Plutôt que de lui rentrer dans le lard, comme elle l'avait prit l'habitude de le faire, cette fois-ci la brunette préféra utiliser son cerveau et donc utiliser des moyens détournés de lui faire dire la vérité. Après un assez long silence, elle s'approcha du bellâtre brun et lui donna un bon gros coup de poing dans le ventre, puis elle reposa ses mains sur ses hanches et lui lança un regard assez hautain avant d'ajouter avec un ton plutôt sévère et agacé :

« Il me semblait pourtant déjà te l'avoir dit… mais tu n'es rien d'autre qu'un égoïste qui passe son temps à s'écouter parler, alors bon cela ne m'étonne pas de toi. »

Si le flibustier n'avait plus aucun souvenirs du dernier moment qu'ils avaient partagés, elle s'en souvenait parfaitement. Elle ne voulait pas l'oublier, mais elle ne souhaitait pas lui pardonner pour autant. Elle était tiraillée entre deux sentiments contraires. Entre l'envie d'aider celui qu'elle "aimait" en secret et le laisser tomber pour lui faire payer cette petite phrase déplacée qui l'avait tant vexé. La française attrapa finalement la main blessée du marin et la regarda attentivement, sans attendre une seule seconde elle déchira un pan de sa vieille robe, puis versa un peu de rhum - elle avait toujours une bouteille dans son panier en osier - sur le morceau de tissu, avant de se servir de ce dernier comme d'un bandage et de l'enrouler autour de la main du garçon. Une fois cela fait, elle redonna un petit coup de coude dans les cordes de son patient et elle releva la tête pour le regarder dans les yeux :

« Tu es un immonde personnage, mais je t'aime beaucoup et vu que ne te fais que des ennemis, il faut bien que quelqu'un veille sur toi tu ne crois pas ? »

Après cela et ne sachant pas trop pourquoi, l'aubergiste se mit sur la pointe des pieds et déposa une bise sur la joue du goujat. Ce fut suivit d'un soupire, qui était sans doute là, pour faire croire qu'elle regrettait son geste et que celui-ci n'était pas sincère, mais il l'était et il s'agissait encore d'une preuve de son attachement au bel irlandais. Au fond, elle l'aimait, mais il était encore beaucoup trop maladroit, pour mériter cet amour et toute cette affection.

 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Beware, I'm starving
avatar
Invité


Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty
Message Sujet: Re: Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} EmptyVen 29 Avr 2016 - 21:27


 
Nous ne nous parlerons pas

 
Avigaëlle & Jeremiah
«Je n'avais jamais ôté mon chapeau devant personne. Maintenant je rampe et je fait le beau quand elle me sonne. J'étais chien méchant, elle me fait manger dans sa menotte. J'avais des dents d’ loup, je les ai changées pour des quenottes.» G. Brassens



Il se laissa malmener avec une certaine complaisance, les coups de la jeune femme n'étant pas donnés avec une réelle force bien qu'en dépit de sa petite taille, elle soit parvenue à lui arracher une grimace discrète, vite disparue. Maintenant que l'orage était passé et l'excitation du moment avec, son corps commençait à lui faire savoir qu'il ne s'en sortait pas totalement indemne. Il n'y avait rien de bien grave mais la douleur sourde de sa main allait en s'aggravant, si bien qu'il aurait du mal à bouger les doigts pour quelques temps encore. Sa main dominante, une vraie misère. Une moue défaitiste chassa la grimace à la réponse de la brunette. Elle était clairement encore fâchée après leur dernière soirée et le chapelet de reproches qu'elle lui asséna en retour fut accepté sans broncher, l'homme sachant parfaitement qu'elle se vexerait de la moindre remarque. Encore plus s'il lui prenait la fantaisie de l'interrompre.

« Tu sais je suis plus attentif que j'en ai l'air. » assura-t-il l'air de rien

Elle avait bien abordé certaines choses avant que leur discussion ne vire à la catastrophe, parlant de certains sujets sans trop avoir l'air d'y toucher. Etait-il certain d'avoir vraiment compris ce qui c'était passé entre eux ce soir là ? Le souvenir était certes un peu haché et brouillé par les vapeurs de rhum, mais il se souvenait. Et la gifle retentissante qu'elle lui avait assénée ce soir là aurait suffit à remettre les idées en place à n'importe qui.

Il retint un sifflement surpris lorsqu'elle commença à enrouler un bandage autour de sa main. La sensation fraîche de l'alcool lui offrant une drôle de dualité pas si désagréable. Et la brunette eut vite fait de terminer sa tâche, ses petites mains fixant la bande. Le pirate observa son œuvre l'air pensif, comme s'il était censé voir quelque chose au-delà de ce geste anodin, comme s'il y avait un message sous-jacent. Mais Avigaëlle était déjà passée à autre chose et il ne fit rien pour cacher l'ombre de sourire qui vint se dessiner sur ses lèvres à sa réponse.

« Tu n'imagines même pas à quel point ils sont nombreux ceux qui espèrent me voir tomber. » Répondit-il soucieux

Parlerait-il de ce qui le préoccupait ce soir là ? Il n'en était pas certain, résolu à préserver la jeune femme du mieux qu'il pouvait. Elle n'aurait pas compris ça, trop indépendante pour accepter que l'on prétendre influencer le moindre aspect de sa vie. Et la sensation de ses lèvres sur sa joue l'arracha à ses pensées morose, le laissant stupéfait. Mais déjà elle s'était éloigné, ne lui laissant plus que la sensation fantôme d'une bise si vite disparue qu'il n'était pas certains de n'avoir pas rêvé. Son sourire se fit un rien plus touché après ça, bien qu'elle affecta l'agacement et sa main valide vint lui effleurer le poignée, comme pour attirer son attention.

« Tu as le droit de t'inquiéter pour moi à la condition d'avoir moi aussi le droit de le faire en retour ? Demanda-t-il doucement, tu n'as besoin de personne pour t'en sortir Avigaëlle, mais si je devais te demander quelque chose d'étrange ou d'incompréhensible, promets-moi de te rappeler de ce que je vais dire. Même si tu ne comprends pas pourquoi et même si je ne peux rien dire à ce moment là, souviens-toi que se sera toujours pour ton bien. »

Il se tu, comme gêné d'avoir trop parlé et n'ayant pas l'habitude de se montrer si bavard. Mais s'il ne pouvait lui raconter toute l'histoire, il fallait absolument que la jeune femme comprenne où il voulait en venir. Il n'aurait pas pu supporter de la savoir en danger et s'il ne l'admettait pas encore, était prêt à supporter ses remontrances pour éviter ça. Elle ne méritait pas de courir des risques à cause de lui, il ne pouvait pas le permettre. Pas elle.

 
fiche codée par shirosaki
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Beware, I'm starving



Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty
Message Sujet: Re: Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Nous ne nous parlerons pas {ft. Avigaëlle}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Les Charlots en folie : À nous quatre Cardinal! [DVDRiP]
» À nous les garçons [DVDRiP]Comédie
» [UploadHero] La Folie des grandeurs [DVDRiP]
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» La nuit nous appartient mon amour /!\Hentaï/!\ [Solo]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
τακε мε тσ иενεяℓαи∂ ✩ :: fermeture de tmtn :: Fermeture TMTN :: Sujets terminés-